Faisons un peu d’anti-écologie avec h16

Mise à jour du mercredi 11 novembre 2015 : Sur France Inter, Corinne Lepage a proposé il y a quelques jours de faire un fichier des climatosceptiques parce que « à un moment donné du temps, faut arrêter » (profonde argumentation) et parce que selon elle, la science est établie, y a rien à voir, circulez. Voilà qui entrerait à merveille dans le Petit traité d’anti-écologie et qui confirme, si vous aviez un doute, que le credo du RCA et sa COP21 ne souffrent pas la moindre dissidence. A tout seigneur de cet article, tout honneur, laissons la parole à h16 qui en a fait son sujet du jour.


La fameuse conférence COP21 sur le climat, que François Hollande vend aux quatre coins du monde depuis un an et en Chine ces derniers jours, arrive à grands pas. Je dirais même qu’elle arrive avec ses très gros sabots. Il est tellement important que cette COP21 soit un succès diplomatique et aboutisse à un accord planétaire sur une limitation du réchauffement climatique anthropique (RCA) à 2° C, que les présentateurs météo ont été priés dès l’an dernier par Laurent Fabius de bien vouloir se sensibiliser aux enjeux du climat. 

Il semblerait que Philippe Verdier, chef du service météo de France 2 jusqu’à très récemment, ait grossièrement manqué de sensibilité. Sans être climato-sceptique, mais bien au fait des conférences climat pour en avoir couvert plusieurs, il a publié il y a un mois le livre Climat Investigation, dans lequel il déplore un catastrophisme abusif et un certain manque de cohérence du GIEC, ce groupe d’experts dont les rapports commandés par les gouvernements servent de base aux politiques climatiques. La sanction de la chaîne d’Etat n’a pas trainé, Philippe Verdier a été licencié.

On en déduit que le mystérieux blogueur libéral h16, individu de prime abord peu engageant, qui ne sort jamais sans un masque à gaz et qui pousse la provocation jusqu’à se définir avec gourmandise comme « un sale type » écrivant pour des « lecteurs méchants », on en déduit donc que ce h16 n’est sans doute pas présentateur météo chez France Télévisions. Lui aussi s’est lancé dans un genre de littérature(*) écologique non expurgée peu prisée des autorités, et à ma connaissance, il n’a rien de plus fâcheux à déplorer que le qualificatif « connard » décerné par NKM avec beaucoup de sensibilité climatique à l’ensemble des climato-sceptiques. Son billet du jour était bien en place hier et il y a tout lieu de croire que celui d’aujourd’hui sera prochainement en ligne.

Pourtant, ses propos ont largement de quoi faire dresser les cheveux sur la tête de nos écologistes du climat les plus acharnés. Dans son livre Petit traité d’anti-écologie(*), il a par exemple l’irritante manie de rappeler les prévisions élaborées quelques années en arrière et de les comparer aux observations effectives. Comme ces deux courbes persistent à ne jamais se rejoindre, la tendance réchauffiste, celle d’Al Gore notamment, consiste à repousser perpétuellement les prévisions :

En décembre 2008, (Al Gore) nous annonce que la calotte arctique sera totalement fondue dans les cinq ans, soit 2013. En avril 2009, il déplace un chouilla sa prophétie en 2014. En octobre de la même année, Gore recalibre sa boule de cristal en repoussant la date de déglaçage totale pour 2019. (pages 38-39)

Et de se moquer de la conclusion réchauffiste logique de tous ces bidouillages :

Bref : le réchauffement climatique est de plus en plus rapide, qu’on vous dit, il est de plus en plus catastrophique, qu’on vous dit, et il va nous faire de plus en plus mal. (page 39)

Un autre point de prévision qui prête à sourire concerne les « réfugiés climatiques » obligés de quitter leurs îles, englouties par des mers dont le niveau monte dangereusement.  En 2005, le Programme pour l’environnement de l’ONU prévoyait un minimum de 50 millions de personnes déplacées à l’horizon 2010 en raison de l’évolution néfaste du climat. Aujourd’hui, on constate au contraire que non seulement il n’y a pas eu de migrations notables, mais que les populations des Bahamas, des Iles Salomon ou des Seychelles ont augmenté (page 36).

Mais la croyance dans le RCA est une terrible addiction. Pour ses victimes les plus atteintes, s’il n’y a pas de « réfugiés climatiques » raisonnablement observables, on en trouve quand même. Ces derniers temps, les Syriens qui fuient un pays ravagé par la guerre et le terrorisme font parfaitement l’affaire.

Pour conclure cette première partie consacrée au climat, h16 nous rappelle quelques données (ces données qui poussent parfois un écologiste réchauffiste et végétarien convaincu, mais curieux, à devenir climato-sceptique) :

En réalité, le réchauffement climatique est en panne depuis plus de seize ans. Oh, ce n’est pas moi qui le dis. (…) Non. La nouvelle est en fait sortie très discrètement du Met Office britannique en octobre 2012, sans le moindre battage médiatique (…). (pages 40-41)

Cette réalité, établie récemment à 18 ans et 8 mois sur le site Watts’s Up With That, est clairement contrariante pour obtenir un accord sur les émissions de gaz à effet de serre lors de la COP21 de Paris à la fin de ce mois. Depuis la parution du Petit Traité d’anti-écologie, par un merveilleux hasard, des scientifiques ont justement réajustés toutes les données, notamment les mesures concernant les températures des eaux de surface des océans depuis 1998, et ils aboutissent à la seule conclusion politiquement possible : il n’y aurait jamais eu de pause dans le réchauffement climatique ! Il va sans dire que ce résultat opportun, obtenu non par de nouvelles données, mais par des corrections apportées aux données disponibles, a suscité de nombreuses réactions peu enthousiastes sur le plan scientifique (en français sur le site Skyfall, ou en anglais sur le site de Judith Curry, climatologue sceptique).

h16 consacre la deuxième partie de son livre à pourfendre la croyance selon laquelle nous allons manquer d’énergie à travers les exemples de la filière nucléaire, du gaz de schiste, du pétrole et des ampoules à incandescence. Un écologiste de combat n’aime aucun de ces quatre éléments. En fait un écologiste digne de ce nom n’aime rien ni personne, car il faut bien se rendre à l’évidence, ce sont nous autres les humains qui détruisons la planète en nous obstinant à vouloir y vivre en bénéficiant des évolutions du progrès technique.

L’histoire du gaz de schiste est particulièrement intéressante. On sait que la France, dont les réserves estimées à ce jour seraient les secondes en Europe, a décidé de renoncer à son extraction pour des raisons écologiques de sauvegarde des nappes phréatiques, principe de précaution oblige. Peu importe que suite à l’expérience positive des Etats-Unis, de nombreux pays s’y mettent. On observe en effet que cette nouvelle industrie cumule les avantages de créer des emplois, de renforcer l’indépendance énergétique (vis-à-vis de l’Arabie saoudite, par exemple), de diviser le prix du gaz par deux pour le consommateur final et de dégager des bénéfices tels que les éventuels problèmes de pollution et de nettoyage sont plus que largement compensés (pages 58-59). Face à ce tableau particulièrement dévastateur, la France a décidé de s’en tenir aux « éoliennes en panne » et aux « panneaux photovoltaïque remplis de terres rares et produits en Chine. »

Pourtant, comme toute nouvelle industrie, la production de gaz de schiste génère aussi son lot d’externalités positives. Grâce au livre de h16, j’ai découvert la gomme de guar. Il s’agit d’une plante dont on peut extraire une sorte de farine ayant notamment des propriétés épaississantes utilisées dans l’industrie alimentaire. Depuis que l’on procède à l’exploitation des gaz de schiste, cette farine est aussi mélangée à l’eau injectée par fracturation dans les roches argileuses qui enserrent le gaz en question :

afin de s’assurer que le sable qui y est ajouté reste en suspension lors de son transit jusqu’aux points où il servira à pénétrer la roche poreuse. Les propriétés chimiques de la gomme de guar font qu’elle est un produit naturel intéressant, bon marché et sans danger pour l’environnement. (page 61)

Il se trouve que cette gomme de guar est produite à 80 % en Inde et que par voie de conséquence l’exploitation des gaz de schiste présents dans les sous-sols américains a eu comme bénéfice supplémentaire de « changer la vie » de nombreux paysans indiens qui ont pu ainsi sortir de la pauvreté et dont les revenus ont parfois été multipliés par cinq. La conclusion est évidente : la mondialisation, c’est horrible.

Dans la troisième et dernière partie de son Petit traité, h16 conclut son périple anti-écologique par une série de portraits typiques des personnalités hautement humanistes et charitables lancées dans le combat pour un monde plus écolo, « les Fluffies » (mot anglais signifiant doux, duveteux) :

Les Fluffies, ces sont d’admirables petits animaux à poils parfois longs, pétris de bons sentiments, issus de la culture socialiste hydroponique – c’est-à-dire n’ayant pas les pieds sur terre, parfois (…) altermondialistes, et (…) toujours prompts à s’enflammer pour une cause ou une autre au mépris de tout sens critique. (page 79-80)

Parmi ces charmantes bestioles, signalons tout particulièrement le « Fluffy massacreur. » Bien que très humaniste et plein de bonnes intentions, il peut se révéler criminel endurci, par exemple en pourchassant de sa vindicte le DDT accusé de provoquer l’amincissement des coquilles d’oeufs d’oiseaux. Et tant pis si son interdiction pendant trente ans n’a pas permis de se débarrasser du paludisme (aussi appelé malaria) qui causait alors environ un million de morts par an (pages 80-86).

Que conclure de tout ce qui précède ? Non pas que tout principe écologique est à écarter, mais que le vert super-cool d’une certaine écologie militante est devenu le nouveau rouge de la contrainte collectiviste. Comme le montre très bien h16, l’utopie socialiste qui avait fini par se révéler manifestement haïssable s’est astucieusement transformée en une série écologique de « trucs sympas de partage et de bonheur émotionnel vert » (page 22) qui n’en constituent pas moins un contrôle de tous les instants sur nos mouvements et sur nos vies. C’est la nouvelle « illusion lyrique » (Malraux). Tout le monde s’y met en chantant, jusqu’aux entreprises qui font maintenant de la lutte contre le changement climatique un argument de marketing et de management des salariés.

Ah, et puis encore deux mots. Si jamais il s’avisait de neiger cet hiver, n’oublions pas que c’est normal (pages 30-31). Et si jamais on cherchait à vous attendrir avec des photos d’ours polaires esseulés et maigrichons, attention : il s’agit de l’espèce ursus mediaticus qui tend à transformer un ours blessé en multiples victimes du réchauffement climatique et qui n’a pas grand chose à voir avec l’ursus maritimus dont la population a été multipliée environ par six en quarante-cinq ans.


Petit Traité d'Anti-écologie H16(*) PETIT TRAITÉ D’ANTI-ÉCOLOGIE à l’usage des lecteurs méchants, par le blogueur h16, dans la Collection « Les Insoumis » – Edition Les Belles Lettres, 2015.
.


COP 21 KAKIllustration de couverture : Dessin de KAK pour l’Opinion, Comptes twitter : @MonsieurKak, @Lopinion_fr. Merci beaucoup pour leur aimable autorisation.

24 réflexions sur “Faisons un peu d’anti-écologie avec h16

  1. Autant les américains ont des territoires assez gigantesques pour estimer que polluer la terre de 10 000 personnes Max et détruire quelques forêts étaient globalement un moindre mal par rapport aux avantages du gaz de schiste, autant le faire en France tant que la technologie n’a pas évolue en terme de pollution me paraît disproportionne par rapport aux inconvénients. Comparer des pays à la densité de population si différente est franchement limite de mauvaise foi.
    Je suis tout aussi consciente de notre dépendance a la Chine pour les terres rares mais bon leur avantage comparatif est clairement la disposition d’immenses terres à polluer contrairement à nous.

    J'aime

  2. Le livre de Philippe Verdier le 1er dans la série environnement, écologie, sur Amazon ! Et les lecteurs sont dithyrambiques ! Ils découvrent l’escroquerie monumentale des Al Gore et écologistes de tous poils. pour un « non » climato-sceptique, c’est un bon début, une chance qu’il est lancé son livre juste avant la fameuse Cop21, il aura au moins servi de « lanceur d’alerte » sur la plus grosse escroquerie planétaire du XX au XXI ième siècle.

    Je parcours les réponses des lecteurs de différents journaux et blogs et je remarque que ces lecteurs sont de plus en plus connaisseurs et soucieux de ne pas se faire avoir une fois de plus. Les « ADM trouvé ici ou là » qui n’existent pas ça va bien un temps, mais là ça passe plus…
    Bien à vous.

    Aimé par 1 personne

  3. Intéressant.
    Même si c’est un peu hors sujet, je me permets de mettre ce lien sur le mode de vie vegan dont on nous vante qu’il est soi disant très écologique et soucieux de l’environnement. C’est faux. http://www.jfdumas.fr/Stop-au-bourrage-de-crane-Le-mode-de-vie-vegan-n-est-ni-ecologique-ni-ethique-_a389.html La plupart des politiques/comportements écologies prônés par les écologistes (avec l’aide des médias) soit ne marchent pas soit sont en vérité anti écologiques

    J'aime

  4. Le truc de trucmuche « carbonbrief.org un journal environnemental qui vends des éoliennes, et autres trucs verts subventionnés par les citoyens, les appauvrissant ..Yabon banania : https://www.carbonbrief.org/category/energy le mec pige à WWF financé par les cies pétrolières en lien avec des banques.
    Puissant argument en effet..non sérieux trucmuche démontrez nous quelque chose de réel ou « non émotionnel ». Car vous flippez à la « banquise qui fond » normalement tous les ans en été ! Aux pôles c’est 6 mois d’hiver et 6 mois d’été, tout a fait logique que ça fond mon brave.Demandez aux russes qui vivent sous le pôle St Petersburg : 6 mois d’été et de jours et 6 mois d’hiver et de nuits. ON appelle cela là-bas les « nuits blanches ». C’est très beau en plus..Arrêtez d’avoir peur et ne faites pas confiance aux médias.

    J'aime

  5. @ Elysbeth Levy

    Vous criez trop fort. Trop de liens, trop de fautes d’orthographe, trop de Rothschild, trop de slogans et trop de confusion dans votre tête.

    Le bombardement de liens est en général un signe de complotisme, ou de confusion mentale (c’est votre cas). Limitez-vous à deux ou trois liens, et expliquez votre point de vue. Sans hurler. Le but du jeu est qu’on puisse vous comprendre sans consulter vos liens. Ceux-ci ne sont là que pour développer votre propos, ou l’attester. Vous verrez, c’est plus difficile.

    P.S.: je suis anti-réchauffiste.

    J'aime

    • Pardon, Robert Marchenoir mais je ne suis pas une « experte en écriture » voyez vous quand à l’accusation facile de « complotisme » terme très à la mode depuis le 11 septembre 2001 ce n »est pas vous qui l’avez inventé mais une « administration » américaine soucieuse de ne pas laisser aux citoyens le droit de se poser des questions. Quand je mets des liens c’est pour prouver des faits et si c’est long je le répète mon métier n était pas d’écrire avant internet. Ne tuez pas le messager merci . Je ne suis pas « confuse » mais difficile de s’exprimer sur des sujets devenus « polémiques » car sous le coups d’accusations assommantes ( complotisme du climat, négationnisme, confusionnisme, etc) et que je sache notre « ami » est super pédant, insultant a la limite. Le complotisme n’existe pas mais c’est la tarte a la crème de certains pour faire taire une personne ne voulant pas accréditer tout ce qu’on lui dit le RCA n’en étant pas des moindres comme grand mensonge. Désolée si j’écris comme un « cochon » mais tout le monde a le droit de s’exprimer ..Non ? Qui

      J'aime

      • Regardez qui s’avance pour les « complotistes » ou confusionniste » accolé a négationniste (du climat ) parce qu’il est interdit de penser autrement que la VO de nos grands hommes politiques : http://lelab.europe1.fr/Francois-Hollande-veut-un-cadre-juridique-international-contre-le-negationnisme-et-les-theses-complotistes-sur-internet-20658 Pas de quoi se réjouir devant cet arsenal juridique qui peux se retourner contre « tout » citoyens, vous compris, pour « indépendance d’esprit » ou « avis différent »: Je ne crois pas que vous mesuriez a quel point nous n’avons plus la liberté de penser autrement que ce qui était la norme il y a quelques années. Car en tant que « non croyant au RCA » vous en êtes, cher Mr Marchenoir désolée pour vous.
        Bien à vous..

        PS Pardon pour les fautes du copistes.

        J'aime

      • Bien sûr que tout le monde a le droit de s’exprimer. Surtout sur un site libéral… (sans vouloir prendre la place de la maîtresse des lieux). Mais ce serait mieux si l’on pouvait vous comprendre. Par exemple, je me gratte encore les flancs pour deviner ce que vous avez bien pu vouloir dire par ceci :

        « Car en tant que « non croyant au RCA » vous en êtes, cher Mr Marchenoir désolée pour vous. »

        Moi y’en a pas comprendre. J’en suis, de quoi ?

        De façon générale, ce n’est pas parce que l’accusation de complotisme est utilisée de façon malhonnête que le complotisme n’existe pas. Vous avez des tripotées de gens qui vous expliquent que les gouvernements américain et israélien sont à l’origine du 11-Septembre. Cela est du complotisme : invention de complots imaginaires visant à faire accroire que les faits ne sont pas les faits, et que les vérités les plus manifestes sont des mensonges.

        Concernant le réchauffement, pardon, le changement climatique, il est d’autant plus nécessaire de ne pas céder aux facilités de l’hystérie tribaliste et partisane, que le consensus pro-réchauffiste est fort, et les arguments contraires difficiles à trouver et à évaluer.

        Aimé par 1 personne

      • Je vous signale que l’Allemagne, la Californie, la Suisse… investissent dans le renouvelable, tous pays bien entendu bolchéviques, sans aucuns scientifiques dignes de ce nom, comme à l’EPFL de Lausanne, dans votre esprit enfumé de sa science infuse. La Chine s’y met aussi, ah oui ce sont des communiss collectiviss !

        On peut rajouter les patrons des GAFAS qui investissent aussi dans ce secteur, des bolchéviks qui bouffent du chaton kapitaliss tous les jours, bien entendu…

        Vous êtes comme les gus qui niaient il y a des siècles la sphéricité de la terre et sa rotation autour du soleil. Bref, vous êtes une obscurantiste bête à bouffer le foin pourri de H16 l’imposteur beauf, comme tous ses commentateurs.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s