Si le système de santé américain « tue », l’européen tue encore plus

Pour donner suite à mon récent billet sur les navrantes recommandations dirigistes de la Cour des Comptes à propos de notre système de santé, je vous propose aujourd’hui un témoignage puis ma traduction pour Contrepoints d’un intéressant article publié sur le site de la FEE.  Lire la suite

Santé : les remèdes « diafoireux » de la Cour des Comptes

Notre système de santé déjà très étatisé ne donne pas de résultats satisfaisants ? Facile ! Etatisons-le encore un peu plus !

Comme son nom l’indique, la Cour des Comptes surveille les comptes de la nation France. La fourrure d’hermine qui garnit le col de son premier Président Didier Migaud dans les grandes occasions est là pour nous rappeler qu’en République française, on ne plaisante pas avec l’argent des autres. Lire la suite

Et il paraît qu’on a moralisé la vie politique…

Réjouissons-nous. Les sombres affaires Thévenoud, Cahuzac ou Fillon, c’est du passé ! Cette impression prégnante que la classe politique a tous les droits, surtout celui de se remplir les poches sur le dos du contribuable, c’est terminé ! Les conflits d’intérêt, passe-droits et abus de pouvoir petits et grands, c’est bien fini ! Aujourd’hui, nous vivons enfin dans une République irréprochable, véritable paradis politique où l’on marche sereinement, sans craindre les ampoules douloureuses et les cors aux pieds disgracieux. Lire la suite

Hidalgo: le temps se gâte, porteur de parapluie demandé d’urgence !

Etre encore maire de Paris pour les JO de 2024, montrer au monde entier comment la capitale s’est débarrassée de ses habitants – pardon, lapsus – s’est débarrassée des voitures, de leur cortège de polluants maléfiques et de leurs immondes volutes de CO2 pour les remplacer par des petits oiseaux qui vivent d’air pur et d’eau fraîche – pardon, lapsus – par des habitants heureux à vélo et en roller, quelle merveilleuse consécration ce serait pour Anne Hidalgo, grande prêtresse mondiale de l’ère urbaine post COP21 ! Lire la suite

Réformer la France : la méthode Macron peut-elle suffire ?

La France est un pays qui a crucialement besoin, depuis des années, de changer son logiciel « dépenses publiques – impôts – dette ». Extrêmes mis à part, tous les politiciens en parlent sans jamais y parvenir, parfois même sans jamais rien tenter pour y parvenir. Et Macron ?

Quand on se veut « ni de gauche ni de droite », quand on a cultivé le flou sur son programme électoral le plus longtemps possible pour n’effaroucher personne, quand on a surtout compté sur l’enthousiasme, la jeunesse et la nouveauté pour susciter l’adhésion et qu’on a fini par promettre qu’on allait libéraliser « et en même temps » continuer à jouer à l’Etat stratège et à l’Etat providence, quel niveau de réforme peut-on espérer faire aboutir une fois qu’on se retrouve au pouvoir ? Lire la suite

Députés : moins belle, la vie ?

Colocation et VTC pour les députés : du sérieux ou des mesurettes d’affichage qui font l’impasse sur les indispensables réformes à mener sur le nombre des élus et les couches de notre  millefeuille territorial ? 

Moins belle, la vie, pour nos parlementaires ? Il leur a déjà fallu en passer cet été par une loi de moralisation de la vie publique qui, entre autres dispositions vexatoires pour leur dévouement naturel à la chose publique, transforme la réserve parlementaire, supprime les emplois familiaux directs et instaure un système de contrôle des frais de mandat à partir de 2018. Lire la suite

Paradise Papers : Au commencement était l’impôt ?

Depuis le 5 novembre dernier, le journal Le Monde nous régale d’un formidable feuilleton, les « Paradise Papers », savamment distillé dans ses pages au fil des jours à propos de l’évasion fiscale pratiquée massivement par de grands groupes internationaux et des personnalités richissimes sans foi ni loi qui ont l’audace de « soustraire à l’impôt » des milliards et des milliards d’euros qui seraient tellement mieux utilisés par la puissance publique pour apporter bonheur et bien-être aux citoyens méritants comme vous et moi. Lire la suite

La révolution d’Octobre ou la négation de l’individu

Il y a exactement 100 ans hier, le 7 novembre 1917 selon notre calendrier grégorien, se déroulait la révolution d’Octobre qui porta Lénine et les Bolcheviks au pouvoir en Russie, fondant ainsi le premier régime communiste d’obédience marxiste de l’histoire. John Reed, journaliste américain communiste glorieusement inhumé sur la place Rouge et témoin des événements d’octobre, parle(1) avec enthousiasme des « Dix jours qui ébranlèrent le monde » (titre de son livre). Pas de doute, il y a bien eu un « ébranlement », mais contrairement à ce que Reed croyait vivre, la destruction de l’ordre ancien n’a apporté au monde que pauvreté et répression. Lire la suite

Wauquiez : Opportunisme partout, libéralisme nulle part

Mise à jour du dimanche 10 décembre 2017 : Laurent Wauquiez a été élu à la tête des Républicains (LR) dès le premier tour avec 75 % des voix et une participation quelconque des militants de 42 %. Portrait du nouveau patron de la droite :

Qui est Laurent Wauquiez ?

Alors qu’il s’apprête à prendre la tête des Républicains (LR) lors des élections pour la présidence du parti prévues les 10 et 17 décembre prochain, on est frappé du décalage entre le plébiscite que les adhérents vont probablement lui offrir (78 % des sympathisants LR voteraient pour lui selon un sondage Odoxa du 12 octobre) et la défiance, voire l’animosité qu’il suscite chez un grand nombre d’élus et de cadres de son propre parti qui le jugent trop clivant et trop proche de l’extrême-droite.  Lire la suite

#LREM : Avec Castaner, le changement, c’est … non rien.

Mise à jour du 18 novembre 2017 : Lors du premier congrès du parti qui se tient à Lyon aujourd’hui, Christophe Castaner, candidat unique désigné par Emmanuel Macron,  prend officiellement la tête de LREM avec la mission de redynamiser un mouvement à l’arrêt depuis les élections de mai et juin. PORTRAIT :

Le macronisme a-t-il prospéré en partie sur la frustration née d’une gestion des troupes menée à la hussarde depuis la rue de Solférino plus que sur une franche adhésion au nouveau concept politique « printanier » lancé par Emmanuel Macron ? A-t-il surtout représenté une opportunité de promotion politique inattendue pour des quadras et des quinquas désespérément englués dans les épaisseurs glauques de la Hollandie ? Lire la suite