Hulot : un alibi écologique très Macron-compatible

Il commence mal, ce ministère de la transition écologique, pour Nicolas Hulot. A peine nommé, à peine informé du périmètre exact de son ministère, voilà que son plus beau dossier, celui des négociations internationales sur le climat, bat dangereusement de l’aile à cause des ridicules réticences américaines ! Lire la suite

Poutine : Mais qu’est-ce qu’ils lui trouvent tous ?

Mise à jour du lundi 19 septembre 2016 : Les élections législatives ont eu lieu hier 18 septembre 2016 en Russie. Le parti de Vladimir Poutine, « Russie unie », présidé par son ombre Dimitri Medvedev, a remporté 53 % des voix et 76 % des sièges à la Douma, améliorant ainsi son score par rapport aux précédentes législatives de 2011. Le reste des suffrages a été gagné par les partis pro-Poutine, tandis que l’opposition est réduite à néant.
La situation est donc politiquement bien dégagée en vue de l’élection présidentielle de 2018 à laquelle Poutine pourra se représenter pour un nouveau mandat de six ans.
Il est entendu que Poutine est a-do-ré par son peuple, il n’empêche que la participation à ce scrutin n’a pas dépassé 48 % (60 % en 2011) et que l’adoration est toujours plus probante avec un peu de bourrage d’urnes.

Mise à jour du mardi 26 janvier 2016 : La Russie entre officiellement en récession : le PIB s’est contracté de 3,7 % en 2015 et les perspectives 2016 sont à un nouveau repli. 

Mise à jour du vendredi 22 janvier 2016 : En décembre 2015, le Conseil de sécurité de la Fédération de Russie plaçait l’OTAN en tête de ses menaces stratégiques. Mais la situation économique Russe est devenue tellement tendue que moins d’un mois après, des « précisions » sont apportées : le « déséquilibre du système budgétaire national » vient d’être élevé au rang de menace potentielle, tout comme « la vulnérabilité du système financier national. »
Il s’avère en effet (ce n’est pas vraiment une découverte, mais les Poutinistes acharnés ne voulaient pas en entendre parler) que le « miracle russe », entièrement fondé sur la rente pétrolière, s’est surtout traduit par des dépenses publiques (y compris militaires) utiles pour s’offrir une cote de popularité de 90 %, mais fort peu d’investissements porteurs de développement économique. Or le prix du pétrole est au plus bas, à moins de 30 $ le baril contre 100 il y a 18 mois. Comme le dit pudiquement le journal Le Monde : « Le contrat tacite entre le Kremlin et la population, plus de bien-être, moins de liberté, est aujourd’hui menacé. »


 Tous, c’est presque le mot juste au sens propre. Selon un sondage d’opinion mené en Russie en octobre dernier, les Russes ne sont pas loin de 90 % à approuver l’action de leur Président ! Les frappes militaires en Syrie sont leur premier et principal motif de satisfaction. Le sondeur précise que la marge d’erreur n’excède pas 3,5 %, mais à ce niveau soviétique de popularité, l’erreur n’est sans doute pas à chercher du côté des calculs et des échantillons. A l’autre extrémité du globe, le magazine Forbes vient de décerner son titre d’homme le plus puissant du monde à Vladimir Poutine pour la troisième année consécutive, sa très haute popularité intérieure n’étant pas pour rien dans cette nomination.  Lire la suite

Résurrection et Ascension : folle journée pour les Chrétiens !

Hier, jeudi 25 mai 2017, les Chrétiens fêtaient l’Ascension. Avec cet épisode final de l’Evangile, nous arrivons aux tout derniers moments du Christ parmi les hommes. Mais il s’agit d’un Christ ressuscité. Jésus n’est déjà plus exactement un homme, il a changé de « qualité » sans être encore totalement Dieu et assis à la droite du Père.  Lire la suite

Le message de l’U. E. à la France : de la réforme avant toute chose

Pour réaliser pleinement combien le quinquennat de François Hollande a fait perdre cinq ans à la France, alors que de nombreux facteurs externes étaient favorables pour permettre un redressement structurel de notre économie (taux, pétrole et dollar bas), il suffit de s’intéresser à l’affaire des 3 % de déficit public. Il se trouve qu’elle est revenue récemment sur le tapis à travers les « Recommandations pays par pays » que la Commission européenne a livrées à tous ses membres lundi 22 mai dernier. Lire la suite

A l’école avec J.- M. Blanquer

Jusqu’à mercredi 17 mai dernier, Jean-Michel Blanquer était le Directeur général du groupe ESSEC. Etant moi-même (très) ancienne élève de cette école, sa nomination comme Ministre de l’Education nationale dans le gouvernement d’Edouard Philippe a naturellement capté mon attention et suscité ma curiosité.  Lire la suite

Avec Philippe, le changement, c’est normand    !

L’histoire politique d’Edouard Philippe a véritablement commencé il y a 3 jours, le lundi 15 mai 2017, avec sa nomination au poste de Premier ministre d’Emmanuel Macron. Avant cela, comme député-maire du Havre, membre des Républicains (LR) et porte-parole d’Alain Juppé pendant la campagne des primaires de droite, il était certes connu de ses amis politiques et de ses administrés. Mais la France ignorait tout de lui. On nous avait promis des « nouveaux visages », en voici au moins un. Lire la suite

Donner sa chance à Macron, oui. A en perdre la tête, non.

Quel génie ce Macron ! En nommant Edouard Philippe à la tête de son gouvernement, il réussit le prodige de faire rentrer à Matignon un politicien jamais ministre auparavant et néanmoins chevronné, un « nouveau visage » passé bien classiquement par l’ENA, un élu Les Républicains (LR) qui a fait ses classes politiques avec Rocard au Parti socialiste, un proche de Juppé qui s’est revendiqué hier « homme de droite » tout en couvrant d’éloges son prédécesseur Cazeneuve « homme de gauche », un converti récent au macronisme qui ne s’était pas privé il y a seulement quelques semaines de brocarder férocement son patron d’aujourd’hui !  Lire la suite

Etat de grâce : c’est déjà fini ?

La semaine a démarré comme toutes les semaines post élection présidentielle. Les journaux ont mis de belles photos du vainqueur en une de leur édition spéciale et les journalistes sont partis à la pêche de petites révélations mignonnettes et insolites concernant le nouveau Président. On nous a parlé de ses soirées karaoké quand il était à l’ENA et on nous a montré les « images émouvantes » de son mariage avec Brigitte.  Lire la suite

PS : quatre sauvetages et un désertant

Nous sommes dans une semaine plutôt immobile du point de vue gouvernemental. Le nouveau Président a été élu mais ne gouverne pas encore, l’ancien Président nous a assuré qu’il gouvernerait jusqu’au bout mais semble surtout occupé à arroser les chrysanthèmes. On en conclurait faussement qu’il n’y a pas de mouvement. C’est même tout le contraire. Titre de Libé hier matin : « Hamon lance un nouveau mouvement, Hidalgo aussi ». Lire la suite

Macron Président : la tâche sera immense

Emmanuel Macron sera donc notre 25ème Président depuis Louis-Napoléon Bonaparte (1848-52), et le 8ème de la Vème République depuis Charles de Gaulle (1959-69). C’est émouvant. Il a seulement 39 ans, il n’a jamais été élu auparavant, son entrée en politique, qui date de la campagne électorale de François Hollande, est relativement récente et il a lancé son mouvement En Marche ! il y a seulement un an.  Lire la suite

Débat 2017 : Marine Le Pen ou l’opposante sans qualité

J’ai regardé le débat présidentiel de mercredi et j’ai vu un faux libéral qui sait se tenir et une vraie mégère incompétente.

Emmanuel Macron est une pomme de discorde au sein des cercles libéraux. Pour certains, il représente un renouveau, un espoir bienvenu de modernité et d’adaptation à notre monde en vive évolution technologique, économique et géopolitique. Pour d’autres, il n’est que la forme renouvelée du socialisme qui se cherche dans une vaine deuxième voie depuis l’échec des expériences communistes du XXème siècle.  Lire la suite