LUTTES : plus elles convergent, plus elles divaguent !

Avec l’éternel retour du mois de décembre, voici également le 25ème retour de la COP, cette conférence climat des Nations unies dont la France institutionnelle et diplomatique tire une fierté particulière puisque c’est lors de la COP21 organisée à Paris en 2015 que fut adopté le fameux objectif de limiter la hausse de la température mondiale depuis l’ère préindustrielle à 1,5 °C. Et avec le retour de la COP, il eut été très étonnant de ne pas assister au fracassant retour médiatique de Greta Thunberg. Lire la suite

Viande : des contre-indications plus politiques que médicales ?

On nous le répète en boucle : la consommation de viande peut nuire gravement à notre santé. Mais si l’on en croit les critiques soulevées par une nouvelle étude qui remet en cause cette assertion, ce n’est pas tant l’analyse médicale qui le dit que le principe de précaution et l’urgence climatique.

Vous en avez certainement entendu parler : notre stupide propension bourgeoise à consommer de la viande rouge et de la charcuterie est très mauvaise pour le bien-être animal, très mauvaise pour le climat et très mauvaise pour l’environnement. Elle témoigne d’un détestable esprit « spéciste » et d’une insouciance pour les choses de la nature qui mettent illico les végans en rogne et Greta en transe. Lire la suite

Climat : Fred Vargas sème la peur et inquiète surtout… son camp

La romancière Fred Vargas deviendrait-elle légèrement encombrante pour le camp de la « collapsologie » environnementale ? Sa larmoyante dénonciation du péril climatique qui menace l’humanité à brève échéance est si outrancière et ses arguments chiffrés, qu’on qualifiera gentiment d’approximatifs, sont si évidemment destinés à pétrifier l’opinion dans la peur panique que même Jean Jouzel, notre pape national du réchauffement climatique et vice-président du conseil scientifique du GIEC(*) de 2002 à 2015, s’en inquiète. Faire peur, oh oui ! Mais trop en faire au point de déchaîner une hilarité moqueuse, voilà qui serait fâcheux ! Lire la suite

Aurélien Barrau : « J’exécrerais évidemment l’avènement d’une dictature, MAIS… »

« J’exécrerais évidemment l’avènement d’une dictature, mais si on continue à dire que chacun peut faire ce qu’il veut, on oublie le commun. » (Aurélien Barrau, Le Point, 17 juin 2019)

Ah, ce « mais » d’Aurélien Barrau, notre nouvelle star hexagonale du catastrophisme écologique, que ne révèle-t-il pas ! Car si cette phrase signifie quelque chose, c’est qu’il existerait des circonstances – gravissimes, bien sûr, et jamais vues depuis la nuit des temps, naturellement – qui pourraient justifier l’avènement d’une dictature. Transformez la préoccupation légitime pour l’environnement en guerre totale, lancez « un appel face à la fin du monde », touchez le cœur sensible de Juliette Binoche et le tour est joué ! Lire la suite

Le climat ou le nouvel enjeu de la tentation autoritaire

La semaine est très climatique : Emmanuel Macron préside aujourd’hui au Kenya la 3ème édition de son « One Planet Summit » tandis que lycéens et étudiants rejoints par de nombreux syndicats de gauche seront demain en grève scolaire pour le climat à l’initiative de la nouvelle figure médiatique de la lutte climatique, la jeune suédoise Greta Thunberg. Malheureusement, là où il serait bon de laisser la toute récente science du climat gagner en maturité, on voit au contraire que le climat est devenu le nouveau terrain de jeu de la tentation autoritaire.

L’information n’a pas pu vous échapper : la planète est en danger, le climat est en danger, les papillons et les abeilles sont en danger, l’humanité court à sa perte, la fin du monde est proche, jamais l’humanité n’a été confrontée à un risque de cette ampleur, il faut absolument sauver ce qui peut encore l’être, on ne peut plus attendre, il y a urgence, il n’y a plus une minute à perdre, l’avenir de la planète et l’avenir de la vie sont en jeu ! Lire la suite

Presse & ONG : quand l’art du titre flirte avec intox et idéologie

Décidément, l’abominable glyphosate de la firme chimique Monsanto est partout ! Non seulement on en a retrouvé des quantités phénoménales dans le pipi de 30 célébrités, mais ce sont maintenant les couches jetables de nos gentils chérubins qui sont infestées de cette dangereuse substance – et de quelques autres. Du moins est-ce ainsi que le journal Le Monde a décidé de titrer un article consacré à une étude de l’ANSES (l’agence sanitaire française) sur la sécurité des couches pour bébé publiée hier. Lire la suite

Parlons climat : (III) Pognon, GIEC et politiques publiques

Article écrit en commun par   h16 et   Nathalie MP.

C’est officiel et c’est merveilleux : depuis le début de la semaine, Paris est la capitale mondiale de la conscience climatique, Nicolas Hulot en est le chevalier vert et le pétulant Macron est le nouveau sauveur du monde.  Lire la suite

Parlons climat : (II) Ouragans, océans et ours polaires

Article écrit en commun par   h16 et   Nathalie MP.

Le premier article de notre trilogie « Parlons climat » mettait en évidence un petit je-ne-sais-quoi de décalé entre l’hystérie réchauffiste et la froide réalité.  Lire la suite

Parlons climat : (I) Contexte, températures et gaz carbonique

Article écrit en commun par   h16 et  Nathalie MP.

Mise à jour du mercredi 10 octobre 2018 : En ce début de semaine, le GIEC et l’OCDE se sont donné le mot pour secouer les consciences climatiques un peu trop assoupies à leur goût : seulement 9 pays sur les 180 signataires de l’accord de Paris ont présenté des plans de limitation des émissions de CO– c’est dire si le sujet passionne – et si rien ne bouge, le seuil d’un réchauffement de 1,5 °C (seulement ?) par rapport à l’ère pré-industrielle sera atteint entre 2030 et 2052. La cata est à nos portes. Vraiment ?

Un peu de contexte

C’était l’euphorie, à Paris, le 12 décembre 2015. L’Humanité venait enfin d’interdire fermement au climat de se réchauffer : les 195 pays présents à la Conférence Climat COP21 s’étaient mis d’accord pour limiter le réchauffement climatique anthropique (RCA) « bien en-dessous de 2° C » par rapport à l’ère pré-industrielle.  Lire la suite

Hulot : un alibi écologique très Macron-compatible

Mise à jour du mardi 28 août 2018 : Nicolas Hulot a annoncé ce matin qu’il quittait le gouvernement. Il se doutait que son ministère « ne serait pas un chemin de roses » mais il espérait que ce serait lui, Hulot, qui allait inspirer les ministres et non eux qui allaient l’aspirer, afin de pouvoir mettre en oeuvre la transformation radicale qu’il souhaitait : « une transformation écologique profonde, presque sociétale. » Mais face à la réalité – réalité qui n’est pas douce avec l’ensemble du gouvernement en ces temps budgétaires – que ce soit dans le domaine de l’agriculture ou de l’énergie, les alibis sans contenu ne tiennent pas longtemps.

Il commence mal, ce ministère de la transition écologique, pour Nicolas Hulot. A peine nommé, à peine informé du périmètre exact de son ministère, voilà que son plus beau dossier, celui des négociations internationales sur le climat, bat dangereusement de l’aile à cause des ridicules réticences américaines ! Lire la suite