RETRAITES : et si l’on sortait de la TUTELLE étouffante de l’ÉTAT ?

Candidat déclaré depuis peu, Emmanuel Macron a commencé à divulguer son programme en vue d’un second mandat présidentiel. Au menu, une réforme des retraites qui passerait par le recul de l’âge légal de 62 à 65 ans. Interrogé à ce sujet dans Marianne, l’économiste atterré Henri Sterdyniak a expliqué que ce projet revenait ni plus ni moins à « faire payer le ‘quoi qu’il en coûte’ aux travailleurs ».

Disons qu’il n’a pas complètement tort.

Oh, bien sûr, la formulation « faire payer aux travailleurs », lourde d’indignation, renvoie immanquablement aux bons vieux réflexes de la lutte des classes. Dans les cercles très atterrés de gauche et d’extrême-gauche, chez Jean-Luc Mélenchon par exemple, on préfère de beaucoup « faire payer les riches ». Plutôt ramener l’âge de la retraite à 60 ans, augmenter la pension minimum à 1 400 euros par mois et financer le tout par un ISF de compétition, une taxation inflexible des revenus et des héritages, sans oublier une chasse aux évadés fiscaux « jusqu’en enfer ».

Mais la remarque de M. Sterdyniak, pour datée et inopérante qu’elle soit par les solutions qu’elle suggère, nous rappelle néanmoins qu’en matière de retraite, notre système très collectivisé, très réparti et très étatisé – très solidaire, disent certains… – nous rend entièrement dépendants des décisions du gouvernement. 

En effet, les cotisations de retraite sont des prélèvements obligatoires qui rentrent directement dans les recettes de nos comptes publics tandis que les prestations de retraites font partie intégrante des dépenses publiques. Parmi ces dernières, elles représentent 268 € sur 1000 selon le document diffusé en 2019 par le gouvernement pour orienter le Grand débat national, soit environ 14 % du PIB de la France (graphe ci-dessous). Ce n’est pas peu dire, c’est même l’un des niveaux les plus élevés au monde :

Or qui dit recettes et dépenses dit évidemment solde – et s’agissant de la France, cela fait des années que ce solde est négatif. Bref, un déficit chronique.

La bonne orthodoxie budgétaire de l’Union européenne voudrait que ledit déficit n’excédât pas 3 % du PIB. Mais avec le Covid puis maintenant la guerre en Ukraine, on ne sait plus très bien. Mais quoi qu’il en soit, la France a toujours eu les plus grandes difficultés à se conformer à cette règle quand d’autres pays, l’Allemagne ou les Pays-Bas par exemple, semblent n’avoir eu aucun mal à accumuler les excédents jusqu’en 2019 – sans être moins prospères pour autant, bien au contraire. 

Mais il y a pire. On pourrait facilement s’imaginer que notre déficit public est purement conjoncturel, qu’il résulte d’événements extérieurs tels que la pandémie de Covid et qu’il se résorbera avec la fin de l’événement en question. Or il n’en est rien. La part structurelle du déficit reste élevée et tend même à s’alourdir du fait de dépenses conjoncturelles qui perdurent et du fait de notre structuration idéologico-rigide en État providence. Dans le Projet de loi de finances pour 2022, le gouvernement table sur un déficit public de 5 % dont 4 % en structurel.

Et c’est là qu’on en revient au système de retraite.

Toute variation sur l’âge légal de départ, sur le nombre de trimestres cotisés, sur le montant des pensions versées aux retraités et sur le montant des cotisations payées par les entreprises entraîne structurellement une variation des recettes et des dépenses publiques.

Toutes choses égales par ailleurs, les autorités compétentes ont calculé que passer l’âge légal de retraite de 62 à 64 ans pourrait rapporter quelque dix milliards d’euros par an dans les caisses de l’État, c’est-à-dire environ 14 milliards du côté des prestations en moins, minorés par 4 milliards d’euros du côté des indemnités chômage, invalidité et maladie à payer en plus. À 65 ans, estime le gouvernement, on commencerait à se sentir à l’aise. Surtout quand on sait que le déficit du système actuel inchangé serait de 10 milliards d’euros par an jusqu’en 2030.

Non pas que je prenne l’âge légal de départ en retraite pour quantité négligeable. Il est incontestablement plus bas en France que chez nos grands voisins européens et il constitue évidemment un élément à prendre en compte dans le contexte de l’allongement de l’espérance de vie que nous connaissons :

Mais force est de constater parallèlement que le simple fait de rester intégralement et obligatoirement dans le système par répartition que nous connaissons depuis la deuxième guerre mondiale met les retraités à la merci totale de décisions purement politiques, qu’il s’agisse de pallier une mauvaise gestion chronique ou de financer le modèle social ultra-coûteux dont la France, pays pas comme les autres, a le secret.

Emmanuel Macron nous en a donné un fameux exemple dans le Projet de loi de finances pour 2019. Alors qu’il s’était engagé à ne pas toucher aux pensions, et notamment à ne pas les transformer en variable d’ajustement pour arranger les comptes ultra-tendus de la nation, il n’a pas hésité à les revaloriser de 0,3 % seulement en 2019 et 2020, soit bien moins que l’inflation prévue à l’époque.

On pourrait se dire que les contraintes budgétaires imposées par l’Union européenne jouent directement contre les citoyens retraités et qu’il est temps de s’affranchir de cette tutelle infernale. Mais ce serait s’aveugler sur les raisons véritablement constitutives de cette situation toxique. D’une part parce que d’autres pays européens ne souffrent nullement de ce problème et surtout parce que la faute en incombe directement à cette idée fort totalitaire et fort en cours en France que c’est à l’État d’organiser nos vies dans les moindres détails – passion égalitariste oblige.

Pourtant, la retraite, c’est très simple. Celui qui travaille a la « prévoyance » de mettre de côté un peu de son salaire chaque mois pour assurer sa subsistance dans ses vieux jours. S’il place les sommes ainsi mises de côté – et personne ne dit qu’il doive les placer en junk bonds ou en actions à très haut risque – il se retrouvera le moment voulu (choisi) avec un capital qu’il aura lui-même constitué.

Dans le système par répartition, les sommes versées en cotisations retraite par les actifs ne sont pas vraiment « mises de côté » ; elles sont payées immédiatement aux retraités. L’actif qui cotise n’a encore rien assuré pour sa retraite. Les sommes qui lui reviendront n’existent pas encore et il n’a d’autre choix que de faire confiance à l’administration pour qu’elle maintienne le système en état de marche jusqu’à sa mort.

Or ce qui fonctionnait quand l’âge de départ en retraite était de 65 ans et l’espérance de vie de 70 ans, ne fonctionne plus aujourd’hui. Entre déficits chroniques qui obligent à remettre une réforme sur la table à chaque quinquennat et décisions arbitraires des pouvoirs publics pour favoriser telle catégorie de citoyens aux dépens des autres (cas des régimes spéciaux de la SNCF ou la RATP) dans le contexte de comptes publics régis par le principe du « quoi qu’il en coûte », une telle confiance n’est pas raisonnable.

Aussi, lorsque je parle de baisser les dépenses publiques, ce qui m’arrive assez souvent, je ne signifie nullement qu’il faudrait réduire arbitrairement les pensions – ce qu’a fait Macron. Je veux dire qu’il est temps de sortir ce domaine de la mainmise étatique et de rendre aux Français la maîtrise et la responsabilité de leur retraite en cassant le monopole de l’État providence et en permettant à chacun d’inclure de la retraite par capitalisation dans son plan de retraite.

On devient certes dépendant de l’activité économique et des marchés financiers, mais on a la possibilité de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier et il est possible de lisser le risque à long terme. Du reste, il serait tout à fait erroné de s’imaginer que la répartition nous met à l’abri des vicissitudes économiques. Chaque ralentissement de l’activité entraînant hausse du chômage et baisse des rentrées de cotisations, l’ajustement se fait alors inéluctablement via les impôts, la dette, la baisse des prestations ou la hausse des taux de cotisations.

Il faut croire d’ailleurs que la capitalisation n’est pas l’horreur si souvent décrite. Lors des négociations (avortées) autour de la retraite universelle à points voulue sans succès par Emmanuel Macron avant l’arrivée du Covid, on a pu se rendre compte que les rares professions disposant d’un régime autonome de retraite par capitalisation ne voulaient pour rien au monde s’en passer par crainte de voir le niveau de leurs pensions s’affaisser. Les pharmaciens par exemple.

Leur cas particulier nous donne justement une bonne idée de ce que pourrait être un système de retraite moderne et performant : au-delà d’un système de base géré par l’État, la possibilité pour tous d’accéder soit individuellement, soit par profession, soit par entreprise à des régimes complémentaires par capitalisation gérés de façon indépendante au plus près des intérêts et des choix des cotisants.

Cette structure en plusieurs piliers combinant répartition et capitalisation est précisément celle qui prévaut dans les pays les mieux classés dans l’Index Mercer des systèmes de retraite. En 2021, le trio de tête était formé de l’Islande, des Pays-Bas et du Danemark. La France figurait au 21ème rang sur 43 pays étudiés avec une note de 60,5/100, soit un peu moins que la moyenne. Sur les trois grands axes analysés (niveau des pensions, équilibre financier à long terme, transparence du système), ses résultats étaient corrects pour le premier et particulièrement faibles pour les deux autres :

Autrement dit, l’existence d’un monopole public dispendieux ne garantit nullement la qualité du système. Après l’éducation et la santé, la France en apporte une nouvelle preuve dans le domaine des retraites.

Pour finir, je vous suggère un test tout simple pour savoir si votre candidat présidentiel préféré possède ou non un petit quelque chose de libéral : regardez ses propositions pour la retraite. S’il ne s’agit que de faire bouger l’âge légal et d’instaurer une pension minimum plus ou moins mirobolante, vous pouvez être certain que votre candidat ne compte nullement renoncer au pouvoir de diriger votre vie du berceau au tombeau.


Illustration de couverture : Le président-candidat Emmanuel Macron en campagne à Poissy le 7 mars 2022. Photo AFP.

11 réflexions sur “RETRAITES : et si l’on sortait de la TUTELLE étouffante de l’ÉTAT ?

  1. Nombre de jeunes dont un très proche on fait une croix sur leur retraite future, ils pensent qu’ils ne bénéficieront jamais du niveau de couverture de leurs parents. Les plus chanceux auront une maison avec potager, poulets, lapins et chaufferont une pièce au bois, heureux le petit propriétaire. En fait c’est ce que j’ai connu dans les années 60 le charbon remplaçant le bois.

    Nous sommes actuellement engagés dans une guerre aux contours très incertains avec pour facteur aggravant Wagner qui avance partout en Afrique de l’Ouest ça pourrait être terrible pour l’occident en particulier notre pays. Autre variable, dans 35 ans le pétrole sera tellement rare qu’il pourrait se vendre en flacons par les parfumeurs, hors rien n’est prévu pour sa substitution : le monde agricole et celui des travaux publics en dépendent.

    Alors la retraite à 60 ou 62 dans le contexte d’une dette astronomique… 2 cierges à Notre Dame des bonne nouvelles et un bon timonier pour 2022..

    • Pour le pétrole, ce sont les prévisions du rapport Meadows que vous nous répétez: le club de Rome annonçait l’an 2000. Raté.
      Quant aux alternatives, il y en a: on peut produire des hydrocarbures (meilleur moyen de stocker l’énergie, de le transporter, de loin) mais ce n’est pas encore compétitif.
      Une des voies les plus prometteuses est l’hydrolyse de lignine et cellulose par des levures génétiquement modifiées.

  2. Excellent article (un de plus, Nathalie 🙂

    Personnellement, je n’ai aucune confiance dans le système de répartition. Les trimestres cotisés et les points de retraite ne garantissent rien du tout. Entre maintenant et l’âge de mon départ en retraite il peut se passer énormément de choses qui changent la donne (un exemple au hasard: une guerre). Mes « cotisations retraite » pourraient bien être des cotisations à perte.

    C’est pourquoi je prépare ma retraite par capitalisation personnelle: achat de la résidence principale, épargne de long-terme (si possible défiscalisée) et épargne-retraite par capitalisation lorsque c’est possible. Selon votre situation personnelle vous pouvez avoir accès à la Préfon ou à d’autres dispositifs (souvent proposés par l’employeur, pour ceux qui sont salariés). Le dernier en date est le Plan Epargne-Retraite.

    J’invite tous les lecteurs qui ne sont pas encore retraités à se pencher sérieusement sur cette question. La retraite est un sujet dont il faut se préoccuper longtemps à l’avance. Le jour du départ en retraite les dés sont jetés et on ne plus faire autrement que d’accepter ce que les caisses de retraite veulent bien vous donner.

  3. L’annonce est purement électoraliste comme absolument toutes les annonces actuelles.
    Il s’agit de venir bouffer sur l’électorat de droite, Pécresse-Zemmour pour atterrir inéluctablement sur un duel au final Macron-Le Pen.

    Cela ne l’engage à rien puisque cela pourra mettre des années à se mettre en oeuvre.
    Et effectivement rien en vue pour remettre en cause même à minima le principe par répartition.

    Le quinquennat qui s’annonce ne procédera à aucune réforme structurelle, l’orientation générale est claire et n’a besoin de façon générale et évidente, d’aucun débat. Le bilan est plat et le programme aussi. En avant pour la com et un nouveau spectacle du théâtre des ombres !

    C’est fou comme notre destin semble gravé d’avance.

  4. l’Etat n’a pas à s’occuper des retraites : à chacun de se constituer son pécule pour ses vieux jours.

    A charge à l’Etat de faire respecter et respecter la propriété privée, sauf qu’il ne peut s’empêcher de spolier l’épargnant (faut nourrir les fonctionnaires qui votent pour plus d’état).

Laisser un commentaire