Et si notre modèle social adoré était en fait l’artisan de nos difficultés ?

Les rapports de notre propre Cour des Comptes comme ceux des grands organismes économiques internationaux se suivent et se ressemblent : la France doit impérativement mettre un terme à sa fuite en avant dans la dépense publique, les déficits et la dette.

Qu’on s’illusionne tous collectivement au point de voir dans cette folle cavalcade de notre modèle économique et social l’aboutissement sublime de la solidarité, de l’égalité et du « quoi qu’il en coûte » Lire la suite

Le marché est-il MYOPE ? Le cas de la start-up médicale Theranos.

La chute aussi fracassante que frauduleuse de la start-up médicale américaine Theranos et de sa dirigeante-fondatrice Elisabeth Holmes, 38 ans, qui vient d’être condamnée à 11 ans de prison, pourrait facilement accréditer la thèse de la « myopie du marché » chère aux planistes et aux partisans de l’État stratège. Lire la suite

XI JINPING : les habits SALES du président MAO lui vont si bien !

Quand Xi Jinping arriva à la tête du Parti communiste chinois (PCC) en 2012, puis à celle de l’État chinois en 2013, on pouvait facilement penser qu’il allait s’inscrire dans les pas réformistes de son illustre prédécesseur Deng Xiaoping. Lire la suite

Croire en la Liberté

La guerre russe en Ukraine place une fois de plus le monde occidental, le monde des démocraties libérales, face à ses renoncements et ses douloureuses contradictions.

Comme dans les années 1930 face à l’Allemagne, l’Italie et l’URSS, on le voit se lever au nom de ses principes face à l’autoritarisme brutal d’un Vladimir Poutine, mais on le voit aussi se braquer dans des certitudes sociales et/ou climatiques, qui lui font imposer ses jolies politiques d’en haut en oubliant qu’il tient ses pouvoirs des individus. Lire la suite

Il y a 52 ans, MILTON FRIEDMAN déboulonnait déjà la RSE…

REPLAY : Et maintenant, petit coup de projecteur libéral sur la RSE. La Responsabilité sociale des entreprises est à la mode, mais elle n’a rien de bien nouveau. En 1970, dans un retentissant article publié par le New York Times, Milton Friedman en faisait déjà une analyse intensément dubitative (publication initiale le 12 décembre 2020) :

Comme il était fier, le PDG de Danone Emmanuel Faber, en juin 2020 dernier, lorsque ses actionnaires, les premiers de tout le CAC 40, ont voté à 99,4 % le nouveau statut d’entreprise « à mission » de leur groupe, conformément aux dispositions de la loi PACTE concoctées par le ministre de l’économie Bruno Le Maire dans le but d’intégrer les enjeux sociaux et environnementaux dans l’objet et le statut des entreprises !

« Vous venez de déboulonner une statue de Milton Friedman ! » leur a-t-il même lancé dans un assaut de satisfaction anti-libérale non dissimulée. Lire la suite

Benjamin CONSTANT, inlassable penseur de la LIBERTÉ

REPLAY : Mon petit chemin libéral, suite. Il y aura 255 ans demain, le 25 octobre 1767, naissait Benjamin Constant. Impossible de parler de libéralisme sans parler aussi de lui (article publié initialement le 23 avril 2016).

Je feuillette souvent mon livre Aux sources du modèle libéral français(1). Il couvre une vaste période allant de l’Ancien Régime à nos jours et j’aime le consulter pour préciser des repères historiques ou théoriques et pour y chercher des références. Récemment (edit : en 2016), au hasard des pages, je suis tombée sur cette citation de Benjamin Constant :

« Restez fidèles à la justice, qui est de toutes les époques ; respectez la liberté, qui prépare tous les biens ; consentez à ce que beaucoup de choses se développent sans vous, et confiez au passé sa propre défense, à l’avenir son propre accomplissement. » (De l’esprit de conquête et de l’usurpation, 1814)

Ce petit texte est dense. Il couvre presque tout ce qu’on pourrait dire sur le libéralisme. Lire la suite

Pourquoi, comme HAYEK avant moi, « I am NOT a conservative »

REPLAY : Pendant quelque temps, le temps de réfléchir à la finalité de ce blog, son utilité, sa diffusion déprimante, je vais remettre en avant une série d’articles anciens plus spécialement consacrés au pourquoi et comment du libéralisme. (Je précise : pas de problème de santé de mon côté, juste la nécessité de redonner du sens à ce que je fais ici.)

Je commence par Friedrich Hayek et son important texte « Why I am not a conservative » (article publié initialement le 14 janvier 2018). En outre, j’attire votre attention sur mon « petit théâtre politique » dont j’ai placé les scènes les plus marquantes dans la colonne latérale du blog. Bonnes lectures !

Au détour des conversations que j’ai pu avoir avec différents membres de la famille libérale, il arrive souvent que mon interlocuteur me dise en substance : « Pour ma part, je suis libéral-conservateur, c’est-à-dire libéral en économie et conservateur sur le plan sociétal. » Et il me demande ensuite où je me situe selon cette variante particulière du libéralisme.  Lire la suite

RAFFINERIES : où l’on découvre une CGT syndicat des RICHES !

Pauvre François Hollande, le Prix Nobel d’économie lui échappe encore cette année ! Notre ancien Président de la République est pourtant l’auteur d’un traité d’économie politique en deux principes dont la puissance explicative du fonctionnement de notre modèle économique et social est tout simplement admirable : Lire la suite

Comptes bancaires : quand Bercy se rêve en Big Brother

Il y a quelques mois, dans un article appelant les nouveaux députés à mettre fin(*) à l’état d’urgence sanitaire, je soulignais en conclusion combien il était nécessaire que les citoyens montrent la plus grande vigilance, non seulement à court terme à propos des évolutions possibles de la loi de transition sanitaire, mais surtout à plus long terme du fait des possibilités accrues de surveillance de masse et de violation de nos données personnelles que le développement des technologies de l’information rend possibles : Lire la suite

PLF 2023 : on prend les mêmes DÉRIVES et on recommence !

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des Comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre. Lire la suite