Manuel VALLS ou les tribulations d’un AMBITIEUX sans qualités

Cet article doit se lire – j’insiste – comme la suite de « Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton », portrait que j’avais écrit en décembre 2016 alors que l’ex-ministre de l’Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l’élection présidentielle de 2017.

De vrais-faux départs en vrais-faux retours entre le PS, LREM, Évry, Paris et Barcelone, Manuel Valls n’en finit pas de nous distraire. Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue Lire la suite

« Faire barrage à l’extrême-droite » : Le concept-piège qui SCLÉROSE la politique française depuis 1984

Précision du 24 mai 2021 à 11 h : Cet article n’est pas un plaidoyer pour le RN mais une suggestion libérale pour sortir du piège tendu à la droite par François Mitterrand en 1984 par instrumentalisation calculée de l’effet repoussoir de l’extrême-droite.

* * *

PRÉAMBULE   Qu’est-ce qu’une sclérose ? Au figuré, c’est l’état de qui – personne, collectivité, institution – ne sait plus évoluer ni s’adapter, c’est une forme de fossilisation du comportement et de la pensée.

C’était en janvier 2020. À l’époque, on parlait déjà beaucoup de l’élection présidentielle de 2022 et l’on s’interrogeait non sans raison sur les possibilités de victoire de la Présidente du Rassemblement national Marine Le Pen. Cette fois-ci, pourrait-elle s’imposer au second tour ? Pourrait-elle battre Emmanuel Macron ? « Mais bien sûr », avait alors répondu Ségolène Royal à Ruth Elkrief qui lui posait la question sur BFM TV, ajoutant avec une clairvoyance inhabituelle chez elle : Lire la suite

2022 : l’élection où tout le monde court après tout le monde

Si ce n’était navrant sur le plan de la production des idées politiques, ce serait très amusant à observer. À un an de l’élection présidentielle de 2022, les principaux candidats, ceux qui semblent faire la course en tête pour l’instant, se sont tous mis à chasser ouvertement sur les terres de prédilection de leur(s) adversaire(s), quitte à revenir sur leurs positionnements antérieurs avec une incohérence et une mauvaise foi à couper au couteau. Lire la suite

Union des gauches en 2022 : Ouf, Mélenchon n’en veut pas !

Jean-Luc Mélenchon voyage actuellement en Amérique latine afin d’assister prochainement à la Journée de la Terre en Bolivie. Sachez, chers lecteurs, que contrairement à ce que les macronistes et les lepénistes racontent par pure médisance politicienne, ce n’est absolument pas une partie de plaisir car rien ne lui est plus pénible que de traîner une valise à roulettes dans le dédale des couloirs et des escalators de l’aéroport de Madrid. Lire la suite

2022, des sondages et des hommes : Le cas Édouard Philippe

Présidentielle 2022, c’est parti ! Après Jean-Luc Mélenchon pour la France Insoumise, Marine Le Pen pour le Rassemblement national et Fabien Roussel pour le Parti communiste, Xavier Bertrand a officialisé sa candidature « de droite sociale et populaire » cette semaine, sans même attendre de savoir s’il sera réélu en juin dans sa région des Hauts-de-France. Mais un nouveau nom commence à affoler les compteurs médiatiques, celui de l’actuel maire du Havre qui se trouve être aussi un ancien membre très actif des Républicains ainsi que l’ex-Premier ministre d’Emmanuel Macron, autrement dit Édouard Philippe. Lire la suite

Bruno Le Maire serait-il devenu ministre de la relance électorale ?

Notre très littéraire ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance mesure-t-il bien la portée de tout ce qu’il raconte aux journalistes ? C’est douteux. Alors qu’il s’est mis récemment à sillonner la France afin de suivre personnellement la distribution des 100 milliards d’euros de son plan de relance, il semblerait que ce retour au terrain qui fait monter en lui les émotions de sa campagne 2016 pour la primaire de droite l’ait disposé aux « confidences » dangereusement révélatrices : Lire la suite

La France, cet ENFER néolibéral… Non mais vraiment ?

Je crains que le débat économique en vue de la future élection présidentielle de 2022 ne soit très mal parti. Que l’on se tourne vers la droite ou vers la gauche de l’actuel Président, tout le monde s’accorde à dire que la France nage dans le « néolibéralisme » le plus destructeur depuis au moins trente ans et que l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée a eu pour effet de pousser cette situation à son paroxysme. Lire la suite

HIDALGO : ce qu’elle promet… ce qu’elle fait… et 2022

Ce n’est un mystère pour personne, Mme Hidalgo pense très fort à la course élyséenne de 2022. Oh bien sûr, elle n’évoque ce sujet qu’avec la plus grande modestie et tout le désintéressement possible, comme le veut depuis toujours le petit savoir-vivre de l’hypocrisie politicienne. Pour l’instant, il n’est donc question pour elle que de prendre « toute sa part » à la future élection présidentielle en contribuant au débat d’idées qui ne manquera pas d’animer la future campagne électorale. Lire la suite

MACRON vs LE PEN : encore eux en 2022 ? Grosse déprime.

De sondage en sondage, on nous explique que 70 à 80 % des Français ne veulent à aucun prix revivre en 2022 le duel Macron vs Le Pen de 2017. Mais de sondage en sondage, il ressort également que dans la perspective où l’élection présidentielle aurait lieu « dimanche prochain », selon la formule consacrée des enquêtes d’opinion, Macron comme Le Pen persistent à dominer très nettement le match, et ceci dans tous les cas de figure envisagés. Lire la suite

Quand les DÉGAGÉS de l’ancien monde rêvent tout haut de 2022

Offensive Sarkozy, en cette rentrée 2020. François Baroin, dûment massé en ce sens, n’est plus sur la ligne de départ de la droite et Brice Hortefeux, l’ami de toujours, s’emploie à savonner la planche de Xavier Bertrand. Bref, les dégagés de l’ancien monde rêvent tout haut de 2022 [REPLAY] :

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée. Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme. Lire la suite