POMPILI : après Ken à l’écologie, voici Barbie ?

Ce titre vous semble mystérieux voire bizarre voire sexiste ? Lisez, et tout s’éclaircira, j’espère !

Depuis que la composition du gouvernement Castex est connue, il n’y en a plus que pour Roselyne Bachelot, dont le goût pour les Crocs roses et les talents d’actrice dans Les monologues du vagin feront certainement merveille à la Culture, et pour le célèbre avocat pénaliste Éric Dupond-Moretti dont les coups de gueule tous azimuts (et à géométrie quelque peu variable) réjouissent les médias et font trembler les prétoires. Mais le haut de l’affiche, c’est Barbara Pompili, députée LREM issue de l’écologie, qui l’occupe : nommée ministre de la Transition écologique, elle devient de fait le troisième personnage du gouvernement. Lire la suite

MACRON : enfin SEUL, enfin ROI

Rappelez-vous : le 15 mai 2017, la nomination d’Édouard Philippe à Matignon avait dû être retardée de plusieurs heures. En cause, le choix de son directeur de cabinet. Tout à l’ivresse de sa récente victoire présidentielle qui le poussait à se montrer plus jupitérien et plus maître des horloges que jamais, Emmanuel Macron pensait pouvoir placer facilement son ami et directeur de la CNAM Nicolas Revel auprès du futur Premier ministre. Mais ce dernier résiste et impose finalement son propre ami Benoît Ribadeau-Dumas. Lire la suite

Tous ÉCOLOS ? C’est vite dit… Mais on y aura droit quand même.

Ne dirait-on pas que la France est enfin parvenue au point ultime et éblouissant de son Histoire ? À entendre les leaders écologistes s’émerveiller de leurs fantastiques résultats à l’issue du second tour des élections municipales de dimanche dernier, à voir tous les sourires prodigués dès le lendemain par le Président de la République aux 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat, pas de doute : l’aspiration universelle au bonheur vert a triomphé des horreurs économiques du « capitalisme productiviste » pour nous entraîner joyeusement vers les délices d’une indépassable République sociale et écologique ! Lire la suite

Mais où est donc passé le fameux « cap » du Premier ministre ?

Est-ce l’effet d’un atavisme typiquement politicien ou faut-il y voir l’influence des origines normandes du Premier ministre, origines dont le récit populaire français prétend qu’elles confèrent une étonnante propension à l’indécision et à la rétractation ? Toujours est-il que malgré le fameux « cap » qu’Édouard Philippe se targue de garder contre vents et marées depuis qu’il est à la tête du gouvernement (ici, ici, ici), on se perd dans les zigzags de ses décisions et convictions. Lire la suite

Convention citoyenne pour le climat Bonjour la dérive AUTORITAIRE du citoyen CITOYEN !

Les craintes que j’exprimais récemment sur les manœuvres de différents partis ou groupes d’opinion dans le but de faire prévaloir leur point de vue en essayant de le forcer dans le marbre réputé inaltérable de la Constitution n’ont rien de théoriques. La preuve par la Convention citoyenne pour le climat (CCC) qui adoptait ce week-end son rapport final dans lequel elle préconise notamment d’inscrire les impératifs climatique et écologique dans le texte fondateur de notre République. Lire la suite

Emmanuel Macron et le lyrisme ambigu des FORCES de la France

« N’oublions jamais nos forces » (Emmanuel Macron, Adresse aux Français, 14 juin 2020) Commençons surtout par les identifier sérieusement et arrêtons ensuite de les étouffer !

Égal à lui-même, notre Président. Dimanche soir encore, dans une allocution censée nous éclairer sur ses projets post-épidémiques (vidéo en fin d’article), on l’a vu plus à l’aise dans les belles envolées philosophiques et morales de ses propres discours que dans le concret de son action politique. Lire la suite

Quand les DÉGAGÉS de l’ancien monde rêvent tout haut de 2022

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée. Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme. Lire la suite

Macron et les « Jours Heureux »

Dans son allocution du 13 avril dernier, Emmanuel Macron a exprimé sa conviction qu’après les difficultés du Covid-19, « nous retrouverons les Jours Heureux ». Une allusion explicite mais peu réjouissante au programme collectiviste du Conseil national de la résistance qui a fondé notre modèle social.

À voir la façon dont s’enclenchent les discussions sur le monde de l’après-Covid-19 dans notre pays, je crains que l’épidémie ne soit bien partie pour nous assommer trois fois plutôt que deux. La crise sanitaire ne fait aucun doute, non plus que le brutal ralentissement économique résultant directement des mesures de confinement prises pour enrayer la contagion. Mais voilà que se profile aussi une sorte de mystique politique sur le thème « rien ne pourra plus être comme avant » qui ressemble pourtant comme deux gouttes d’eau à l’étatisme que la France pratique avec délectation depuis 1945. Lire la suite

Coronabonds ou la FARCE de l’appel à la « solidarité » dans l’UE

Info du 6 mai 2020 : Dans un jugement rendu hier 5 mai 2020, la Cour constitutionnelle allemande jette un froid sur le programme de rachat de dette (quantitative easing ou QE, c’est-à-dire in fine planche à billets qui lèse les épargnants) initié par la BCE après la crise de 2008 – politique poursuivie aujourd’hui dans le contexte du Covid-19. Une pierre de plus dans le jardin des pays, comme la France, qui comptent sur les QE et sur les surplus budgétaires des autres pays via des coronabonds par exemple pour poursuivre leur politique budgétaire laxiste. Replay :

Publier le 1er avril, jour des farces et attrapes, ou repousser au lendemain eu égard au « sérieux » terriblement technocratique véhiculé par le terme Coronabonds ?

Je me décide finalement pour ce mercredi 1er avril car si la demande pour l’émission d’une dette européenne est effectivement en train d’atteindre un volume sonore non négligeable dans les débats entre Lire la suite

Le coronavirus de la récupération POLITICIENNE a encore frappé !

On commence à se dire que la crise sanitaire du coronavirus pourrait bien être aussi terrible en France qu’en Italie. On commence à se demander avec inquiétude si l’on aura assez de respirateurs pour tout le monde. On commence à se dire que le maintien des élections municipales de dimanche dernier a été une erreur colossale et l’on se demande quand, enfin, sera prise la décision de confinement généralisé qui, au point où nous sommes, permettra seule de mettre un frein sérieux à la propagation du virus. Lire la suite