Vous avez dit « bulle de savon »? #Bayrou

J’ai du mal à dire ce que François Bayrou a accompli dans toute sa vie politique. Mon seul souvenir concerne son passage comme ministre de l’Education nationale (1993 – 1997) qu’il avait mis à profit pour redonner de l’actualité à la suppression* des devoirs écrits à la maison en primaire. Une très mauvaise idée, à mon avis. Mais à part ça, je ne vois pas. Lire la suite

Ça y est, on a une majorité et une opposition ! Pour faire quoi ?

Quel suspense, ce dimanche ! Porsche, Toyota ou l’outsider ? Si les 24 heures du Mans se sont finalement terminées sans surprise par une 19ème victoire de Porsche, notre course législative a connu une résolution inverse. Aucun suspense, tellement aucun que l’abstention a battu un record de plus, mais quand même une petite surprise à l’arrivée.  Lire la suite

Aujourd’hui, article N° 300 !

Pour les articles N° 100 (10 novembre 2015) et N° 200 (11 septembre 2016) j’avais fait le pari un peu hasardeux de me glisser dans la tête de François Hollande et de restituer ses pensées politiques les plus intimes en alexandrins. Ces billets et quelques autres font maintenant partie de la rubrique Au Théâtre avec HollandeLire la suite

Législatives : mania, indifférence et « nouveaux visages »

Je ne suis pas fâchée de voir toute cette affaire se terminer prochainement. Toute cette affaire ? Le paquet électoral 2017 comprenant l’élection présidentielle et ses répliques législatives. Tout ceci nous occupe depuis des mois et des mois et s’est décliné en pas moins de deux tours de primaire de droite, deux tours de primaire de gauche, deux tours de présidentielle et pour l’instant un tour de législatives. Lire la suite

Avec Macron, l’état d’urgence, c’est pour toujours ?

J’ai l’impression qu’avec le beau, le bon, le parfait, le merveilleux M. Macron, on n’a pas fini de faire des comparaisons « avant après » tumultueuses ; on n’a pas fini de se coltiner sa part sombre avec sa part printanière ; on n’a pas fini d’entrechoquer sa personnalité souriante sur tapis rouge à celle, plus terre à terre, de son exercice du pouvoir au jour le jour. Lire la suite

Chômage : avec Macron, le changement, c’est dans les stats ?

Quel ballot, ce Darmanin ! Dans un grand entretien accordé au journal Le Monde avant-hier, il est allé jusqu’à dire que la France comptait 6 millions de chômeurs ! Et pourquoi pas 10, pendant qu’il y était ? A croire qu’il a complètement oublié qu’il est ministre de l’action et des comptes publics – comprendre ministre du budget – dans le tout nouveau tout beau gouvernement de notre tout nouveau tout beau Président de la République.  Lire la suite

NKM, NVB et les législatives : SOS candidates en détresse !

Emmanuel Macron est un garçon très appliqué et tout ce qu’il fait est merveilleusement bien présenté. Exemple : parmi tous les partis qui participent aux élections législatives, La République en Marche (LREM) est le seul qui ait respecté au chiffre près la parité hommes femmes : 50 / 50 exactement, ni plus, ni moins.  Lire la suite

The strange case of Brother Emmanuel and Mister Macron

L’agenda des grandes rencontres internationales a bien fait les choses. A peine élu à la tête de l’Etat, Emmanuel Macron a pu se montrer en compagnie des principaux dirigeants de la planète. A Bruxelles jeudi 25 mai dernier pour l’OTAN, à Taormina ce week-end pour le G7 ou à Versailles avant-hier pour inaugurer une exposition consacrée à Pierre le Grand, c’est à Merkel, May, Trump et Poutine qu’il a parlé, c’est sur la scène mondiale qu’il a déboulé, l’air de dire : Attention, me voilà !  Lire la suite

Hulot : un alibi écologique très Macron-compatible

Il commence mal, ce ministère de la transition écologique, pour Nicolas Hulot. A peine nommé, à peine informé du périmètre exact de son ministère, voilà que son plus beau dossier, celui des négociations internationales sur le climat, bat dangereusement de l’aile à cause des ridicules réticences américaines ! Lire la suite

Le message de l’U. E. à la France : de la réforme avant toute chose

Précision du samedi 17 juin 2017 : L’objectif de limitation du déficit public à 3 % en 2017 ne pourra être tenu. Le premier ministre Edouard Philippe s’en désole. Ce n’est pourtant pas une nouveauté. Et avec le jeu de décaler des dépenses sur 2018, notamment pour le CICE, le gouvernement précédent a laissé une ardoise dont on parlait déjà il y a plusieurs mois. De bonne guerre, mais pas très sérieux de faire soudain l’étonné vis-à-vis des électeurs.
Il n’y aura aucun miracle Macron, aucun miracle français, tant que ne sera pas opéré un tournant à 180 degrés dans nos politiques publiques : baisse des dépenses, baisse des impôts.


Pour réaliser pleinement combien le quinquennat de François Hollande a fait perdre cinq ans à la France, alors que de nombreux facteurs externes étaient favorables pour permettre un redressement structurel de notre économie (taux, pétrole et dollar bas), il suffit de s’intéresser à l’affaire des 3 % de déficit public. Il se trouve qu’elle est revenue récemment sur le tapis à travers les « Recommandations pays par pays » que la Commission européenne a livrées à tous ses membres lundi 22 mai dernier. Lire la suite