Fillon : l’impasse

Mise à jour du mardi 7 mars 2017 : A l’issu d’un comité politique auquel il participait, François Fillon a reçu hier 6 mars le soutien définitif de son parti (LR) pour l’élection présidentielle. L’heure est au rassemblement derrière le candidat et à la reprise de la campagne.
Les quelques éléments libéraux de son projet arriveront-ils à surnager dans cet océan de drame et de malentendu ? J’en doute, comme je l’ai dit dans l’article ci-dessous.

[Suite à l’annonce de sa possible mise en examen le 15 mars, Fillon avait décidé de poursuivre, contrairement à l’engagement de se retirer qu’il avait exprimé à la télévision quelques semaines plus tôt. Contesté dans son camp, lâché par de nombreux proches dont son directeur de campagne Patrick Stefanini, François Fillon a fait pression sur les instances de son parti en demandant aux Français de venir lui manifester leur soutien lors d’un grand rassemblement au Trocadéro dimanche 5 mars (environ 40 000 participants selon la police, 200 000 selon les organisateurs). Le lendemain, Alain Juppé a fait savoir « une bonne fois pour toutes » qu’il ne sera pas candidat. Aucun plan B n’étant satisfaisant, reste Fillon.]


Pour moi, cela ne fait aucun doute : au moment où il sortait vainqueur de la primaire de droite en novembre dernier, François Fillon avait le meilleur programme économique. Pas totalement libéral, encore trop attaché à certains tabous sur le salaire minimum ou le monopole de la sécurité sociale, mais incontestablement très loin devant tous ses concurrents présidentiels. Que François Fillon ait pu gagner sur un tel programme dans un parti de droite était déjà un petit miracle en soi. 

Lui seul, parmi tous les candidats de droite ou de gauche, avait pris la mesure de l’état de « faillite » de la France et lui seul avait le courage de proposer, à rebrousse-poil de tout ce qui se fait depuis 40 ans, un début de vraie politique de réduction des dépenses publiques, 110 milliards d’euros sur le quinquennat. Pour situer l’effort, signalons que Macron propose une réduction des dépenses de 60 milliards d’euros sur la même période, mais « en tendance », c’est-à-dire par rapport à leur accroissement spontané. Donc rien à voir.

Les mesures les plus importantes du projet Fillon – suppression de 500 000 postes de fonctionnaires en 5 ans, recul de l’âge légal de départ en retraite à 65 ans, introduction d’une dose de liberté sur le marché du travail par abandon de la référence aux 35 heures, retour à l’équilibre des comptes de la sécurité sociale par distinction entre les soins lourds et les soins légers – furent immédiatement vilipendées et taxées de « brutalité » par ses adversaires de tous les bords politiques.

Mais au moment de la primaire, François Fillon bénéficiait d’une dynamique exceptionnelle qui permettait d’envisager l’avenir de la France avec le sourire. Non seulement la droite avait réussi à conjurer ses vieux démons de discorde et de fausses factures en organisant des primaires impeccables se soldant par 4,3 millions de votants à chaque tour, 8 millions d’euros nets dans les caisses du parti et un rassemblement politique rapide autour du vainqueur, mais elle semblait aussi avoir enfin trouvé un homme probe et courageux, en bonne voie de l’emporter en mai prochain pour mettre en oeuvre des réformes indispensables et difficiles.

Comme je fais partie de ces gens qui pensent que la légitimité du nouveau Président sera d’autant plus forte qu’il aura « tout dit avant pour pouvoir tout faire après » (formule de Nicolas Sarkozy), et non pas qu’il faut d’abord se faire élire, peu importe les promesses absurdes qu’on est amené à faire, j’ai vu arriver les premières puis les secondes reculades du candidat Fillon sur la sécurité sociale avec beaucoup d’inquiétude. Loin d’assouplir quoi que ce soit, il compte maintenant contrôler les mutuelles de plus près.

Or la qualité de sa candidature repose d’abord sur sa capacité à tenir bon face à tous les archaïsmes qu’on a vus se déchaîner jusqu’à l’émeute pour les réformes pourtant bien minuscules que furent les lois Macron et El Khomri. On imagine les résistances que son projet, théoriquement beaucoup plus ambitieux, beaucoup plus dérangeant, ne manquera pas de susciter dans les rangs étudiants et syndicaux et dans sa future opposition. La CGT a déjà annoncé un troisième tour social en cas de victoire de Fillon.

Seul l’homme probe et courageux décrit plus haut pourrait s’en sortir. Mais l’affaire des emplois présumés fictifs de son épouse a complètement changé la donne. On ne peut promettre « du sang et des larmes » comme il l’a fait (tweet ci-dessous) en montrant par ailleurs beaucoup de désinvolture dans son rapport avec l’argent public.

Je continue à utiliser le terme « présumés fictifs » en parlant des emplois de Penelope Fillon, mais on connait les salaires en jeu et on sait aussi que Mme Fillon elle-même a dit à plusieurs reprises n’avoir jamais été l’assistante de son mari. On nous enjoint maintenant de penser que cette phrase veut dire le contraire de ce qu’elle veut dire. On nous enjoint maintenant de fermer les yeux sur des pratiques certes pas jolies jolies, mais « tout le monde le fait » ! Très difficile.

Comme je l’écrivais dans mon article sur Penelope Fillon, il est bien sûr exclu de penser que les révélations du Canard enchaîné étaient dénuées d’arrière-pensées politiques, mais qu’aurait pu révéler le Canard si Fillon avait été un tant soit peu honnête ? Or « l’affaire » concerne les redistributions d’enveloppes sénatoriales aux sénateurs, dont deux chèques pour lui, les salaires présumés fictifs de son épouse et de ses enfants, ainsi qu’un soupçon d’emploi fictif à la Revue des deux Mondes pour sa femme. Ça finit par ressembler à un joli petit système bien rodé.

Entre reculades, indélicatesses financières, changements de pied et mensonge, qu’est devenu celui qui n’hésitait pas à tacler ses concurrents de la primaire de droite en disant « qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ? » et qui affirmait, à raison, « qu’il ne sert à rien de parler d’autorité quand on n’est pas soi-même irréprochable » ? (vidéo ci-dessous, 40″) :

Qu’est devenu celui qui dès les débuts de l’affaire est venu défendre sa femme et sa parfaite honnêteté à la télévision fin janvier en disant qu’il se retirerait de la course si son honneur était en jeu, c’est-à-dire s’il était mis en examen ?

Hier, François Fillon a bousculé tous les programmes de nos médias en donnant une conférence de presse imprévue pour annoncer qu’il était convoqué par les juges d’instruction à des fins de mise en examen. Loin d’annoncer son retrait, il a au contraire persévéré dans son intention de se présenter, se posant en victime innocente d’une caste gaucho-médiatique qui voudrait l’assassiner, assassiner la démocratie et priver de leur vote les millions de Français qui l’ont choisi (vidéo, 56″) :

Abandonnant ses résolutions antérieures, oubliant la référence à De Gaulle et les leçons de morale politique qu’il répandait à profusion auparavant, François Fillon prétend maintenant se soumettre au seul jugement du suffrage universel. Aux Français de voter, aux Français de décider s’il est digne de la fonction. Inutile de dire que ce n’est pas lui qui est en cause, bien sûr, mais la France avec un triple F majuscule.

Si le suffrage universel doit constituer le jugement ultime, qu’attend François Fillon pour exposer les éléments à décharge en sa faveur ? A part sa déclaration de parfaite probité, il ne nous donne aucune indication concrète. Il dit en permanence qu’il s’expliquera, qu’il n’a rien à cacher, mais on ne voit rien venir. Finalement, il nous demande un chèque en blanc, alors que son épouse a déjà vendu la mèche. Un tel vote, un vote de confiance sans preuve, reviendrait à fermer les yeux sur les turpitudes de nos politiciens et à encourager les pratiques actuelles d’abus des élus sur les fonds publics.

On ne peut même plus considérer que sa victoire, même entachée de soupçon, serait un moindre mal par rapport aux autres candidats. Ayant malgré tout beaucoup à se faire pardonner, attendu au tournant par les syndicats, il sera obligé de rentrer dans le rang de la politique française la plus tragiquement classique, c’est-à-dire basée sur l’Etat providence, modulo quelques petits aménagements structurels à la marge pour rester peu ou prou conforme aux attentes de l’Union européenne. L’opération a déjà commencé avec la sécurité sociale et se poursuit avec des augmentations prévues pour les retraites et les pensions de réversions.

En décidant de maintenir sa candidature contre vents et marées, François Fillon n’empêchera pas qu’elle est cependant toujours suspendue à un risque judiciaire. Dans ces conditions, il est invraisemblable et surtout irresponsable de sa part de persister à vouloir représenter la droite tout en devant répondre à tout moment à des convocations des juges. Il cherche manifestement à retourner ceci à son avantage en se faisant passer pour la victime d’un acharnement judiciaire très politique, mais les défections qui se sont produites hier dans la foulée de son maintien (Bruno Le Maire, puis les centristes) montrent qu’une lassitude devant une forme d’aveuglement du candidat est en train de se faire jour.

C’est dès les débuts de l’affaire que Fillon aurait dû se mettre en retrait. Cela aurait permis à un remplaçant de commencer à se faire connaître et cela aurait évité que toute nouvelle décision de justice concernant la famille Fillon ne vienne impacter la campagne présidentielle en jetant régulièrement l’opprobre sur le candidat de la droite et en ridiculisant son programme « libéral » maintenant bien associé aux « riches qui volent le peuple. »

Pour éviter le projet catastrophique de Marine Le Pen d’un côté et la poursuite par Macron de la mort lente bien entamée avec Hollande de l’autre, nous voici donc, nous autres électeurs de la primaire de droite, pris en otage par un politicien qui n’a aucune qualité supérieure aux autres politiciens et dont le programme, le meilleur au pays des aveugles sur le plan théorique, n’a aucune chance d’être appliqué en l’état.

Quoi qu’il arrive maintenant, que Fillon gagne, qu’il soit remplacé ou qu’il perde, l’occasion de rebondir offerte à la France par cette présidentielle 2017 a été complètement sabotée. Adieu l’espoir de transformation en profondeur de notre pays.

L’acharnement politique et médiatique y a certainement sa part, mais la responsabilité en revient d’abord à un homme politique très doué pour faire la leçon aux autres, qui s’est révélé peu scrupuleux, extrêmement hypocrite et qui se montre maintenant suprêmement aveugle sur l’impasse dans laquelle il nous a entraînés. Encore un grand rendez-vous présidentiel manqué. 


francois-fillon-2016Illustration de couverture : François Fillon à l’Assemblée nationale en 2016 – Photo @AFP.

42 réflexions sur “Fillon : l’impasse

    • Un peu de patience. L’élection est dans 2 mois et je parie ma chemise qu’il y aura encore des suprises…

      Ce qui est certain c’est que les électeurs Français vont devoir faire un choix décisif. Nous devrons ensuite assumer les conséquences de ce choix collectif. Les enjeux sont énormes.

      Aimé par 1 personne

  1. « Quoi qu’il arrive maintenant, que Fillon gagne, qu’il soit remplacé ou qu’il perde, l’occasion de rebondir offerte à la France par cette présidentielle 2017 a été complètement sabotée.  » et Flamby a réussi à saboter la victoire de la droite !
    Nathalie je suis très en colère pour ça, parce que je trouve trop gros, qu’on sorte des faits connus depuis longtemps, de façon fort opportune et que tout d’un coup la « machine judiciaire » (le PNF est un machin très douteux ! ) et la machine à broyer médiatique, s’emballent …
    Fillon n’a rien fait d’illégal, et je cite Portelli (LR) :
    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/03/02/25001-20170302ARTFIG00046-portelli-lr-un-collaborateur-parlementaire-peut-meme-etre-paye-a-tricoter.php
    Alors, de voir que la droite qui avait un boulevard depuis la primaire, commence à se fissurer, au point que l’élection de Macron paraît probable, que les restes du PS vont se regrouper autour de lui pour sauver leurs mandats, voire former une majorité toujours socialiste, ça me rend malade !

    Aimé par 1 personne

    • Parlez-en à Fillon 🙂 Quant à la défense de Portelli, franchement ! Encore une belle idiote qui ne se rend même pas compte des sottises qu’elle profère !
      Je vois bien le mec dont la femme est payée avec notre argent à tricoter aller négocier l’abandon des 35 h et la suppression des postes dans la fonction publique !

      J'aime

      • Nathalie, le parlementaire dispose d’une enveloppe pour rémunérer qui il veut, comme il le veut, pour le travail qu’il veut lui confier. A partir de ce moment, ce n’est plus « notre argent », c’est le sien ! je ne suis pas d’accord avec vous sur ce point.
        Et je félicite d’avance tous les élus LR, UDI etc , qui se découvrent « pères la morale » de la vingt cinquième heure, et dont l’intelligente attitude aura pour effet de transformer ce qui aurait dû être Austerlitz en Waterloo !
        Cette perspective me rend malade ! Et surtout, puisque ces faits étaient odieusement répréhensibles et hautement condamnables, (bien que non illégaux … ) que ne l’a-t-on pas jeté au cachot avant, puis que tout ça était connu ?

        Aimé par 1 personne

      • Je peux vous dire que chez LR la question de la continuation de Fillon se pose non seulement depuis le début de l’affaire des emplois « présumés » fictifs, mais même avant, quand sa campagne a commencé à cafouiller sur la sécurité sociale.

        J'aime

      • Bonjour Nathalie,

        En préambule, je tiens à déclarer que je ne suis un supporter ni de FF, ni de Florence Portelli (dont je n’avais d’ailleurs jamais entendu parler). Je n’avais pas l’intention de voter FF, et je ne l’ai d’ailleurs toujours pas. Pas du fait de cette histoire d’emploi fictif, mais du fait de son programme et de ce que je ressens de lui : on n’est toujours englué dans de l’étatisme et je ne l’ai jamais trouvé crédible pour nous en sortir. Je pense qu’il faudrait quelqu’un d’une autre trempe que celui qui a accepté d’être 1er ministre de Sarkozy pendant 5 ans dans les conditions dans lesquelles il l’a été.

        Ceci étant dit, je ne suis pas d’accord avec vous sur un point : je ne sais pas si F. Portelli est une idiote, mais je ne la trouve pas particulièrement belle et je ne trouve pas non plus que sa sortie sur le travail d’un assistant parlementaire soit une sottise.
        Voici comment je vois les choses : si, pour accomplir sa mission, un parlementaire a besoin qu’un de ses assistants tricote, alors l’assistant peut être payé à tricoter. Et c’est au parlementaire d’être juge de l’adéquation entre son besoin et le travail de ses assistants.

        Sinon : est-il écrit quelque part ce que peut ou ne peut pas faire un assistant ? Est-ce à un juge de faire l’évaluation du travail d’un assistant ?

        C’est comme si un juge allait dans une entreprise pour s’assurer que le travail des employés correspondant bien au besoin de l’entreprise, ou que des employés ne sont pas payés à ne rien faire. Envisage-t-on cela ? Non je ne pense pas, et heureusement pour beaucoup de grandes entreprises françaises, et pour beaucoup de responsables de service dans les entités territoriales, si j’en crois ce qui se dit sur leur charge de travail.

        Et je suis étonné qu’avec votre abord plutôt libéral, vous contestiez ce point de vue. La liberté, c’est aussi, à un moment donné, pouvoir dire à un juge : cela ne vous regarde pas. Non ?

        Au contraire, le reproche que je ferais à F. Portelli, c’est plutôt lorsqu’elle regrette que « cette pratique existe… ». Et pourtant, je suis assez chatouilleux de l’utilisation des deniers publics. D’abord parce que dans ces deniers publics, il y en a un peu qui étaient les miens à l’origine. Ensuite que quitte à donner de mes deniers, et quitte à ce qu’ils soient donnés à d’autres, je préfère qu’ils soient utilisés pour aider des personnes qui sont dans le besoin plutôt que d’autres à vivre sur un pied de nabab.

        Donc en ce qui me concerne, je regarde la qualité du travail du parlementaire. (Et sur ce point je ne suis guère enthousiasmé quand je vois les lois qu’ils nous votent.) Et je ne pas savoir si c’est à cause du travail de tel ou tel assistant qui ne fait pas le job. Je suis d’accord avec F. Portelli : pas mon problème.

        Cordialement

        J'aime

      • @ Un Quidam :

        « je ne l’ai jamais trouvé crédible pour nous en sortir. Je pense qu’il faudrait quelqu’un d’une autre trempe que celui qui a accepté d’être 1er ministre de Sarkozy pendant 5 ans » :
        C’est une objection tout à fait valable. Je l’avais minorée lors des primaires face au fait que Sarkozy avait passé son temps à disqualifier son PM, face au fait que Fillon avait réussi à faire voter une réforme des retraites, face au fait que lui seul semblait comprendre notre état de faillite et ne cherchait pas à le cacher aux Français, et face à son programme qui seul apportait quelques réponses allant dans le bons sens.

        « Et je suis étonné qu’avec votre abord plutôt libéral, vous contestiez ce point de vue. La liberté, c’est aussi, à un moment donné, pouvoir dire à un juge : cela ne vous regarde pas. Non ? »
        Là, je diverge. Oui, dans l’absolu, je peux payer quelqu’un à tricoter si je pense que ça fait avancer mon entreprise, si ce n’est que je vais payer ce quelqu’un avec mon argent ou avec le chiffre d’affaires de ma boîte, pas avec de l’argent qui aura été préalablement prélevé en impôt sur les revenus des autres.
        Dire que les missions des assistants parlementaires sont très variées, c’est possible, mais dire que nos impôts sont mis à disposition des parlementaires de façon totalement discrétionnaire, pour faire tricoter l’épouse, les enfants, tatie et mamie, non, ce n’est pas possible.

        Et d’ailleurs, même en supposant que le tricot, la poterie, la peinture sur soie, soient consubstantielles à la bonne activité parlementaire de M. Fillon, où sont les chaussettes et les écharpes ?

        Pour ce qui est du travail parlementaire de Fillon, il se trouve qu’il a justement été très faible :
        Stat depuis 2012 : https://www.nosdeputes.fr/francois-fillon
        Par comparaison : Accoyer (LR) https://www.nosdeputes.fr/bernard-accoyer
        Karine Bergre (PS) : https://www.nosdeputes.fr/karine-berger

        J'aime

  2. Comme je partage vos propos, c’est un vrai gâchis..
    J’avais initialement prévu de m’abstenir : même si le programme de Fillon me plaisait, je n’aimais pas le profil de l’homme (politicien toute sa vie, etc.).

    Mais quand même, j’aurais aimé connaître ces éléments sur Fillon du temps où les faits se sont déroulés ou a minima bien avant la primaire, là la Justice aurait eu du sens. Aujourd’hui c’est juste une farce, on monte en urgence une procédure alors que les faits étaient connus depuis des années. Dans tous les cas Fillon aurait été cramé (pas seulement lui d’ailleurs, contrairement à aujourd’hui alors que les mêmes faits peuvent être reprochés à d’autres), mais sur le principe ce n’est pas la même chose. Là, cette expédition médiatico-judiciaire me laisse à penser qu’on veut « m’inciter » à voter Macron, et que quelque part on veut m’ôter la liberté de choisir ou de ne pas choisir. Et ça, ça m’agace au plus haut point.

    Donc j’ai pris la décision de ne pas m’abstenir.
    J’ai vraiment pris en horreur ces gens qui se permettent de m’ôter cette liberté de choix, et j’en veux à Fillon de s’être vendu comme le chevalier blanc alors qu’il n’en vaut même pas l’écuyer.

    Je vais donc voter et même carrément militer, le temps de cette élection, pour Marine le Pen. Elle est à l’inverse de mes idées, mais c’est celle qui fait le plus ch… les gens à l’origine de cette cabale. Alors perdu pour perdu, je ferai mon possible pour leur ôter la satisfaction d’avoir réussi leur plan. Là, la corruption est quand même énorme, et je fais en conscience le choix de m’y opposer, même si ça passe par le vote pour une candidate que je n’aime pas.

    J'aime

    • Alors perdu pour perdu, je ferai mon possible pour leur ôter la satisfaction d’avoir réussi leur plan.

      Vous votez pour qui vous voulez, mais je ne vois pas bien l’intérêt de voter pour couler le pays. N’oubliez pas que les victimes de la gabegie ne sont pas les politiciens…

      Aimé par 1 personne

    • Souvenez vous, de Charles De Gaulle qui disait: « nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là. » Alors, imaginons que Marine Le Pen dise à la télévision cette paraphrase: Nous pouvons gagner par une force corrompue supérieure à celles des LR et des PS. Le destin de la France est là.
      Et ceci vous permettra peut être de confirmer votre sentiment de manipulation avec celui du blogeur journaliste Jean Claude Charrié de Médiapart quand il écrit : « Car cette affaire confirme que nous avions à faire à des maffieux qui ont des pratiques claniques de maffieux ».
      Mais ceci dit, entre être « racketté » par la droite maffieuse ou être « appauvri doucement inéluctablement » par l’hydre gauchiste socialiste, je préfère renverser la table.

      J'aime

  3. Quand une politique « UMPS » a ruiné la France depuis de nombreuses années et qu’elle a tout fait pour faire monter le Front National, il y a un moment où il faut en tirer les conséquences. Frédéric Lordon « Voguons donc avec entrain vers un deuxième tour tant espéré, qui ne nous laissera que le choix de la candidate de l’extrême droite et du candidat qui fera nécessairement advenir l’extrême droite ». Les Françaises et les Français constatent effarés……. http://www.vududroit.com/2017/02/plus-de-frein-pas-dairbag-accelerateur-coince-a-fond-vers-le-mur/

    J'aime

  4. son épouse a déjà vendu la mèche.

    Nathalie, si c’était si simple l’enquête serait déjà close. Laissons à la justice le temps de faire son travail. Le champ de bataille politique est déjà bien pourvu de personnes qui ont été trainées dans la boue au début d’une affaire scandaleuse. Lorsque l’affaire se termine par un non-lieu ou une relaxe les médias quelques années plus tard, cela fait beaucoup moins de bruit.

    Pour le reste je suis d’accord avec l’article. La perespective d’une véritable réforme de ce pays s’éloigne 😦

    J'aime

  5. Chère Nathalie MP,

    Oui, ce sera très difficile au Président Fillon, s’il était élu – ce que toute la classe mediatico-politique rejette complètement – d’imposer des mesures d’économies budgétaires puisque cette même classe mediatico-politique s’est acharnée durant des semaines à nous persuader de la malhonnêteté du candidat Fillon et de ses abus de biens publics… A propos, connaissez-vous un seul parlementaire qui par exemple n’aurait pas eu d’assistant parlementaire et aurait remboursé de ce fait les 9000 & quelques euros reçus; ou, s’il avait payé un assistant 2000 euros, qui aurait remboursé le trop-perçu? Cela bien sûr avant 2013? Où sont ces parlementaires? Qui a posé cette question? Nous aussi avons été choqués en apprenant le fonctionnement de ce système (d’avant 2013) et la hauteur des montants de la rémunération de Mme Fillon. Et la réf. à la mise en examen de de Gaulle pour plomber N. Sarkozy nous a beaucoup déplus. Pourtant, la France vaut que l’on passe outre ces défauts et ces erreurs. Le programme de F. Fillon est le meilleur. L’homme peut sortir grandi de cette épreuve. Ceux qui l’accablent aujourd’hui affaiblissent encore plus notre fragile démocratie. Je vous joins un papier que je viens de recevoir. Je n’y connais pas grand chose et bien sûr, beaucoup seront tentés de crier à la théorie du complot. Mais certains faits sont là.

    Cette indignation sélective évidente des media et de la justice met en danger la démocratie et l’Etat de droit. Raison de plus pour voter Fillon pour confronter et battre ces forces destructives et permettre à notre démocratie de survivre.

    Béatrice Valleix

    >

    Aimé par 1 personne

  6. Au risque de choquer.
    Soyons plus politiciens que les élus politiciens actuels, disons même . . . stratèges !
    Tant que François Fillon est debout votons pour lui, mais si, mais si seulement, il chute, il faut prévoir un coup d’avance, alors votez Marine, puis ensuite pour des candidats de droite modérée MAIS SURTOUT PAS FN !
    – et somme toute, Marine va se retrouver bien seule . . . avec moins d’une demi-douzaine de dépités.
    Je ne vois pas beaucoup d’autre moyen de permettre à la droite non seulement d’exister mais de susciter un raz de marée d’opinion en sa faveur.
    Ensuite, aux nouveaux députés de ne pas avoir de QI inférieurs aux huitres.

    J'aime

    • « Mais surtout pas FN ». Et pourquoi pas?.
      Et si la Droite, n’a pas trouvé de plan B, c’est que chez eux, il doit « exister » des « requins », pires que FF. Notamment au Sénat, donc les enveloppes sénatoriales font l’objet d’un examen judiciaire pas très connu en ce moment. Souvenez vous des 2 chèques « encaissés » par FF. Et l’actuel président de cette assemblée, ne peut « ignorer » ce trafic.
      Et ailleurs, pensez à celui que NS avait « prévu » de prendre comme 1er ministre. Alors, si votre maire , de votre petite commune vient vous augmenter votre « taxe d’habitation », souvenez vous de celui qui fut le président de l’AMF et qui « coupa » avec NS, la Dotation Globale de Fonctionnement aux communes. Et il s’agit de 17 milliards d’euros à l’époque.
      En d’autre temps, on apprenait : « Il faut détruire Carthage ». Demain, le français « moyen » appliquera le choix du peuple « qu’il faut supprimer l’UMPSLR ».

      J'aime

      • si on veut régénérer la droite il est nécessaire d’en passer par les élections parlementaires, hormis le fait que je me demande comment diviser par 6 le nombre d’élus..L’avertissement donné à TOUTE LA CLASSE POLITIQUE en élisant MLP à la présidence devrait donner à réfléchir à ces élus qui quand ils ne sont pas corrompus sont inféodés à leurs partis, quand ils ne sont pas instruits du sujet qu’ils traitent sont d’un désespérant QI proche d’une huitre, quand ils sont absents du Palais Bourbon ils sont affectés par des préoccupations hors de leur raison d’être des représentants de la nation, en somme ils sont humains et faillibles, la seule issue favorable consiste à les contrôler par le biais de membres de la société civile en nombre défini..

        J'aime

  7. Bonjour,

    On pouvait encore passer l’éponge au début de l’affaire s’il s’était mieux défendu et avait contre-attaqué intelligemment. Au lieu de cela, il a enfilé la corde et se l’est passé autour du cou…

    Être dans la fleur de l’âge et vivre une période des plus navrantes sur le plan politique et économique de notre histoire m’est de plus en plus pesant.

    Quelle belle perspective que d’imaginer un président qui renonce à défendre son bilan devant les français, son premier ministre défait face à un parasite socialiste à la primaire finalement remplacé par un arriviste inexpérimenté au programme flou ou seulement social-démocrate. Pitié…

    Il n’y a pas que Fillon qui s’est enfermé dans une impasse.

    cdlt

    Aimé par 2 people

  8. Si on laisse de côté les deux super étatistes (Mélenchon et Le Pen) qui nous mettrait en banqueroute en 48 heures, il reste l’évangéliste qui nous aime et nous promet le bonheur en distribuant un cadeau tous les jours, 28 milliards de coût pour sa convergence des retraites ce jour en regard de 133 années pour être au niveau de l’Allemagne en ce qui concerne le nombre des fonctionnaires (estimation IREF). . J’exclue le dilettante (c’est sa femme qui bosse) qui représente l’ombre du parti socialiste.
    Il ne reste que Fillon qui avait un programme peut-être apte à nous éviter le scénario du Titanic et encore avec quelques coûts de bol comme peut-être une dévaluation de l’euro accordé par l’Allemagne (pour emmerder Trump au passage).
    Je trouve tout de même stupéfiant ces cris d’orfraie poussés par les français sur l’affaire de la rémunération des assistants fictifs ou pas, pratique connue depuis toujours et dénoncée depuis qu’ils existent, Contribuables Associés ou l’Ifrap et repris par plein de canards depuis des années et pétitions en circulation. D’ailleurs là je vous signale que les députés viennent de distribuer la réserve parlementaire 2016 (entre 100 et 300 mille euros par député) à leurs copains de leur coin. Donc la fête continue !
    Le bon sens ce serait de revendiquer qu’ils soient moins nombreux et plus efficaces donc avec plus de moyens financiers, il suffit de regarder chez les autres :
    Budget personnel députés allemands, français, britanniques et américains
    Députés français 108 000 euros/an
    Députés allemands 240 000 euros/an
    Députés britanniques 180 000 euros/an
    Députés (élus) américains 900 000 euros/an
    (UK House of Commons, Bundestag, US House of Representatives)IREF
    Cela assorti d’une cour des comptes dont les moyens et les pouvoirs seraient directement intégrés au parlement dans les commissions, comme le recommandait récemment l’Ifrap;.ça aurait l’avantage de ne pas la faire travailler pour rien et de faire économiser nos sous.
    Pour Fillon, il aurait dû tout de suite proposer de rendre les sommes incriminées à condition que ce soit sur demande du bureau du parlement ce qui aurait mis un sacré bazar, vu que presque tous les députés auraient été concernés. Mais aurait eu l’avantage de mettre hors jeu le Parquet financier aux ordres de je ne sais quelle chambre occulte, mais incompétent en la matière.

    J'aime

    • Avec le Brexit, « ils » nous avaient annoncés un cataclysme boursier, l’européen moyen ou l’anglais de base, attend toujours.
      Alors, avec le Franxit, il ne se passera rien. Les allemands seraient trop seuls en Europe pour tout gérer. Alors, 48 heures, c’est un peu court. Et si, et si, et si « TOUS les DAB » viennent à ne plus jouer le jeu du commerce de proximité, je paries que dans les régions, les « paysans » retrouveront leur bon sens paysan. On verra la renaissance des SEL locaux et malheur aux « saigneurs de la ripoublique française ». Et puis, les allemands, ont aussi des problèmes « politiques » à régler bien plus importants pour eux que notre représentant national, et l’arrivée de JLM ou de MLP, ne les dérangera pas plus que cela, ils ont été prévenus par Trump, May et Renzi. Et une guerre avec Poutine, serait encore plus catastrophique, pour eux, que pour nous.
      Quant à l’ersatz socialiste qui nous aime, on peut s’attendre que le français de souche, quand il verra à la TV le soutien de Hollande à son poulain, alors, alors, la machine de gauche à perdre une élection présidentielle se mettra en route, et il risque d’être à peine à 10% des votants, comme son mentor renonçant. Faut pas prendre tous les français pour des « idiots utiles ». Surtout après l’épisode de l’Algérie, avec notre « crime de civilisation et de repentance continuelle ».

      J'aime

  9. Le programme de MacrOn vient de sortir, vous le trouverez partout, allez jeter un oeil.
    C’est open bar à tous les étages, Hollande est enterré, plus sociolo tu meurs,
    qui va croire ce qu’il promet ?
    Petit HS : j’ai vu plus haut un commentateur qui se nomme Pheldge, comment faites vous,
    chère Nathalie, pour arriver à le faire écrire correctement : pas de rature, pas de fautes,
    rien de graveleux ? 😉

    Aimé par 1 personne

    • Je vais faire une réponse plus générale sur le sujet ce soir ou demain matin.
      Mais sur le HS 🙂 Pheldge est très galant homme, et je le remercie de venir ici pour me lire et me faire part de ses réactions. On diffère parfois. Mais ce n’est vraiment pas grave !
      Ce qui me fait plaisir c’est qu’il se sent libre de dire exactement ce qu’il pense, et c’est ainsi que je souhaite que tous mes commentateurs se sentent.
      Sachant que je ne m’interdis pas de répondre !

      J'aime

      • je suis confus de tant de mansuétude ô Nathalie chère hôtesse …
        bon maintenant qu’on s’est échangé les politesses, je me permets de vous citer M. de Foawitt, qui résume ma pensée avec plus de clarté que je ne le puis, référence à un commentaire que j’ai posté plus haut : « Le souci de cette « affaire » est qu’il ne s’agit que de jugements moraux, pas légaux. Il n’y a eu aucun détournement de fonds publics. Que Fillon ait ou pas embauché ces gens, qu’ils aient ou pas travaillé, l’argent serait sorti des caisses de toute façon.

        On peut reprocher à Fillon d’avoir embauché sa femme ou ses gamins « pour tricoter », mais ce n’est pas illégal. »
        http://h16free.com/2017/03/02/57585-pourquoi-ce-qui-arrive-a-fillon-est-tres-bien?cpage=1#comment-605580

        J'aime

      • De Foawitt : j’ai bien mis 5 secondes à comprendre ! Qui est cet auteur inconnu de moi, me suis-je dit !
        Oui, j’avais lu.
        Et alors ?
        Même si c’est légal par rapport aux lois que se votent les parlementaires eux-mêmes, les gens qui travaillent savent très bien ce que veut dire travailler et ça ressemble assez peu à ce que fait une dame qui dit qu’elle n’a jamais été l’assistante de son mari.
        Quand le mari dit qu’il veut supprimer les 35 h, repousser l’âge de ma retraite à 65 ans etc… ça passe mal, légal ou pas.

        J'aime

  10. Deux choses : j’aime bien le programme de Fillon mais je ne poserais pas le pb de la pléthore de fonctionnaires en décrétant qu’il faut en supprimer 500,000 mais m’interrogeant sur les services publics qu’on veut maintenir, comment et à quel prix.
    Ensuite, allez Baroin : c’est le mieux placé pour défendre le programme de Fillon.

    J'aime

      • « m’interrogeant sur les services publiCS … » serait mieux ! quand je pense que même dans ce havre de paix, ce lieu de réflexion, y’en a des Gachno qui font rien qu’a dire des méchancetises sur moi, et mon orthographe … par les mânes d’Aristarque, que ne faut-il pas lire ! 🙂

        J'aime

      • Pheldge, je citais !

        @ Tous
        Alors voilà, nouvelle réglementation ! 🙂 Les fautes d’orthographe, les miennes et les vôtres, c’est par mail qu’il faut me les signaler et elles seront corrigées en toute célérité et discrétion !
        Mail : Nathalie_MP@sfr.fr

        J'aime

  11. Bonjour à tous et merci pour vos commentaires !

    Quelques remarques depuis hier :

    1. On évoque beaucoup le fait que la justice se serait montrée inhabituellement rapide dans cette affaire, en sous-entendant une manipulation politique depuis l’Elysée. Philippe Bilger considère que le déroulé judiciaire est parfaitement conforme :
    https://www.contrepoints.org/2017/03/03/282739-affaire-fillon-de-grace-epargnez-justice

    Le croche-pied, c’est la publication du Canard enchaîné fin janvier, mais on voit mal un journal qui se fait une spécialité de déterrer ce genre de petits scandales réserver ça pour après les élections ou ne s’intéresser qu’à un troisième adjoint de la mairie de Triffouilly-les-oies. Fillon, qui se vante d’être dans la politique depuis 35 ans devrait le savoir.

    2. Même si in fine il s’avère que Fillon n’est pas « coupable » dans la mesure où la justice admettrait que les parlementaires sont libres de faire ce qu’il veulent de leur enveloppe pour les assistants, y compris embaucher des gens à « tricoter » (jolie défense que Portelli à trouver là !), l’affaire pèse sur la stature morale de Fillon. C’est ça qui opère dans l’esprit de l’électeur. Comme je le disais dans mon article : « On ne peut promettre « du sang et des larmes » comme il l’a fait en montrant par ailleurs beaucoup de désinvolture dans son rapport avec l’argent public. »

    3. Je redis que je trouve cette affaire pitoyablement gérée depuis le début par LR. Ils savaient tous en interne que les accusations sur l’aspect sénateurs, assistant parlementaire ou Revue des 2 Mondes n’étaient pas lancées dans le vide. Il est dingue de penser qu’ils aient pu tergiverser autant jusqu’à se retrouver à 2 semaines du dépôt des parrainages dans une telle impasse :
    On voit maintenant que les défections s’accélèrent tandis que le candidat en titre s’accroche comme un malade en disant « on s’en fout de la justice, on s’en fout des élus », c’est complètement irresponsable !

    4. Quoiqu’il arrive maintenant, changement de candidat ou pas, on peut dire adieu au programme timidement libéral qu’on avait choisi à la primaire.

    5. Il n’y a plus qu’à attendre la suite des rebondissements qui semblent être la marque de fabrique de cette campagne.

    6. Que faire dans l’isoloir ? Déterminer si on préfère défaire la gauche et le macronisme rampant (voir son prog éco !) même en votant pour un tocard, ou si l’on répugne à voter pour quelque tocard que ce soit, de droite ou de gauche. Tough call.

    Je vous souhaite une bonne journée et un bon week-end !

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour 🙂

      Quelques points me font réagir:

      1)
      – Pourquoi la justice réagit-elle seulement MAINTENANT alors que les faits se sont déroulés il y a longtemps? N’est ce pas malhonnête d’avoir attendu les résultats de la primaire pour le faire? Est ce à dire que la justice peut se réserver le droit de garder des choses sous le coude et de les sortir juste avant les élections pour amener les élections dans un sens qui l’arrange? C’est ça la justice? Ou c’est le fait de punir des faits de façon complètement neutre dès lors qu’on en a connaissance?
      – Pourquoi la justice ne réagit-elle QUE sur Fillon alors que plein d’autres ont de telles pratiques? Et ça, elle en a connaissance MAINTENANT. Ne serait-il pas plus cohérent de mettre en examen TOUS ceux qui utilisent ces pratiques? Pourquoi ne mettre en examen que Fillon?

      2-3-4) Oui, Fillon est clairement cramé il me semble. Le fait qu’il soit cramé est de sa faute à 100%. Le fait qu’il ne le soit que maintenant et que ça transforme l’élection en n’importe quoi est celle de la « justice », cf point 1. Si la justice faisait son boulot, ces faits auraient été jugés il y a bien longtemps et la primaire aurait eu lieu de façon différente en connaissance de cause de l’état judiciaire de chaque candidat. Et le fait que ça ne se passe pas comme ça est bien une honte démocratique.

      6) Dans tous les cas on aura un tocard; même si l’abstention est énorme.
      D’habitude, je me dis que je ne voterai jamais pour un tocard. Mais là, tout ça m’a tellement fâché que je ferai différemment.
      Je ne voterai pas Fillon, mais je refuse de me moutonner à accepter un tel système judiciaire qui ne fonctionne pas de façon neutre.

      J'aime

      • @Patrick: tout à fait d’accord avec votre point 1).

        La Justice est un pilier de la démocratie. Elle est essentielle pour la stabilité du pays. Si la population perd confiance dans la Justice, la tentation de se faire justice soi même devient forte. Cette affaire peut avoir des répercussions dramatiques.

        J'aime

    • Bonjour Nathalie,

      Je suis entièrement d’accord avec vous sur le cas Fillon, dont le sort me paraît scellé (et le plus vite sera le mieux).

      Avec toutefois une réserve importante sur la justice que j’avais d’ailleurs exprimée en réponse à Philippe Bilger sur son blog. J’en fais un copier-coller ci-dessous :

      Je trouve que vous allez bien vite à exonérer l’institution judiciaire (lato sensu : parquet + juges d’instruction) de tout examen critique dans cette affaire. La confiance ne se décrète pas, elle se mérite, et cela vaut pour toute institution ou tout pouvoir. Et je trouve que ce à quoi nous assistons n’est pas très respectable.

      1) Où était la nécessité de cette perquisition du jour au domicile parisien des Fillon ? Le juge d’instruction espérait-il trouver des preuves de la fictivité de l’emploi de Penelope Fillon ? Non rien de tout cela évidemment. Cette perquisition a une finalité exclusivement vexatoire, sachant que l’information sera reprise en boucle dans tous les médias. Il ne s’agit pas de rechercher des preuves, ni de « contribuer à la manifestation de la vérité », comme le disent les juristes. Il ne s’agit de rien d’autre que de flétrir publiquement l’homme. L’institution judiciaire ne s’honore pas à utiliser de telles méthodes. Que l’on ne vienne pas nous dire que la période de campagne électorale ne doit pas empêcher la justice de s’exercer sereinement, quand elle agit délibérément de la manière la plus spectaculairement vexatoire – et en même temps la plus inutile pour les besoins de l’enquête – qui soit.

      2) Le parquet national financier était-il tout simplement compétent pour ouvrir une enquête préliminaire ? Je n’aperçois pas dans la triviale simplicité de l’affaire Penelope Fillon, la « grande complexité » exigée par l’article 705, 1° du code de procédure pénale pour fonder la compétence du procureur de la République financier (pour mémoire le PNF est compétent pour les « délits prévus aux articles 432-10 à 432-15 (…) du Code pénal, dans les affaires qui sont ou apparaîtraient d’une grande complexité, en raison notamment du grand nombre d’auteurs, de complices ou de victimes ou du ressort géographique sur lequel elles s’étendent »). Je vous invite à lire les propos remarquablement argumentés de Jean-Eric Schoettl, ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, aux Petites Affiches du 14 février dernier.

      3) J’ai entendu sur plusieurs chaînes d’information des représentants ou d’anciens représentants de l’institution judiciaire (Eric Halphen par exemple, un représentant de l’USM aussi) venir nous dire que la justice ne doit surtout pas arrêter son cours en période de campagne électorale car son rôle serait de contribuer pleinement à l’information des électeurs, afin que ceux-ci puissent voter en connaissance de cause. Et bien non, ce qui est décrit c’est le rôle de la presse, pas celui de la justice, car c’est incompatible avec la sérénité qui devrait présider à son fonctionnement. Mais en entendant de telles inepties, je comprends mieux pourquoi les PV d’interrogatoire se retrouvent en 24 heures dans les colonnes du Monde et pourquoi cela n’émeut pas grand monde au sein de l’institution judiciaire.

      4) Enfin, dans cette affaire, et puisque la publicité sur le cas Pénélope Fillon était déjà largement assurée par la presse, le parquet se serait honoré en ouvrant, non pas seulement une seule enquête sur F. Fillon, mais une batterie d’enquêtes sur la situation de tous les parlementaires qui emploient ou ont employé dans un proche passé leur époux/épouse/enfants. Car, si on affiche la volonté d’assainir, on s’en donne les moyens. D’une manière générale, il y a une foule de comportements inacceptables dans la gestion des deniers publics qui sont régulièrement rapportés depuis des années par des organismes tels que l’IFRAP, Contribuables associés, mais que les médias mainstream et la justice ignorent délibérément, en accueillant d’un haussement d’épaule les révélations de ce qu’elles qualifient de groupuscules poujadistes.

      Il y a un grand principe anglo-saxon que j’approuve : justice must not only be done, but must also be seen to be done, ce qui veut dire qu’elle ne doit pas seulement être indépendante et impartiale, mais aussi se donner toutes les apparences de l’être pour être insoupçonnable de partialité. Ce n’est pas vraiment le cas ici.

      Aimé par 1 personne

  12. j’ai voté fillon au deux tours de la primaire, pour son programme, qui, loin d’être parfait faisait entrevoir une lueur de sortie du collectivisme ou la France s’enfonce chaque jour, je suis proprement dégouté de voir ce qu’il se passe, j’ai le sentiment de vivre un coup d’état sans les armes,

    En aucun cas je ne voterais Macron que l’on essaye de nous imposer ou un éventuel remplaçant de fillon, soit je voterais avec le bulletin fournis par h16, soit pour la première fois de ma vie extreme droite.

    bref pour moi j’ai le sentiment d’une élection volée, tronquée, et aucun cas je ne reconnaitrais le futur élu comme légitime…

    Aimé par 1 personne

  13. On admirera le courage politique des pontes LR, qui lâchent leur chef les uns après les autres. Comment dire plus clairement qu’ils n’en ont rien à faire de son programme, qu’ils n’en ont rien à faire du vote des Français qui s’est exprimé lors de la primaire, et qu’ils ont les chocottes parce qu’ils craignent de ne pas retrouver leurs places après l’élection ?

    Qu’on mette un singe à la place de Fillon, et qu’ils votent pour le singe. Au point où on en est, je ne vois pas bien la différence.

    Aimé par 1 personne

  14. Je reprends tout à l’envers :
    1 si des élus LR, se barrent, tant mieux. Ces faux-culs ne l’ont de toute façon pas soutenu au départ et ils ne feraient que ramollir son programme donc voilà plutôt une très bonne nouvelle.
    2 Oh oui le « déroulé judiciaire » est parfaitement conforme, on fait confiance aux juristes qui savent exploiter toutes les finesses pour la cause. Sauf que là ils font le parcours avec une Ferrari et avec des ravitaillements parfaitement planifiés. Si on compte le nombre de requêtes en souffrance au TA ou auprès des préfets seuls habilités à recourir et qui deviennent lettre morte, là c’est plutôt la 2CV qui tombe en panne tous les 2 km. Je parle de procédures qui concernent des élus et pour plusieurs millions.
    3 « les gens qui travaillent savent très bien ce que veut dire travailler et ça ressemble assez peu à ce que fait une dame qui dit qu’elle n’a jamais été l’assistante de son mari » : Bon alors il faut comprendre que lui n’a rien foutu pendant 4 ans. Sauf que son programme il l’a pas sorti d’un chapeau contrairement à d’autres qui font le bilan marketing (électoral) tous les soirs pour savoir quel balourd ils vont balancer le lendemain sur un air de pipo ; il dit avoir parcouru la France pour écouter, il a dû se faire aider par la famille et les copains ; il a bien fallu qu’il rétribue un minimum et une brique qu’il avait mise de côté pour gratter pendant 4 ans c’est peu. Vous voulez que je vous sorte un marché bidon d’assistance au management (de nos fonctionnaires) ou à l’aide sociale de l’une de nos grosses métropoles ?
    Bref au final, je pense qu’il soit resté peu de sous pour entretenir le château !
    Comme dit Chantal Delsol, dans les dix commandements, l’envie se trouve en ligne de mire : tu ne convoiteras ni la maison, ni la femme, ni aucun bien de ton prochain. L’envie apparaît comme l’un des tout premiers vices, avec l’orgueil, non plus, les modernes ont inventé ce qu’il faut pour transformer l’envie en vertu : l’idéologie égalitaire ! Spécialité bien française ( je voyage et ne la constate point autant à l’étranger) On va en crever !
    4 Enfin promettre « du sang et des larmes », est-ce vraiment ce qui il y a de plus confortable ?
    Il faut être véritablement cinglé pour vouloir lancer ce type de programme. D’ailleurs je me pose toujours la question de ce qui peut motiver un homme politique en la circonstance. Le pouvoir, l’argent ? Peut-être un jour saura-t-on ce qui l’aura poussé à vouloir faire cela au lieu de se la couler douce dans son château en exerçant comme consultant.

    Aimé par 1 personne

  15. Pingback: La campagne de François Fillon s’est enlisée [Replay] | Contrepoints

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s