L. von Mises : Sur un marché libre, aucun profit n’est « excessif » !

Profit. Si l’on s’en tient à la sphère économique, voici peut-être le mot le plus détesté de la langue française. Avec dividendes. Et patrons. Et riches. Chez nous, en France, tout discours consensuel sur les méthodes pour éradiquer la pauvreté, le chômage, les injustices sociales, passe obligatoirement par la condamnation des « profits excessifs » réalisés par les entreprises et celle des dividendes non moins scandaleux qu’elles versent à leurs actionnaires.  Lire la suite