« Nouveau monde » macronien : Ne cherchez plus, il n’existe pas !

À peine avais-je refermé mon ordinateur sur la constatation désabusée que le budget 2020 signait le retour accéléré d’Emmanuel Macron dans « l’Ancien monde » dont il prétendait extraire la France avec une ardeur toute « printanière » et l’audace du jeune loup qui défie ses aînés, que l’actualité s’ingéniait à confirmer ce sentiment. On apprenait en effet que le Président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand n’avait nullement l’intention de démissionner suite à sa mise en examen pour prise illégale d’intérêts dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne. Lire la suite

« Speed dating » présidentiel

[Un policier a été tué hier soir sur les Champs-Elyseés alors que les 11 candidats présidentiels se présentaient une dernière fois aux Français avant le premier tour de l’élection. Daesh a revendiqué l’attaque. Voir Journal de la barbarie.]

Aujourd’hui à minuit, la campagne présidentielle qui nous occupe depuis de long mois, non sans coups de théâtre et rebondissements nombreux, s’achèvera pour laisser place au silence avant le vote des électeurs ce dimanche 23 avril 2017.  Lire la suite

#LeGrandDébat : une lourde impression de déjà vu

Mise à jour du jeudi 6 avril 2017 : Après un premier débat à 5 qui n’a pas apporté grand chose de nouveau à ce qu’on savait déjà sur les candidats présents (article ci-dessous), le second, organisé le mardi 4 avril dernier par BFM et CNews entre les 11 candidats présidentiels a confirmé les redites permanentes de campagne (essentiellement teintées de postures théâtralisées et de professions de foi étatistes) et a surtout viré à la cacophonie complète. 
Un troisième débat devait avoir lieu le 20 avril sur France 2, soit 3 jours avant le premier tour. Plusieurs candidats (Mélenchon, Macron, suivis de Fillon) ayant fait savoir qu’ils n’y participeraient pas, et l’expérience BFM n’ayant pas convaincu, la chaîne a annulé l’émission. Elle a proposé de la remplacer par une suite d’entretiens individuels de 15 minutes avec tous les candidats. Affaire à suivre …


Le saviez-vous ? Barbara Pompili est Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité dans les gouvernements successifs de M. Hollande depuis plus d’un an. Le poste est d’importance : il s’agit de sauver les abeilles et d’interdire les cotons-tiges en plastique. Non, je ne caricature pas. Il est vrai qu’on y traite aussi des dossiers juridiques complexes tels que l’inscription du préjudice écologique dans le Code civil. Mais dans l’ensemble, la fonction n’est pas trop désagréable. Aujourd’hui, par exemple, la Secrétaire d’Etat est attendue en Savoie pour un tour en bateau sur le lac du Bourget à l’occasion de la journée mondiale de l’eau.  Lire la suite

Conciliabules des ministres du mercredi 15 mars 2017

La scène se passe vers 9 h 15 le mercredi 15 mars 2017 au Palais de l’Elysée dans le bureau du Président de la République. Oui, ce matin, mais ceci est une fiction, donc toute ressemblance etc… serait fortuite.

Le Conseil des ministres doit avoir lieu à 10 h dans le salon Murat. (Ça, c’est vrai, c’est à l’agenda du Président). Lire la suite

Cambadélis : cette campagne présidentielle, c’est le « chaos »

« Bonjour mes amis », comme dit Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire général du PS, au début de ses petits éditos vidéos hebdomadaires. Généralement il poursuit en expliquant que « cette COP21 est déjà une réussite » ou que « ce référendum sur l’unité du PS pour les Régionales est déjà une réussite » ou que « cette primaire de la Belle Alliance Populaire est déjà une réussite. » Cette élection présidentielle serait-elle déjà une réussite pour le PS ? Oh que non. Lundi (le 6 mars 2017), tout déprimé qu’il était, notre Camba !  Lire la suite

Fillon : l’impasse

Mise à jour du mardi 7 mars 2017 : A l’issu d’un comité politique auquel il participait, François Fillon a reçu hier 6 mars le soutien définitif de son parti (LR) pour l’élection présidentielle. L’heure est au rassemblement derrière le candidat et à la reprise de la campagne.
Les quelques éléments libéraux de son projet arriveront-ils à surnager dans cet océan de drame et de malentendu ? J’en doute, comme je l’ai dit dans l’article ci-dessous.

[Suite à l’annonce de sa possible mise en examen le 15 mars, Fillon avait décidé de poursuivre, contrairement à l’engagement de se retirer qu’il avait exprimé à la télévision quelques semaines plus tôt. Contesté dans son camp, lâché par de nombreux proches dont son directeur de campagne Patrick Stefanini, François Fillon a fait pression sur les instances de son parti en demandant aux Français de venir lui manifester leur soutien lors d’un grand rassemblement au Trocadéro dimanche 5 mars (environ 40 000 participants selon la police, 200 000 selon les organisateurs). Le lendemain, Alain Juppé a fait savoir « une bonne fois pour toutes » qu’il ne sera pas candidat. Aucun plan B n’étant satisfaisant, reste Fillon.]


Pour moi, cela ne fait aucun doute : au moment où il sortait vainqueur de la primaire de droite en novembre dernier, François Fillon avait le meilleur programme économique. Pas totalement libéral, encore trop attaché à certains tabous sur le salaire minimum ou le monopole de la sécurité sociale, mais incontestablement très loin devant tous ses concurrents présidentiels. Que François Fillon ait pu gagner sur un tel programme dans un parti de droite était déjà un petit miracle en soi.  Lire la suite

2017 : Où en est notre jeu de Go présidentiel ?

Mise à jour du lundi 27 février 2017 : Finalement, il n’y aura pas de candidature unique à gauche. Hamon et Mélenchon se sont rencontrés « secrètement » et Mélenchon a géré sa problématique électorale en confirmant son intention de se présenter. Fillon et Macron peuvent poursuivre leur campagne, pas de concurrence à prévoir de ce côté-là pour l’instant.


Ou la problématique électorale de Jean-Luc Mélenchon.

Il y a trois semaines, suite aux petits et grands coups de théâtre qui s’étaient succédés dans la désignation des candidats – renonciation de Hollande, désignation de Fillon pour la droite puis de Hamon pour la gauche, affaire Penelope – j’écrivais que notre élection présidentielle de 2017 me faisait penser à un jeu de Go. Les encerclements d’un jour s’évanouissaient le lendemain par mouvement d’un pion, puis se reformaient ailleurs le surlendemain.  Lire la suite

Cette élection est complètement dingue ! (et ce n’est pas fini…)

« Cette élection présidentielle est complètement dingue ! » Ainsi s’exclamait le candidat des écologistes Yannick Jadot en apprenant que François Hollande renonçait à briguer un second mandat. C’est exactement ce que je pense. La formule n’est certes pas très élaborée, elle n’a ni la carrure universitaire ni les épaules journalistiques, elle est sans componction et se rit des analyses alambiquées. Mais on comprend bien ce qu’elle veut dire : rien ne se déroule comme prévu, rien ne se passe comme d’habitude.  Lire la suite

Difficile de ne pas parler de Penelope Fillon …

contrepoints-2En novembre dernier, il était « difficile de ne pas parler de François Fillon » qui venait de gagner spectaculairement la primaire de droite et se plaçait dans la foulée en favori de l’élection présidentielle, malgré un programme de transformation de nos structures, nécessaire et bienvenu – voire insuffisant d’après moi, mais plutôt ardu dans le contexte sur-étatisé que nous connaissons en France.

Aujourd’hui, « difficile de ne pas parler de Penelope Fillon », son épouse si discrète, qui, selon ses propres dires, ne s’était « jamais impliquée dans la vie politique de (son) mari » et qui a quand même trouvé moyen d’être coquettement rémunérée comme son assistante parlementaire pendant plusieurs années pour un travail que le Canard enchaîné, média à l’origine de la révélation, tient pour assez mince d’après les témoignages qu’il a reçus.  Lire la suite

Désolée, MM. Valls et Peillon, « les » catholiques n’existent pas !

contrepoints-2Jeudi 12 janvier dernier, jour du premier débat de la primaire de gauche, le journal La Croix livrait les résultats d’une grande enquête sur « le vrai visage des catholiques » en France et concluait, à l’inverse des idées généralement admises, à la profonde diversité de cette population, tant sur le plan liturgique que dans les domaines de la morale ou des choix socio-politiques.  Lire la suite