Plein Emploi ? Ce n’est pas gagné.

Dans sa note de conjoncture du 6 octobre dernier, l’INSEE prévoyait que le taux de chômage baisserait fortement au 3è trimestre 2021, pour atteindre 7,6 % de la population active en France entière hors Mayotte après les 8 % du second trimestre. Une perspective plaisante qui fleurait bon la possibilité du plein emploi bientôt retrouvé et qui poussa immédiatement le ministre de l’Économie Bruno Le Maire à mettre en avant l’action absolument novatrice de la majorité LREM dans la renaissance économique vécue actuellement par le pays (vidéo ci-dessous, 01′ 46″) :

« Pour la première fois depuis un demi-siècle, la France peut atteindre ce que les autres grandes nations développées ont atteint depuis des années : le plein emploi, soit un niveau de chômage de 5 à 6 %. » (Assemblée nationale, le 11 octobre 2021)

Il est bon de reconnaître que la France est très en retard parmi ses pairs du monde développé. Mais entendre le ministre s’exclamer sur le ton satisfait qui le caractérise en toutes circonstances qu’aucun gouvernement depuis 20 ans n’avait eu le courage de lancer une politique de l’emploi cherchant à renforcer la compétitivité des entreprises, à mieux former les salariés, à baisser les impôts et à résister à la tentation d’augmenter les taxes, c’est déjà une autre histoire.

Outre qu’il y aurait beaucoup à redire sur chacun des points avancés par le ministre pour vanter l’excellence des choix d’Emmanuel Macron, notamment sur le fait que le « quoi qu’il en coûte » covidien a été érigé en politique publique généralisée (voir par exemple ici et ici), on a aussi envie de rappeler à M. Le Maire qu’il y a 20 ans, il arpentait déjà les allées du pouvoir dans les cabinets de Chirac et Villepin, avant de devenir secrétaire d’État puis ministre de Sarkozy jusqu’à la parenthèse Hollande de 2012-2017. Il était déjà très content de lui, mais que faisait-il ? Rien, si l’on en croit sa nouvelle thèse sur l’inactivité crasse des gouvernements précédents.

Mais de toute façon, tout cet enthousiasme sur l’emploi semble maintenant légèrement prématuré puisque l’INSEE a livré ses chiffres effectifs du 3è trimestre 2021 et situe notre taux de chômage à 8,1 % de la population active France hors Mayotte, après 8,1 % au 4è trimestre 2019 (avant la pandémie), des hauts et des bas non significatifs de 7 % à 9 % au cours de l’année 2020 (au plus fort des restrictions d’activité) et un rétablissement aux alentours de 8,0 % en 2021 (reprise de l’activité) :

De son côté, la direction de la statistique du ministère du Travail (ou DARES) a fait de même et il s’avère que le nombre de demandeurs d’emploi sans aucun emploi (catégorie A) en France entière hors Mayotte est revenu peu ou prou à son niveau de fin 2019, soit un peu plus de 3,5 millions de personnes. Si l’on tient compte des personnes ayant eu un emploi de courte durée dans le trimestre (catégories B et C) puis celles actuellement en stage, formation ou emploi aidé (catégories D et E), le chiffre monte à 5,9 puis 6,7 millions, soit assez nettement plus qu’en 2019.

→ J’ai récapitulé tous ces éléments chiffrés dans le tableau ci-dessous. Pour en faciliter la lecture, voici quelques explications préalables sur nos deux suivis du chômage :

· Méthode statistique(1) : la DARES comptabilise les chômeurs effectivement inscrits dans les listes de Pôle emploi tandis que l’INSEE se fonde sur une enquête trimestrielle portant sur un échantillon représentatif de 110 000 personnes selon les critères du Bureau international du travail ou BIT.
· Halo autour du chômage de l’INSEE : nombre de personnes désireuses de travailler mais non comptabilisées dans les demandeurs d’emploi car non immédiatement disponibles ou n’effectuant pas de recherche active.
· Les chiffres de l’Allemagne et des Pays-Bas donnés à titre de comparaison sont issus des publications de l’Union européenne qui collecte les statistiques d’emploi des États membres sur la base des recommandations du BIT.

Chômage France entière (hors Mayotte) fin 2019, fin 2020 et au 3è trimestre 2021
Sources : Dares (2019 & 20, 2021) – Insee – Eurostat (2019 & 20, 2021) – Milliers ou %

k ou %                 DARES France entière         INSEE (BIT) Allem P-Bas
  Cat A ABC ABCDE Taux Halo (k) Taux Taux
4è T19 3 551,3 5 746,4 6 423,6 8,1 % 1 986,0 3,3 % 3,2 %
4è T20 3 816,7 6 006,9 6 682,8 8,0 % 2 044,0 4,6 % 3,9 %
3è T21 3 544,1 5 871,2 6 668,8 8,1 % 1 860,0 3,4 % 3,1 %

Alors oui, l’on peut dire comme Bruno Le Maire que la France a retrouvé cet automne le niveau d’emploi d’avant la crise du Covid. Tout est revenu à l’identique dans ce pays « pas comme les autres » qui se fait une gloire d’être plus généreux et plus épris de justice qu’ailleurs dans le monde – système social lourdingue inchangé, bureaucratie tatillonne inchangée, État en première ligne pour faire des plans de développement pour les autres alors qu’il est incapable de se gérer lui-même.

Un changement, cependant, et de taille : notre dette publique est passée de 98 à 115 % du PIB en 2020. D’après l’INSEE, elle se montait à 2 376 milliards d’euros à fin 2019 et elle atteint maintenant 2 762 milliards. Un alourdissement spectaculaire de près de 400 milliards en quelques mois qui ne signifie qu’une seule chose : les prélèvements obligatoires que M. Le Maire se flatte d’avoir baissés ou de ne pas avoir augmentés, alors qu’à 45 % du PIB ils sont déjà parmi les plus élevés du monde développé, seront nos impôts futurs voire les impôts de nos enfants. 

Il n’empêche que le gouvernement empile savamment les motifs de satisfaction. Non seulement le taux de chômage a retrouvé son niveau de 2019, mais le taux d’activité (incluant les personnes en recherche d’emploi) et le taux d’emploi se redressent nettement après le repli dû aux restrictions anti-Covid :

Sources : INSEE (2019 – 2020 3T 2021 ) – Note : Les données soulignées sont issues des publications de l’INSEE, les autres données sont calculées à partir des précédentes.

Le taux d’activité serait même à son plus haut niveau depuis que l’INSEE le mesure au sens du BIT (1975) et il dépasse son niveau d’avant crise. C’est du reste le point que la ministre du Travail Elisabeth Borne met en avant pour expliquer que malgré le rebond économique de 2021 – croissance de 6,25 % prévue sur l’année – le taux de chômage peine à descendre en dessous d’une sorte de plancher de verre à 8 % :

« Le paradoxe, c’est que le taux de chômage ne baisse pas. Pourquoi ? C’est parce que, avec la reprise économique et le nombre important d’offres d’emploi, certaines personnes qui ne cherchaient plus de travail se sont remises à chercher. »

.
La limite de ce genre d’explication, c’est que si personne ne se met à chercher du travail ou si des personnes qui en cherchaient n’en cherchent plus, le taux de chômage sera forcément en baisse.

On le voit très bien chez les « seniors » de 50 à 64 ans : au 3è trimestre 2021, le taux d’activité y est plus bas que la moyenne française (69,5 % contre 73,5 % et même 60 % pour les 55-64 ans) et le taux de chômage nettement plus agréable qu’en France entière (5,9 % contre 8,1 %). Mais l’effet est trompeur. Non pas que le dynamisme du marché du travail soit fabuleux dans cette tranche ; simplement, peu nombreuses sont les personnes en recherche d’emploi, en raison notamment de départs en retraite précoces par rapport aux 64 ans qui marquent la limite du groupe.

À l’inverse, chez les 15-24 ans, le taux d’activité est nettement plus bas (41,1 %) en raison du lycée et des études supérieures, mais ils sont proportionnellement beaucoup plus nombreux à rechercher du travail, d’où un taux de chômage de 20 %.

Si l’on compare la France aux autres pays de l’OCDE, et notamment à ses grands voisins européens, on constate que ses taux d’activité sont systématiquement plus bas. C’était vrai en 2019 :

 
                 Taux d’activité, OCDE 2019                                  Taux d’emploi, OCDE 4T 2019

Et c’est toujours vrai en 2021 (ici) :

 
              Taux d’activité, OCDE, 2T 2021                      Taux d’emploi, OCDE, France 2T 2021

Or dans le même temps, son taux de chômage est systématiquement plus haut – 8,1 % aujourd’hui contre 3,4 % en Allemagne et 3,1 % aux Pays-Bas, sachant que cet écart véritablement béant existe depuis des années. Il en résulte que ses taux d’emploi sont systématiquement plus bas que chez ses voisins également. Là est le paradoxe. Là est le retard de la France sur les grandes nations développées, comme disait Bruno Le Maire plus haut. 

La semaine dernière, dans sa présentation de la dernière étude économique de l’OCDE sur la France, le secrétaire général de l’Institution Mathias Cormann soulignait combien nos coûteuses politiques publiques manquaient totalement d’efficacité. Notamment, malgré des dépenses d’éducation et de formation élevées par rapport au reste de l’OCDE, les jeunes Français persistent à performer plus que médiocrement dans les tests éducatifs internationaux et rencontrent les plus grandes difficultés pour s’insérer dans le marché du travail. D’où l’urgence absolue de démonopoliser notre mammouth éducatif.

À l’autre bout de la pyramide de la population en âge de travailler, l’âge de sortie du marché du travail est le second plus bas de l’OCDE en raison d’un âge légal de départ en retraite plus bas que chez nos voisins (62 ans contre 64/65 ans voire 67 ans), ce qui nuit à l’emploi et à la croissance potentielle du pays. D’où l’urgence absolue de repenser(2) notre système de retraite qui réussit à combiner désincitation au travail et déficit perpétuel.

Bref, qu’on parle d’emploi, d’éducation, de retraite ou de santé, la France doit impérativement se réformer. Inutile de rêver au plein emploi sans commencer par remettre sévèrement en question nos rigidités idéologiques donc structurelles. 

Mais contrairement à ce que dit Bruno Le Maire, si l’on se réfère à la litanie citée plus haut des mesures courageuses qu’il a prises, la première chose à faire n’est pas de baisser les impôts. Faire cela sans baisser les dépenses n’est qu’une façon de jouer la montre pour engranger un petit succès immédiat dont les conséquences délétères seront subies par d’autres via la dette (ou via l’érosion de leur épargne).

Non, la première chose à faire, c’est de baisser nos dépenses publiques. De RGPP (révision générale des politiques publiques de Nicolas Sarkozy) en MAP (modernisation de l’action publique de François Hollande) et de Choc de simplification (encore Hollande) en Action publique 2022 (Édouard Philippe), toutes politiques qui n’ont jamais débouché sur le moindre gain de productivité dans notre système, tout indique que ce sera impossible sans une remise en cause profonde de notre système économique et social hyper collectivisé et hyper bureaucratisé.

Le plein emploi, puisqu’on parle de lui, ne peut éclore dans un État qui met en quelque sorte son honneur à dépenser toujours plus. Pour notre bien, officiellement. Laissez-moi rire.


(1) En principe, la catégorie A de la DARES devrait correspondre au taux de chômage de l’INSEE, mais ces deux grandeurs tendent à diverger depuis à peu près 2010.

(2) Il existe de multiples façons d’envisager la réforme des retraites. J’en parle ici.


Illustration de couverture : Chômage et emploi en France. Photo AFP.

11 réflexions sur “Plein Emploi ? Ce n’est pas gagné.

  1. Fonctionnarisation des emploies en France ( 66% du fumeux PIB provient de la fonction publique ) + salaires négatifs , il semble que Macron c’est mit le MEDEF dans la poche en préparation de l’élection . j’attends de connaitre la nouvelle narration de ces individus incultes et arriérés lorsqu’ ils devront faire face à un pétrole à 162 $ le Brent avec un euro à 1.15 $ et en dessous en pleine campagne électoral ! Premiere reflexe cognitif, promettre de distribuer du fric qu ils n’ont pas et mettre en avant leur taux de croissance fantaisiste de 6% que pour ma part j’ai calculé au mieux à 0% .

  2. Ce qui me frappe le plus, c’est le gap énorme entre la France et la Suisse, dont on ne peut pas dire que cette dernière ne soit pas un pays démocratique ! Comme le dit Nathalie, ce qui tue la France, c’est son collectivisme.

  3. Et de plus beaucoup d’emplois sont créés ou maintenus sous perfusion par le soutien des finances publiques sinon le taux serait bien supérieur à 10%.

    A mettre en regard de l’état des finances qui montre d’après le bilan de l’Ifrap, tous les soldes négatifs, des recettes toujours très optimistes et des dépenses prévues qui ne baissent pas donc en réalité qui vont augmenter.
    https://www.ifrap.org/budget-et-fiscalite/point-provisoire-sur-les-finances-publiques-2021-2022

    • « Et de plus beaucoup d’emplois sont créés ou maintenus sous perfusion par le soutien des finances publiques »

      Oui, j’en parle à travers la dette qui a cru de presque 400 milliards entre décembre 2019 et septembre 2021.
      Je viens de jeter un oeil sur le suivi des défaillances d’entreprises de la Banque de France que j’avais évoqué dans un article antérieur. On est toujours dans une période de fort recul du nombre de défaillances, situation très artificielle voire inquiétante qui devrait durer encore un peu, car comme le dit la BDF :
      « Malgré l’abandon progressif des dispositifs de soutien, une partie des mesures étant reconduites dans le plan de sortie de crise, les chiffres de défaillances des derniers mois de 2021 restent inférieurs à ceux observés en 2019 et 2020 (cf. graphique 3). Il n’y a donc à ce stade aucun signe d’une reprise des défaillances ou d’une vague de faillites à venir. »
      Graphique 3 :
      https://leblogdenathaliemp.com/wp-content/uploads/2021/11/BDF-Défaillance-dentreprises.png

Répondre à Lionel Annuler la réponse.