Pour Noël, Macron vous offre un état d’urgence sanitaire éternel !

Chers lecteurs, voici venu pour moi le moment d’afficher ma traditionnelle crèche de blog et de vous souhaiter du fond du cœur un très Joyeux Noël 2020.

Malgré les restrictions et la morosité ambiante, j’espère qu’il sera pour vous l’occasion d’échanges joyeux et chaleureux en famille !

Pour ma part, je compte faire le vide politique dans ma tête et oublier pour un temps les nombreux tourments de notre actualité. Mais au moment où j’écris ceci, j’ai cependant le cœur lourd car pour Noël, Emmanuel Macron a décidé de nous offrir un état d’urgence sanitaire éternel. Quelle immonde trahison !

On commençait à se dire qu’avec l’apparition de plusieurs vaccins anti-Covid prometteurs, l’année 2021 signifierait peut-être le retour très attendu à une vie sanitaire, politique, économique et sociale à peu près normale. Mais tout montre hélas que ce sera une vie à peu près normale au sens où on l’entend dans la France d’Emmanuel Macron.

Il y a un an, en décembre 2019, il n’était pas encore question de Coronavirus, ni de masques, ni de gel, ni de confinement, ni de couvre-feux, ni d’état urgence sanitaire, ni de mise à l’arrêt administrative de l’économie, ni d’installation de la grande roue de Lille… sans public. Mais le pays était déjà sens dessus dessous et la SNCF était une fois de plus en grève à la veille des vacances de Noël pour protester contre la réforme des retraites concoctée par le gouvernement. 

Quant au gouvernement de l’époque, au-delà de la mesure de fin des régimes spéciaux qui avait motivé la grève – et qui était effectivement souhaitable – il cherchait alors à parachever la collectivisation complète de notre système de retraite en faisant main basse sur les réserves excédentaires des régimes autonomes des pharmaciens, des avocats, etc.

Le Président de la République Emmanuel Macron avait d’ailleurs déjà prouvé mille fois auparavant qu’il n’avait rien d’un grand libéral sur le plan économique – sauf dans la vision hallucinée d’un Jean-Luc Mélenchon ou d’un syndicaliste de la CGT. Et il avait prouvé mille fois de plus qu’il méprisait les libertés civiles tout en se gargarisant de discours sur la France des Lumières qui ne renoncera jamais aux caricatures.

Belle hypocrisie.

Que vaut l’hommage à Samuel Paty, cet enseignant décapité pour avoir utilisé des caricatures du prophète Mahomet dans un cours sur la liberté d’expression, si par ailleurs tout est organisé pour réduire petit à petit et bien souvent sans trop le dire, les degrés de liberté des citoyens dans l’ensemble de leur vie quotidienne ? Il ne vaut rien.

Or dès octobre 2017, soit quelques mois à peine après son accession au pouvoir, Emmanuel Macron « mettait fin » à l’état d’urgence instauré par François Hollande en novembre 2015 après les attentats terroristes du Bataclan… en intégrant ses dispositions les plus caractéristiques dans le droit commun !

Dès ce moment, l’orientation du quinquennat était claire : l’État d’abord, les citoyens ensuite.

Nous avons donc eu droit à une véritable déferlante de restrictions des libertés individuelles : d’abord la loi contre les « fake news » (2018), puis la loi « anti-casseurs » (2019) heureusement censurée par le Conseil constitutionnel, puis la création du Conseil de déontologie journalistique (2019), puis la loi Avia contre la haine en ligne (avril 2020), heureusement retoquée elle aussi par le Conseil constitutionnel, puis le vote contrarié sur la prolongation de l’état d’urgence sanitaire (4 novembre 2020).

Avec les textes en préparation tels que le projet de loi contre les « séparatismes », il est question de réduire la liberté scolaire et de réintroduire des éléments de la loi Avia contre la haine en ligne, et avec le projet de loi de sécurité globale, il est question d’interdire la diffusion d’images des forces de l’ordre dans l’exercice de leurs fonctions au mépris de la liberté de la presse et de la liberté d’informer (le fameux article 24).

Et maintenant, Emmanuel Macron fait un pas de plus, un pas de trop, dans sa conception liberticide des libertés : via son Premier ministre Jean Castex, il a déposé avant-hier en fin de journée un projet de loi en procédure accélérée « instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires ». Autrement dit, comme pour l’état d’urgence tout court, il est question d’intégrer l’état d’urgence sanitaire dans le droit commun. Il fallait s’y attendre, c’est la méthode Macron.

Dans un État libéral comme celui qu’Emmanuel Macron prétend défendre contre les pulsions illibérales de certains pays, la maîtrise médicale prévisible de la pandémie grâce aux vaccins commanderait une seule action : la fin pure et simple de l’état d’urgence sanitaire qui autorise le gouvernement à prendre pratiquement toutes les mesures de restriction qu’il souhaite en matière de déplacement et réunion des personnes, d’activités des entreprises, de réquisitions des biens et services et de fixation des prix. 

Mais comme l’écrivait Margot Arold hier dans Contrepoints, ce ne sera pas le cas :

« Vous aviez apprécié les mesures mises en place par la Chine ? Vous allez adorer celles prévues par la France ! »

.
Le stade du « libérer-protéger » autour duquel s’articulait la théorie politique d’Emmanuel Macron à ses débuts est largement dépassé. Il s’agit dorénavant de tout fossiliser – les individus, les idées, les initiatives, pour accroître le pouvoir des hommes de gouvernement de « faire notre bien » malgré nous, alors même qu’on sait par expérience historique que ce genre de pouvoir ne génère que malheur, pauvreté, corruption et coercition.

On peut se moquer des leaders populistes friands d’autoritarisme inlassablement dénoncés par notre Président – dénoncés à raison d’ailleurs – on a clairement le même à la maison. À notre tour maintenant de dénoncer sa dérive liberticide de plus en plus voyante et systémique et d’affirmer que rien, ni la gestion de la pandémie, ni la gestion du terrorisme, ni aucune gestion de quoi que ce soit, n’exige de soumettre nos vies quotidiennes à un état d’exception perpétuel.

La recherche du bonheur est notre affaire, pas celle de nos gouvernants. Au lieu d’inscrire le climat dans l’article I de la Constitution par pur racolage démagogique, c’est cela qu’il faudrait réaffirmer au fronton de nos institutions politiques.
.

 TRÈS  JOYEUX  NOËL  2020  À  TOUS  ! 

Et rendez-vous ici début janvier, très nombreux j’espère, car il sera plus que temps de se rassembler pour faire triompher les arguments de la liberté face au tropisme liberticide désormais officiel d’Emmanuel Macron.


Info du 23 décembre 2020 à 08 h 15 : Face au tollé soulevé par le projet de loi, le gouvernement commence à tortiller ses arguments. Affaire à suivre de très près.


Illustration de couverture : Crèche de Noël de la maison italienne Fontanini.

22 réflexions sur “Pour Noël, Macron vous offre un état d’urgence sanitaire éternel !

  1. Très joyeux noël à vous , merci pour votre blogue , vos réflexions sont très intéressantes , pas d ‘inquiétude sur Macron, dans notre temps historique, il n ‘est qu’ un acteur de communication que l’on a vendu aux français mais il est vrai qu il est nulle comme acteur sa théâtralité et sont verbiage sont vains , Obama était meilleur et il est certainement cognitivement déficient .

    • Macron n’agit certes pas dans l’intérêt de la Nation ou du peuple, mais pour ses commanditaires, partisans de l’open-society.
      Le régime fasciste qui se met en place n’a même pas l’excuse de se penser dans l’intérêt de ceux qu’il dirige. Quand la perversité détient le pouvoir légal, est-il encore possible de rétablir un ordre juste par des moyens légaux ?

  2. Merci pour ce billet et bonnes fêtes de fin d’année à vous. Votre billet me fait encore penser à ces deux citations de Thomas Sowell que j’ai déjà déposées sur votre blog en avril 2018 :
    — « … As many have warned in the past, freedom is unlikely to be lost all at once and openly. It is far more likely to be eroded away, bit by bit, amid glittering promises and expressions of noble ideals. … » (Thomas Sowell, The Quest for Cosmic Justice, New York, NY: The Free Press, 1999, Chap. IV, p. 184)
    — « … Freedom is seldom destroyed all at once. More often it is eroded, bit by bit, until it is gone. This can happen so gradually that there is no sudden change that would alert people to the danger. By the time everybody realizes what has happened, it can be too late, because their freedom is gone. … »
    (Thomas Sowell, “Obama’s Rhetoric”, Townhall, July 19, 2012, https://townhall.com/columnists/thomassowell/2012/07/19/obamas-rhetoric-n841052)

  3. Le Mignon poudré est allé voir une voyante.
    – Que voyez-vous pour moi ?
    – Je vois, je vois les Champs-Élysées. Ils sont noirs de monde.
    – Ah bon et quoi d’autres ?
    – La foule est en liesse. La joie se lit sur les visages. Des chants joyeux se font entendre.
    – Et alors ?
    – La foule a envahit l’avenue. Les motards de la police ont du mal à se frayer un chemin tant la cohue est importante.
    – Et moi, et moi. Qu’est-ce que je fais ?
    – Je ne sais pas. J’ai du mal à voir.
    – Mais encore ?
    – Je ne sais pas. Je ne vois rien. Le cercueil est fermé.

    Bon Noël à tous.

    • Un peu de charté chrétienne voyons, ce n’est pas l’esprit de Noël.

      Pour reparler du sort de Macron et de sa clique, attendons que Noël soit passé, attendons le 26, la saint Etienne…

      • @Jacques.
        Mon fils est revenu de Nouvelle-Zélande, où il travaillait, fin février, juste avant le confinement. Il nous a raconté que la veille de son départ alors qu’il tournait un peu en rond en attendant son départ, il est tombé sur un illuminé un peu poivrot à qui il a payé une bière, juste pour le plaisir de l’écouter pour tuer le temps (il est comme ça mon fils, il tiens ça de moi, sans doute). Ce prophète rigolo malgré lui, racontait que le 26 décembre de cette année, Donald Trump ferait assassiner Gorbatchev (!!) et pour se venger, Poutine ferait assassiner le pape le même jour (re !!). S’en suivrait la troisième guerre mondiale où tous les pays sauf la NZ seraient touchés et détruits.
        Depuis lors, c’est devenu une blague récurrente entre nous, et on attend impatiemment cette date. C’est pourquoi votre évocation de cette date m’interpelle un peu.
        S’il devait arriver quoi que ce soit de particulier à Gorbatchev ou au pape, je pense qu’il faudra tout faire pour retrouver ce prophète…

        Joyeux Noël à tous…

  4. Bonjour,

    Les yeux dans les yeux, la main sur le coeur, Monsieur Véran l’a dit, il n’a jamais été question de faire passer en urgence et en catimini une loi visant à pérenniser l’état d’urgence sanitaire, à imposer des mesures de placement ou d’isolement à des personnes contaminées, ni à subordonner les déplacements ou activités des personnes, au suivi d’un traitement y compris l’administration d’un vaccin…

    Jamais…

    Tout cela est une fable du R.N. et d’ailleurs le projet de loi 3714 est MOMENTANEMENT retiré.
    Accessoirement, quid du projet de loi 3713 relatif à l’élection du Président de la République qui l’accompagnait et dont on distingue mal le caractère d’urgence ?

    Tous ces complotistes qui voyaient venir un passeport sanitaire en sont pour leurs frais.

    Joyeux Noël à vous.

    • « Monsieur Véran l’a dit, il n’a jamais été question de faire passer en urgence et en catimini une loi visant à pérenniser l’état d’urgence sanitaire, à imposer des mesures de placement ou d’isolement à des personnes contaminées, ni à subordonner les déplacements ou activités des personnes, au suivi d’un traitement y compris l’administration d’un vaccin… »

      C’est dommage. C’est pourtant bien ainsi, et non avec l’hydroxychloroquine, que quelques rares pays ont réussi à lutter victorieusement contre la pandémie : Taïwan, Corée du Sud, Singapour, Hong Kong, et la très libérale Nouvelle-Zélande.

      C’est la différence entre l’idéologie et le pragmatisme, l’ironie lourde sur Internet et les actions des responsables qui ont vraiment à gérer une crise.

    • D’autre part, qu’est-ce qui vous dérange dans « le projet de loi 3713 relatif à l’élection du Président de la République », dont vous vous abstenez soigneusement de nous présenter le contenu, à l’instar de tous les propagandistes complotistes ?

      Insinuez, diffamez, lancez des rumeurs, il en restera toujours quelque chose.

      Je me demande bien quel est le scandale caché dans ce projet de loi. Vous ne nous avez pas fourni de lien, je le fais à votre place :

      https://www.vie-publique.fr/loi/277851-projet-de-loi-election-president-de-la-republique

      Qu’est-ce que c’est que cette nouvelle mode de lancer des polémiques avec des numéros de projet de loi ? Excellente façon de s’assurer que personne n’en connaîtra le contenu, tout en suggérant que des choses épouvantables se préparent à notre insu.

  5. Pingback: Pour Noël, Macron vous offre un état d’urgence sanitaire éternel ! | Qui m'aime me suive...

  6. Sur les frontons, nos ancêtres avaient écrit « Liberté » en premier mais là ils ont la trouille pour 2021 et le désastre social est à peu près inéluctable sans moyens financiers conséquents pour y pallier.

    Merci pour votre travail précis et bon Noël.

  7. Merci Nathalie et permettez moi également de vous souhaiter d’excellentes fêtes de Noël, à vous et à votre famille, ainsi qu’aux contributeurs qui alimentent les fils de discussion de vos articles. Je vous remercie pour tous ces articles de haut niveau que vous nous offrez gratuitement. L’intelligence est un don que nous recherchons tous, vous la dispensez généreusement, pour notre plus grand bonheur. Je vous suis de même infiniment reconnaissant de m’accueillir sur cet espace de liberté pour y partager des points de vue pas toujours consensuels.

    Concernant ce billet, dont j’approuve sans réserve chaque ligne, j’ajouterais simplement une mention au projet de réforme constitutionnelle de Macron, un projet qui contenait déjà en germe les ambitions autoritaires de celui que les médias subventionnés appelaient naguère Jupiter. Je ne vais pas en rajouter, je pense que nous sommes d’accord sur le constat et vous l’avez comme à votre habitude parfaitement résumé.

    Avant de conclure, je profite de cette occasion pour clarifier mes précédentes interventions dans lesquelles j’ai adopté une position critique vis à vis de la médecine parlant notamment de dictature sanitaire ou de complexe médico-industriel. Je comprends l’incompréhension que cette position peut susciter, je tiens seulement à préciser qu’elle est le fruit de plus de dix ans de réflexion et de lectures sur le sujet. Je voudrais également insister sur le fait que je suis par ailleurs hautement favorable à la médecine moderne qui me semble à bien des égards miraculeuse (chirurgie cardiaque, prothèses de hanches, pacemakers, chirurgie des yeux. etc., etc.).

    Comme je ne peux pas argumenter plus précisément dans ces lignes, je vous renvoie à une conférence que je recommande toujours dans ce cas parce qu’elle est un concentré de tous les problèmes et enjeux actuels, c’est une conférence de Robert Kennedy Jr sur le Gardasil. A chaque instant vous serez capable de faire le lien avec l’actualité du COVID.
    https://www.youtube.com/watch?v=c5GyRJ8ThZA

    Si vous préférez la lecture, qui reste la manière la plus approfondie d’accéder à cette réalité, comme à toute autre d’ailleurs, je peux vous conseiller plusieurs ouvrages, notamment ceux de Peter Gotzsche , dont deux sont traduits en français.
    https://www.amazon.fr/Peter-Gotzsche/e/B01E07U832

    Dernier élément de réflexion : le système médical moderne ne relève pas tout à fait des lois du marché dans la mesure où la personne qui bénéficie des services n’est ni la personne qui les choisit, ni la personne qui les paie. C’est également vrai de l’éducation. Par ailleurs, grâce aux assurances sociales, dont je loue par ailleurs l’existence, les assurés bénéficient d’un pouvoir d’achat quasiment illimité POUR PEU qu’ils soient malades. Ces deux éléments expliquent une partie de l’origine du problème.

  8. Tout ceci ne fait que me renforcer dans l’idée que pour Macron, ça sent de plus en plus le roussi !
    Ce n’était certainement pas la promesse que lui ont faite ceux qui l’ont installé à cette place, savoir s’il va tenir le coup jusqu’à 2022 ?
    En attendant, merci chère Nathalie, pour l’intelligence que vous mettez à écrire article après article dans ce blog, et passez un joyeux Noël avec les vôtres, en attendant de nous revenir fraîche et dispose pour d’autres articles.

Répondre à Jacques Huse de Royaumont Annuler la réponse.