Donald Trump : de « sale gosse » à Mr President ?

INVESTITURE DE TRUMP 20 janvier 2017 : Donald Trump a été élu, il est maintenant officiellement investi Président des Etats-Unis. Après les paroles, nombreuses, brouillonnes, tonitruantes, on attend les actes, non sans quelques inquiétudes. En l’honneur de l’Inauguration Day d’hier, je remets en avant cet article du 12 novembre 2016 :


L’insoutenable suspense a pris fin : Donald Trump a été élu Président des Etats-Unis. On ne saura donc jamais ce qu’il aurait dit et fait en cas d’échec, d’autant qu’à la question de savoir s’il accepterait sa défaite, question à laquelle il est d’usage de répondre « oui » avec l’air le plus pénétré du monde, il avait rétorqué, façon sale gosse,« Je vous le dirai le moment venu, je vais maintenir le suspense. D’accord ? » 

Ce que l’on sait en revanche, c’est comment sa victoire, incontestable et reconnue sans délai par sa rivale, fut « démocratiquement » accueillie par nos clairvoyantes élites de la politique, du spectacle et des médias. Les esprits supérieurs du « camp du bien » socialiste, toujours très bruyants pour asséner leurs « valeurs » et « rééduquer » les foules, sont très larmoyants et très en colère cette semaine. Les tweets et les articles les plus hystériques se succèdent, des psychologues prodiguent leurs conseils pour aider les malheureux électeurs démocrates à passer du deuil à l’acceptation ou expliquer aux parents comment parler de Trump à leurs enfants, et les nuits de manifestations étudiantes contre le Président élu tournent parfois carrément à l’émeute.

C’est une manie chez les forces de progrès. Quand les élections au suffrage universel ne leur sont pas favorables, la démocratie est bafouée et il faut la défendre dans la rue à coups de pavés dans les vitrines et d’engins incendiaires dans les voitures de police. Rappelons-nous qu’en 2007 l’élection de Nicolas Sarkozy avait provoqué des réactions en tous points similaires. Et rappelons aussi, c’est plus ancien, que la Commune de Paris, cet acte révolutionnaire qui donne des frissons de bonheur au peuple de gauche, a été déclenchée en mars 1871 par des « démocrates » qui refusaient le résultat à majorité royaliste et républicaine modérée des élections législatives du mois précédent*.

Ce que l’on sait aussi, c’est comment Donald Trump lui-même a accueilli sa victoire. Après environ deux ans de campagne à couteaux tirés, d’abord contre ses adversaires du Parti républicain lors des primaires, ensuite contre Hillary Clinton pour l’accès à la Maison-Blanche, le tumulte, les phrases à l’emporte-pièce, les insultes, les vulgarités, les exagérations et les menaces ont cédé la place à un discours nettement plus apaisant et rassembleur.

C’est l’usage, me direz-vous. Il y a le temps de la campagne, puis il y a le temps des responsabilités. D’abord gagner, ensuite gouverner. Mais justement, parmi les reproches adressés à Trump figuraient ceux de son caractère imprévisible et de son comportement outrageant qui le rendraient particulièrement inapte à exercer la fonction présidentielle américaine. Disons que sur le premier exemple disponible, celui de son discours de victoire, il a su se montrer conforme aux normes généralement admises.

C’est pourquoi, maintenant qu’il est bel et bien élu, et quelles que furent mes réticences antérieures, je suis d’avis de le juger sur ce qu’il fera plutôt que sur ce qu’il a dit, l’écart entre les deux situations pouvant se révéler extrêmement large, comme François Hollande en fait tous les jours la brillante démonstration chez nous.

Observer et analyser les actes du futur président, et se positionner en fonction d’eux dans l’approbation ou l’opposition, c’est aussi le choix de Bernie Sanders, sénateur du Vermont très à gauche qui fut opposé à Clinton lors de la primaire démocrate :

“To the degree that Mr. Trump is serious about pursuing policies that improve the lives of working families in this country, I and other progressives are prepared to work with him. To the degree that he pursues racist, sexist, xenophobic and anti-environment policies, we will vigorously oppose him.

Si M. Trump est sérieux dans son intention de promouvoir des politiques bénéfiques pour les familles des travailleurs de ce pays, moi-même et d’autres progressistes sommes prêts à travailler avec lui. S’il conduit des politiques racistes, sexistes, xénophobes ou anti-environnementales, nous nous opposerons vigoureusement à lui.

Voilà une attitude pragmatique, à des années lumières des lamentations et regrets stériles des bobos de Saint-Germain-des-Prés, New York ou Hollywood. Evidemment, Bernie Sanders et moi n’avons pas exactement la même approche de ce qu’il convient de faire. Du reste, si Bernie Sanders a annoncé la couleur de cette façon, c’est avant tout parce qu’il a discerné chez Trump quelques propositions économiques qui pourraient lui plaire. On en déduit assez vite qu’elles risquent d’être assez peu libérales.

Regardons le discours de victoire de Donald Trump dans la vidéo ci-dessous, surtout les sept premières minutes :

Au-delà de ses appels à l’unité du pays et de son engagement d’être le Président de tous les Américains, au-delà de sa demande de conseil aux Américains qui n’ont pas voté pour lui (« et il y en eut quelques uns »), au-delà de sa promesse de traiter tous les pays et toutes les personnes avec une même loyauté si cette loyauté est réciproque, il nous donne des indices sur deux caractéristiques importantes, l’une concernant sa personnalité et l’autre ses projets de politique économique.

Ses premiers mots sont pour sa rivale Hillary Clinton. Il dit immédiatement qu’elle lui a téléphoné pour le féliciter et il ajoute qu’il lui a retourné la compliment parce qu’il trouve qu’elle s’est battue avec une belle énergie dans cette campagne. Il aurait pu s’arrêter là, mais il va jusqu’à déclarer que les Etats-Unis doivent « une énorme dette de gratitude » à Hillary Clinton qui a travaillé longtemps et avec acharnement pour ce pays.

Il avait dit à peu près la même chose il y a un mois lorsque, à la fin d’un débat télévisé, un spectateur avait demandé aux deux candidats de citer une qualité de leur adversaire :

« Elle n’abandonne pas, elle ne lâche jamais et je respecte cela, je le dis franchement. Je suis en désaccord avec la plupart de ce pour quoi elle se bat mais c’est une battante. »

A cette occasion, Hillary Clinton fut loin de se montrer aussi gracieuse. Elle a vaguement mentionné, on ne sait trop pourquoi, les enfants Trump, ce qui en diraient long sur leur père, sans accorder à ce dernier le moindre crédit politique. Dans son « live » du débat, le journal Le Monde relève à juste titre que Clinton « a botté en touche. » A l’inverse, Donald Trump place immédiatement Clinton à un niveau politique et la reconnait comme un adversaire de qualité et  digne de lui.

Je trouve que ces deux épisodes montrent un Trump beaucoup plus chaleureux qu’on pourrait croire et une Hillary beaucoup plus froide et aigrie qu’on pourrait croire. Surtout, selon moi, ils apportent un éclairage plus nuancé que ce qu’on entend dire partout sur le sexisme de Donald Trump. Cela n’excuse pas ses vulgarités, mais sur le fond, il est important de se dire qu’à ses yeux une femme est parfaitement apte à devenir remarquable et à mener les combats qui comptent aussi aux yeux des hommes remarquables.

Sur le plan économique, par contre, il y a de quoi être inquiet car ce que propose Donald Trump a toutes les apparences d’une formidable politique de grands travaux dans le plus parfait héritage de Roosevelt, lui-même inspiré par Keynes. Il s’agit ni plus ni moins de reconstruire les centres villes, les ponts, les tunnels, les aéroports, les hôpitaux, les écoles, etc… afin de donner du travail à tout le monde. Ce tropisme de l’entrepreneur immobilier pour tout ce qui est BTP est plutôt amusant. Et il est vrai que les infrastructures américaines sont parfois assez anciennes. Mais s’il s’agit de prélever de l’impôt et de dépenser de l’argent public pour ce faire, l’issue ne sera peut-être pas aussi brillante qu’escomptée, comme l’ont montré Hayek, Rueff et d’autres.

Quant à ses autres propositions, certaines semblent opportunes, notamment les baisses d’impôts et de dépenses, ainsi que la remise en cause des thèses coûteuses de l’ONU sur le réchauffement climatique anthropique. D’autres s’annoncent au contraire comme vouées à l’échec, en particulier tout ce qui concernerait un protectionnisme accru et la remise en cause des traités de libre échange. D’autres encore, comme le mur entre les Etats-Unis et le Mexique, sont complètement loufoques et ont toutes les chances d’être abandonnées en rase campagne. Et d’autres enfin semblent ne plus être complètement à l’ordre du jour : l’Obamacare, pourtant déjà très déficitaire à tel point que les primes de l’année 2016 ont connu des augmentations extrêmement importantes dans une majorité d’Etats, ne serait plus supprimé, mais révisé.

Si son élection en nombre de grands électeurs montre un écart important entre Clinton et lui (306 contre 232), le vote populaire donne une avance notable de près de 3 millions de voix (MàJ janvier 2017) à la candidate démocrate. De plus, Trump n’était pas un complet outsider, il était le candidat du parti Républicain, et on a déjà vu des Républicains gagner l’élection présidentielle américaine. Aussi, il me semble que son élection est due largement autant à cette appartenance dans le contexte du bipartisme qui structure très fortement la vie politique américaine, qu’à un mouvement des couches populaires contre les élites et pour plus de protection et moins de mondialisation. Les comparaisons avec le Brexit et notre situation française doivent être manipulées avec précaution.

Il faut également garder à l’esprit qu’aux Etats-Unis, le Président n’est pas tout seul. Il a face à lui un Congrès très actif qui, même s’il reste majoritairement républicain (dans la continuité du second mandat Obama qui s’achève), est composé de sénateurs et députés républicains qui ne se sont pas toujours montrés complètement en phase avec lui pendant la campagne, c’est le moins qu’on puisse dire. Il y a donc fort à parier que les projets de Donald Trump seront sous haute surveillance, y compris dans les rangs de son parti.

On l’aura compris, je l’espère, je ne prends pas fait et cause pour Donald Trump, je pars du fait incontournable qu’il a gagné les élections américaines. Le bateleur populiste pas très classe et sans expérience politique qui voulait amasser des voix pour gagner a commencé tout doucement à se transformer en un Président élu qui sait se tenir et qui sait avoir un discours humble pour lui-même, ambitieux pour les Etats-Unis et rassembleur pour tous les Américains. Et a commencé à mettre pas mal d’eau dans son vin.

Je continue de penser que l’Amérique aurait pu faire bien mieux que se laisser enfermer dans le dilemme infernal Clinton vs Trump, mais maintenant que les jeux sont faits, voilà ce que j’ai envie de dire à Donald Trump : « Allez-y, mettez-vous au travail, on vous regarde et on vous jugera aux résultats. Et on verra si vous êtes capable d’abandonner la dégaine de Donald le sale gosse pour devenir vraiment Mr President. »


* Voir Philippe Nemo, Les deux Républiques françaises, PUF, 2008 (pages 43 à 45).


trump-45eme-pdt-des-usaIllustration de couverture : Donald Trump a été élu 45ème Président des Etats-Unis mardi 8 novembre 2016. Il entrera officiellement en fonction le 20 janvier 2017 pour 4 ans.

11 réflexions sur “Donald Trump : de « sale gosse » à Mr President ?

  1. Je me retrouve dans ce tableau brossé de l’homme qui va devoir assumer ses choix.
    J’ajoute qu’il faut aussi mentionner la Constitution et la Cour Suprême comme éléments qui vont tempérer les ardeurs du nouveau président.
    Certes, il va devoir choisir choisir un nouveau juge (en concertation avec le Sénat Républicain), mais on peut faire confiance à la CS (enfin, la SCotUS) pour préserver son indépendance vis-à-vis des politiciens.
    A ce titre, j’ai plus peur de voir des juges nommés par les Démocrates que par les Républicains.
    En effet, ceux nommés par ses derniers se révèlent souvent moins obtus, extrémistes et conservateurs, que ne sont (et le restent) obtus, extrémistes et progressistes les juges nommés par les Démocrates.
    Ma plus grande crainte à l’élection désirée-annoncée-pliée d’Hillary était là. Voir le Clan-ton désigner des juges suprêmes capables d’infléchir la constitution.
    La SCotUS conservatrice d’A. Scalia a suivi l’évolution du temps et des usages, tout en respectant au mieux la Constitution (qui, en France est bafouée par le Conseil Constitutionnel lui-même, dès qu’il s’agit de libertés). Je ne suis pas sûr qu’une CS trop progressiste n’aurait pas durablement abîmé plus les USA que les politiques désastreuses de ses présidents successifs.

    Du coup, exit Clinton (le clinexit !) nous allons devoir faire avec Trump et ses administrations (car il y aura des errements et des changements).

    Aimé par 1 personne

    • Ah Ah ! J’aurais tendance à dire que côté Mr President, vous avez déjà les qualités (voir votre commentaire ci-dessus, et, oui, en effet, la Cour suprême), mais côté sale gosse, vous avez de sérieux progrès à faire, surtout comparé à Trump qui est un maître en ce domaine !

      J'aime

      • C’est parce qu’ici, c’est une classe très sage, tenue par une maîtresse très douce et posée.
        Je suis autrement plus sale gosse dans la classe de TP de physique et chimiquement pur du prof déjanté qu’on surnomme H16.

        Aimé par 1 personne

  2. Un papier de « vrai journaliste », enfin, ce qu’on aurait dû lire dans une presse digne de ce nom. Maintenant, Trump fera ce qu’il pourra et certainement pas ce qu’il voudra, l’Oeil le suivra pas à pas, partout où il ira et quoiqu’il tente d’entreprendre.
    L’Homme providentiel et omnipotent Américain n’existe qu’à Hollywood, pas à Washington.

    Aimé par 1 personne

  3. Il va falloir observer ses agissements dans les premiers jours de son mandat. Même si il passe en position de président, il n’a pas l’air durant son entrevue avec Obama pour autant moins pugnace.
    (Entrevue à la suite de laquelle on notera en passant qu’Obama a donné ordre de combatte en Syrie tous les rebelles y compris les modérés…)
    Dans les premiers jours, il devra agir très vite, d’abord sa première mesure d’amendement constitutionnel pour imposer une limite de durée à tous les membres du Congrès permettra beaucoup de ménage parmi les vieux faucons, démocrates ou républicains (Ryan, Mc Caine etc…); gels d’embauches de fonctionnaires fédéraux, nettoyage et surtout amaigrissement des services secrets et de la nébuleuse des consultants affiliés à NSA, CIA et pentagone. Les incohérences dans la politique étrangères seraient diminuées et participeraient à la réduction d’une angoissante non maîtrise. La question tragique de Poutine à l’ONU (sept 2015) raisonne toujours : « « Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ? » ».
    Il y a la nécessité ardue d’un formidable coup de pied dans la fourmilière !
    Ensuite, il faudra observer qui de l’Europe ou de la Russie, il verra le premier, cela sera un indicateur important; je parie sur la Russie. La réduction des opérations extérieure, la diminution du nombre des bases militaire, voir le démantèlement de l’OTAN ont été évoqués…
    Voila déjà beaucoup des centaines de milliards économisés avec ceux du changement climatique, pour encourager des partenariats public-privé et des investissements privés par le biais d’incitations fiscales, pour injecter 1000 milliards de dollars d’investissements dans les infrastructures sur dix ans.
    Globalement, il y a un renversement d’une gabegie des dépenses extérieures depuis 2001 pour favoriser une politique intérieure d’expansion, c’est indéniablement l’intention.
    On ajoutera quelques réformes pour le moins libérales comme le « choix de l’école et Opportunités d’éducation » pour rediriger les dollars de l’éducation et donner aux parents le droit d’envoyer leur enfant à l’école de leur choix : publique, privée, à charte, ZEP, religieuse ou à la maison; remplacer l’obamacare par des comptes d’épargne santé, la possibilité d’acheter une assurance santé dans un autre État, et laisser les États gérer les fonds de Medicaid; augmenter les financements des organismes d’application de la loi fédérale et des procureurs fédéraux et réduire l’influence corruptrice des intérêts particuliers sur notre politique; enfin exiger que pour chaque nouvelle régulation fédérale, deux régulations existantes soient éliminées..
    Se reporter à ses 28 mesures dans les 100 premiers jours.
    Certes la rapidité va garantir le succès car le pouvoir de nuisance de ceux qui ont beaucoup à perdre est prégnant.
    Si il réalise cela, il sera l’un des plus grands présidents des US et l’exemplarité pour le reste du monde sera indéniable.
    N’en déplaise à la pensée unique franchouillarde !

    J'aime

  4. Je n’étais pas particulièrement enchanté par les excès de Trump, mais je me dis 2 choses :
    1_ En France on nous ressasse qu’il faudrait des hommes de la société civile plutôt que des politiques professionnels. Trump est un homme d’affaires avisé, il peut réussir comme Président.
    2_ D’aucun disent qu’il est c.n ! L’est-il plus que Hollande ? Çà parait pas possible.

    Aimé par 1 personne

  5. Je trouve que l’on est endormi ou rendu amorphe quand on entend (et quand on a entendu) tous les propos méprisants, vindicatifs, outragés de nos dirigeants au sujet de Trump. Je dis qu’ils abusent de nous. Je dis qu’ils ne diraient pas la moitié du quart du commencement d’un début de ce qu’ils ont avancé à Trump en face.
    Ce n’est destiné qu’à nous et nous devrions supporter cela, et nous devrions trouver inacceptables le fait que Trump a également profité de ceux qui l’écoutaient en leur servant ce qu’ils voulaient entendre.
    Nous sommes coupables ou stupides d’écouter les Hollande, Juncker et autres zozos du même genre.

    Aimé par 1 personne

  6. Bonsoir à tous le monde, et merci pour les commentaires.

    En effet, attendre et observer, ça parait la bonne chose à faire.
    Trump n’est certainement pas idiot. Et il a apparemment de bons conseillers. Savoir s’entourer, c’est une des clefs de la réussite.
    Sur France 24, dans un entretien très intéressant, le conseiller relations internationales de Trump (qui fut celui de Romney, continuité chez les Républicains) explique que s’il a eu des propos très populistes, cela avait d’abord pour but de mobiliser la base de ses électeurs et de les maintenir mobilisés ainsi jusqu’aux élections face à la machine électorale très puissante des démocrates qui sont en face. Il dit même que la masse qui est susceptible de voter Trump n’est pas une masse qu’on peut intimider avec une campagne politique normale (vers minutes 5 et 6) :

    Et côté Clinton, la réplique est de même amplitude pour maintenir les foules bobos en alerte, mais en lamentations, indignations, condamnations etc…

    J'aime

  7. Mais qu’est-ce qui vous fait dire qu’il soit complètement loufoque de construire un mur entre le Mexique et les Etats-Unis ?

    C’est vrai que ça n’a jamais été fait par le passé : la Grande muraille de Chine, les fortifs de Paris, le mur entre Israël et les « Palestiniens », le mur de Berlin, le mur entre l’Ukraine et la Russie, le mur entre la Hongrie et la Serbie… et le mur entre les Etats-Unis et le Mexique, qui existe déjà, sur une partie de la frontière. Pour ne citer que quelques exemples.

    Cela fait des millénaires que l’humanité construit des murailles pour se protéger, et ça fait des millénaires que ça marche. Dans une période proche de nous et concernant plus précisément la protection contre l’immigration (voire l’émigration…), les faits montrent au contraire que les murs sont extrêmement efficaces : le mur entre Israël et la « Palestine » a fait chuter à presque zéro les infiltrations de terroristes, le mur entre l’Europe de l’Est communiste et le monde libre empêchait très efficacement tout passage à l’Ouest, la clôture érigée par la Hongrie a entièrement stoppé l’invasion des immigrés… et les Etats-Unis de 2016, avec toute leur richesse et tous leurs moyens technologiques, n’auraient pas la possibilité de construire une muraille effiace pour se protéger de l’invasion hispanique ?

    On cherche des poux sur la tête aux Américains pour leur « mur », mais personne n’a jamais l’air de mettre en doute ni sur le plan de la faisabilité, ni sur le plan de l’efficacité, ni sur le plan de la morale, le mur de 1 700 kilomètres qui protège l’Arabie saoudite du Yémen, ni le mur de 1 000 kilomètres qui la séparera de l’Irak, dont le projet ultra-sophistiqué a été lancé dès 2006 et dont la construction vient de commencer, avec pour objectif désormais la protection contre l’Etat islamique.

    A l’époque, d’ailleurs, des entreprises françaises d’équipement militaire étaient pressenties pour le projet. Personne, du coup, ne nous a dit que c’était « loufoque », ou « impossible », ou « ridicule », ou « immoral », ou pas conforme aux souhaits du bon pape François. Les musulmans, eux, ils ont le droit de se protéger des immigrés et de l’invasion : pas nous.

    http://www.europe1.fr/international/face-a-l-ei-l-arabie-saoudite-se-barricade-2348013

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Barri%C3%A8re_frontali%C3%A8re_hongroise#Prolongation_de_la_barri.C3.A8re_.C3.A0_la_fronti.C3.A8re_croate

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s