Aujourd’hui, article N° 400 !

Pour les articles N° 100 (10 novembre 2015) et N° 200 (11 septembre 2016) j’avais pris le parti un peu hasardeux de me glisser dans la tête de François Hollande et de restituer ses pensées politiques les plus intimes en alexandrins. Ces billets et quelques autres font maintenant partie de la rubrique Au Théâtre avec Hollande

Pour l’article N° 300 (17 juin 2017), écrit la veille du second tour des élections législatives de juin 2017, j’avais trempé ma plume dans la tête de son successeur, Emmanuel Macron, dont les débuts sur la scène présidentielle promettaient également quelques moments de grande intensité artistique.  Lire la suite

The strange case of Brother Emmanuel and Mister Macron

REPLAY du 7 février 2019 : Les circonstances sont différentes, mais sur le fond comme sur la forme, il me semble que tout ce que j’écrivais à l’époque de l’élection d’Emmanuel Macron  (1er juin 2017) se confirme aujourd’hui : « Le changement des apparences est évident, la continuité avec le passé aussi. C’est ce que j’appelle The strange case of Brother Emmanuel and Mister Macron. On manque encore de recul pour être formel, mais la tournure qui s’annonce pourrait donner quelques inquiétudes à ceux qui croyaient vraiment qu’un vrai vent de renouveau allait souffler sur la France. »

L’agenda des grandes rencontres internationales a bien fait les choses. A peine élu à la tête de l’Etat, Emmanuel Macron a pu se montrer en compagnie des principaux dirigeants de la planète. A Bruxelles jeudi 25 mai dernier pour l’OTAN, à Taormina ce week-end pour le G7 ou à Versailles avant-hier pour inaugurer une exposition consacrée à Pierre le Grand, c’est à Merkel, May, Trump et Poutine qu’il a parlé, c’est sur la scène mondiale qu’il a déboulé, l’air de dire : Attention, me voilà !  Lire la suite

Hulot : un alibi écologique très Macron-compatible

Mise à jour du mardi 28 août 2018 : Nicolas Hulot a annoncé ce matin qu’il quittait le gouvernement. Il se doutait que son ministère « ne serait pas un chemin de roses » mais il espérait que ce serait lui, Hulot, qui allait inspirer les ministres et non eux qui allaient l’aspirer, afin de pouvoir mettre en oeuvre la transformation radicale qu’il souhaitait : « une transformation écologique profonde, presque sociétale. » Mais face à la réalité – réalité qui n’est pas douce avec l’ensemble du gouvernement en ces temps budgétaires – que ce soit dans le domaine de l’agriculture ou de l’énergie, les alibis sans contenu ne tiennent pas longtemps.

Il commence mal, ce ministère de la transition écologique, pour Nicolas Hulot. A peine nommé, à peine informé du périmètre exact de son ministère, voilà que son plus beau dossier, celui des négociations internationales sur le climat, bat dangereusement de l’aile à cause des ridicules réticences américaines ! Lire la suite

Faut-il vraiment hurler pour se faire entendre ?

contrepoints-2Depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, l’indignation bat son plein. On imagine bien le cher Stéphane Hessel, père, grand-père et arrière-grand-père des « indignés », se retourner deux fois dans sa tombe, une première fois horrifié par l’affreux résultat qui a donné la victoire à un ultra-riche décomplexé, et une seconde fois ravi de voir que son injonction à 3 € fonctionne aussi pavlovement bien.  Lire la suite

Donald Trump : de « sale gosse » à Mr President ?

INVESTITURE DE TRUMP 20 janvier 2017 : Donald Trump a été élu, il est maintenant officiellement investi Président des Etats-Unis. Après les paroles, nombreuses, brouillonnes, tonitruantes, on attend les actes, non sans quelques inquiétudes. En l’honneur de l’Inauguration Day d’hier, je remets en avant cet article du 12 novembre 2016 :


L’insoutenable suspense a pris fin : Donald Trump a été élu Président des Etats-Unis. On ne saura donc jamais ce qu’il aurait dit et fait en cas d’échec, d’autant qu’à la question de savoir s’il accepterait sa défaite, question à laquelle il est d’usage de répondre « oui » avec l’air le plus pénétré du monde, il avait rétorqué, façon sale gosse,« Je vous le dirai le moment venu, je vais maintenir le suspense. D’accord ? »  Lire la suite

Présidentielle USA 2016 (II) : objectif Maison-Blanche

Résultats du mercredi 9 novembre 2016 : Trump sera le 45ème Président des Etats-Unis !

– Donald Trump a gagné 306 grands électeurs contre 232 pour Hillary Clinton (estimation, car recomptage dans le Michigan où Trump a gagné les 16 grands électeurs avec 11 000 voix d’avance).

– En voix, le match est différent puisque Clinton dépasse Trump avec 48,2 % et 65,8 millions des voix contre 46,1 % et 62,9 millions,  soit presque 3 millions de voix d’avance. Le candidat libéral Gary Johnson a obtenu 3,3 % et la candidate écologiste Jill Stein 1,1 %. La participation a été de 55 % comme en 2012.

– Le Sénat et la Chambre des Représentants restent à majorité républicaine. 

– Pour la photo de famille, on peut être sûr qu’après les dissensions de campagne, les Républicains, vont rapidement resserrer les rangs autour du Président élu. Mais il n’est pas du tout certain que le Congrès lui donnera carte blanche pour tout. On assistera même peut-être à une sorte de cohabitation plus ou moins cordiale qu’il sera intéressant d’observer. Il est du reste fort probable que parmi toutes les propositions tonitruantes du candidat Trump, les plus loufoques, comme celle du mur entre le Mexique et les Etats-Unis, n’aboutiront pas ou ne seront même pas tentées.

– Trump s’est déjà trompé sur un point : il va avoir du mal à soutenir que les élections ont été truquées en faveur de sa concurrente. D’après le live CNN, Mme Clinton l’a appelé (vers 8h 40 heure française) pour lui reconnaître la victoire.

– La réception de ce résultat fut plutôt mal vécue sur le moment, pas seulement par le clan Clinton, mais surtout, assez classiquement, par les marchés financiers qui perdaient dans les 5 % à l’ouverture tandis que l’or bondissait d’autant, avant de retrouver des couleurs en milieu de journée. Le peso mexicain a chuté d’environ 8 % face au projet de Trump de remettre en cause le traité de libre-échange Alena entre le Canada, les USA et le Mexique. 

Mise à jour du vendredi 28 octobre 2016 : La dernière ligne droite est semée d’embûches !

– Lors du dernier débat avec Hillary Clinton (19 octobre 2016), Donald Trump a confirmé qu’il était devenu maître dans l’art de les amonceler tout seul devant lui par ses déclarations aussi fracassantes qu’inutiles et débiles. Interrogé sur l’attitude qui serait la sienne à l’annonce des résultats du vote, il a répondu : « Je vous le dirai le moment venu, je vais maintenir le suspense. D’accord ? »  Inutile de dire qu’après les affaires de harcèlement sexuel qui le cernent, les défections républicaines continuent.

– De son côté, Hillary Clinton a fait de son mieux pour les éviter (les embuches) et croyait sans doute être tranquille à propos de ses emails (voir article ci-dessous) puisque le directeur du FBI avait recommandé en juillet dernier de ne pas la poursuivre à ce sujet. Patatras ! Il a décidé aujourd’hui, à deux semaines du scrutin, de relancer l’enquête ! Inutile de dire que Trump n’a pas tardé à saisir l’occasion de répéter que son adversaire est corrompue et que le vote est truqué.

– MÀJ Sondages : En voix, Trump remonte et Clinton descend :  RCP (moyenne de sondages) donne maintenant 45,3 % à Trump et 47,5 % à Clinton. Compte-tenu de la marge d’erreur de 4,5 %, on peut dire que les candidats sont au coude à coude avec une dynamique Trump. Par état et par chance de gagner, Clinton reste pour l’instant en tête.

Fin du suspense le 8 novembre … Et début de quoi pour les Etats-Unis ? On en reparlera …


contrepoints-2On parle de l’élection présidentielle américaine depuis bien longtemps, depuis le 1er février dernier très précisément, date de lancement des « primaires » destinées à départager les prétendants démocrates et républicains au sein de leurs partis respectifs. J’en ai présenté le processus dans Présidentielle USA 2016 (I). Le dénouement est maintenant très proche. Dans moins d’un mois, le 8 novembre prochain (Election Day), les Américains sont appelés à élire le 45ème Président des Etats-Unis qui entrera officiellement en fonction le 20 janvier 2017 (Inauguration Day). Il est donc temps pour moi de vous présenter les quatre candidats qui s’affrontent dans cette dernière ligne droite pour la Maison-Blanche.  Lire la suite

Sadiq Khan et les racines chrétiennes de l’Europe

icone_redacteur3En début de semaine, l’élection du candidat travailliste Sadiq Khan à la Mairie de Londres a fait couler beaucoup d’encre et a suscité des échanges musclés sur les réseaux sociaux. Non pas parce que le parti conservateur du premier Ministre David Cameron cédait l’une des plus importantes capitales du monde à ses opposants du Labour, alternance qui mériterait certainement une petite analyse politique, mais parce que le nouveau maire, et c’est inédit, est musulman. Et aussi musulman. Et, au fait, vous le saviez ? Le nouveau maire de Londres est musulman.  Lire la suite

Présidentielle USA 2016 (I) : candidats, caucus, primaires

Mise à jour du mercredi 9 Novembre 2016 : Donald Trump a été élu 45ème Président des Etats-Unis. Pour les détails, voir ici.

USA 2016 PrimairesPour le suivi des résultats des primaires américaines, cliquer sur le tableau ci-contre.

Les primaires américaines se sont achevées avec le scrutin démocrate du 14 juin 2016 à Washington DC. Il confirme l’avance d’Hillary Clinton sur Bernie Sanders. Tous deux se sont rencontrés le soir même afin de définir les termes du ralliement de Sanders à la candidate du parti. 

Mise à jour du 12 juin 2016 : Après les primaires du 7 juin 2016, Clinton a obtenu le nombre de délégués nécessaires pour l’investiture du Parti démocrate. Il reste la primaire démocrate du 14 juin à Washington DC.

Mise à jour du 26 mai 2016 : Après la primaire républicaine du 24 mai 2016 dans l’Etat de Washington, Trump a obtenu le nombre de délégués nécessaires pour la nomination de son parti.

Mise à jour du mercredi 18 mai 2016 : Le candidat libertarien Gary Johnson, ex-gouverneur du Nouveau-Mexique, a annoncé sa candidature directe à la Présidence américaine, apportant ainsi une alternative possible à ceux qui ne veulent ni de « l’apparatchik corrompue » Clinton, ni du « populiste malfaisant » Trump.

Mise à jour du mercredi 4 mai 2016 : Fin avril, les candidats républicains Ted Cruz et John Kasich ont formé une alliance visant à barrer la route au candidat qui fait aujourd’hui la course en tête au sein du camp républicain, Donal Trump. Mais cette opération, lancée à la va-vite, a complètement échoué. Ted Cruz a perdu l’Indiana. Il se retire de la primaire, laissant le champ libre à Trump et un Parti républicain déconfit. Chez les Démocrates, Clinton a également perdu l’Indiana, mais reste en tête devant Sanders qui s’accroche.


Les primaires américaines, comment ça marche ?Comprendre le processus électoral américain en 3 minutesTout comprendre aux primaires américaines en une vidéo – tels sont quelques uns des titres que nous propose notre presse nationale en ligne à propos du long chemin qui mène à l’élection présidentielle américaine. Ça n’a pas l’air simple. Même si le principe de « primaire » a déjà été utilisé chez nous, par le Parti socialiste en 2011 par exemple, pour départager les candidats d’un parti en vue d’une investiture électorale, il est loin d’être inscrit dans nos habitudes politiques et ne peut prétendre à la subtilité complexe, ou à la complexité subtile (ça marche aussi !) de ce qui existe aux Etats-Unis depuis plus d’un siècle et a pris rang de véritable institution. Pour le suivi des résultats des primaires américaines, cliquer sur le tableau ci-dessus.
Lire la suite