Au secours, Royal revient !

Amis lecteurs, je vous dois des excuses ! Dans mon dernier article, je crains en effet d’avoir scandaleusement minimisé l’ampleur des difficultés qui cernent Emmanuel Macron. J’y brossais certes un tableau « peu réjouissant » de son quinquennat, mais c’était sans tenir compte d’un facteur de risque autrement plus déstabilisant que tout ce que j’ai pu écrire : Ségolène Royal est de retour – sur RTL notamment, vidéo en fin d’article – et elle se verrait bien en première opposante du Président ! Je serais Emmanuel Macron que je tremblerais d’inquiétude !

Quelle actualité pressante peut bien avoir motivé la réapparition de l’ex-ministre de l’écologie de François Hollande dans les matinales politiques ? En tant que « reine des neiges » et ancienne marraine de la COP21, on la croyait définitivement lancée dans quelque expédition arctique ou antarctique pour sauver le climat et la planète depuis les Pôles jusqu’au Sahel. Cela semblait si important !

Mais évidemment, les élections européennes approchant, l’appel électoral a vite fait de ramener les politiciens les plus désintéressés et les plus dévoués à leurs grandes causes humanitaires devant les micros des radios parisiennes. Surtout s’ils peuvent donner par ce biais l’impression qu’ils comptent encore énormément sur l’échiquier politique national et faire croire que tout le monde les sollicite à genoux pour les voir prendre la tête d’une liste européenne en mai prochain.

En ce qui concerne Ségolène Royal, « tout le monde » semble se limiter à Olivier Faure, Premier secrétaire fort dépourvu du presque défunt PS. Mais peu importe, car la dame a un autre projet, beaucoup plus immédiat et beaucoup plus personnel : son nouveau livre Ce que je peux enfin vous dire sort mercredi 31 octobre prochain chez Fayard.

Nul doute que son passé flamboyant saura lui attirer des millions et des millions de lecteurs. Après tout, comme elle l’a écrit elle-même dans la petite présentation Amazon de son livre, ne fut-elle pas :

« la première femme de l’histoire de France à accéder au second tour de l’élection présidentielle » ?

Mais en rajouter une couche sur le brillant avenir qui l’attend ne peut certainement pas faire de mal aux ventes. Et si, au passage, elle peut surfer sur l’affaiblissement d’Emmanuel Macron qui l’a sauvagement expédiée aux Pôles – oui, oui, les Pôles, c’est  important, mais … – au lieu de lui renouveler son poste de ministre de l’écologie dans son gouvernement et qui a persisté à la tenir à l’écart après la démission de Hulot sous prétexte qu’elle allait « lui pourrir la vie », ce sera évidemment encore mieux.

Ainsi donc, Ségolène Royal va « enfin pouvoir nous dire » certaines choses dont on suppose qu’elle les a tues jusque-là. Admirez le suspense haletant dans lequel nous sommes tenus ! Des révélations ! Et très épicées, promet-elle dans les pages du Parisien. On n’avait pourtant jamais remarqué auparavant qu’elle se pliait à un quelconque silence forcé.

Au contraire, elle nous a plutôt habitué à ses « saines colères » et à ses déclarations péremptoires sur absolument tout et n’importe quoi, comme son idée intempestive d’interdire le string à l’école comme si c’était le problème le plus urgent auquel l’Education nationale devait faire face (du temps où elle était ministre déléguée à l’enseignement scolaire auprès de Claude allègre) ou sa conviction qu’Obama avait pris modèle sur sa propre campagne présidentielle pour mener (et réussir) la sienne.

Lundi dernier sur RTL, elle est revenue à une idée qu’elle avait déjà développée lors du débat télévisé d’entre-deux-tours qui l’opposait à Nicolas Sarkozy en 2007. Si vous vous souvenez, elle proposait alors que chaque policière soit raccompagnée chez elle par un collègue masculin chargé de veiller à sa sécurité. Avec elle, pas question de diminuer le nombre de fonctionnaires. Ne mégotons pas, doublons tout !

Et donc, interrogée à propos de l’incroyable déferlement de témoignages de professeurs malmenés par leurs élèves et lâchés par leur hiérarchie (mouvement #PasDeVague) suite au braquage dans sa classe de l’un d’entre eux par un élève, elle a la solution :

« Quand l’enseignant est seul dans des classes un peu difficiles, et toutes les classes d’adolescents par définition sont un peu difficiles, il est évident que l’avenir de l’école, c’est de mettre deux adultes dans les classes. » (à 02′ 40″)

Mais quelle bonne idée !

Remarquons d’abord le stupide amalgame, typique du politiquement correct, qui lui fait prendre tous les adolescents pour des jeunes à problèmes. C’est pourtant exactement ce genre de généralisation bienpensante mais abusive qui empêche de traiter les problèmes de discipline, voire de délinquance, là où ils sont.

Ensuite, alors qu’on a plus de profs par élève que partout ailleurs, alors que les fameux « moyens » dont on dénonce perpétuellement le déplorable niveau font que la France dépense finalement beaucoup plus que tout le monde pour des politiques et des services publics qui laissent souvent à désirer, ne réfléchissons surtout pas aux causes possibles de la déliquescence de l’autorité et de l’enseignement à l’école, contentons-nous une fois de plus de faire comme si tout allait bien et doublons les budgets !

Il est vrai qu’en lisant le récent article du Monde sur la « fraude fiscale des banques » dite CumEx Files, Ségolène Royal a trouvé pas moins de 55 milliards d’euros (7ème minute de la vidéo) pour donner libre cours à ses libéralités dispendieuses avec l’argent des autres. Or même les décodeurs du Monde se sont émus de tant d’audace car il s’agit en réalité du montant total d’une « optimisation fiscale » en cours depuis 2001 dans plusieurs pays européens. Mais avec Ségo, yaka !

Le plus amusant c’est que dans sa phrase précédente où il était question de l’augmentation des taxes sur les carburants, elle accusait le gouvernement de pratiquer une fiscalité écologique punitive. Et de nous sortir sans prévenir sa Royale conclusion, à graver dans le marbre du discours politique opportuniste pour l’édification des générations futures :

« Le gouvernement remplit les caisses, point. »

Non sans avoir déclaré juste avant que ce sont traditionnellement les ministres des finances qui cherchent des excuses pour trouver des prélèvements fiscaux à faire et qu’utiliser l’écologie pour faire des impôts supplémentaires – n’est-ce pas M. Le Maire ? – ce n’est pas honnête !

Mais que se passe-t-il ? La température des Pôles aurait-elle affecté le surmoi taxateur et dépensier de Ségolène Royal ? On se souvient quand même qu’elle fut celle qui initia un rapprochement des fiscalités entre le diesel et l’essence et qui, plus généralement, fit voter la loi de transition énergétique de 2015 qui n’est que fiscalité verte pour changer les comportements et subventions vertes pour soutenir les énergies renouvelables contre le nucléaire – censé passer à 50 % du mix électrique en 2025, objectif finalement reconnu comme intenable par son successeur Nicolas Hulot.

On se souvient également qu’en tant que Présidente de la région Poitou-Charente pendant 10 ans (2004-2014), elle a surtout enchaîné les flops retentissants avec l’argent des contribuables (Heuliez, Mia Electric). Sa gestion de la région fut tout aussi désastreuse ainsi que l’a révélé un audit du cabinet EY effectué à la demande de son successeur fort déconfit. Réaction de la « première femme de l’histoire de France » (etc.) à cette occasion :

« Ma réussite fait des jaloux » !

.
Quand on a les chevilles qui enflent à ce point, quand on se voit en permanence en haut de l’affiche et qu’on ne perd jamais une occasion de rappeler à qui n’a absolument pas envie d’écouter qu’il y a plus de 10 ans on a été élue – enfin, presque élue – Présidente de la République, ce serait déroger que d’accepter un vulgaire poste de « députée européenne de base ».

Mais si jamais il était question pour elle de conduire sa propre liste de gauche élargie avec l’appui des écologistes, si jamais il était possible de se venger de Macron l’indifférent et si jamais le chemin du Parlement de Strasbourg pouvait conduire à 2022 …, alors Ségolène Royal serait disposée, peut-être, éventuellement, à examiner une candidature européenne. « On verra » a-t-elle répondu sur RTL.

Au secours, on dirait bien qu’elle y pense sérieusement !
Attention, Macron, Ségo veut ta peau ! 😉


Vidéo du passage de Ségolène Royal sur RTL le lundi 22 octobre 2018 (13′) :


Pour toujours plus de ravissement, de cohérence et de royales circonvolutions morales, vous pouvez lire également :

La vie rêvée de Ségolène Royal, ministre durable de son développement personnel (14 avril 2015)

Hé oh, la gauche, ta foutue morale est en lambeaux ! (5 décembre 2016) (#FidelCastro)


Illustration de couverture : Ségolène Royal sur RTL le lundi 22 octobre 2018. Capture d’écran.

19 réflexions sur “Au secours, Royal revient !

  1. Ségolène a été rejointe par Marine comme femmes au second tour de l’élection présidentielle. Même égo, même stupidité, même foisonnement tout azimut pollué par des lubies récurrentes…
    Mais Éolienne Impériale a fait plus de mal à ce jour que la seconde.

    J'aime

  2. Le politique a toujours quelque chose à dire tant qu’il n’est pas mort, en France, du moins.

    Comment cette femme qui a accumulé les bourdes, qui a plombé les comptes de sa région et ceux de l’Etat peut encore donner son avis et être candidate à quelque chose. Je sais bien que le Français a une mémoire de bulot, mais dans ce cas d’espèce, les limites sont franchies allègrement. Cette dame a le melon (des Charentes) hypertrophié. Le roi Midas transformait tout ce qu’il touchait en or, et la reine des neiges a le don rare de transformer en plomb tout ce qu’elle touche.

    J'aime

  3. Cette dame est rentrée en aristocratie en 1980 (ENA) et elle y restera jusqu’à sa mort quoi qu’il arrive.
    Claude Allegre qui la supporta à partir de 1997 avait d’abord souhaité la laisser libre de son action. Mais il fût rapidement « convoqué par le Premier ministre et par DSK pour reprendre les choses en main ». Les relations sont alors devenues exécrables. Il raconte que tous les matins lorsqu’il arrivait au ministère, il était dans l’angoisse de découvrir ses nouvelles initiatives. Il la résume ainsi : Elle a « une hypertrophie formidable de son ego » ayant pour « moteur principal dans la vie son ambition ». Pour lui, Ségolène a pour seul centre d’intérêt « la politique, les médias et ce qu’on y dit d’elle ».
    Elle garde donc inéluctablement son pouvoir médiatico-politique. Tout est possible !.

    J'aime

  4. Son aplomb, son arrogance et sa prétention n’ont d’égaux que la détestation qu’elle inspire (voir les commentaires à la suite des articles sur elle dans le Figaro ou ailleurs), les premiers expliquent la seconde.

    J'aime

  5. C’est vrai qu’elle est exaspérante ! Mais elle nous fait tellement rire … devant tant d’aplomb et d’arrogance , on reste baba .
    Vous savez tout de même que le fils de François Hollande et Ségolène Royal s’est marié à l’église … eux qui ont tant critiqué l’institution … mais tout va bien , surtout on n’est pas à une contradiction près …  » faites ce que je dis , pas ce que je fais »

    J'aime

  6. Hélas, ce serait risible, comique, si ce n’était la réalité de notre vie politique. Hélas, Segolène est un cas « grave », mais pas vraiment unique. Le Hulot fait parti des « politiques préférés des français » y compris parmi les électeurs de « droite ». Hélas, tout est possible dans ce monde de folie.
    Segolène, avec d’autres, est une espèce de virus qui s’est répliquée dans le Corps social.
    On peut la moquer, mais elle y est accrochée, et elle et ses descendants n’ont pas fini d’user de leur pouvoir de nuisance. Au-delà de toute logique

    J'aime

  7. Le plus hallucinant est de savoir qu’en 2012 la France est passée à un cheveu d’avoir la Dame aux caméras élue présidente de la république. Il ne s’en est tenu qu’a un fil: le refus de Bayrou d’accepter une alliance et un poste de PM…

    J'aime

  8. La dinde du Poitou, c’est comme le chiendent … On a beau couper les racines, ça repousse quand même !
    En principe, les mauvaises herbes, pour éviter que ça repousse, faut les brûler …
    Le micron pensait s’en être débarrassé, en l’envoyant hiberner au pôle … La voila qui rapplique !… et en plus, avec un arrière goût de vengeance …
    Il doit y avoir un rapport avec la température … C’est qu’au pôle, on sent moins bien le fumet de le soupe …

    « la première femme de l’histoire de France à accéder au second tour de l’élection présidentielle » …. L’espace d’un instant, j’ai eu peur, … j’ai cru qu’elle allait mettre « de la galaxie » !
    Cela dit, on peut reconnaitre au micron, d’avoir eu assez de finesse pour ne pas la garder près de lui …
    Ce qui est hallucinant, et inquiétant aussi, avec ces bien-pensants de gôche, c’est qu’ayant été hontectomisés très tôt, ils n’ont aucune conscience de leur imposture … Ce qui leur permet de raconter n’importe quoi, en ayant l’air de bonne foi.

    J'aime

    • « Ce qui est hallucinant, et inquiétant aussi, …. »
      Ce qui est hallucinant et inquiétant, je trouve, c’est qu’un ou des médias accordent ne serait-ce qu’une seconde d’intérêt à cette personne, alors qu’il y a des milliers de gens en France largement plus valable et qui mériteraient que l’on s’intéresse à leurs propos.

      J'aime

      • Bien d’accord. Mais déjà à mon petit niveau, je peux vous dire qu’entre cet article un peu people et le suivant « Job HOPPS, l’appli qui positive le temps partiel » où je mets en avant une initiative de la société civile qui me semble vraiment digne d’intérêt, il n’ y pas photo : le second n’a intéressé personne, gros flop en ce qui me concerne, et ça me navre. Je vous invite, (vous = tous mes lecteurs) pourtant à le lire ! 🙂

        J'aime

      • Non Pythagore, ce n’est pas si hallucinant que ça … Les médias et « ces gens-là » mangent dans la même gamelle (que le contribuable remplit abondamment)… Ils ont des intérêts communs … ils se servent mutuellement de marche-pieds et se font la courte échelle. Le tout est de passer la difficile porte d’entrée (très bien gardée, et on les comprend) pour faire partie du club … Après, tout va bien, on est en famille, on se chamaille, mais ça reste la famille … et on se ressoude autour de la table … Quand on est entre-soi, c’est plus rassurant …
        Pour résumer, tant qu’on est pas dedans, on est dehors. Et ceux qui sont dedans mettent beaucoup de volonté, pour que des intrus ne viennent pas s’attabler … Manquerait plus qu’ils viennent leur bouffer la soupe !

        J'aime

      • Allons, allons ! Les articles sur des sujets d’indignation suscitent toujours plus de réactions que ceux consacrés à de bonnes nouvelles…

        D’autant que votre appli, là, elle est aussi assez déprimante dans son genre. Certes, il s’agit d’un progrès, mais il suggère que le seul avenir de ceux qui ont des boulots alacon est d’avoir deux boulots alacon. Raison supplémentaire pour laquelle, en dehors des chauffeurs de salle professionnels de BFM, l’idée ne déchaîne pas forcément un délire d’enthousiasme. Même si l’on peut certainement féliciter ce monsieur…

        J'aime

      • @Nathalie, article lu 😉
        @Robert Marchenoir,  » le seul avenir de ceux qui ont des boulots alacon est d’avoir deux boulots alacon »
        Je ne sais pas si le propos est ironique mais « alacon » est un jugement de valeur surprenant. Dans tous les métiers il y a des aspects intéressants et des contraintes. Peut-être d’autres ne trouvent pas ca « alacon », par ailleurs, préférez-vous que ces gens aient 2 boulots à mi-tps ou qu’ils vivent sur vos impôts. Perso je préfère qu’ils aient 2 boulots à mi-tps et je ne vois pas pourquoi c’est si terrible.
        Enfin il y a un besoin de main d’oeuvre, pourquoi disqualifier ce besoin. Si plus personne ne veut prendre ce type de poste, qui fera à bouffer ds les cantines ouvertes seulement le midi, qui fera le ménage, qui….

        Aimé par 1 personne

      • Oui, Pythagore, je porte des jugements de valeur. Excusez-moi. Je suis « judgemental ». C’est l’un des nouveaux crimes inventés par le politiquement correct de gauche, en Amérique. D’ailleurs, personne, ici, ne porte de jugements de valeur, c’est manifeste. Tout le monde recopie l’annuaire ou la table de Mendeleïev. C’est ce qui rend ce blog si intéressant.

        Vous pouvez y aller : je suis « judgemental », raciste, fasciste, homophobe, islamophobe, sexiste, handiphobe, spéciste, ultra-libéral, sioniste et cis-normé. Vous ne m’impressionnez pas.

        Oui, il y a des boulots à la con, et des boulots rémunérateurs et intéressants. Mon petit doigt me dit que vous n’êtes ni livreur de pizza, ni laveur de carreaux. Mais je peux me tromper.

        Vous me demandez si « je préférerais que ces gens aient 2 boulots à mi-tps ou qu’ils vivent sur mes impôts ». Ca, c’est une réflexion à la con. Enfermer les gens dans des fauses alternatives à la con est un truc rhétorique employé par les militants de tout poil qui n’ont rien à dire. (Votre réflexion est d’autant plus absurde, que, précisément, cette fameuse application Job Hopps vise, justement, à permettre à « ces gens » de cumuler « deux boulots à mi-temps ». Ce que vous sauriez, si vous aviez lu l’article correspondant de façon attentive.)

        Oui, il est permis de ne pas entièrement communier à l’enthousiasme gratuit et obligatoire en faveur des merveilleux « n’entrepreneurs de leur existence » qui ont une vie formidâââble à pédaler comme des dératés pour gagner 5 euros de l’heure, et dont le patron est un ordinateur invisible, insensible et inflexible.

        Oui, bien que cela déroge au politiquement correct au vigueur dans certains cercles libéraux, il est permis de s’interroger sur l’avenir du travail tel que des « applis » de ce genre le laissent entrevoir. Et personne n’a encore la réponse, je vous le signale.

        Maintenant, mon commentaire visait à rassurer Nathalie sur l’intérêt de son billet consacré à Job Hopps, chagrinée qu’elle était du manque de commentaires. Si vous êtes tellement convaincu du caractère fa-bu-leux de cette invention, que ne l’avez-vous dit en commentaire sur le fil en question, où votre absence brille par son éclat ?

        J’ai pris soin de préciser que cette application constituait un progrès louable, malgré son caractère déprimant : puis-avoir maintenant mon tampon sur ma carte de libéral politiquement correct, au regard des normes du libéralisme bien dans les rails ? C’est bon ? Je peux y aller ?

        J'aime

  9. Et dire que tout ce cirque a commencé avec l’octroi du droit de vote aux femmes ! et leur émancipation.
    y’a des moment comme ça où je me dis, « finalement, la charia … » imaginez un peu, NKM, Ségolène, Aurore Berger, Clémentine Autain, et autres harpies, occupées à des « travaux de femmes » dans des harems, bien surveillés : le paradis ! 😉

    J'aime

  10. Elle vient de sortir un livre où elle met tous ses échecs sur le dos des hommes. Des politiciens de sexe masculin, plus précisément. Avec des détails sur les horribles persécutions dont elle aurait été victime en tant que fâââme. Bien sûr, la vie des politiciens hommes est faite de douceur et de bonnes manières, ils se déroulent mutuellement des tapis de pétales de roses, il n’y a jamais entre eux de trahisons, de coups de vache, de haine à mort…

    C’est un peu le vice de départ du féminisme. Les féministes se plaignent d’être exclues de certaines activités, mais lorsqu’elles y sont admises, elles se plaignent qu’elles ne soient pas à leur goût. Il faudrait savoir.

    S’il y a plus de politiciens que de politiciennes, c’est peut-être parce que la politique réclame une ambition et une agressivité qui ne sont pas naturelles aux femmes. S’il y a plus de PDG que de pédégères, c’est peut-être pour la même raison. Si « les femmes sont moins payées que les hommes », c’est peut-être parce qu’on gagne plus d’argent quand on travaille douze heures par jour que sept et demie, et qu’on se plaint en plus qu’on ne puisse pas « concilier ses enfants et sa vie professionnelle ».

    En somme, il faudrait que les féministes arrêtent de demander un truc et son contraire ; ça va pas être possible. On sait que c’est charmant, on sait que c’est très féminin, mais quand ça sort du cadre de la vie privée pour devenir la base d’une politique publique, ça devient n’importe quoi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s