Exemple de constructivisme : le délit d’entrave numérique à l’IVG

Une proposition de loi visant à instaurer un délit d’entrave numérique à l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) est examinée aujourd’hui à l’Assemblée nationale. Si l’on en croit Laurence Rossignol, notre Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, le droit à l’IVG subit depuis quelque temps des attaques particulièrement sourdes de la part de sites internet qui, sous couvert de délivrer des informations pratiques sur l’avortement, ont en réalité pour objectif de combattre l’avortement en diffusant « de fausses informations, des informations tronquées, dans le but de dissuader les femmes de recourir à une IVG » (vidéo,  01′ 08″) : 

Laurence Rossignol n’est pas femme à laisser s’exprimer tous ces à-peu-près. En fait, Laurence Rossignol n’est pas femme à laisser s’exprimer quoi que ce soit en dehors de son credo progressiste. Tout dans l’Etat, rien en dehors ! Ou plutôt : tout dans la République, rien en dehors !

En 2014, elle confiait à Frédéric Taddeï que « les enfants n’appartiennent pas à leur parents, donc la République doit leur offrir … (coupure). » On n’en saura pas plus, mais à la voir agir, on comprend que la République, dont elle se veut une gardienne vigilante, est la seule émanation possible des valeurs sociales admissibles. Exemple trivial mais caractéristique : cet été, convaincue de savoir mieux que tout le monde comment les Français doivent occuper leurs loisirs, elle faisait part de sa désapprobation citoyenne à propos du jeu Pokémon Go.

L’avortement est un sujet d’une tout autre importance, mais il semblerait bien que lui non plus ne souffre aucune discussion en dehors de ce que le site officiel du gouvernement veut bien en dire. C’est dans cet esprit sans partage que Laurence Rossignol avait fait de son mieux en septembre dernier pour inclure dans la loi Egalité et citoyenneté un amendement élargissant le délit d’entrave à l’IVG aux sites internet qui « manipulent les femmes » pour les détourner de l’IVG.

Or le Sénat a rejeté cet amendement en raison de son absence de rapport avec le projet de loi considéré, au grand dam du gouvernement et des parlementaires PS. Ces derniers se sont alors déclarés prêts à légiférer en accéléré sur la question, comme s’il n’y avait pas d’autres problèmes plus graves à traiter en France en priorité. Le délit d’entrave numérique nous revient donc aujourd’hui, en direct et dans les mêmes termes, sous forme d’une proposition de loi présentée par les députés PS. Remarquons leur extrême rapidité, comme à chaque fois qu’il s’agit d’étendre le pouvoir normatif de l’Etat dans tous les recoins de la société.

Un délit d’entrave à l’IVG existe déjà. Il s’agit de l’article L2223-2 du Code de la santé publique. Il concerne des actions d’entrave physique à l’avortement ou à l’information sur l’avortement. Les faits étendus aux sites internet reconnus coupables d’avoir « une action dissuasive malhonnête » seraient punis de la même façon par 30 000 € d’amende et deux ans de prison.

La ministre a beau expliquer « qu’être hostile à l’IVG est une opinion protégée par les libertés publiques » et que ce n’est pas du tout ce qui est visé à travers son projet de loi, on se demande cependant qui manipule qui dans cette affaire. Outre l’évident intérêt politique de la gauche de surfer sur cette question au moment où a éclaté une polémique infondée sur la remise en cause de l’avortement par François Fillon, de quelle entrave parle-t-on ? Serait-il difficile d’accéder à l’avortement en France ? Son utilisation est-elle progressivement abandonnée tant les sites internet dans le viseur de la ministre seraient efficaces dans leur dissuasion ? A la lecture des chiffres, on voit que c’est très loin d’être le cas.

Il y a dix ans, la France enregistrait 831 000 naissances et 215 000 IVG. En 2013, nous étions à 810 000 naissances et 217 000 IVG et en 2014, ces chiffres sont passés à 819 000 naissances et 212 000 IVG. Il en ressort un taux d’IVG pour 1 000 femmes âgées de 15 à 50 ans d’environ 15 ‰ d’année en année. Si le nombre d’avortements apparaît donc très stable en France depuis longtemps, il se caractérise aussi par son niveau plutôt élevé parmi les pays européens. Il se rapproche de ce que l’on observe dans les ex-pays de l’Est (à 18 ou 20 ‰) tandis que l’Allemagne ou les Pays-Bas ont des taux beaucoup plus bas de l’ordre de 5 et 7 ‰.

D’autre part, toutes les évolutions législatives de l’avortement depuis sa dépénalisation par la loi Veil en 1975 ont eu pour objectif d’en faciliter l’accès. Alors que le délai retenu initialement était de 10 semaines de grossesse, il est passé à 12 semaines en 2001. La même année, il est prévu que les femmes puissent également avoir recours à une IVG médicamenteuse en médecine de ville dans la limite d’un délai de 5 semaines de grossesse. Remboursé partiellement par la sécurité sociale depuis 1982 (loi Roudy), l’IVG le devient totalement en 2013. En 2014, la notion de « détresse » qui figurait dans les motivations du recours à l’IVG est supprimée. Enfin, en 2015, le délai de réflexion* de sept jours prévu entre les deux consultations médicales est également supprimé.

Ajoutons qu’à l’occasion des 40 ans de la loi Veil, l’INED a publié une étude sur l’avortement qui montre qu’un tiers des femmes françaises ont eu recours à l’avortement au moins une fois dans leur vie.

Selon Dominique Reynié qui a visité les principaux sites incriminés par la ministre, afterbaiz.com et sosbebe.org par exemple :

« Il suffit de se rendre sur les sites pointés par le journaliste et la ministre pour voir qu’ils ne constituent pas un «leurre» ni ne cherchent à prendre les apparences d’un site officiel. Ils ne dissimulent pas que l’IVG est un droit. Ils alertent, parce qu’ils pensent devoir le faire, à tort ou à raison, contre les décisions précipitées (…) »

De son côté, le Président de la Conférence des évêques de France a écrit en début de semaine à François Hollande pour lui demander d’abandonner l’instauration de ce nouveau délit en expliquant que ces sites internet ont avant tout pour but de mettre en place des lieux d’écoute pour les femmes :

« Certains de nos concitoyens ont décidé de consacrer de leur temps, notamment par le biais des instruments numériques, à l’écoute des femmes hésitantes ou en détresse par rapport au choix possible d’avorter. »

.
Entre les chiffres, les dispositions législatives et les sites visés, j’ai du mal à voir beaucoup d’entrave dans tout cela.
 Dès lors, je crains fort de devoir attribuer la diligence du gouvernement en ce domaine à sa détermination à ne pas laisser persister le moindre sentiment de questionnement à propos d’une décision d’avortement.

Pour les féministes acharnés et les progressistes de tout poil, la simple idée que des opinions moins enthousiastes que les leurs sur l’avortement puissent circuler sans entrave, la simple idée qu’une femme veuille prendre le temps de la réflexion et échanger avec d’autres sur leur propre expérience est un crime qu’il faut étouffer sans faiblir.

Remarquons qu’il est question de criminaliser les propos faussement dissuasifs, certainement pas les propos faussement incitatifs. Que dire du site du gouvernement qui n’évoque même pas les aides possibles si la mère décidait de garder l’enfant et qui balaie avec beaucoup de désinvolture les éventuelles conséquences psychologiques d’une IVG  ?

Alors que la loi Veil, soucieuse de garantir un environnement médical de qualité, insistait aussi sur son caractère « d’ultime recours pour des situations sans issue » et sur la situation de détresse des femmes, alors que Simone Veil elle-même remarquait que « l’avortement est toujours un drame et (…) restera toujours un drame », alors qu’il existe de nombreux témoignages sur l’épreuve très dure qu’une décision d’avortement représente pour les femmes (ici sur le site « sans reproche » Doctissimo), les pouvoirs publics oeuvrent à le banaliser et à en faire un élément comme un autre de la vie sexuelle des femmes. Dans un article sur la pilule du lendemain (qui n’est pas un avortement), je citais la conclusion d’un rapport de la région PACA sur la contraception en France :

« La France a en Europe le plus fort taux de natalité. C’est aussi un des premiers pays européens pour le taux d’IVG avec une couverture contraceptive quasi optimale. Certains soulignent ces données comme paradoxales. En fait, ces données montrent, qu’à différents moments de leur vie, les femmes utilisent une ou des méthodes contraceptives, donnent naissance à des enfants ou bénéficient d’une interruption volontaire de grossesse. En résumé, que les femmes en France ont une vie sexuelle active. »

.
Cette jolie description lénifiante, ainsi que les tentatives de Laurence Rossignol pour criminaliser des opinions dissidentes (pas des actes d’entrave à la loi, des opinions différentes ou plus nuancées par rapport au site gouvernemental) en toute rupture de la liberté d’expression, constituent aussi un exemple particulièrement éclatant du constructivisme sociétal, c’est-à-dire de l’ordre moral, voulu et mis en oeuvre sans relâche par le gouvernement.

Nos progressistes veulent imposer l’avortement en chantant, alors qu’il s’avère que c’est bien souvent en pleurant que les femmes s’y résolvent. La société est priée de n’y voir qu’un acte aussi anodin que, disons, une opération des dents de sagesse alors que dans sa grande majorité elle considère qu’il faudrait davantage aider les femmes à éviter le recours à l’IVG (72 % selon un sondage IFOP pour Alliance Vita de septembre 2016).

La société ne se montrant pas encore assez façonnée par les valeurs sociétales prônées par le gouvernement, il ne reste plus qu’à interdire toutes les fausses notes. Comme toujours en pareil cas, c’est pour notre bien que Laurence Rossignol s’empresse d’agir. Il s’agit bien évidemment de nous soustraire à des emprises malfaisantes, et il est tout aussi évident que sans son aide nous serions absolument désemparés, totalement influençables et complètement incapables de distinguer le vrai du faux ou le bien du mal.

La beauté des lois qui autorisent quelque chose, notamment en matière sociétale, réside dans le fait qu’elles n’obligent pas à faire ce quelque chose. Chacun reste libre de mener sa vie comme il l’entend, chacun reste libre de faire ses choix, chacun reste libre d’adopter ou non les nouvelles dispositions, chacun reste libre de son opinion sur la question. C’est précisément le cas de l’avortement.

Avec le délit d’entrave numérique à l’IVG, non seulement le gouvernement bride une fois de plus la liberté d’expression, non seulement il semble oublier que l’avortement n’est pas une obligation et qu’il est donc parfaitement légitime d’envisager une autre issue à une grossesse inattendue, mais il avance ses pions dans le sens du constructivisme social qu’il cherche à imposer en France, alors même que les statistiques montrent que la pratique de l’avortement n’est pas entravée et alors que les enquêtes d’opinion décrivent des Français acquis à l’IVG, mais plus comme le « dernier recours » évoqué par Simone Veil que comme une pratique courante et anodine.


* On pourrait argumenter que le délai de réflexion constitue une infantilisation des personnes. Dans ce cas, notons cependant les orientations du gouvernement : La loi Hamon de 2014 sur la consommation allonge le délai de réflexion de 7 à 14 jours pour le e-commerce. On ne pourra pas accuser le gouvernement de vouloir banaliser un achat sur internet ! Constructivisme.


laurence-rossignol-ministre-familles-enfance-droit-des-femmesIllustration de couverture : Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, à l’Assemblée nationale en 2014. Photo : afp.com / François Guillo.

10 réflexions sur “Exemple de constructivisme : le délit d’entrave numérique à l’IVG

  1. Il semblerait que ces rustres de socialistes s’entravent leurs cerveaux eux-mêmes tant leurs raisonnements sont spécieux, sans compter sur leurs vitupérations insanes. Aucune émission ni radiophonique ne télévisuelle ne reportera votre point de vue pourtant si tempéré et de sagesse, et cependant vous avez deviné : j’acquiesce à votre propos pleinement.

    Aimé par 1 personne

  2. Certes, il faut protéger les femmes contre leurs sentiments archaïques !
    Mais il faut comprendre les solutions qu’apportent l’accueil que nous devons aux autres habitants de notre terre limitée !
    Pourvu que « les femmes en France [aient] une vie sexuelle active » (rapport cité) et non contrainte par des idées d’un autre âge !

    Aimé par 1 personne

  3. il fallait à tout prix que le gouvernement trouve un moyen de créer « du clivage », et c’est réussi, avec cette loi si liberticide donc qui sied à la gauche.

    Et, evidemment, une partie de la droite a foncé tète baissée dans le piège, en répondant de manière outrancière, au lieu de demander ce qui se passera quand ces sites et leurs animateurs déménageront à l’étranger.

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour à tout le monde ! L’événement d’hier soir a quelque peu détourné l’attention de ce projet de loi ! (qui a été adopté par les députés et doit passer au Sénat).
    Mais justement, vu comment les choses tournent au gouvernement, au PS et à gauche en général, j’ai bon espoir que ce constructivisme sociétal forcé sera prochainement entravé ! Il faudrait juste que le constructivisme adverse reste également hors de nos législations.

    J'aime

  5. Le « débat » sur ce sujet devient vraiment du délire. Nous avons ici une atteinte manifeste à la liberté d’expression, une tentative indiscutable d’imposer par la loi ce qu’il convient de penser et de condamner pénalement toute opinion différente.

    Remarquez que les lois contre le « racisme » ont ouvert la voie : puisque vous avez des millions d’abrutis, en France, qui répètent comme des ânes que « le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit », quoi de plus simple, pour l’Etat, que d’inventer une autre « non-opinion », et de la transformer en délit ? Il n’y a que le premier pas qui coûte. Quand on adopte les principes du totalitarisme communiste, après, c’est facile.

    Vous aurez remarqué la rage et l’indignation du gouvernement à l’idée que des sites Internet puissent se permettre d’exister à côté des sites officiels. Il va de soi que l’Etat dispense la Bonne Parole, que tout ce qu’il dit est par définition la vérité, et que la seule prétention de misérables citoyens de hausser la voix pendant que l’Etat cause relève de la haute trahison.

    Je me demande pourquoi le gouvernement socialiste cherche encore des poux dans la tête à la-Russie-de-Poutine : il fait exactement la même chose. Russie-de-Poutine : je manifeste silencieusement tout seul avec une pancarte sur la Place rouge, paf ! deux ans et demi de prison. France communiste : j’ouvre un site Web pour dire pas exactement la même chose que le gouvernement sur l’avortement, paf ! deux ans de prison. Expliquez-moi la différence.

    Dans les motifs de la loi, on relève que les sites anti-avortement arrivent en tête des moteurs de recherche (c’est sûr que la popularité de l’opposition est à elle seule une insulte à l’Etat, et mérite un châtiment exemplaire), et que ces manants osent proposer un numéro d’appel gratuit, tout comme l’Etat. Je ne vois pas ce qu’on attend pour interdire les numéros d’appel gratuits, en dehors de ceux qui sont employés par la propagande officielle. Ceux qui veulent écouter de la Mauvaise Pensée doivent au minimum le sentir passer sur leur facture téléphonique.

    En plus, ces gens sont tellement imbus d’eux-mêmes qu’ils croient réellement que les Français font toute confiance à l’Etat : si les sites anti-avortement sont condamnables, c’est qu’ils tenteraient de ressembler aux sites officiels ! Tu parles d’une référence…

    Mais l’autre bord n’est pas en reste : parmi les opposants qui se font entendre, il n’y a que des gens qui réclament l’interdiction de l’avortement. C’est le cas des catholiques traditionalistes. Autant cela est compréhensible au regard de la foi voire des principes, autant il est irréaliste et même contre-productif de mettre en avant une telle revendication sur le terrain politique. Le slogan « On ne lâche rien » achève de donner un côté de révolte adolescente à la chose.

    Il est clair que dans l’état actuel des moeurs, il serait impossible d’obtenir un accord majoritaire en France pour un retour à l’interdiction de l’avortement, et d’ailleurs serait-ce souhaitable ?

    En revanche, il y a une énorme marge de progression possible pour la réduction du nombre des avortements. Le chiffre le plus spectaculaire n’est pas celui de l’incidence parmi la population, c’est celui de un avortement pour quatre naissances, ce qui est énorme, anormal, dérangeant.

    Ce qui est tout à fait anormal est que l’avortement soit remboursé, alors que d’innombrables actes médicaux relevant de pathologies réelles ne le sont pas ou très mal. Ce qui est anormal, c’est la course à la suppression des moindres garde-fous restant sur chemin de l’avortement. C’est la façon dont l’avortement est passé du statut de mal tolérable à celui de bienfait éminent, d’activité à promouvoir, d’article de foi « républicain », de principe idéologique méritant une propagande incessante et permettant de détecter les ennemis du régime.

    Il me semble qu’il pourrait y avoir un large consensus, en France, pour réduire le nombre des avortements sans pour autant empêcher les femmes (et les couples…) d’y avoir recours.

    De façon générale, l’absolutisme politique, en matière de moeurs, est idiot. Autant il est préoccupant de voir la prostitution se donner libre cours, sur fond d’immigration illégale et de revendications néo-marxistes des « travailleuses du sexe », autant il est illusoire et nocif de vouloir l’interdire complètement, de « pénaliser les clients », comme disent les féminazies qui simultanément sont pour la liberté totale des soi-disant « travailleuses du sexe », etc.

    Autant le délire LGBT en provenance des Etats-Unis est condamnable, avec son crime imaginaire « d’homophobie », ses douze « genres » qui se multiplient comme des petits pains, ses débats byzantins sur l’accès des uns aux toilettes des autres et son érection, c’est le cas de le dire, des « droits des homosexuels » en axe majeur de la diplomatie de Washington, autant le délire anti-homosexuels de la Russie-de-Poutine, sa lutte au plus haut niveau contre « l’Occident pédé » et la « Gayropa », virent carrément au fascisme en légitimant la persécution des homosexuels, les agressions, le chantage, l’extorsion, la torture et même le meurtre.

    Car c’est cela, la situation réelle, en Russie, et non la simple « interdiction de la promotion de l’homosexualité en direction des mineurs » dont nous parlent les bons apôtres poutinistes. Ne parlons pas de l’obsession malsaine dont cela témoigne, d’un côté comme de l’autre. Il n’y a pas que la sexualité, dans la vie.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s