Agriculture française : du labeur, des subventions et des larmes

Mise à jour du 23 février 2019 : Le Salon de l’agriculture 2019 s’ouvre aujourd’hui à Paris dans le contexte d’un secteur agricole toujours aussi déprimé malgré les subventions, quotas et autres prix planchers qui sont censés le soutenir. Les premières déclarations d’Emmanuel Macron à ce sujet aujourd’hui ne vont guère dans le sens d’un retour aux réalités du marché, et pourtant, il y aurait tant à gagner – comme pourraient le confirmer les agriculteurs néozélandais, moins subventionnés et plus dynamiques que jamais !

 Le Salon international de l’agriculture ou SIA2016 qui s’est ouvert hier samedi 27 février 2016 à Paris fait incontestablement partie des événements les plus colorés et les plus courus du pays. Devancé seulement par le Mondial de l’automobile, il accueille plus de 700 000 visiteurs (2014) qui se pressent chaque année dans les nombreux pavillons pour goûter les produits du terroir, s’instruire sur les filières du monde agricole et admirer veaux, vaches, cochons, volailles et… hommes politiques de premier plan ! Lire la suite

Equation espagnole : croissance, corruption et indépendance

Les mises à jour sont situées en fin d’article. 

Samedi 2 juin 2018 : Mariano Rajoy (PP, droite) a été mis en minorité suite aux affaires de corruption de son parti. Pedro Sanchez du PSOE (parti socialiste espagnol) lui succède avec des alliés qui n’ont qu’un seul point commun : l’opposition à Rajoy.
Rajoy laisse un pays en meilleure situation que celle qu’il avait trouvée en 2011 : le chômage est redescendu à 16,1 % contre plus de 20 % en 2011 (et 26 % en 2013) et le déficit public a été ramené de 8 % en 2011 à 3,1 % fin 2017.


Novembre 2010 : je voyage avec ma famille sur la toute nouvelle autoroute à péage Madrid Tolède. Pas une voiture à l’horizon. Nous sommes tellement seuls que nous nous arrêtons au milieu de la chaussée pour nous prendre en photo et faire galoper notre chienne. Dans la portion proche de Madrid, le paysage est constitué d’une suite ininterrompue de complexes immobiliers de grande ampleur, certains achevés mais inoccupés, d’autres inachevés et manifestement abandonnés. Cette anecdote résume bien l’image qu’on a de l’Espagne depuis la crise de 2008 : un pays en grande difficulté économique qui se noie dans sa folie immobilière des années 2000. En Espagne, écrit alors le quotidien El Pais, on pourrait loger toute la Norvège dans les résidences vacantes.  Lire la suite

François Hollande : grand maître ou capitaine pédalo ?

 Si François Hollande devait se représenter et surtout gagner l’élection présidentielle de 2017, il faudrait se résoudre à admettre qu’il est un personnage beaucoup plus brillant que ce qu’on lui concède habituellement, à coups de « Flamby », « Pépère » et autres « Fraise des bois » fréquemment utilisés à son encontre. Mais là encore, on se demanderait si son succès est dû à une stratégie gagnante finement élaborée ou à un facteur chance extraordinairement bienveillant à son égard. Car si sa stratégie de conservation du pouvoir semblait claire au départ, elle devient de plus en plus opaque à mesure que le facteur temps, élément central de ses calculs, joue en sa défaveur. Lire la suite

Notre-Dame-des-Landes : essayons de récapituler

Les mises à jour (un vrai roman) sont en fin d’article.

Mercredi 17 janvier 2018 : Le gouvernement abandonne le projet. Je pense que c’est la bonne décision (pas pour des raisons écolos). Retour sur un beau gâchis administrativo-politique :


On se rappelle que jeudi 11 février 2016, lors de l’interview télévisée qui a suivi l’annonce du dernier remaniement ministériel, François Hollande a annoncé la tenue d’un référendum local afin de départager une fois pour toutes les pour et les contre dans le projet houleux de nouvel aéroport du Grand Ouest, aussi connu sous le nom de Notre-Dame-des-Landes (NDDL pour les intimes). Si les électeurs disent oui, fort bien, et si les électeurs disent non, l’Etat porteur du projet en tirera toutes les conséquences. Lire la suite

Une autre écologie est possible ! (IX) Et la COP21 ?

Article écrit en commun par   h16 et Nathalie MP.

C’est vraiment ballot : tout bousculés par les attentats, l’état d’urgence, les élections régionales et le remaniement ministériel de jeudi dernier, nous n’avons pas réalisé pleinement combien la France avait été au cœur de l’Histoire avec un grand H inspiré et au centre d’événements Zistoriques avec un grand Z qui dépassent largement tout ce qui précède. Comme l’a dit François Hollande en ouverture de la conférence sur le climat COP21 qui s’est tenue à Paris début décembre 2015 :

« C’est un jour historique que nous vivons. (…) Jamais l’enjeu d’une réunion internationale n’avait été aussi élevé, car il s’agit de l’avenir de la planète, de l’avenir de la vie. »

Oui, de la Vie tout entière, rien de moins. Et lorsque les 195 pays présents ont adopté l’accord final, le Président des États-Unis Barack Obama en a lui aussi souligné le caractère unique et indispensable. Notre planète, a-t-il déclaré en substance, est menacée par le réchauffement climatique, il faut la sauver car nous n’avons qu’elle, et l’accord international obtenu à l’issue de la COP21 est notre seule chance d’y parvenir.

Ah bon. Vraiment ?  Lire la suite

Dans la courbure de l’univers

Mise à jour « spécial Vacances » du 27 juillet 2018 : Ce soir à partir de 21 h 30, la Lune (pleine) va entrer dans l’ombre de la Terre et prendre une teinte rousse ou rouge sombre. Ceci signifie que le Soleil, la Terre et la Lune seront alignés dans cet ordre. L’éclipse totale de Lune, la plus longue de tout le XXIème siècle, durera 1 heure 42 minutes et 59 secondes et sera visible à l’oeil nu dans son intégralité depuis la France si le ciel est dégagé. La planète Mars sera visible juste en-dessous à droite de la Lune.

Les physiciens pensent que lorsque l’univers s’est formé il y a 13,8 milliards d’années, il n’était composé que d’hydrogène et d’hélium. Même si aujourd’hui ces deux éléments représentent 98 % des matières connues, il est aisé de constater en regardant autour de nous que de nombreux atomes nouveaux, carbone, oxygène, azote, argent etc… se sont ajoutés aux deux composants initiaux. D’où sont-ils venus ? C’est une des mystérieuses questions auxquelles Christophe Galfard, docteur en physique théorique et élève de Stephen Hawking, répond dans son livre L’univers à portée de main(*) paru l’an dernier, soit cent ans exactement après la publication des travaux d’Albert Einstein sur la relativité générale.  Lire la suite

Remaniement : Entretien exclusif avec FFrançois HHollande

Article repris par le blog « A toi l’honneur » de Corto74 et par   

Toute ressemblance … fortuite, bien sûr !


NMP : Bonsoir M. le Président et merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour les lecteurs ce blog.

FFHH : Bonsoir Nathalie MP.

NMP : Le remaniement ministériel à propos duquel on spécule depuis plusieurs semaines a été annoncé jeudi soir. Par rapport aux précédents gouvernements Valls, la grande nouveauté réside dans le retour des écologistes au gouvernement. Une façon de rassembler toute la gauche sur votre nom en vue des élections de 2017 ?

FFHH : 2017 est encore loin et ce n’est pas ma priorité. Je n’y pense ni en me rasant ni en remaniant. Si vous avez suivi mes tweets, vous avez dû remarquer que je n’ai qu’une priorité : réformer la France.  Lire la suite

« Les 2 Républiques françaises » de Philippe Nemo

J’ai déjà parlé de Philippe Nemo dans ce blog et j’ai grand plaisir à récidiver tant j’apprécie la façon à la fois claire et approfondie avec laquelle il explique et analyse les enjeux de philosophie politique auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui.

Philippe NemoNé en 1949, Philippe Nemo a étudié à l’Ecole normale supérieure de Saint-Cloud et a soutenu sa thèse d’Etat en sociologie sous la direction du célèbre sociologue Raymond Boudon. Philosophe et historien des idées politiques, il enseigne actuellement à ESCP Europe et à HEC Paris. De tendance libérale, il a contribué à mieux faire connaître la pensée de Friedrich Hayek en France et cherche à promouvoir la philosophie libérale classique dans le contexte universitaire français très concentré sur les doctrines marxiste et keynésienne.  Lire la suite

Cahuzac : portrait d’un homme politique socialiste

Les mises à jour sont en fin d’article.

Mardi 15 mai 2018 : La Cour d’Appel de Paris a reconnu Jérôme Cahuzac coupable de fraude fiscale, de blanchiment de fraude fiscale et de déclarations mensongères. Elle l’a  condamné à 4 ans de prison dont 2 ans avec sursis, à 5 ans d’inéligibilité et à une amende de 300 000 €. Il échappe à la prison en raison des aménagements de peine possibles.

 L’ancien ministre du budget, Jérôme Cahuzac, est jugé à partir d’aujourd’hui (8 février 2016) pour fraude fiscale, blanchiment et déclaration de patrimoine incomplète lors de son entrée dans le gouvernement Ayrault en mai 2012. Il devrait être content puisque, sommé de s’expliquer sur son compte suisse non déclaré devant les députés le lendemain du premier article accusateur de Médiapart, qui a révélé l’affaire le 4 décembre 2012, il déclarait alors :

« Ce n’est que devant la Justice, hélas, que les accusateurs doivent prouver la réalité des allégations qu’ils avancent. Et c’est donc devant la Justice que je m’expliquerai devant ces contradicteurs en attendant d’eux des éléments probants qui à ce jour font manifestement défaut. » (déclaration de J. Cahuzac à l’Assemblée nationale le 5 décembre 2012)

Non sans avoir d’abord proclamé sa plus parfaite innocence en la matière : « Je démens catégoriquement … je n’ai pas, je n’ai jamais eu de compte à l’étranger … » (Vidéo  25″) :  Lire la suite

Le cas Sarko : pas aimé, pas voulu, et pourtant bouge encore

Contribution à un commentaire critique sur le programme économique de Nicolas Sarkozy pour 2017.

 Très convenablement élu Président de la République en 2007, porteur d’une grande espérance de changement après le long statu quo chiraquien, Nicolas Sarkozy a rapidement connu le désamour des Français. Entre comportements « bling-bling » peu appréciés et crise économique brutale débouchant sur la montée du chômage, de la dépense et de la dette publique, sa cote de popularité est passée sous les 50 % dès 2008 pour s’enfoncer jusqu’à 20 % avant de regagner un peu de terrain en 2012, pas assez cependant pour assurer sa réélection. Lire la suite