Préjugé politique français N° 1 : Les libéraux sont des méchants et des escrocs

Les grandes vacances sont maintenant terminées et je peux dire que dans l’ensemble j’ai passé un été très agréable. Dans l’ensemble. Car si je me lance dans un bilan scrupuleux, je suis obligée de reconnaître qu’il existe un petit détail qui est venu ternir les conversations indolentes des belles soirées d’été : mon blog. Et dans mon blog, ce mot horrible : libéralisme. L’horreur en est telle, qu’un être humain digne de toutes les vertus de l’exception française ne peut le prononcer sans l’affubler immédiatement d’un préfixe infamant : le libéralisme, mot calme et posé, n’existe pas, seul l’ultra-libéralisme existe, et ce n’est pas beau à voir.

Première scène : 

Je rends visite à un ami. Je ne l’ai pas vu depuis longtemps, mais je le connais depuis exactement trente ans, on a justement fait le compte. Mon plus jeune fils, qui s’imagine naïvement me rendre service, déclare avec un brin de fanfaronnade dans la voix : « Tu sais que maman a un blog ? »
L’effet est radical, comme si un orage violent s’était soudain abattu sur nous tous. Mon ami prend immédiatement un air douloureusement affligé et répond : « Oui, j’ai vu, mais vraiment ton blog, je ne peux pas. C’est trop extrême. »
Moi : « Extrême, alors que j’ai plutôt l’impression de peser chaque mot ? Dis-moi ce qui te parait extrême. »
Lui : « Non vraiment, je ne peux pas, je n’ai pas lu grand chose, c’est trop ultra-libéral pour moi, je crois que tu ne te rends pas compte. Tu vas trop loin. Mais je ne te reproche rien, je connais ton grand humanisme. »  

Tout cela dit sur le ton de quelqu’un qui se bouche mentalement le nez devant des idées irrémédiablement nauséabondes. Merci pour mon humanisme. Autrement dit, je suis à deux doigts de basculer dans un concentré de lepénisme et de fascisme. Et c’est quelqu’un qui n’a rien lu de mon blog, ou si peu, qui le dit. J’ai pourtant été très nette sur mon rejet du Front national, son programme étatiste et son projet de référendum sur la peine de mort. J’ai pourtant été très nette aussi sur ce que j’entends par libéralisme, notamment dans un article consacré à Turgot. Peu importe, c’est beau la bonne conscience.

Seconde scène :

Dîner à la maison après une balade en montagne avec d’autres amis. Les consignes familiales sont strictes : on ne parle pas du blog. Il déboule pourtant dans la conversation, amené par un ami qui (de son propre aveu) non seulement n’a pas lu mes articles (il est bien excusable) mais n’a même jamais rien lu par ailleurs sur le sujet du libéralisme, à part ce qui parait éventuellement dans la presse traditionnelle. C’est excusable aussi. Mais le problème, c’est que fort de toutes ces connaissances assez peu développées, il n’a pas hésité à faire les questions et les réponses, dans l’unique but de montrer que le libéralisme, ultra qu’il est foncièrement, se développe dans des conditions quasi-mafieuses selon les termes de la loi du plus fort, au mépris des faibles qui ont besoin d’être protégés. Et si j’ai bien compris ses propos, les faibles qui ont besoin d’être protégés, c’est quasiment tout le monde (sauf lui, moi et quelques autres). C’est là qu’on lève son verre et qu’on chante « Vive l’Etat ! »

Entre deux envolées sur l’individualisme forcené des libéraux et leur obsession maladive du profit, j’ai finalement réussi à dire que ses conclusions peu flatteuses sur le libéralisme souffraient, à mon sens, d’un certain manque de connaissances sur le sujet. S’il prenait la peine de lire quelques auteurs libéraux, il verrait notamment que la loi naturelle et les libertés individuelles sont au coeur de la théorie libérale afin de protéger tous les individus des abus de pouvoir de quiconque, que l’appel à la responsabilité de tout un chacun est constant et que l’état de droit est essentiel. Le capitaliste sans foi ni loi qui fait son chemin dans le monde un couteau entre les dents et des sacs de dollars en bandoulière ne se développe jamais si bien que lorsqu’il bénéficie d’une protection puissante. En France, on connait bien, ça porte même un nom spécifique : capitalisme de copinage ou de connivence avec l’Etat. Ce n’est certainement pas du libéralisme.

Cet ami m’a promis de lire. Deux suggestions pour commencer : un article d’introduction au libéralisme de Damien Theillier paru au début du mois de juillet dernier dans La Tribune, et un article plus spécifique de l’encyclopédie en ligne Wikibéral sur le capitalisme de connivence.

Ces exemples m’ont donné à réfléchir, car dans les deux cas, j’avais face à moi des personnes hautement éduquées, en principe bien informées et conscientes du sens des mots. Si pour elles le mot libéralisme tombe inéluctablement dans l’ultra-sens d’extrémisme sauvage et d’égoïsme prédateur, que peut-il bien signifier pour des personnes moins au fait de la vie des idées et de l’actualité ? Comment, en France, pourra-t-on jamais arriver à décoller ce courant de pensée des oripeaux de la méchanceté, de l’injustice et de l’accaparement ? Ce qui est sûr, c’est que malgré tous les efforts des instituts, think-tanks, éventuellement même partis politiques ou organes de presse se réclamant des idées libérales, presque tout reste à faire vis-à-vis du grand public. Il ne s’agit pas de gagner quelques pourcents de la population afin de faire basculer une majorité, cas de figure classique de la répartition électorale entre gauche et droite, pôles politiques apparemment opposés dont le point commun réside de toute façon en une bonne dose d’étatisme. Non, il s’agit de retourner plus de la moitié de la population. Comment y arriver ?

J’étais en train de me poser cette question, sans aboutir à la moindre réponse véritablement satisfaisante, quand je suis tombée par hasard sur les réflexions d’un jeune libéral qui déplorait le peu de cas qui serait fait d’un certain nombre d’auteurs libéraux dans les productions françaises plus ou moins récentes sur l’histoire du libéralisme. Ma première réaction consista à m’esclaffer bruyamment de l’affliction académique manifestée par ce jeune homme. En quoi l’exploration extensive de tous les textes jamais écrits par des personnalités libérales pourrait bien nous importer alors que les simples bases ne sont même pas acquises ? Pourquoi se lamenter sur la faible représentation du marquis d’Argenson ou de Jean-Gustave Courcelle-Seneuil (je reprends ses exemples) dans les divers dictionnaires du libéralisme alors que le mot libéralisme lui-même pose tant de problèmes ? N’y aurait-il pas là un snobisme universitaire tout à fait hors de propos compte tenu de l’ampleur de la tâche à accomplir pour changer du tout au tout l’image du libéralisme dans l’imaginaire des Français ?

Mais d’un autre côté, que se passerait-il si j’allais rendre visite à mes deux amis précités avec les oeuvres complètes du marquis d’Argenson (1694-1757) et de Courcelle-Seneuil (1813-1892) sous le bras, et si j’avais la possibilité d’avoir une discussion en tête-à-tête avec eux ? Selon Wikipedia, le premier, partisan de la liberté du commerce et très critique envers les réglementations étatiques sur l’industrie et l’agriculture, a initié un mouvement libéral qui s’est développé ensuite avec les Physiocrates, Turgot, Adam Smith et les économistes libéraux du XIXème siècle. Le second, auteur de nombreux ouvrages d’économie, de finance et de politique, appartient à cette dernière catégorie. Il n’est pas impossible que dans le cadre d’un dialogue déconnecté du contexte économico-politique actuel, portant exclusivement sur les idées et sur des exemples historiques précis, mes amis en viennent à réaliser que ce qu’ils rejettent violemment, sous l’image désastreuse d’un ultra-libéralisme dévastateur dont le seul représentant abouti serait selon eux  Augusto Pinochet, n’a en réalité aucun rapport avec la tradition libérale qui est avant tout fille des Lumières. Il n’est même pas exclu qu’ils y trouveraient des éléments qui s’accordent parfaitement avec leur souci du bien commun.

Evidemment, cette méthode, celle de la promotion du libéralisme par son angle académique vendu en porte-à-porte, risque de prendre du temps. Nous sommes quand même soixante-six millions de Français. S’il m’apparait maintenant très important de faire émerger au grand jour combien notre tradition intellectuelle est riche en penseurs libéraux et ne se limite nullement aux retombées socialistes de la Révolution française (qui n’ont jamais abouti qu’à échanger un arbitraire de droit divin contre un arbitraire laïque), il m’apparait tout aussi clairement que ce sera peine perdue si cet effort n’est pas soutenu en parallèle par un libéralisme à vocation opérationnelle.

Les conversations rapportées ci-dessus ne sont pas les seules que j’ai pu avoir sur le sujet du changement politique et sur les avantages à espérer d’une politique authentiquement libérale. Certaines autres furent à l’inverse très encourageantes sur l’état d’esprit qui commence à s’infiltrer chez quelques personnes qui supportent de plus en plus mal la coexistence de résultats politiques minables avec la satisfaction affichée des gouvernements successifs. Mais ces conversations m’ont également montré que si mes interlocuteurs ne font pas le pas vers le libéralisme, c’est aussi parce qu’ils ne savent pas comment l’incarner le jour où il s’agira de voter.

Pour moi, un libéralisme opérationnel, c’est un courant politique constitué en parti, ou constituant la majorité d’un parti existant, qui compte gagner des élections afin, un jour, de gouverner, quitte à gouverner peu conformément au fondement de sa doctrine. Or, et corrigez-moi si je me trompe car je ne voudrais pas être injuste, il me semble qu’une telle perspective n’est pas vraiment la priorité de tout ce que la planète libérale compte de plateformes diverses pour relayer sa pensée. Je sais qu’il existe un Parti Libéral Démocrate (PLD) dont je suis certaine qu’il n’épargnera pas ses efforts pour que sa voix porte lors de la campagne pour les élections régionales en Ile-de-France cet hiver. Je sais qu’il existe le mouvement Nous Citoyens de Denis Payre. Mais je sais aussi que peu de personnes les connaissent. Il reste encore un dur chemin à parcourir, de la reconnaissance confidentielle limitée à un petit nombre de convaincus jusqu’à l’agora nationale où l’on parle à tout le monde. Or ce chemin, je ne le vois se développer utilement que dans le champ politique, dans le contexte de campagnes électorales, d’élections, et de grands débats nationaux. Le rejet appuyé du système électif que je discerne chez beaucoup de libéraux, car ils le jugent imparfait, me semble destiné à vouer éternellement la pensée libérale au statut de curiosité intellectuelle sans aucun espoir de réalisation concrète.

En clair, je situe l’émergence d’un courant libéral ancré dans le paysage politique français à l’intersection d’une opinion publique : 1) progressivement imprégnée des idées libérales via le « libéralisme académique » et 2) progressivement convaincue de leur valeur politique pour aujourd’hui grâce au « libéralisme opérationnel ». La question de savoir si ce dernier doit se développer dans un parti existant ou complètement en dehors reste entière. Dans tous les cas, il me semble que les Français seront peut-être plus sensibles à une personnalité forte qu’à un courant politique.

Au fond, cet article, et le suivant, annoncé ci-dessous, n’est qu’une énième tentative, après bien d’autres, 1) de se demander pourquoi « l’Illusion lyrique » (Malraux) qui consiste à préférer « avoir tort avec Sartre plutôt que raison avec Aron » (*) (et Camus) persiste encore aujourd’hui à modeler le bien et le mal au sein de la politique française, au mépris de la reconnaissance simple et posée des causes, des effets et des résultats des politiques menées, et 2) d’imaginer, avec vous lecteurs, comment retourner cette illusion.


(*) « Avec Sartre » : A partir d’un sentiment généreux, qui parait justement si bien et si généreux, ne plus accepter aucune autre façon de penser et finir par tomber dans le totalitarisme pour préserver l’idéologie de départ. Dans la société « avec Sartre », l’homme est façonné par la dictature de l’idéologie.
« Avec Aron » : accepter une société plurielle et imparfaite, capable de se réformer. Dans la société « avec Aron », l’homme est libre et se façonne lui-même.


Prochain article prévu pour mercredi 26 août : Préjugé politique français N° 2 : Les socialistes sont des gentils qui vont tout arranger.


Un dollar americainIllustration de couverture : Billet d’un dollar américain orné du portrait du premier Président des Etats-Unis, George Washington. Il parait que les libéraux les avalent en tartines par paquet de dix au petit déjeuner et que le soir, ivres de leurs richesses, ils se roulent des cigares dans des billets de cent dollars à l’effigie de Benjamin Franklin. C’est diabolique.

12 réflexions sur “Préjugé politique français N° 1 : Les libéraux sont des méchants et des escrocs

  1. Sentiment partagé, la majeure partie du temps on se retrouve caricaturé comme un individualiste sans coeur.

    Pour faire progresser les idées concernant le libéralisme en France au sein de la population, je pense qu’il faudrait que nous arrivions à proposer des solutions pratiques aux objections les plus répandues et à tout prix éviter l’incantation et le mépris. Il nous faut un argumentaire bien huilé, une apologétique du libéralisme.

    L’un des points clés que je voie suite à mes discussions avec mes interlocuteurs étatistes (de droite ou de gauche) est la gestion de la transition qui me renvoie toujours dans la case ultralibéral sans-coeur dévoreur de chatons.

    Les objections que je rencontre sont souvent:
    -si on arrête les allocations/subventions de tout genre (aux particuliers et aux entreprises) vous allez mettre tous les gens dans la rue et ils vont mourir de faim et les entreprises vont fermer, vous êtes sans coeur! ==> Comment concrètement un libéral peut proposer un plan de route qui paraisse satisfaisant?
    -si la sécu n’est plus gérée par l’état, vous vous rendez compte ça sera comme aux US, les pauvres n’auront pas d’assurance et tout le monde va mourir la bouche ouverte, vous êtes sans coeur!==> Quel plan concret avec exemple?
    -si l’éducation n’est plus gérée par l’état, vous vous rendez compte, tout le monde choisira dans quelle école il veut aller et vu la situation en France, on multipliera le nombre de terroristes par 100. Alternative à: les pauvres ne pourront plus aller à l’école et le resteront toute leur vie avec vos propositions!

    La liste est longue mais ces 3 là concernant allocs/sécu/education sont celles que je rencontre le plus souvent.

    Hâte de lire la suite de votre séquence 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour, c’est avec plaisir que je retrouve votre blog.
    Je connais le même problème que vous (bien que je n’aie pas de blog): lorsque je discute avec ma famille et mes amis je constate qu’en général le libéralisme n’est « qu’ultra » et qu’en plus ils n’y connaissent rien si ce n’est les clichés du journal de 20h.
    A mon avis ça va être dur: quasiment toute l’éductaion nationale est encore dans une vision marxiste du monde, 80% des journalistes votent à gauche, tous les partis, et même le FN maintenant, sont pilotés par des énarques qui ne connaissent que l’état comme solution à tout. Je ne voudrais pas paraître pessimiste mais…
    Ceci étant dit je recommande à ceux qui veulent faire l’effort d’en savoir plus sous une forme un peu ludique, l’excellent « Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants » de Daniel Tourre.

    Aimé par 1 personne

  3. Le personnel politique et technocratique a une vue incomplète de la structure et de la situation économique du pays en raison d’une forme de l’inculture de connaissances économiques, hélas largement répandue dans toutes les sphères de la société même au plus haut niveau. «Le libéralisme serait aussi désastreux que le communisme». Ces propos pour le moins surprenants sont ceux de Chirac irrité par «l’affaire» de la directive Bolkestein. Rappelons qu’en en 1995 le Président disait «Il n’y a pas d’autre choix que le libéralisme. Plus exactement, le libéralisme n’est pas un choix mais une nécessité…» . Bien qu les cimetières en soit plein, les politiques français sont irremplaçables. Oscar Wilde disait : « Certains apportent du bonheur en arrivant et d’autres en partant ». Nous sommes, en France, frappés de la maladie de l’idéologie qui se traduit par le présupposé imbécile qu’il y a toujours, face à un problème donné, deux camps antagonistes, un à droite, un à gauche. Impossible, dès lors, de s’asseoir autour d’une table pour résoudre un problème. Les experts officiels font semblant de l’ignorer parce qu’ils veulent sauvegarder un modèle social à bout de souffle et qui n’est plus compatible avec la globalisation. Six décennies d’imprégnation communiste depuis 1945 ont fait de la France un pays fâché avec l’économie, l’argent et les réalités. Seule une révolution des mentalités peut réconcilier notre pays avec le monde moderne.

    « Le libéralisme inquiète. Caricaturé par certains de ses défenseurs extrêmes, rares au demeurant, comme par ses adversaires, il ne paraît plus aujourd’hui figurer au nombre des doctrines politiques acceptables. Les dirigeants modérés des deux bords de l’échiquier politique en France craignent d’utiliser le mot. Il convient de sortir de la confusion intellectuelle et de redonner au concept une signification plus rigoureuse. Le libéralisme, non seulement, offre une promesse de libération et de prospérité, mais il est aussi le meilleur antidote contre la prédation de rentes par certaines catégories du corps social. NICOLAS TENZER – 2002».

    Aimé par 1 personne

  4. Je partage le même constat que vous, à tous les points de vue. D’une part la France a été vaccinée du libéralisme au point qu’il ne reste que quelques irréductibles mutants, qui ont le choix entre l’étiquette d’utopiste ou de mafieux. D’autre part les thinktanks libéralistes se contentent souvent de proposer des idées effectivement utopistes, sans une once de réalisme, sans jamais tenter de créer une véritable identité politique. Et je suis bien triste d’admettre que je ne vois pas de solution concrète, du moins tant que l’état sera aussi démesurément fort vis-à-vis de l’individu, et que le lavage de cerveau industriel mené par l’éducation nationale aura cours.

    Aimé par 1 personne

  5. Bonsoir AC, Anankè, Chris et Stanislas, et merci pour vos commentaires.

    @ AC : Je suis tout à fait d’accord avec vos trois thèmes. Je rajouterais volontiers le marché du travail. Je serais un homme politique libéral, je proposerais un chemin progressif de libéralisation économique et politique à 1 an, 5 ans et enfin 10 ans. Un tel plan existe peut-être déjà, du reste.

    @ Anankè : Vous avez raison sur Pulp Libéralisme. Je regrette de ne pas l’avoir cité. Je pensais prioritairement textes courts, pas livres. Mon oubli est réparé 🙂 Il existe également d’excellentes vidéos de Daniel Tourre.

    @ Chris : Je partage les remarques de Nicolas Tenzer, surtout la dernière phrase. Je ne sais pas si l’on peut dire que certains des défenseurs du libéralisme le caricaturent aussi. Tout dépend des publics visés et tout dépend aussi de la personnalité des défenseurs en question.

    @ Stanislas : l’éducation nationale, et les médias traditionnels, sont en effet comme des chiens de garde autour de notre Etat providence. D’où le rôle précieux de tout ceux qui en pourfendent très concrètement le rôle néfaste jour après jour. Un point positif, je crois : regardez ce qu’il advient du RSI, par exemple. Ses insuffisances sont presque devenues un sujet grand public.

    J'aime

  6. Le probleme est bien cerné. On a à la fois besoin du fait qu’une culture libérale existe au sein du public, tout comme il y a des reflexes ultra étatistes bien ancrés chez les gens, et en meme temps il faut que des politiciens libéraux incarnent les idées et un projet.

    Ca demande du temps.

    Aimé par 1 personne

    • Ca demande d’autant plus de temps que le projet libéral, celui qui propose la société la plus « ouverte » qui soit, est également le plus fragile au sens où il ne songe nullement à monter des barricades (en verrouillant presse, éducation …) contre ses « ennemis », contrairement aux autres projets de société.

      J'aime

      • On pourrait copie le projet de certains libéraux (au sens européen du terme) américains: tous déménager dans la même région pour essayer d’y « prendre le pouvoir » en ayant une masse suffisante pour influencer les votes.
        Malheureusement les régions françaises ont bien moins de pouvoir que les états US.
        Ceci étant je connais quelques département avec une population assez faible pour que quelques milliers de vois fassent une grosse différence. Ou alors une ville moyenne? Utopie, probablement et malheureusement.

        https://en.wikipedia.org/wiki/Free_State_Project

        Aimé par 1 personne

  7. @ Nathalie MP : La gauche c’est bien, la droite c’est sale. Quand tu es de gauche, énorme avantage, tu n’as pas besoin de savoir compter : tu énonces une belle idée humaniste, bienveillante, charitable, et ça suffit ; l’idée est tellement belle et généreuse au bon peuple que tu es dispensé d’en chiffrer le coût et les effets économiques. Elle se suffit à elle-même par la seule force de son effet social bénéfique. A gauche, nul besoin de vil calcul, de statistiques, de comparaisons, d’études de faisabilité ; l’idée est « juste », un point c’est tout, rien à démontrer .. Le fin du fin, c’est le principe de précaution qui t’interdit jusqu’à l’éventualité même d’avoir à calculer une hypothèse, censurée a priori .. Il est ainsi facile d’être « de gauche » car il suffit d’exprimer sans effort autre que celui de l’annonce une générosité populaire (qui engage en général non pas ses propres fonds mais ceux de la collectivité), et cela suffit pour être adoubé sur simple déclaration (les « people » et gens du show business l’ont parfaitement compris..). Les libéraux n’ont pas cette chance car ils sont avant tout pragmatiques et gestionnaires et ils comparent systématiquement les coûts/avantages de toutes les mesures envisagées dans un souci de rigueur et d’équité budgétaire. Pour la gauche, cette pratique fait d’eux des « calculateurs » au sens négatif du terme et matérialise leur égoïsme supposé, leur goût prioritaire pour l’argent, leur mépris des individus. Et pour la plupart des gens qui soit ne savent pas compter, soit n’ont pas la patience de la faire, vérifier les analyses libérales demande trop d’effort alors que les idées socialistes sont tellement facile à comprendre et reprendre au café du coin. Le socialisme fait aussi son lit sur la paresse intellectuelle…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s