Des « techniques » de campagne à vous dégoûter d’aller voter

Ayant passé une bonne partie de la semaine le nez plongé dans les comptes des banques et la régulation bancaire pour alimenter ce blog, j’ai craint hier d’avoir loupé des événements importants de notre vie publique. Eh bien, oui et non.

contrepoints-2Plutôt non, parce que la France est maintenant totalement engagée dans le rythme de la campagne électorale pour 2017, que plus rien ne s’y passe en dehors des objectifs liés à cette formidable échéance et que les techniques de campagne restent manifestement des plus classiques.

Et plutôt oui, parce que si les techniques sont bien connues, déjà vues et largement éventées, elles ont pris cette semaine une ampleur inédite en millions d’euros, en mensonge et en populisme le plus hypocritement racoleur.  Lire la suite

Présidentielle 2017 : J’aime bien la politique, mais là …

contrepoints-2Il est assez étourdissant de se dire que passé le printemps, la France aura scellé son sort pour cinq ans supplémentaires. L’élection présidentielle de 2007 avait soulevé un vrai enthousiasme (la participation fut de 84 %) car on avait hâte de sortir de l’immobilisme chiraquien. Celle de 2012 a généré un vrai suspens politique : la gauche laminée en 2002 allait-elle revenir au pouvoir ? Qu’attendre de celle de 2017 ? J’aime la politique, mais là … Ni nouveauté, ni suspens (♣), ni débat de fond (♠). Lire la suite

Aujourd’hui, article N° 200 !

Comme pour l’article 100, je fête le 200
En assumant le risque de me glisser un temps
Dans la tête de Hollande, président mal aimé,
Qui aime la Présidence et voudrait la garder : 

« Que vais-je devenir ? Eh oui, c’est la question
Que je me pose sans fin sondage après sondage.
On ne veut plus de moi, on veut que je dégage,
Que je quitte l’Elysée, ses ors et mes fonctions !  Lire la suite

NKM : un papillon politique inachevé en quête de lumière

contrepoints-2La primaire organisée en vue de sélectionner le candidat unique de la droite et du centre lors de l’élection présidentielle de 2017 aura lieu les 20 et 27 novembre 2016. On a un certain plaisir ironique à lire en tête du site dédié à cette consultation que « Tous les candidats qui participent à la primaire s’engagent à respecter (les règles) et à soutenir le candidat désigné à l’issue du scrutin » tant l’UMP, qui fut RPR et qui s’appelle maintenant Les Républicains (LR), nous a habitués à ses luttes fratricides.  Lire la suite

Quel second tour pour 2017 ?

Mise à jour du lundi 10 avril 2017 : A deux semaines du premier tour de l’élection présidentielle, et après moult rebondissements, on assiste à la montée assez spectaculaire de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, à tel point qu’il est donné pratiquement au coude à coude avec François Fillon.
On se retrouve avec quatre candidats de tête, dans une configuration somme toute assez classique pour une France complètement imbibée d’étatisme :
Extrême-droite : Le Pen – Droite : Fillon – Socialiste : Macron – Communiste : Mélenchon
Les autres candidats sont de petites variations en solo sur le thème des extrêmes.

Mise à jour du lundi 30 janvier 2017 : Hamon vainqueur de la primaire de gauche, hémorragie PS vers Macron, Fillon en difficulté en raison de soupçons d’emplois fictifs de sa femme à l’Assemblée nationale et à la Revue des deux mondes.

Mise à jour du vendredi 2 décembre 2016
: Après avoir brossé un tableau flatteur de son action à la tête de l’Etat depuis 2012, le Président François Hollande a annoncé hier soir qu’il ne serait pas candidat à l’élection présidentielle de 2017. Lire les détails ici

Mise à jour du dimanche 20 novembre 2016 : Fillon en tête de la primaire de droite !

– La participation au premier tour de la primaire de droite a été très élevée pour ce que l’on sait de ce genre d’élection, la référence étant la primaire de gauche de 2011 qui avait attiré 2,6 millions d’électeurs. On s’achemine aujourd’hui vers une participation supérieure à 3,7 millions de personnes.
– Sur 90 % des bureaux de vote, François Fillon arrive largement en tête avec 44 % des voix, Juppé sera au second tour avec 28 % et Sarkozy, ancien président que les Français ne veulent plus voir, est éliminé avec 21 % des suffrages. Les quatre autres candidats récoltent entre 0 et 3 % des voix.
– Dans son (très bon) discours de défaite, Sarkozy a appelé ses électeurs à « ne jamais se livrer aux extrêmes car la France mérite mieux que le pire » et il a indiqué que son choix personnel se porterait sur François Fillon pour le second tour.

Les perspectives de l’élection présidentielle s’éclaircissent et se compliquent à la fois. Autant la place de Fillon sur la ligne de départ semble prendre tournure, autant l’on peut se demander ce que feront des candidats potentiels tels que Hollande et Bayrou dont beaucoup de la stratégie dépendait de la présence de Nicolas Sarkozy. La forte émergence de Fillon est également de nature à gêner Emmanuel Macron qui pensait mordre sur une partie de l’électorat de Juppé.

Prochain RDV pour le second tour de la primaire de droite dimanche prochain 27 novembre 2016 ! 

Mise à jour du mardi18 octobre 2016 : Compte tenu des scores réalisés par Juppé dans les sondages disponibles, on s’attendait à ce que le camp Hollande s’attaque rapidement à lui. Pourtant, pour l’instant, les difficultés et les affaires embarrassantes ont plutôt cerné Sarkozy. Des électeurs de gauche se sont même montrés enclins à voter Juppé à la primaire de droite pour éviter le risque d’avoir à choisir Sarkozy contre Le Pen au second tour de 2017.
Eh bien, Juppé est maintenant dans le viseur des socialistes. Comprenant enfin que sa défaite à la primaire est vitale pour eux, ils auraient mis au point un argumentaire (qui a fuité dans la presse, ils font les étonnés) reprenant ses condamnations judiciaires et ses propositions économiques « antisociales ».

Mise à jour du mardi 4 octobre 2016 : Arnaud Montebourg avait annoncé sa candidature à l’élection présidentielle à la fin du mois d’août mais depuis, il laissait planer le doute sur sa participation à la primaire de gauche. Il a finalement décidé de s’y rallier, et les sondages actuels le donnent vainqueur de François Hollande ou éventuellement au coude à coude avec Manuel Valls si celui-ci devait remplacer Hollande.
Il y a certes des avantages à se lancer dans la primaire de gauche, le premier étant de pouvoir bénéficier du soutien et des finances du PS pour mener campagne en cas de victoire. Mais il y a aussi un énorme inconvénient politique : Si François Hollande devait se présenter et gagner cette primaire, Arnaud Montebourg devrait le soutenir pour la présidentielle, en contradiction totale avec ses prises de position anti-gouvernementales actuelles.


contrepoints-2Notre élection présidentielle de 2017 aura lieu les 23 avril et 7 mai prochains. Nous sommes donc encore à huit mois du premier tour et voilà que je m’interroge déjà sur les deux veinards qui se retrouveront en tête-à-tête pour le second tour ! En rédigeant quelques commentaires à propos des possibilités des uns à torpiller la candidature des autres, j’en suis venue à faire un petit tableau des scores de premier tour possibles, et il m’a semblé intéressant de le présenter ici pour en tirer quelques conclusions sur les stratégies qui pourraient se faire jour d’ici l’élection. Lire la suite

Rentrée 2016 : Macron garde le haut et siffle la fin des vacances

Executive Summary : Emmanuel Macron est un homme de gauche qui fera de la social-démocratie comme Hollande (avec les mêmes échecs) s’il arrive au pouvoir. Sa démission, précédée de la création bien médiatisée du mouvement « En Marche ! » est l’indice certain qu’il prépare une candidature présidentielle. Ses chances de succès en 2017 sont minces, mais s’il réussit par la suite, il se sera montré meilleur coureur de fond que beaucoup d’autres. 

contrepoints-2Nos chers enfants reprennent l’école aujourd’hui. Mais pour une Lilloise comme moi, la rentrée, la vraie, celle où l’on sent que maintenant on arrête de parler des vacances et on se met au travail, eh bien cette rentrée a toujours lieu après le week-end de la Braderie avec un B majuscule : 2,5 millions de visiteurs et 500 t de moules, qui dit mieux ? Mais bien que programmée pour les 3 et 4 septembre prochains, elle a été annulée pour cause de menace terroriste. Cette année, la Braderie n’aura pas lieu(*). Quelle perte de repères ! Lire la suite

Mélenchon fut 20 ans SÉNATEUR et se prétend INSOUMIS !

contrepoints-2Si vous en avez par-dessus la tête d’entendre parler du burkini, les projets présidentiels nettement anti-libéraux de Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), pourront peut-être vous apporter une distraction bienvenue !

Lui aussi en a assez des « guerres de religion » et de « la surenchère sécuritaire. » Les polémiques de l’été ont malheureusement pris le pas sur l’espace social qui se construisait contre la loi Travail, mais il importe de revenir sans tarder au vrai sujet : la « barbarie sociale effrayante » annoncée par la droite et pratiquement déjà mise en oeuvre par François Hollande. Lire la suite

Hamon / Primaires : Aïe, encore un « vrai » candidat de gauche !

Mise à jour du dimanche 29 janvier 2017 : Benoît Hamon remporte les primaires de gauche avec environ 59 % des voix contre 41 % à Manuel Valls. Portrait et péripéties du premier tour ci-après. Lire la suite

Insolite : 1 % des Français sont « très » satisfaits de Hollande !

contrepoints-2Les grèves et les manifestations avec ou sans bris de glace se suivent et se ressemblent (et ça coûte des sous à la France), les frasques du Président et les couacs du gouvernement se suivent et se ressemblent, les camouflages de la dette et des déficits se suivent et se ressemblent, les idées destructrices et propagandistes de notre éducation nationale se suivent et se ressemblent, et comble de malchance en ce début d’été, il pleut sans discontinuer sur ce mois de juin inondé comme sur le quinquennat crépusculaire de François Hollande. L’impression de débandade non contrôlée est telle que la déprime politique me gagne.  Lire la suite

Loi Travail : Hollande s’est-il tiré une balle dans le pied ?

contrepoints-2Mes deux derniers articles consacrés à la situation intérieure de la France remontent à plus de trois semaines. Après avoir pris quelques chemins de traverse, je braque à nouveau mon regard sur la politique française et j’observe avec inquiétude que non seulement rien n’a changé depuis, mais qu’au contraire tout a empiré, tout a dégénéré, tout est parti en vrille. Comme je n’y décrivais pas le moins du monde une situation idyllique, ni même à peu près paisible, imaginez où nous en sommes aujourd’hui ! Et dans ce contexte qui semble complètement hors contrôle, qui voit pratiquement tous les Français, pour des raisons différentes, se liguer contre le gouvernement, François Hollande s’imaginerait pouvoir être réélu en 2017 fingers in the nose ? De plus en plus difficile à croire. Lire la suite