Climat : Fred Vargas sème la peur et inquiète surtout… son camp

La romancière Fred Vargas deviendrait-elle légèrement encombrante pour le camp de la « collapsologie » environnementale ? Sa larmoyante dénonciation du péril climatique qui menace l’humanité à brève échéance est si outrancière et ses arguments chiffrés, qu’on qualifiera gentiment d’approximatifs, sont si évidemment destinés à pétrifier l’opinion dans la peur panique que même Jean Jouzel, notre pape national du réchauffement climatique et vice-président du conseil scientifique du GIEC(*) de 2002 à 2015, s’en inquiète. Faire peur, oh oui ! Mais trop en faire au point de déchaîner une hilarité moqueuse, voilà qui serait fâcheux ! Lire la suite

L’ascenseur social est en panne : oui, mais à qui la faute ?

L’ascenseur social français ne fonctionne plus, il faut le réparer ! Ainsi en a décidé Emmanuel Macron. Dans le collimateur, ces « élites » formées à l’ENA, Sciences Po ou dans les grandes écoles. Trop semblables, trop formatées, trop technocratiques, elles sont aussi devenues dans l’opinion publique – et chez les Gilets jaunes – le symbole de la reproduction sociale et de l’entre-soi qui profitent aux classes les plus aisées ou les mieux en cour dans les cercles du pouvoir. Lire la suite

Insolite : le Medef renonce à l’argent du « paritarisme » !

La semaine dernière, Geoffroy Roux de Bézieux a présenté les grandes pistes de la réforme qu’il compte mettre en oeuvre pour moderniser le Medef qu’il préside depuis un an. Fait inédit – et potentiellement ravageur dans l’univers passablement opaque du financement des partenaires sociaux – l’organisation patronale se dit prête à renoncer progressivement aux recettes qu’elle perçoit au titre du « paritarisme » et se donne l’objectif d’être financée à 100 % par les cotisations des adhérents d’ici 4 ans. Une question d’indépendance et de déontologie, selon son président : Lire la suite

Concilier vaccination et liberté

Au rayon des records douteux qui valent régulièrement à la France le titre de championne du monde, on commence à bien connaître le niveau cataclysmique de ses dépenses publiques et de ses prélèvements obligatoires. Mais la singularité française dépasse largement ce cadre comptable. Mercredi 19 juin dernier, on apprenait via une vaste étude réalisée en 2018 par l’institut Gallup pour le compte de l’ONG Wellcome que la France est le premier pays sur 144 pour la défiance de sa population vis-à-vis de la sûreté (safety) des vaccins (33 %). Lire la suite

Aurélien Barrau : « J’exécrerais évidemment l’avènement d’une dictature, MAIS… »

« J’exécrerais évidemment l’avènement d’une dictature, mais si on continue à dire que chacun peut faire ce qu’il veut, on oublie le commun. » (Aurélien Barrau, Le Point, 17 juin 2019)

Ah, ce « mais » d’Aurélien Barrau, notre nouvelle star hexagonale du catastrophisme écologique, que ne révèle-t-il pas ! Car si cette phrase signifie quelque chose, c’est qu’il existerait des circonstances – gravissimes, bien sûr, et jamais vues depuis la nuit des temps, naturellement – qui pourraient justifier l’avènement d’une dictature. Transformez la préoccupation légitime pour l’environnement en guerre totale, lancez « un appel face à la fin du monde », touchez le cœur sensible de Juliette Binoche et le tour est joué ! Lire la suite

Le macronisme, curseur politique opportuniste du PS à LR

Ce que le Discours de politique générale d’Édouard Philippe nous révèle sur le macronisme.

Vous voulez un résumé du discours de politique générale que le Premier ministre a prononcé mercredi 12 juin dernier à l’Assemblée nationale pour lancer « l’Acte II » du quinquennat (vidéo en fin d’article) ? Rien de plus simple, cela tient en trois messages principaux : social-démocratie, dépassement des clivages et légitimité gouvernementale. Lire la suite

Faux steaks : bienvenue au pays de l’irresponsabilité organisée

Vendredi 7 juin dernier, RTL nous révélait le scandale des 780 tonnes de faux steaks hachés livrés depuis juillet 2018 à quatre associations humanitaires qui avaient commencé à les distribuer à des familles très démunies. En cause, une entreprise française qui a fraudé sur la composition de ses produits pour baisser ses coûts et augmenter ses marges. Pour le dire comme RTL : « Pour se faire de l’argent sur le dos des plus démunis ». Une preuve de plus qu’on ne peut décidément pas « laisser faire » les entrepreneurs ! Si ce n’est que le choix du fournisseur avait été validé par… une agence de l’État… Lire la suite

Quand la Constitution se met à ressembler à un tract électoral…

Sera-t-il possible dorénavant de vaquer à ses occupations sans penser d’abord voire uniquement aux impacts éventuels sur l’environnement, le climat et la biodiversité ? C’est douteux. Pour autoritaire et incohérente qu’elle soit à bien des égards, l’urgence écologique est clairement devenue la mesure de toute chose, à tel point que le projet de réforme constitutionnelle voulu par Emmanuel Macron se surpasse lui-même en faisant remonter l’impératif écologique de l’article 34 à l’article 1er de notre Constitution. Une place de choix, un bel effet d’affichage… et un foutu fil à la patte pour le pays. Lire la suite

Ruffin (FI) : à nous de vous faire préférer le train – de force

Interdire certains trajets domestiques en avion : Novethic en a rêvé sur le papier, les députés François Ruffin (France insoumise) et Delphine Batho (Génération écologie) veulent le faire dans la loi, confirmant ainsi avec beaucoup d’obligeance que l’écologie et le climat sont bel et bien devenus le terrain de jeu privilégié de toutes les tentations autoritaires. Lire la suite

Chine 1989-2019 : de Tiananmen au contrôle social intensif

REPLAY du 14 août 2019 : (2/2) Alors que les habitants de Hong Kong manifestent en masse depuis plusieurs mois pour conserver leur indépendance judiciaire face à la Chine, petit rappel supplémentaire tout aussi glaçant sur la façon dont, il y a 30 ans, le « réformateur » Deng Xiaoping avait lancé ses chars sur les étudiants contestataires de la place Tiananmen.

La Chine s’est éveillée mais le régime chinois ne lui a jamais permis d’atteindre le stade supérieur des libertés civiles. Premier soubresaut paroxystique de la remise au pas marxiste, la répression de Tiananmen se prolonge aujourd’hui « en douceur » dans le contrôle social intensif des citoyens.

Il y a 30 ans, dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 et les jours suivants, le dirigeant communiste chinois Deng Xiaoping mettait brutalement fin à la contestation qui enflait dans le pays depuis le mois d’avril précédent en envoyant l’armée massacrer les milliers d’étudiants massés sur la place Tiananmen de Pékin ainsi que ceux qui tentaient de fuir dans les rues adjacentes. La vidéo d’un mystérieux jeune homme se dressant seul devant une colonne de chars est devenue emblématique du courage et de la détermination des manifestants face à l’implacable répression (26″) : Lire la suite