Royaume-Uni : Elections générales, UKIP et murmure persistant des cornemuses

—–>     Cet article a également été publié le mardi 5 mai 2015 sur        icone_redacteur3

Mise à jour du 8 mai 2015 :  CHIFFRES DEFINITIFS  Les élections ont eu lieu et les résultats sont très clairs. Y aurait-il eu un « shy tory vote » comme en 1992 pour John Major ? Faisant mentir les sondages, les électeurs ont validé les bons résultats économiques du gouvernement sortant : les conservateurs de David Cameron remportent la majorité absolue avec 331 sièges sur 650 tandis que les travaillistes sont les grands perdants avec seulement 232 sièges. Le SNP réalise sa grande percée en Ecosse avec 56 sièges, les Lib Dem deviennent anecdotiques (8 sièges) et l’UKIP est dans l’épaisseur du trait (1 siège). A noter : Miliband, Clegg et Farage, leaders battus, ont tous démissionné de la présidence de leur parti. 

Mise à jour du 4 mai 2015 : Les élections générales britanniques ont lieu ce jeudi 7 mai. Même si les chiffres des derniers sondages ont légèrement évolué (les conservateurs devanceraient de peu les travaillistes), cet article du 16 février reste d’actualité : l’issue du scrutin est incertaine. Qui formera le gouvernement britannique, Ed Miliband (labour) ou David Cameron (tories) ? 


Comme en France, le jeu électoral du Royaume-Uni est bousculé depuis quelque temps par un parti populiste d’extrême-droite arrivé en tête aux dernières élections européennes de mai 2014. Mais contrairement à la situation française, de plus en plus bloquée dans un tripartisme ravageur, s’y ajoute la nouvelle donne obtenue à l’issue du referendum (raté) sur l’indépendance de l’Ecosse, avec la consolidation du parti indépendantiste écossais qui pourrait détenir les clefs du scrutin britannique.  Lire la suite