Chômage : on a tout essayé ?

Fin d’une époque, avant-hier, au Ministère du travail. La DARES, sa direction des études et des statistiques, nous livrait pour la dernière fois son analyse mensuelle des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi. Cet indicateur très attendu du temps où François Hollande avait pris l’engagement (régulièrement repoussé) d’inverser la courbe du chômage n’est plus considéré comme significatif du fait de ses embarrassantes variations trop erratiques d’un mois sur l’autre. Lire la suite

Réformer la France : la méthode Macron peut-elle suffire ?

La France est un pays qui a crucialement besoin, depuis des années, de changer son logiciel « dépenses publiques – impôts – dette ». Extrêmes mis à part, tous les politiciens en parlent sans jamais y parvenir, parfois même sans jamais rien tenter pour y parvenir. Et Macron ?

Quand on se veut « ni de gauche ni de droite », quand on a cultivé le flou sur son programme électoral le plus longtemps possible pour n’effaroucher personne, quand on a surtout compté sur l’enthousiasme, la jeunesse et la nouveauté pour susciter l’adhésion et qu’on a fini par promettre qu’on allait libéraliser « et en même temps » continuer à jouer à l’Etat stratège et à l’Etat providence, quel niveau de réforme peut-on espérer faire aboutir une fois qu’on se retrouve au pouvoir ? Lire la suite

M. le Président, se proclamer européen ne suffit pas !

S’il est un sujet sur lequel Emmanuel Macron n’a jamais cultivé le flou, c’est bien celui de son attachement à l’idée d’Europe. A l’époque de la campagne présidentielle, il avait même reçu la meilleure note parmi les cinq premiers candidats quant à son engagement européen. Il affirmait aussi avec une belle lucidité que la France devait d’abord s’occuper de faire ses propres réformes structurelles indispensables avant de demander à l’Union européenne (UE) de se réformer. Un minimum quand on est le mauvais élève de la classe.  Lire la suite

Quand je « décrypte » la Turquie sur Radio Notre Dame !

Les mises à jour sont en fin d’article.

Les journalistes de Radio Notre Dame lisent Contrepoints. L’un d’entre eux m’a d’ailleurs confié qu’il trouvait ce Journal libéral en ligne « très sérieux ». Y ayant lu récemment mes articles sur la Turquie, il m’a invitée à participer à son émission en direct « Décryptage » qui alterne des sujets sur la politique française, la situation internationale et l’économie. Le thème à débattre était :

« Après le demi-succès de son référendum, le président turc va-t-il renoncer à devenir le grand sultan ? » 

Lire la suite

La bataille du glyphosate

29 mai 2018 : Les députés ont rejeté (pour l’instant) les amendements visant à interdire complètement le glyphosate d’ici 2021. Et ils ont eu raison ! (Les autres mises à jour sont en fin d’article.)

On a encore trouvé des quantités abominables de glyphosate dans le pipi de 30 célébrités de l’écologie et de l’audiovisuel ! « On », c’est l’association Générations futures qui milite contre les pesticides et pour l’agriculture bio. « Encore », parce qu’une opération médiatique similaire avait déjà été réalisée auprès de 48 députés européens il y a un an.  Lire la suite

La Turquie fait parler d’elle, alors parlons de la Turquie (II)

Mise à jour du lundi 25 juin 2018 : Conscient que son étoile va en s’affadissant dans la population turque, Erdogan a provoqué des élections présidentielles et législatives anticipées hier dimanche 24 juin 2018 afin que les pleins pouvoirs présidentiels qui lui ont été octroyés par le référendum d’avril 2017 ne lui échappent pas. Malgré une montée en puissance de l’opposition (notamment d’un parti de centre gauche) qui laissait penser qu’un second tour serait peut-être nécessaire, Erdogan sort vainqueur de ces élections (environ 52 % pour la présidentielle et 53 % pour son parti l’AKP pour les législatives). Des fraudes ont été dénoncées par l’opposition.

Mise à jour du dimanche 16 avril 2016 : Le « oui » l’ayant emporté par 51,3 % des voix (sur 98 % des bulletins), Erdogan a gagné son pari et obtient officiellement, c’est-à-dire constitutionnellement, tous les pouvoirs qu’il s’était arrogés hors constitution depuis plusieurs mois, notamment depuis le coup d’Etat raté de juillet 2016. Il est à craindre que ce résultat n’accélère la dérive autoritaire du régime. (Voir, ou plutôt écouter, l’émission « Décryptage » du 25 avril 2017 sur Radio Notre Dame à laquelle j’ai participé).

[Cet article fait suite à La Turquie fait parler d’elle, alors parlons de la Turquie (I).]

La Turquie fait beaucoup parler d’elle. Pas toujours en bien, car sa propension à l’invective envers les Européens a pris des proportions inégalées ces derniers temps suite au refus de l’Allemagne et des Pays-bas d’accepter la tenue de meetings électoraux turcs sur leur sol. Le Président turc Erdogan a en effet organisé pour le 16 avril prochain un référendum sur un projet de modification constitutionnelle en sa faveur. Les résultats s’annoncent serrés et le poussent à faire bruyamment campagne jusque dans la diaspora turque d’Europe de l’ouest. Lire la suite

Brexit et conséquences : Theresa May sera-t-elle Prime Minister ?

Mise à jour du vendredi 9 juin 2017 : Arrivée à la tête du Parti conservateur et du gouvernement britannique suite à l’échec de David Cameron il y a un an lors du référendum sur le Brexit – il était partisan du « remain » dans l’Union européenne – Theresa May, peu loquace sur le sujet à l’époque, a mis son point d’honneur à être le Premier ministre qui négocierait les meilleures conditions de sortie de son pays. Lire la suite

Sic Brexit Gloria Mundi ? *

contrepoints-2Nous, les Européens, venons probablement de vivre l’événement pacifique le plus incroyable et le plus bouleversant que nous ayons connu depuis bien longtemps dans notre histoire, depuis la signature du traité de Rome qui donnait forme à la CEE en 1957, en fait. En se prononçant à 51,9 % en faveur du Brexit, c’est-à-dire pour une sortie de l’Union européenne, les citoyens britanniques tournent le dos à un projet inédit, exaltant, prodigieux, mais pas sans défaut, de presque 60 ans, déclenchant chez les autres pays membres un sentiment d’échec mêlé du besoin de resserrer les rangs pour se conforter dans l’idée européenne et de la nécessaire introspection pour analyser ce qui cloche et qui pousse ainsi un grand pays, parmi les moins liés au sein de l’Union, à la quitter aussi radicalement.  Lire la suite

Brexit : « Boris is after my job » Cameron says

Les mises à jour sont en fin d’article.

contrepoints-2Le vote britannique sur le Brexit, c’est-à-dire sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), aura lieu dans moins de deux semaines, le jeudi 23 juin 2016 prochain. Depuis le fameux « I want my money back » de Margaret Thatcher en 1979, depuis la possibilité obtenue dans le Traité de Maastricht de 1992 de rester en dehors de la zone euro, depuis le statut particulier relativement à l’espace Schengen sur la libre circulation (1997), l’adhésion britannique à l’Europe ne s’est pas faite sans de nombreuses réticences intérieures et de tout aussi nombreuses concessions de la part des partenaires européens. A l’affiche de cette nouvelle confrontation inédite, les deux meilleurs ennemis du monde : David Cameron pour le maintien et Boris Johnson pour la sortie. Lire la suite

Il y a 35 ans, François Mitterrand devenait Président …

contrepoints-2Il y a trente-cinq ans, le 10 mai 1981, la France passait « de l’ombre à la lumière », selon la célèbre formule quasi mystique de Jack Lang. C’est en effet ce jour-là que François Mitterrand, après deux tentatives ratées, accédait à la présidence de la République française en battant son prédécesseur Valéry Giscard d’Estaing avec 51,76 % des suffrages exprimés, devenant le premier chef d’Etat de gauche de la Vème République. C’est ainsi que la France s’est offert une sorte de produit « trois en un » : ♣un changement politique qui a fait l’effet d’un coup de tonnerre, ♦la personne non sans ambiguïté de François Mitterrand et ♠la mise en application vraie de vraie du Programme commun de la gauche.  Lire la suite