Droite ? Gauche ? Centre ? Nathalie Loiseau « choisit tout » !

Drôle d’histoire que celle qui vient de s’abattre sur le bec de Nathalie Loiseau. Tête de liste LREM pour les élections européennes du 26 mai prochain dont la première ambition politique semble être de « battre le RN » (ex-FN), cette ancienne directrice de l’ENA qui fut jusqu’à tout récemment ministre en charge des affaires européennes d’Emmanuel Macron est soudain rattrapée par une sombre histoire de participation à une liste étudiante d’extrême-droite pour des élections internes à Sciences Po Paris alors qu’elle avait 20 ans. Eclat de rire général ! Lire la suite

Bye bye « en même temps », hello good old socialism !

Mes amis, je vous annonce que le « en même temps », c’est terminé. Vous savez, ce gimmick électoral macronien badigeonné de modernité printanière et d’esprit startupeur qui se voulait « ni de gauche ni de droite » tout en étant à la fois « de gauche et de droite ». Bref, le dépassement des clivages qui était censé mettre tout le monde d’accord sur… sur quoi au fait ? On ne sait plus car le mécontentement gronde, mais en tout cas, c’est fini, terminé, enterré. Lire la suite

Macron est en train de se planter (et ce n’est pas réjouissant)

Redevenir le maître des horloges, mettre un terme à la séquence estivale d’effondrement du macronisme, redonner du sens et de l’élan au quinquennat – tel était certainement l’objectif d’Emmanuel Macron lorsqu’il s’est adressé aux Français mardi 16 octobre dernier, au soir de l’annonce du remaniement ministériel. Mais dans les faits, on a eu droit à une allocution sinistre, délivrée sur un ton sinistre, dans une ambiance sinistre. Ou comment paraître plus affaibli que jamais. Lire la suite

Le libéralisme « fumeux » de la Macronie

« On a libéré, maintenant il faut protéger » affirmait la Présidente LREM de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale Brigitte Bourguignon dans Le Figaro d’avant-hier. Lire la suite

Le méli-mélo des APL ou le (mas)sacre du « en même temps »

Etait-ce de la com’ scrupuleusement calibrée, était-ce un hasard, ou bien était-ce un cri du coeur subliminal exprimant enfin sa conviction la plus profonde comme s’il ne pouvait plus la réprimer, surtout devant des préfets, premiers dépositaires de l’autorité de l’Etat sur le territoire français ? En demandant mardi 5 septembre dernier que les propriétaires bailleurs baissent leurs loyers de 5 € par mois afin de compenser la baisse des APL décidée par le gouvernement, Emmanuel Macron a conclu en lançant :

« L’Etat n’a pas à payer tout ! »   Lire la suite