Avec Marine, le changement, c’est flippant @ % ♠ !

contrepoints-2Au moment où le candidat Macron se montrait peu empressé de dévoiler son programme présidentiel et préférait de beaucoup pipeauter sur les délices du chemin d’espérance ♫ ♥qu’il « envisionne » pour la France devant des foules subjuguées et tout à fait convaincues que « l’important, c’est d’avoir une vision, pas forcément d’être dans les détails de la comptabilité », Marine Le Pen tenait elle aussi meeting à Lyon et présentait ses 144 engagements présidentiels afin de « permettre (à chacun) de contrôler (son) action à la tête de l’État au cours du quinquennat. » En voilà du chiffre, en voilà du sérieux, en voilà de l’engagement pur et dur  @  % ♠ !  Lire la suite

Avec Macron, le changement, c’est mollement ♫ ♥ !

MAJ du 8 mai 2017 : Emmanuel Macron a été élu hier 7 mai 2017 Président de la République. Pour résultats, analyses et perspectives, voir : Macron Président : la tâche sera immense (Nath MP) et Les nombreux défis d’Emmanuel Macron (h16).


Article écrit en commun par   h16 et Nathalie MP.

Personne ne pourra accuser Emmanuel Macron de ne pas soigner tous les détails de sa candidature présidentielle. Ainsi, fini les petits couinements et le passage aux ultrasons éraillés comme à la fin de son grand meeting de la porte de Versailles en décembre dernier : il suit maintenant les cours d’un chanteur d’opéra ! ♫♪♬ !  Lire la suite

Cette élection est complètement dingue ! (et ce n’est pas fini…)

« Cette élection présidentielle est complètement dingue ! » Ainsi s’exclamait le candidat des écologistes Yannick Jadot en apprenant que François Hollande renonçait à briguer un second mandat. C’est exactement ce que je pense. La formule n’est certes pas très élaborée, elle n’a ni la carrure universitaire ni les épaules journalistiques, elle est sans componction et se rit des analyses alambiquées. Mais on comprend bien ce qu’elle veut dire : rien ne se déroule comme prévu, rien ne se passe comme d’habitude.  Lire la suite

Primaire : à quoi joue le PS ? J’aimerais qu’on m’explique …

Mise à jour du dimanche 29 janvier 2017 Benoît Hamon remporte les primaires de gauche avec environ 59 % des voix contre 41 % à Manuel Valls. On s’y attendait un peu …

contrepoints-2Ça se confirme, Cambadélis est vraiment mon socialiste préféré. Non content d’avoir plastronné sans retenue pour annoncer par avance à quelle point « la primaire citoyenne de gauche de la Belle Alliance Populaire » était « déjà une réussite » – et ça c’était le 9 janvier, lui, le parti qu’il dirige et le Comité d’organisation de la primaire nous ont régalés depuis dimanche soir d’une série de pantalonnades hallucinantes sur les chiffres de participation au vote. Pantalonnade ? Subterfuge ridicule pour se tirer d’embarras.  Lire la suite

Désolée, MM. Valls et Peillon, « les » catholiques n’existent pas !

contrepoints-2Jeudi 12 janvier dernier, jour du premier débat de la primaire de gauche, le journal La Croix livrait les résultats d’une grande enquête sur « le vrai visage des catholiques » en France et concluait, à l’inverse des idées généralement admises, à la profonde diversité de cette population, tant sur le plan liturgique que dans les domaines de la morale ou des choix socio-politiques.  Lire la suite

NKM : un papillon politique inachevé en quête de lumière

contrepoints-2La primaire organisée en vue de sélectionner le candidat unique de la droite et du centre lors de l’élection présidentielle de 2017 aura lieu les 20 et 27 novembre 2016. On a un certain plaisir ironique à lire en tête du site dédié à cette consultation que « Tous les candidats qui participent à la primaire s’engagent à respecter (les règles) et à soutenir le candidat désigné à l’issue du scrutin » tant l’UMP, qui fut RPR et qui s’appelle maintenant Les Républicains (LR), nous a habitués à ses luttes fratricides.  Lire la suite

Quel second tour pour 2017 ?

Mise à jour du lundi 10 avril 2017 : A deux semaines du premier tour de l’élection présidentielle, et après moult rebondissements, on assiste à la montée assez spectaculaire de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, à tel point qu’il est donné pratiquement au coude à coude avec François Fillon.
On se retrouve avec quatre candidats de tête, dans une configuration somme toute assez classique pour une France complètement imbibée d’étatisme :
Extrême-droite : Le Pen – Droite : Fillon – Socialiste : Macron – Communiste : Mélenchon
Les autres candidats sont de petites variations en solo sur le thème des extrêmes.

Mise à jour du lundi 30 janvier 2017 : Hamon vainqueur de la primaire de gauche, hémorragie PS vers Macron, Fillon en difficulté en raison de soupçons d’emplois fictifs de sa femme à l’Assemblée nationale et à la Revue des deux mondes.

Mise à jour du vendredi 2 décembre 2016
: Après avoir brossé un tableau flatteur de son action à la tête de l’Etat depuis 2012, le Président François Hollande a annoncé hier soir qu’il ne serait pas candidat à l’élection présidentielle de 2017. Lire les détails ici

Mise à jour du dimanche 20 novembre 2016 : Fillon en tête de la primaire de droite !

– La participation au premier tour de la primaire de droite a été très élevée pour ce que l’on sait de ce genre d’élection, la référence étant la primaire de gauche de 2011 qui avait attiré 2,6 millions d’électeurs. On s’achemine aujourd’hui vers une participation supérieure à 3,7 millions de personnes.
– Sur 90 % des bureaux de vote, François Fillon arrive largement en tête avec 44 % des voix, Juppé sera au second tour avec 28 % et Sarkozy, ancien président que les Français ne veulent plus voir, est éliminé avec 21 % des suffrages. Les quatre autres candidats récoltent entre 0 et 3 % des voix.
– Dans son (très bon) discours de défaite, Sarkozy a appelé ses électeurs à « ne jamais se livrer aux extrêmes car la France mérite mieux que le pire » et il a indiqué que son choix personnel se porterait sur François Fillon pour le second tour.

Les perspectives de l’élection présidentielle s’éclaircissent et se compliquent à la fois. Autant la place de Fillon sur la ligne de départ semble prendre tournure, autant l’on peut se demander ce que feront des candidats potentiels tels que Hollande et Bayrou dont beaucoup de la stratégie dépendait de la présence de Nicolas Sarkozy. La forte émergence de Fillon est également de nature à gêner Emmanuel Macron qui pensait mordre sur une partie de l’électorat de Juppé.

Prochain RDV pour le second tour de la primaire de droite dimanche prochain 27 novembre 2016 ! 

Mise à jour du mardi18 octobre 2016 : Compte tenu des scores réalisés par Juppé dans les sondages disponibles, on s’attendait à ce que le camp Hollande s’attaque rapidement à lui. Pourtant, pour l’instant, les difficultés et les affaires embarrassantes ont plutôt cerné Sarkozy. Des électeurs de gauche se sont même montrés enclins à voter Juppé à la primaire de droite pour éviter le risque d’avoir à choisir Sarkozy contre Le Pen au second tour de 2017.
Eh bien, Juppé est maintenant dans le viseur des socialistes. Comprenant enfin que sa défaite à la primaire est vitale pour eux, ils auraient mis au point un argumentaire (qui a fuité dans la presse, ils font les étonnés) reprenant ses condamnations judiciaires et ses propositions économiques « antisociales ».

Mise à jour du mardi 4 octobre 2016 : Arnaud Montebourg avait annoncé sa candidature à l’élection présidentielle à la fin du mois d’août mais depuis, il laissait planer le doute sur sa participation à la primaire de gauche. Il a finalement décidé de s’y rallier, et les sondages actuels le donnent vainqueur de François Hollande ou éventuellement au coude à coude avec Manuel Valls si celui-ci devait remplacer Hollande.
Il y a certes des avantages à se lancer dans la primaire de gauche, le premier étant de pouvoir bénéficier du soutien et des finances du PS pour mener campagne en cas de victoire. Mais il y a aussi un énorme inconvénient politique : Si François Hollande devait se présenter et gagner cette primaire, Arnaud Montebourg devrait le soutenir pour la présidentielle, en contradiction totale avec ses prises de position anti-gouvernementales actuelles.


contrepoints-2Notre élection présidentielle de 2017 aura lieu les 23 avril et 7 mai prochains. Nous sommes donc encore à huit mois du premier tour et voilà que je m’interroge déjà sur les deux veinards qui se retrouveront en tête-à-tête pour le second tour ! En rédigeant quelques commentaires à propos des possibilités des uns à torpiller la candidature des autres, j’en suis venue à faire un petit tableau des scores de premier tour possibles, et il m’a semblé intéressant de le présenter ici pour en tirer quelques conclusions sur les stratégies qui pourraient se faire jour d’ici l’élection. Lire la suite

Y a-t-il un mystère Hollande ?

—->    Cet article a également été publié le samedi 3 octobre 2015 sur     logo-cp

Qui est François Hollande ? La question se pose. En 2012, on nous a vendu un homme cultivé et plein d’humour, n’aimant ni les riches ni le monde de la finance, dont l’ambition était de « ré-enchanter le rêve français », face à un Président sortant inculte (on se souviendra de l’histoire de La Princesse de Clèves), bling-bling et agité, ami des riches et Président du Fouquet’s, responsable de la « casse » du service public à la française et donc profondément impopulaire avec 30 % d’opinions positives en janvier 2012, son plus bas score. Alors que les livraisons sondagières d’octobre accordent aujourd’hui à François Hollande une popularité pratiquement inexistante de 16 % et que France 3 nous a gratifiés lundi 28 septembre dernier d’un (très) long métrage censé lever le voile sur toutes les coulisses du pouvoir présidentiel, je me jette à mon tour dans le mystère Hollande et tente une réponse.  Lire la suite