Trois petits mots sur les élections américaines de 2020

Mise à jour du 7 janvier 2021 : Contrairement à ce que je disais dans l’article ci-dessous, le Sénat américain va finalement passer aussi aux mains des démocrates, les candidats Dems ayant remporté tous les deux hier le second tour des sénatoriales en Géorgie. Ce n’est pas une très bonne nouvelle pour la dette et le budget américain.
Mais l’info importante du 6 janvier, c’est que les partisans de Trump, bien chauffés par leur chef sur le thème « massive fraud – élection volée » que Trump agite sans preuve (et contre les décisions judiciaires d’éminents républicains de la SCOTUS) depuis le 4 novembre, ont interrompu avec armes et violences la session de certification du vote présidentiel qui se tenait au Capitole conformément au processus électoral. Résultat des courses, la réalité séditieuse de Trump apparait au grand jour et il perd finalement sur toute la ligne : le Congrès a repris sa session et a validé l’élection de Joe Biden, et de plus en plus d’élus républicains prennent leurs distances avec Trump. Excellente nouvelle.


1. Avancées libérales  –  2. « Qualité » du scrutin  –  3. « Qualité » du programme de Joe Biden.

Il s’est passé des choses très intéressantes lors du grand round électoral américain de cette année. Appelés à choisir le 46ème Président des États-Unis, à renouveler un tiers du Sénat ainsi que l’intégralité de la Chambre des Représentants, les électeurs devaient également se prononcer par référendums locaux sur plusieurs sujets socio-économiques d’importance. Ce n’est pas une mince victoire libérale que de constater combien des politiques typiquement dirigistes ont été fermement rejetées, y compris dans des États acquis de longue date au parti démocrate. Lire la suite