Le prodige de l’Europe

Je suis une européenne convaincue, je préfère vous le dire d’entrée de jeu. Je vois le rapprochement des pays d’Europe, six d’abord, vingt-huit maintenant, non seulement comme une nécessité économique, mais comme un bienfait pour la paix et la prospérité, pour l’avenir et pour le monde, à tel point que j’en fait presque une question de principe. Lire la suite

Le cas Juppé : les promesses d’une cohabitation à lui tout seul

——>     Cet article a également été publié le jeudi 28 mai 2015 sur       icone_redacteur3

Mise  jour du dimanche 27 novembre 2016 : François Fillon a remporté la primaire de droite contre Alain Juppé avec 66,5 % des voix pour une participation au second tour d’environ 4,3 millions de votants. Les deux hommes se sont serrés la main, et Alain Juppé a appelé ses partisans à se ranger derrière le candidat désigné par la droite pour la Présidentielle de 2017. 

Mise à jour du dimanche 20 novembre 2016 : Fillon en tête de la primaire de droite ! (Voir tout le détail du premier tour de la primaire de droite ici)

Bien que largement distancé (28 % contre 44%), Juppé reste dans la course. A la peine pour sa désignation finale, il attaque Fillon avec force éléments de langage chers aux socialistes et les mêmes méthodes qui consistent à créer des polémiques bruyantes mais infondées : avec son projet de supprimer 500 000 emplois publics en cinq ans, son programme est d’une « grande brutalité sociale » et la société qu’il propose est désespérément « traditionaliste », notamment en ce qui concerne « l’égalité entre les hommes et les femme » à propos de laquelle il est prié de clarifier sa position sur l’avortement.
Disons tout de suite que François Fillon, hostile à l’avortement à titre personnel, n’a jamais envisagé de remettre en cause la loi Veil. Et disons aussi que si toute la gauche est derrière lui (Marine Le Pen comprise, qui attaque Fillon sur son programme éco), nombre de ses soutiens, passablement choqués par sa petitesse, commencent à prendre ses distance avec lui et l’appellent à élever le débat ! Pas jolie jolie, la sortie de M. Juppé.
L’article ci-dessous (de mai 2015) montre en quoi il ne fait pas le poids et méritait sur le fond d’être aussi loin derrière, malgré le coaching médiatique honteux dont il a bénéficié (et continue de bénéficier) depuis deux ans.

Mise à jour du Lundi 4 janvier 2016
: En ce début d’année 2016, Alain Juppé continue d’avoir le vent en poupe, au moins dans les sondages. Un sondage Odoxa du 2 janvier indique en effet que 74 % des Français ne veulent pas de Sarkozy ou Hollande comme candidats à la présidentielle de 2017, tandis que la candidature de Juppé est souhaitée par 56 % d’entre eux.
Curieusement, les personnes interrogées semblent aussi vouloir de nouvelles têtes en politique, ce qui colle assez mal avec Alain Juppé, septuagénaire arpentant les couloirs de la République depuis plus de quarante ans et condamné en 2004 pour les emplois fictifs de la mairie de Paris.
La suite de l’histoire racontée ci-dessous est à lire chez h16 aujourd’hui.


Le week-end de Pentecôte nous a valu une riche moisson de sondages (*) concernant tant l’exécutif que l’opposition. A propos de cette dernière, selon une étude Odoxa pour le journal Le Parisien réalisée les 22 et 23 mai, il ressort que les Français qui se déclarent prêts à participer à la primaire UMP de novembre 2016 donneraient leurs voix à parts égales à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé au premier tour (39 %) ne laissant que 12 % à Bruno Lemaire, puis 5 % à François Fillon. Au second tour, les mêmes choisiraient sans hésitation Juppé à 55 % contre 45 % pour l’ancien Président.  Lire la suite

NVB : la droite, la gauche et la réforme du collège

Najat Vallaud Belkacem est Ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le gouvernement actuel, ce qui fait d’elle le quatrième personnage du gouvernement après Manuel Valls, Laurent Fabius et Ségolène Royal. En terme de budget de l’Etat, elle a la première place avec un ministère doté de 88 milliards d’euros en 2015 (sur un total de 373). Depuis plus de deux mois maintenant, elle est quotidiennement sous les projecteurs des médias et des commentateurs politiques à propos de la réforme du collège et de la refonte des programmes scolaires du CP à la classe de troisième. Lire la suite

Le cas Baraque à frites (IV)

Ou : petite introduction à la gestion des risques de l’entreprise

Cet article est le quatrième et dernier (MAJ du 17 août 2015 : peut-être pas, finalement. Reste à parler stratégie…) de la série Baraque à frites. Il vient compléter les trois précédents épisodes qui se proposaient de présenter aussi simplement et précisément que possible les tenants et aboutissants de la gestion d’une entreprise fictive, la Baraque à frites d’Arnaud Montebourg, à travers ses documents comptables principaux, c’est à dire le compte de résultat, le bilan et le tableau des flux financiers, dans le contexte de situations de gestion spécifiques. Pour en prendre connaissance, se reporter aux Cas I, II et III. Dans une ultime publication, je vous propose de faire le tour des risques classiques encourus par une entreprise : comment les identifier, comment les couvrir, comment les réparer s’il y a lieu.  Lire la suite

Je suis française et le libéralisme m’attire. C’est grave, docteur ?

Ou la contribution riche et précoce de Turgot à la théorie de l’économie libérale

—->    Cet article a également été publié le jeudi 21 mai 2015 sur       logo-cp  

Parmi les reproches qui sont souvent adressés au libéralisme depuis la France, il en est un qui n’a pas de rapport avec le fond de sa pensée mais avec ses « terres » d’origine si l’on peut dire. Le libéralisme serait adapté à la psychologie anglo-saxonne mais ne pourrait pas s’acclimater correctement en France, pays jugé, non seulement historiquement mais aussi essentiellement, centralisateur, absolutiste et colbertiste. La preuve : le père indiscutable de l’économie libérale est le philosophe écossais Adam Smith (1723-1790).

Or la France a eu tout au long du XVIIIème siècle un rôle considérable dans l’enrichissement des thèses libérales. Citons en particulier Montesquieu qui, dans L’esprit des lois (1748) notait : « Il se trouve que chacun va au bien commun, croyant aller à ses intérêts particuliers. » Adam Smith lui-même s’est inspiré assez largement des travaux de son contemporain français Anne Turgot (1727-1781). C’est de ce dernier que j’aimerais parler aujourd’hui. Lire la suite

Contre la peine de mort

Mise à jour du mercredi 6 avril 2016 : Dans son rapport annuel sur la peine de mort publié aujourd’hui, Amnesty International fait deux constats :
1. Le nombre de pays abolitionnistes n’a jamais été aussi élevé, atteignant 102 depuis que la République du Congo, Fidji, Madagascar et Suriname ont aboli la peine de mort en droit cette année. Si on ajoute les pays qui l’ont abolie de fait, on arrive à 140 pays.
2. Par contre, le nombre d’exécutions n’a jamais été aussi élevé depuis 1989 : Au moins 1634 personnes ont été exécutées dans 25 pays, marquant une augmentation de 54 % sur 2014. L’Iran arrive largement en tête avec 977 exécutions dont des mineurs, puis le Pakistan avec 320 mises à mort, et enfin l’Arabie saoudite avec 158 exécutions (par décapitation surtout).
Selon Amnesty international, l’Iran présente des caractéristiques alarmantes  : Une fille peut être condamnée à mort à partir de 9 ans, contre 15 ans pour un garçon. Alors que le Président iranien Rohani se présente comme un réformateur modéré, un fondamentalisme de fond continue à faire planer le doute sur les objectifs véritables de ce pays.
Les chiffres sont des bornes inférieures, notamment en raison des exécutions capitales en Chine qui relèvent du secret d’Etat.


—–>      Cet article a également été publié le lundi 18 mai 2015 sur      icone_redacteur3

En dehors des situations de guerre, il existe toutes sortes de mises à mort décidées par une puissance étatique ou simili-étatique. L’actualité récente nous en fournit simultanément trois exemples qu’on pourrait qualifier de spectaculaires s’ils n’étaient tous horribles, chacun à leur façon, et confrontés les uns aux autres.  Lire la suite

Cuba : Promenons-nous dans l’Histoire avec François Hollande

Mise à jour du samedi 26 novembre 2016 : Fidel Castro est décédé hier 25 novembre 2016 à l’âge de 90 ans. Son histoire de dictateur communiste est racontée dans l’article ci-dessous, écrit en mai 2015 à l’occasion d’une visite que François Hollande lui a rendu, mu par la « fascination » ambiguë de la gauche pour la révolution cubaine (Voir surtout le thème 4).


Ou les envolées financières, lyriques et désolantes de notre pirate aux Caraïbes

Que n’a-t-on reproché à Nicolas Sarkozy lorsqu’en 2007, en visite dans une université de Dakar au Sénégal, il déclarait dans un discours que « l’homme africain n’est pas assez rentré dans l’Histoire » ! Colonialisme, paternalisme, racisme, tout y est passé. François Hollande, qui a toujours cherché à construire sa stature présidentielle contre les faits et gestes de son prédécesseur, n’allait certainement pas commettre la même bévue. Lors de son déplacement à Cuba ce lundi 11 mai, il a rencontré Fidel Castro et la raison de cette rencontre est simple : « Quoi qu’on ait pensé de ce qu’il a fait, il est dans l’Histoire. »   

Lire la suite

EELV déclare : « J’ai un pull troué, je sauve le climat »

Mise à jour du mardi 21 juillet 2015 : Le « Sommet des consciences pour le climat » qui s’est tenu aujourd’hui à l’instigation de Nicolas Hulot en la présence du chef de l’Etat m’incite à remettre cet article en avant. Si la future conférence de Paris COP21 était déjà l’objet de toutes les révérences gouvernementales et écolos, elle baigne maintenant dans le délire mystique le plus total, comme électrisée par l’encyclique pontificale Laudato Si‘ publiée récemment par le pape François. 

Grâce à des amis qui poussent l’abnégation citoyenne jusqu’à « liker » la page Facebook d’Europe Ecologie Les Verts (ou EELV), j’ai découvert quelques photos très amusantes et très vertes d’une petite sauterie organisée hier après-midi par notre parti écologiste national en l’honneur de son lancement de la COP21. En voici une sélection ci-dessous.  Lire la suite

Les aventuriers de « L’insurrection qui vient »

Cet article de mai 2015 a été complété et mis à jour dans l’article « Julien Coupat et les aventuriers de « L’insurrection qui vient » daté du 16 mars 2018.

On les avait complètement oubliés et l’affaire semblait définitivement classée ou enterrée ou abandonnée. Mais non, le groupe de Tarnac et son chef Julien Coupat sont revenus hier en une de nos journaux. On était resté sur l’idée que toute l’affaire des « terroristes » de Tarnac avait été complètement montée en épingle par la précédente majorité et que, devant la faiblesse des preuves, l’obstination à poursuivre consistait avant tout à ne pas décrédibiliser l’accusation.  Lire la suite

Etre noir en 2015 : en parler pour avancer

Mise à jour du vendredi 8 juillet 2016 : A la fin d’une manifestation contre les violences policières qui a eu lieu à Dallas aujourd’hui, un homme noir a ouvert le feu sur des policiers blancs dont cinq sont morts. Le tueur a été abattu par un robot de police télécommandé portant une bombe.
Le mouvement #BlackLivesMatter a condamné la fusillade, indiquant agir pour « la dignité, la justice et la liberté, pas le meurtre » et « contre le racisme », pas contre la police.
La famille d’Alton Sterling, vendeur ambulant noir tué la semaine dernière par balle par un policier qui tentait de le maîtriser, a condamné le meurtre et tous les actes de violence.

A Baltimore, sur les six policiers accusés d’homicide pour la mort de Freddie Gray (voir article ci-dessous) trois ont échappé à une condamnation et le procès d’un quatrième vient de s’ouvrir.


Quelques questions et réflexions complètement ouvertes et certainement incomplètes après les émeutes de Baltimore et les manifestations de Tel-Aviv

Mon article d’aujourd’hui n’est ni un article d’opinion, ni un article présentant majoritairement des faits, comme dirait le petit tutorial qui aide les rédacteurs à publier des articles sur Agoravox. Il va certes présenter des faits, il va parfois exprimer mon opinion, mais c’est surtout un article pour ouvrir un débat, un article d’interrogations sur des questions tellement complexes qu’on se sent complètement dépassé et qu’on ne sait où chercher les réponses. A vrai dire, pour certaines réponses, j’ai bien quelques petites idées, mais elles risquent de faire sourire. Je les garde donc pour la fin et je reprends au début.

Il y a une semaine exactement, le mardi 28 avril 2015, Baltimore, ville de la côte Est des Etat-Unis, se réveillait d’une nuit d’émeutes extrêmement violentes faisant suite au décès de Freddie Gray, jeune homme de 25 ans mort le 19 avril après son interpellation très musclée par la police. Selon la procureur en charge de l’affaire, il s’agit d’un homicide et six policiers vont être poursuivis, trois noirs et trois blancs.  Lire la suite