Covid = 2 % des hospitalisations en 2020. Étonnant, non ?

Je découvre(*) l’ATIH ou Agence technique de l’information sur l’hospitalisation. Rattachée au ministère de la Santé et à la Sécurité sociale, elle a pour mission de gérer la nomenclature des maladies et des actes médicaux et de livrer ensuite une analyse fine de l’activité hospitalière en France. Pandémie oblige, son rapport 2020 publié récemment comporte un volet spécial sur les hospitalisations liées au Covid-19.

Amis lecteurs, accrochez-vous, car voici « l’effroyable » bilan de l’année hospitalière 2020 (cliquer sur les schémas pour agrandir) : Lire la suite

Cher GOUV.FR, nous sommes des HUMAINS, pas des HAMSTERS !

Chers MM. Macron, Castex, Véran et compagnie, nous sommes des humains, pas des hamsters, et le Covid-19 est une maladie, pas une malédiction diabolique.

Que tous les antiracistes de combat me pardonnent : je ne suis pas noire et pourtant je vais me risquer à traduire ici les premiers mots du texte composé et récité par la jeune poétesse Amanda Gorman lors de l’investiture du nouveau Président américain Joe Biden. Car s’ils furent évidemment écrits dans un contexte qui n’a rien à voir avec la pandémie de Covid-19, ô combien ils s’appliquent tristement au drame de la vie limitée que nous subissons en France de confinement en confinement depuis un an ! Lire la suite

Médecine générale : et si l’on faisait confiance au MARCHÉ ?

Voici un nouvel article de ma série Les Lib’Héros du Quotidien inspiré par une récente vidéo du site libéral américain Reason (voir en fin d’article) à propos du système de soins « Direct Primary Care » (ou médecine générale en direct) qui se développe aux États-Unis.

La pandémie de Covid-19 est là pour nous le rappeler : nous avons besoin de services de santé disponibles, performants et financièrement abordables. En France, on aime à se répéter que de ce côté-là, tout est accessible, tout est efficace, tout est gratuit. Ce serait même notre grande fierté que de pouvoir soigner le plus riche comme le plus démuni sans avoir à réclamer un sou ni à l’un ni à l’autre grâce à notre grande sécu nationale.

Enfin ça, c’est la partie idéologico-corico de l’iceberg. Lire la suite