POLICE : et si Emmanuel Macron se mettait enfin à PENSER RÉGALIEN ?

Pris en tenaille entre, d’un côté, la dénonciation récurrente des violences policières et l’opposition au projet de loi de Sécurité globale qui limite en son article 24 la possibilité de filmer la police en action, et de l’autre, le ras-le-bol de forces de l’ordre épuisées et dégoûtées d’être trop régulièrement la cible de violences, Emmanuel Macron a lancé un vaste Beauvau de la Sécurité dans l’espoir « d’améliorer les conditions d’exercice » de la police tout en consolidant le « lien de confiance entre les Français et les forces de l’ordre. » Lire la suite

Ne dites pas ENSAUVAGEMENT, vous passeriez pour un facho…

En début de semaine, le quotidien régional Sud-Ouest nous rapportait le fait divers suivant qui s’est déroulé à Bordeaux le 22 août dernier :

« Il était environ 20 h 30 samedi soir quand un jeune homme d’une vingtaine d’années traversait tranquillement le cours de la Somme. Trop tranquillement aux yeux de cet automobiliste qui arrivait en contresens et qui s’est trouvé contraint de ralentir. Excédé, il a d’abord fait mine d’accélérer avant de continuer sa route. C’est alors qu’il est revenu sur ses pas, qu’il est sorti de sa voiture et qu’il a porté un violent coup à la mâchoire du piéton, l’envoyant au sol. »

Lire la suite

Où va l’argent ? (II) : Plongée dans les chiffres de la délinquance

Sale coup pour Gérald Darmanin ! Tout récemment, il nous assurait (tweet ci-dessous) que l’argent des contribuables était judicieusement utilisé par l’Etat pour apporter aux Français les meilleurs services possibles, notamment en matière de sécurité – ceci pour tenter de répondre à la désormais fameuse question initiale des Gilets jaunes « Mais qu’est-ce que vous faites du pognon ? » Depuis, les Gilets jaunes se sont laissés envahir par des groupes violents et des revendications « vénézuéliennes » façon CGT, mais d’un point de vue libéral, la question reste très pertinente. Lire la suite

« Mais que fait la police ? »

contrepoints-2Le second débat entre les candidats à la primaire de droite qui a eu lieu jeudi 3 novembre 2016 dernier fut beaucoup plus animé que le premier. Plus acerbe, ont dit les commentateurs. Il est vrai que Nicolas Sarkozy s’est retrouvé fréquemment au centre de tout ce que « les gouvernements successifs » ont raté « depuis dix ans. » Parmi les reproches qui ont fusé de la part de ses concurrents, notons en particulier la baisse des effectifs de police et gendarmerie lors de son quinquennat de 2007 à 2012.  Lire la suite