Assange – et quand bien même serait-il un imposteur…

Contexte : Il y a une semaine, le 11 avril 2109, l’Équateur a révoqué l’asile diplomatique qu’il avait accordé en 2012 au fondateur de WikiLeaks Julian Assange dans son ambassade londonienne. Celui-ci se retrouve ainsi confronté à plusieurs poursuites judiciaires, essentiellement pour piratage informatique de documents confidentiels vis-à-vis des États-Unis en 2010, pour agression sexuelle(1) en Suède et pour non-respect de sa liberté sous caution au Royaume-Uni. Il a été arrêté dans la foulée par les autorités britanniques qui ont révélé agir aussi pour le compte des États-Unis, lesquels ont demandé son extradition. Lire la suite

Avec Macron, l’état d’urgence, c’est pour toujours ?

J’ai l’impression qu’avec le beau, le bon, le parfait, le merveilleux M. Macron, on n’a pas fini de faire des comparaisons « avant après » tumultueuses ; on n’a pas fini de se coltiner sa part sombre avec sa part printanière ; on n’a pas fini d’entrechoquer sa personnalité souriante sur tapis rouge à celle, plus terre à terre, de son exercice du pouvoir au jour le jour. Lire la suite

Etat d’urgence prolongé, état de droit en danger

Mise à jour du vendredi 20 mai 2016 : Après les sénateurs, les députés ont voté hier 19 mai 2016 en faveur de la prolongation pour la troisième fois de l’Etat d’urgence. Il est donc maintenu jusqu’au 26 juillet 2016 afin, selon Manuel Valls, d’assurer la sécurité de l’Euro 2016 et du Tour de France. Ce serait « en principe » le dernier renouvèlement, car la loi de réforme pénale que le Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas doit présenter prochainement à l’Assemblée est prévue pour prendre le relai sur le plan de la lutte anti-terroriste.
Le bilan de l’Etat d’urgence à ce jour est cependant tout aussi maigre que celui qu’on pouvait faire en début d’année (voir article ci-dessous), et les rencontres sportives invoquées par le gouvernement ressemblent plus à un prétexte qu’à une nécessité. En effet, la plupart des mesures de sécurité de l’Euro 2016 peuvent être prises en dehors des conditions de l’Etat d’urgence. 
Parallèlement, l’Etat s’est montré incapable de contrer les violences et dégradations qui ont accompagné les manifestations anti-loi Travail, au point de provoquer mercredi 18 mai 2016 une contre-manifestation des policiers qui réclament notamment des directives claires pour agir contre les casseurs.
Si la disparition hier jeudi 19 mai de l’avion EgyptAir entre Paris et Le Caire devait être attribuée à un acte terroriste, comme les autorités égyptiennes commencent à le dire, il deviendrait encore plus difficile de voir dans l’Etat d’urgence autre chose qu’une posture liberticide complètement inutile et à côté de la plaque.


 En commentant récemment les Voeux 2016 de François Hollande, je faisais remarquer que ceux de l’année précédente semblaient ouvrir une petite brèche pour une année « Macron » synonyme de modernisation et de libéralisation de l’économie. J’aurais pu ajouter que ceux de cette année, presque entièrement consacrés à la lutte contre le terrorisme (et un petit peu aussi à l’inversion de la fameuse « courbe »), ouvraient la voie à une année « Valls. » Pas celui qui lors de la primaire socialiste de 2011 se positionnait comme un social-libéral plébiscité par la droite, mais le Valls ministre de l’Intérieur qui serre les mâchoires, donne des coups de menton et pénalise toutes les expressions qui s’affranchissent du politiquement correct institutionnel, le Valls auquel, après l’affaire Dieudonné et le débat autour de la loi Renseignement, je demandais avec inquiétude « Manuel, tu nous emmènes où comme ça ? »  Lire la suite

Migrants : « Nous y sommes », oui. Et maintenant, que fait-on ?

 ——>    Cet article a également été publié le samedi 25 avril 2015 sur          icone_redacteur3

Les mises à  jour sont en fin d’article.

Ce jeudi 23 avril 2015, un sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement des 28 pays membres de l’Union européenne se tient en urgence à Bruxelles. Son objectif : prendre des décisions communes sur la réponse à donner à l’afflux exponentiel, et souvent mortel, de migrants en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient. Lire la suite