MUNICIPALES : clivage Droite Gauche, le retour ? C’est vite dit…

Les élections municipales 2020 sonneraient-elles la fin du « en même temps ni de droite ni de gauche » sur lequel Emmanuel Macron avait fondé toute sa stratégie d’accession au pouvoir et signifieraient-elles une repolitisation à droite concernant aussi bien l’électorat en général que le parti présidentiel ?

À voir les résultats du premier tour du 15 mars qui font la part belle à la droite classique, et à voir les alliances ponctuelles qui se sont formées récemment entre La République en Marche (LREM) et Les Républicains (LR) en vue du second tour du 28 juin prochain – à LyonBordeauxTours et Strasbourg notamment – on pourrait facilement le croire. Lire la suite

Droite : ÉTATISTE +++, la preuve par AUBERT… et tous les autres !

La gauche plus ou moins extrême n’est pas la seule à nous régaler d’amusantes tribunes dénonçant la mondialisation et le libéralisme forcené dans lesquels se dissoudrait la France depuis trop d’années. Lundi 11 mai dernier, c’était au tour du député Les Républicains (LR) du Vaucluse Julien Aubert de nous livrer ses réflexions sur la France de l’avant et de l’après Covid-19 dans une tribune publiée par FigaroVox sous le titre « La droite doit oser faire le bilan de la mondialisation néolibérale » : Lire la suite

Wauquiez : Opportunisme partout, libéralisme nulle part

Mise à jour du dimanche 10 décembre 2017 : Laurent Wauquiez a été élu à la tête des Républicains (LR) dès le premier tour avec 75 % des voix et une participation quelconque des militants de 42 %. Portrait du nouveau patron de la droite :

Qui est Laurent Wauquiez ?

Alors qu’il s’apprête à prendre la tête des Républicains (LR) lors des élections pour la présidence du parti prévues les 10 et 17 décembre prochain, on est frappé du décalage entre le plébiscite que les adhérents vont probablement lui offrir (78 % des sympathisants LR voteraient pour lui selon un sondage Odoxa du 12 octobre) et la défiance, voire l’animosité qu’il suscite chez un grand nombre d’élus et de cadres de son propre parti qui le jugent trop clivant et trop proche de l’extrême-droite.  Lire la suite

Donner sa chance à Macron, oui. A en perdre la tête, non.

Quel génie ce Macron ! En nommant Edouard Philippe à la tête de son gouvernement, il réussit le prodige de faire rentrer à Matignon un politicien jamais ministre auparavant et néanmoins chevronné, un « nouveau visage » passé bien classiquement par l’ENA, un élu Les Républicains (LR) qui a fait ses classes politiques avec Rocard au Parti socialiste, un proche de Juppé qui s’est revendiqué hier « homme de droite » tout en couvrant d’éloges son prédécesseur Cazeneuve « homme de gauche », un converti récent au macronisme qui ne s’était pas privé il y a seulement quelques semaines de brocarder férocement son patron d’aujourd’hui !  Lire la suite

Message à la Droite : c’est le moment de choisir la Liberté

 Nous avons donc enfin les résultats des élections régionales. Non pas, je me répète, que ces élections auront un impact colossal sur nos vies quotidiennes. Les régions gèrent un budget qui représente 2,5 % du budget total de la France et leurs compétences principales, transports et lycées, dépendent largement de décisions nationales. Mais « enfin », car elles ont pris une tournure politique particulièrement aigüe lors du premier tour qui a placé le Front national en tête des partis avec 28 % des suffrages exprimés et plus de 6 millions de voix, l’abstention se situant à 50 %. Cependant, comme on commençait à le pressentir pendant l’entre-deux tours, le formidable score du Front national a finalement débouché sur un échec assez retentissant : le parti de Marine Le Pen, présent dans toutes les régions au second tour, n’en a décroché aucune. La gauche en obtient cinq en métropole et la droite sept. L’abstention recule à 41,6 %.  Lire la suite

Emmanuel Macron, les 35 heures et la suite de sa carrière

logo-cpL’Université d’été du MEDEF a un effet prodigieusement euphorisant sur nos ministres socialistes. Ils ne sont pas plus tôt entrés sous le grand chapiteau patronal qu’ils sont soudain pris d’une passion dévorante pour l’entreprise. Rappelons-nous que l’an dernier à la même époque, Manuel Valls, Premier Ministre, avait eu l’insigne honneur d’une « standing ovation » de la part des patrons car il avait déclaré tout feu tout flamme que, lui, il aimait l’entreprise :

« La France a besoin de ses entreprises, de toutes ses entreprises (…), car ce sont les entreprises qui, en innovant, en risquant les capitaux de leurs actionnaires, en mobilisant leurs salariés, en répondant aux attentes de leurs clients, créent de la valeur, génèrent de la richesse qui doit profiter à tous. Et moi, j’aime l’entreprise ! »

Comme c’est beau ! On croirait presque qu’il a appris par coeur mes articles sur la Baraque à Frites !   Lire la suite

NVB : la droite, la gauche et la réforme du collège

Najat Vallaud Belkacem est Ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le gouvernement actuel, ce qui fait d’elle le quatrième personnage du gouvernement après Manuel Valls, Laurent Fabius et Ségolène Royal. En terme de budget de l’Etat, elle a la première place avec un ministère doté de 88 milliards d’euros en 2015 (sur un total de 373). Depuis plus de deux mois maintenant, elle est quotidiennement sous les projecteurs des médias et des commentateurs politiques à propos de la réforme du collège et de la refonte des programmes scolaires du CP à la classe de troisième. Lire la suite