Croire en la Liberté

La guerre russe en Ukraine place une fois de plus le monde occidental, le monde des démocraties libérales, face à ses renoncements et ses douloureuses contradictions.

Comme dans les années 1930 face à l’Allemagne, l’Italie et l’URSS, on le voit se lever au nom de ses principes face à l’autoritarisme brutal d’un Vladimir Poutine, mais on le voit aussi se braquer dans des certitudes sociales et/ou climatiques, qui lui font imposer ses jolies politiques d’en haut en oubliant qu’il tient ses pouvoirs des individus. Lire la suite

Liberté d’expression : précieuse comme jamais – on est le camp de la liberté ou pas !

Mon précédent article consacré à l’invasion de l’Ukraine par la Russie s’intitulait « Comme si la Russie de POUTINE pouvait être un modèle ! » et je l’ai conclu sur ce paragraphe :

« Si l’Occident veut exister à la hauteur de ses valeurs libérales et démocratiques, ce n’est certainement pas sur la Russie ou sur la Chine qu’il doit prendre modèle (…) C’est au contraire en s’éloignant résolument de l’autocratisme en vigueur dans ces pays. (…) Ne nous transformons ni en Chine ni en Russie. »

.
L’occasion de mettre en pratique ces bonnes résolutions s’est immédiatement présentée sous la forme de la liberté d’expression Lire la suite

Ukraine : comme si la Russie de Poutine pouvait être un modèle !

« Les Cubains savent parfaitement que le gouvernement américain est le principal responsable de la situation actuelle à Cuba. »

Ainsi s’exprimait le président de Cuba Miguel Díaz-Canel en juillet dernier alors que l’île était en proie à des manifestations anti-gouvernementales d’ampleur inédite.

La rhétorique est connue. Lire la suite

The strange case of Brother Emmanuel and Mister Macron

REPLAY du 7 février 2019 : Les circonstances sont différentes, mais sur le fond comme sur la forme, il me semble que tout ce que j’écrivais à l’époque de l’élection d’Emmanuel Macron  (1er juin 2017) se confirme aujourd’hui : « Le changement des apparences est évident, la continuité avec le passé aussi. C’est ce que j’appelle The strange case of Brother Emmanuel and Mister Macron. On manque encore de recul pour être formel, mais la tournure qui s’annonce pourrait donner quelques inquiétudes à ceux qui croyaient vraiment qu’un vrai vent de renouveau allait souffler sur la France. »

L’agenda des grandes rencontres internationales a bien fait les choses. A peine élu à la tête de l’Etat, Emmanuel Macron a pu se montrer en compagnie des principaux dirigeants de la planète. A Bruxelles jeudi 25 mai dernier pour l’OTAN, à Taormina ce week-end pour le G7 ou à Versailles avant-hier pour inaugurer une exposition consacrée à Pierre le Grand, c’est à Merkel, May, Trump et Poutine qu’il a parlé, c’est sur la scène mondiale qu’il a déboulé, l’air de dire : Attention, me voilà !  Lire la suite

Difficile de ne pas parler de François Fillon …

Mise  jour du dimanche 27 novembre 2016 : François Fillon a remporté la primaire de droite contre Alain Juppé avec 66,5 % des voix pour une participation d’environ 4,3 millions de votants. Les deux hommes se sont serrés la main, et Alain Juppé a invité ses partisans à se ranger derrière le candidat désigné pour la Présidentielle de 2017. De son côté, François Fillon a salué ses adversaires et a appelé l’ensemble de la droite à se rassembler pour mettre fin à « ce quinquennat pathétique » et faire entrer la France dans un « nouveau logiciel » de dignité, de solidarité et de prospérité.

contrepoints-2Extraordinaire résultat que celui de la primaire de droite ! Et dans ces conditions, difficile de ne pas parler de François Fillon, alors qu’il reste encore un débat à tenir et un tour d’élection à jouer. Je m’étais promis de résister à la tentation jusqu’aux résultats effectifs de dimanche prochain, mais la machine à indignation, déjà bien rodée par l’épisode Trump, est repartie de plus belle. De quoi me pousser à réagir, de quoi me pousser, surtout, à faire le tri dans les anathèmes qui fusent de toutes parts depuis deux jours.  Lire la suite

Poutine : Mais qu’est-ce qu’ils lui trouvent tous ? [Replay]

Les mises à jour se trouvent en fin d’article.

 Tous, c’est presque le mot juste au sens propre. Selon un sondage d’opinion mené en Russie en octobre dernier (edit : octobre 2015), les Russes ne sont pas loin de 90 % à approuver l’action de leur Président ! Les frappes militaires en Syrie sont leur premier et principal motif de satisfaction. Le sondeur précise que la marge d’erreur n’excède pas 3,5 %, mais à ce niveau soviétique de popularité, l’erreur n’est sans doute pas à chercher du côté des calculs et des échantillons. Lire la suite