Malbouffe : encore un petit tour de manège de l’anticapitalisme

Depuis le temps que le célèbre José Bové nous régale de happenings musclés contre les restaurants McDonald’s (1999) et les OGM de Monsanto (2008), on aurait pu croire que la « malbouffe » était enfin de l’histoire ancienne. Mais pour le député de la France Insoumise Loïc Prud’homme, le contenu de nos assiettes est encore aujourd’hui une attaque caractérisée contre notre santé et les règles les plus élémentaires du savoir-vivrensemble social et solidaire. Bien décidé à sauver l’humanité des griffes d’industriels ivres de profits, il préconise contraintes et rétorsions dans un rapport parlementaire publié mercredi 26 septembre dernier. Lire la suite

Cet été, adoptez le régime « Factfulness » d’Hans Rosling !

Selon vous, dans les pays à bas revenus, quelle est actuellement la part des filles qui finissent l’école primaire ? 20 %, 40 % ou 60 % ? La bonne réponse est 60 %, mais elle ne fut choisie que par 7 % des personnes interrogées, tandis que la majorité a donné la réponse la plus pessimiste, c’est-à-dire 20 %.

C’est en posant cette question et de nombreuses autres du même ordre à des publics variés qu’Hans Rosling s’est rendu compte de l’écrasante ignorance de l’écrasante majorité des gens à propos du monde dans lequel nous vivons. Lire la suite

Migrants : et si l’on remplaçait les quotas par la vérité des flux ?

Depuis la crise aiguë de 2015, la question migratoire n’a jamais vraiment quitté notre actualité. Elle a même pris rang de premier enjeu politique pour des partis tels que le Rassemblement national et une partie des Républicains qui fondent leur réussite électorale sur la stricte défense identitaire de la France. Lire la suite

Social : « pognon de dingue » et méthode Macron

Sidération totale, mercredi dernier au réveil, sur notre agora nationale ! Dans une courte vidéo validée par l’Elysée et tweetée dans la nuit par la conseillère presse du Président, on découvre un Emmanuel Macron en flagrant délit de profanation du modèle social que le monde entier nous envie : d’après lui, on y met « trop de pognon », ça déresponsabilise, et les gens sont quand même pauvres. Voilà bien des idées nauséabondes directement inspirées par le thatchérisme le plus décomplexé ! Lire la suite

Les inégalités selon Oxfam

[Replay] Le rapport Oxfam 2019 et sa conception particulière des inégalités est arrivé ce lundi 21 janvier 2019 ! Retour sur la méthode Oxfam :

Comme chaque année à la même époque, l’ONG Oxfam profite du Forum économique mondial de Davos pour alerter les dirigeants politiques, les chefs d’entreprise et les opinions publiques sur l’état des inégalités dans le monde. Elle a donc publié hier 22 janvier 2018 son détonnant rapport annuel 2018, dont la conclusion, toujours la même, est la suivante : les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres sont la marque distinctive du développement ultra-libéral et ultra-injuste que nous connaissons depuis plusieurs décennies et elles se creusent dans des proportions alarmantes.  Lire la suite

Oui, le monde a progressé !

Et il pourrait faire bien mieux encore si l’aide internationale n’était plus l’horizon indépassable du développement, n’en déplaise à Bill et Melinda Gates.

Alors que la 72ème Assemblée générale annuelle des Nations unies se tient cette semaine à New York, la Fondation Bill & Melinda Gates a rendu mercredi 13 septembre dernier son premier rapport consacré au suivi de 18 indicateurs sélectionnés parmi les Objectifs de développement durable (ODD) portés par l’ONU pour la période 2015 – 2030. Il sera mis à jour chaque année jusqu’en 2030 afin d’éclairer les enjeux de la lutte contre la pauvreté et pour le développement. Lire la suite

Le revenu universel de base : « the » solution ?

Mise à jour du dimanche 18 décembre 2016 : L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a fait une étude sur l’application du revenu universel à la France. Pour que la situation actuelle des bénéficiaires de minima sociaux ne soit pas dégradée, il faudrait que le montant mensuel par personne soit de 315 euros de 0 à 18 ans, 785 euros jusqu’à 65 ans et 1100 euros au-delà. Le coût net d’une telle mesure serait de 480 milliards d’euros par an, soit 22 % du PIB, auquel il faudrait ajouter l’ensemble des prestations retraite, chômage et maladie. Pour l’OFCE, c’est extrêmement coûteux et « irréaliste en pratique. » Il préconise cependant d’autres mesures (politique de relance économique, réduction de la durée du travail) qui sont typiquement keynésiennes et ont déjà montré leur inefficacité.


Les Suisses, grands adeptes des votations sur des initiatives populaires contraignantes pour les pouvoirs publics, étaient appelés hier 5 juin 2016 à voter pour ou contre l’instauration d’un « Revenu de base inconditionnel. » Comme prévu par les sondages, et, dirais-je, mais je m’avance un peu, dans un déferlement de bon sens, cette proposition a été rejetée par les électeurs avec un score massif d’environ 77 %. Il est cependant intéressant de regarder de près de quoi il s’agit, car c’est un thème qui, pour n’être pas nouveau, fait un retour en force dans le débat public occidental. Tentative pour y voir plus clair. Lire la suite

Que faut-il combattre : la pauvreté ou les inégalités ?

—->    Cet article a également été publié le mardi 2 juin 2015 sur       logo-cp

Mise à jour du jeudi 15 octobre 2015 : Le prix Nobel d’économie a été attribué lundi 12 octobre 2015 à Angus Deaton pour ses travaux sur la consommation, la pauvreté et le bien-être. Cet économiste de l’université de Princeton a développé ses thèses à partir d’une approche microéconomique très fine des comportements de consommation, par opposition aux analyses macroéconomiques de Keynes par exemple.

Parmi ses conclusions, présentées dans un article de Contrepoints, notons la défiance à l’égard des grands programmes de développement à base de subventions des pays occidentaux vers les pays en développement, politique qui tend à enfoncer ces derniers pays dans la corruption et la pauvreté, même si elle donne bonne conscience aux pays riches (thèse que je partage et que j’ai mise en avant dans cet article).

Notons également son optimisme à l’égard de l’économie de marché qui, avec les changements de régimes politiques qui l’ont accompagnée, a permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté.

Notons enfin ses doutes quant aux effets de la lourde redistribution fiscale préconisée par Piketty pour gommer les inégalités (autres thèses que je partage et dont je parle ci-dessous).


Dans un rapport publié mercredi 27 mai dernier, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) nous apprend que sur une période de 25 ans, le nombre de personnes en situation de sous-alimentation est passé pour la première fois sous la barre des 800 millions. En termes relatifs par rapport à la population mondiale, elle souligne que :

Le nombre de personnes souffrant de la faim est passé de 23% en 1990 à un peu moins de 13% en 2015, « soit 216 millions de personnes en moins au total », malgré une hausse continuelle de la population avec 1,9 milliard d’humains supplémentaires depuis 1990.

Lire la suite