Sciences Po Grenoble : avoir tort avec SARTRE, encore et toujours

Info du 18 mars 2021 : En complément de cet article, je vous suggère de lire l’entretien (posé et très intéressant) donné à l’hebdomadaire Le Point par Vincent Tournier, l’un des deux professeurs accusés publiquement de fascisme et d’islamophobie à Sciences Po Grenoble.

C’est pourtant simple. Et c’est Charb, l’ancien directeur de Charlie Hebdo tué dans l’attentat islamiste du 7 janvier 2015, qui le disait le mieux. En 2012, alors que le magazine satirique venait de récidiver dans la publication de caricatures du prophète Mahomet, voici ce qu’il rétorquait face aux critiques qui usaient déjà à l’époque de la rhétorique de « l’huile sur le feu » dans un complètement renversement de valeur entre les victimes et les bourreaux : Lire la suite

Charlie, Hanouna et la détestable rhétorique de l’huile sur le feu

Samedi 17 octobre 2020 : L’épouvantable décapitation d’un enseignant d’histoire-géo par un individu tchétchène de 18 ans au motif qu’il a voulu éveiller ses élèves à la notion de liberté d’expression et a montré à cette occasion des caricatures de Mahomet (tout en laissant les élèves libres de regarder ou pas) me pousse à remettre en avant cet article récent sur la « détestable rhétorique de l’huile sur le feu » [REPLAY] :

Depuis les attentats islamistes de janvier 2015 qui ont fait douze morts dans les locaux du magazine satirique Charlie Hebdo, sans oublier la policière tuée à Montrouge et les quatre victimes de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, il est entendu que tout le monde « est Charlie », T-shirts, banderoles et couvertures Facebook à l’appui. Lire la suite

Affaire MILA : Il ne manquait plus que Belloubet ! C’est grave.

Je ne pensais plus aborder « l’affaire Mila » moi-même car beaucoup avait déjà été dit et bien dit, tant sur les inacceptables menaces de mort reçues par l’adolescente suite à sa virulente critique de l’Islam que sur le lamentable silence gêné de toutes ces belles âmes généralement de gauche qui font pourtant profession de dénoncer partout les atteintes aux droits de l’homme. Mais c’était sans compter sur le véritable génie de Nicole Belloubet, ministre de la Justice, pour relancer avec brio polémique et confusion malsaine. Lire la suite