Fournitures SCOLAIRES : on nous refait le coup fourré du GRATUIT

C’est bien ce que je craignais : l’inflation qui s’installe, loin d’enclencher une réflexion de fond sur ses causes monétaires et budgétaires, est en train de devenir chez nous le prétexte idéal pour accroître encore un peu plus l’interventionnisme de l’État, donc les dépenses publiques et la dette, déjà supérieurement élevées – et donc l’inflation ; mais ça, on préfère l’oublier, ne pas le voir ou carrément le nier. Lire la suite

Hidalgo : sous les pavés, les taxes!

Je crois que je l’ai déjà écrit ici à plusieurs reprises : la politique très en vogue actuellement du « quoi qu’il en coûte » financé par de la dette publique à gogo accompagnée de la promesse jurée crachée qu’il n’y aura pas de hausse d’impôt se traduira inéluctablement un jour par l’augmentation de la pression fiscale.

Et quand je dis « un jour », je ne parle nullement des élusives calendes grecques mais du Conseil de Paris d’après-demain (17 novembre 2020) qui doit se prononcer sur la « création de recettes budgétaires » quatre mois après la réélection d’Anne Hidalgo sur la promesse de geler les impôts lors de son nouveau mandat. Lire la suite

Paris 2020 : Hidalgo dégaine le mot magique ! #Gratuit

Mise à jour du vendredi 12 octobre 2018 : Conformément à sa promesse (électorale, « opportuniste » a même dit Bruno Julliard !) de mettre à l’étude la gratuité des transports en commun à Paris, Anne Hidalgo organise aujourd’hui à l’Hôtel de Ville un grand débat citoyen sur le sujet. Malheureusement pour elle, un rapport commandé par Valérie Pécresse, présidente d’Ile-de-France Mobilités, a rendu des conclusions entièrement négatives le 2 octobre. Retour sur une très mauvaise idée :

Anne Hidalgo a annoncé en début de semaine qu’elle allait lancer une étude sur la gratuité des transports en commun pour les Parisiens. Gratuité : le mot magique est lâché ! A voir les élus d’opposition au Conseil de Paris ironiser sur le mode « Que la campagne des municipales 2020 commence ! » et à entendre Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement et potentiel candidat LREM à Paris, juger l’annonce « un peu électoraliste à deux ans de l’élection », pas de doute, ce qui est lancé, c’est surtout l’opération de charme pour la réélection de la dame. Lire la suite