Wauquiez : Opportunisme partout, libéralisme nulle part

Mise à jour du dimanche 10 décembre 2017 : Laurent Wauquiez a été élu à la tête des Républicains (LR) dès le premier tour avec 75 % des voix et une participation quelconque des militants de 42 %. Portrait du nouveau patron de la droite :

Qui est Laurent Wauquiez ?

Alors qu’il s’apprête à prendre la tête des Républicains (LR) lors des élections pour la présidence du parti prévues les 10 et 17 décembre prochain, on est frappé du décalage entre le plébiscite que les adhérents vont probablement lui offrir (78 % des sympathisants LR voteraient pour lui selon un sondage Odoxa du 12 octobre) et la défiance, voire l’animosité qu’il suscite chez un grand nombre d’élus et de cadres de son propre parti qui le jugent trop clivant et trop proche de l’extrême-droite.  Lire la suite

Ça y est, on a une majorité et une opposition ! Pour faire quoi ?

Quel suspense, ce dimanche ! Porsche, Toyota ou l’outsider ? Si les 24 heures du Mans se sont finalement terminées sans surprise par une 19ème victoire de Porsche, notre course législative a connu une résolution inverse. Aucun suspense, tellement aucun que l’abstention a battu un record de plus, mais quand même une petite surprise à l’arrivée.  Lire la suite

Dupont-Aignan : confessions, petits calculs et grande confusion

Mise à Jour du lundi 15 mai 2017 : Comme je l’écrivais dans l’article ci-dessous, il y avait fort à parier que l’accord entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen ne survivrait pas à l’échec (hautement prévisible) de cette dernière : « Je vois bien cet accord tomber en complète désuétude dès dimanche soir », écrivais-je à l’époque. Eh bien, c’est chose faite. La confusion dominant manifestement les petits calculs – ou de nouveaux calculs de coin de table étant venus se substituer aux calculs précédents – NDA a confirmé ce matin sur BFMTV que son accord avec le FN était caduc et que son parti présenterait des députés dans toutes les circonscriptions quitte à étudier des désistements au cas par cas pour le second tour.

« Nous avons bâti une alliance historique qui va changer le cours de l’Histoire de France » a déclaré Nicolas Dupont-Aignan dans le micro de Jean-Jacques Bourdin le 1er mai dernier. Rien que ça ! Il parlait bien sûr de l’accord de gouvernement négocié avec Marine Le Pen en vue de voir cette dernière accéder à la présidence de la République le 7 mai prochain. « L’objectif, c’est de gagner cette présidentielle » a-t-il affirmé les yeux dans les yeux du journaliste (voir vidéo en fin d’article, 21′).  Lire la suite

Ce sera donc Macron Le Pen. Comme prévu. Hélas.

Ce sera donc un match Macron Le Pen. Terrible claque pour la droite, qui passe ainsi à côté du boulevard qui s’offrait à elle après le calamiteux quinquennat du socialiste François Hollande. Mais claque prévisible, attendue et annoncée depuis des semaines. Compte tenu des projections réalisées pour le second tour, compte tenu de toutes les consignes de vote qui ont été distribuées en sa faveur hier soir sur les plateaux de télévision, la probabilité qu’Emmanuel Macron soit le prochain Président de la République française frôle les 100 %.  Lire la suite

Cambadélis : cette campagne présidentielle, c’est le « chaos »

« Bonjour mes amis », comme dit Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire général du PS, au début de ses petits éditos vidéos hebdomadaires. Généralement il poursuit en expliquant que « cette COP21 est déjà une réussite » ou que « ce référendum sur l’unité du PS pour les Régionales est déjà une réussite » ou que « cette primaire de la Belle Alliance Populaire est déjà une réussite. » Cette élection présidentielle serait-elle déjà une réussite pour le PS ? Oh que non. Lundi (le 6 mars 2017), tout déprimé qu’il était, notre Camba !  Lire la suite

Avec Marine, le changement, c’est flippant @ % ♠ !

contrepoints-2Au moment où le candidat Macron se montrait peu empressé de dévoiler son programme présidentiel et préférait de beaucoup pipeauter sur les délices du chemin d’espérance ♫ ♥qu’il « envisionne » pour la France devant des foules subjuguées et tout à fait convaincues que « l’important, c’est d’avoir une vision, pas forcément d’être dans les détails de la comptabilité », Marine Le Pen tenait elle aussi meeting à Lyon et présentait ses 144 engagements présidentiels afin de « permettre (à chacun) de contrôler (son) action à la tête de l’État au cours du quinquennat. » En voilà du chiffre, en voilà du sérieux, en voilà de l’engagement pur et dur  @  % ♠ !  Lire la suite

Florian Philippot : traumatisé par les privatisations Balladur, il retrouve le sourire grâce à MLP !

Mise à jour du jeudi 21 septembre 2017 : C’est l’automne pour le FN. Après une période post élection présidentielle très houleuse, Florian Philippot, artisan du programme sur lequel Marine Le Pen s’est présentée – et a échoué – à la candidature suprême, a annoncé aujourd’hui qu’il quittait le Front national. L’article ci-dessous retrace son parcours politique.

contrepoints-2L’histoire politique de Florian Philippot est extraordinairement touchante. Dès l’âge de 11 ans, jeune garçon sensible et effacé, sentimentalement attaché au Franc et à la figure de Marianne, il vit mal le traité de Maastricht (1992) et découvre à cette occasion son attachement à l’idée de Nation. Deux ans plus tard, nouveau traumatisme fondateur. Les privatisations mises en oeuvre par le gouvernement Balladur l’horrifient parce que « l’Etat perd quelque chose » :  Lire la suite

Sic Brexit Gloria Mundi ? *

contrepoints-2Nous, les Européens, venons probablement de vivre l’événement pacifique le plus incroyable et le plus bouleversant que nous ayons connu depuis bien longtemps dans notre histoire, depuis la signature du traité de Rome qui donnait forme à la CEE en 1957, en fait. En se prononçant à 51,9 % en faveur du Brexit, c’est-à-dire pour une sortie de l’Union européenne, les citoyens britanniques tournent le dos à un projet inédit, exaltant, prodigieux, mais pas sans défaut, de presque 60 ans, déclenchant chez les autres pays membres un sentiment d’échec mêlé du besoin de resserrer les rangs pour se conforter dans l’idée européenne et de la nécessaire introspection pour analyser ce qui cloche et qui pousse ainsi un grand pays, parmi les moins liés au sein de l’Union, à la quitter aussi radicalement.  Lire la suite

Régionales 2015 : auprès de ces blondes, fera-t-il si bon vivre ?

Mise à jour du vendredi 11 décembre 2015 : Après les résultats du premier tour des régionales 2015 présentés dans l’article ci-dessous, les différentes forces en présence ont fait leurs comptes et repartent pour le second tour de la façon suivante :
– Deux duels Droite / FN : Le PS arrivé troisième au premier tour en Nord PDCP et en PACA a retiré ses listes, laissant s’affronter la droite arrivée seconde et le FN arrivé premier. Les derniers sondages font état d’une victoire à droite.
Voter pour le loup– Dix triangulaires Droite / FN / PS : dans ces régions, que la Droite soit arrivée en premier ou en second (et en troisième position en Languedoc Roussillon MP) rend les choses difficiles pour elle dans la mesure où le PS peut compter sur des fusions ou des reports venant de EELV et du Front de Gauche, tandis que la droite ne peut compter sur rien sauf mobilisation de certains abstentionnistes. Il n’est finalement pas du tout exclu que la haute présence du FN dans toutes les régions permette au PS de sortir grand vainqueur de ces élections. Beau résultat, si c’était le cas, super stratégie, cette idée (voir dessin ci-dessus) de « voter pour le loup pour donner une leçon aux bergers » !
– Corse : quatre listes candidates, mélanges de régionalisme, de Droite et de PS. Pas de FN.
– Outre-Mer : Des duels Droite / Gauche ou Gauche / Gauche.


 Peu de surprise hier soir : le premier tour des élections régionales a bien eu lieu et les résultats sont à peu près comme prévus. Si l’on fait abstraction de l’abstention plutôt moindre (50 %) que lors du précédent scrutin régional de 2010 (54 %), le Front national a confirmé qu’il était bien le premier parti de France en recueillant 28 % des suffrages exprimés (soit 6 millions de voix) contre 27 % pour le bloc Les Républicains, UDI, Modem et alliés, et 23 % pour le Parti socialiste et apparentés. EELV obtient 6,5 %, le Front de gauche environ 4 % et Debout la France de Saint-Aignan 3,9 %.  Lire la suite

Panique et café-théâtre au sommet

L’action politique du gouvernement français s’est déplacée récemment sur le terrain du café. Et vu la façon dont les choses se passent on est fortement tenté de parler de café-théâtre. Remarquez que les expressions « café-concert de couacs » ou « café du commerce électoral » marchent très bien aussi. Lire la suite