Leonard Read et l’histoire du crayon

Replay du 19 novembre 2019 : Une petite plongée approfondie dans mes stats, opération particulièrement déprimante, m’a permis de constater que cet article de 2017 sur Leonard Read était celui de mon blog qui avait eu le moins de lectures (au-dessus de 300) depuis l’origine. Seulement 324. C’est dommage car on y découvre une conversion du keynésianisme au libéralisme et une fine analyse de la division du travail que j’espère avoir rapportées, certes avec sérieux, mais aussi avec esprit et légèreté :

Comme vous le savez, il m’arrive de faire des traductions pour Contrepoints. De nombreux textes originaux viennent d’un site libéral que j’aime beaucoup, la Foundation for Economic Education ou FEE.

Or la FEE, think tank libéral parmi les plus anciens des États-Unis, a été créée en 1946 par l’économiste américain Leonard E. Read (1898-1983) dont le petit essai de 1958 sur la division du travail I, pencil (Moi, le crayon en français) est mondialement célèbre. Alors aujourd’hui, parlons de Read et du célèbre petit crayon jaune.  Lire la suite

HackYourFuture : Pourquoi nous apprenons aux réfugiés à coder

Parmi les traductions que je fais de temps en temps pour Contrepoints, il m’arrive d’en publier quelques-unes ici. Celle que je vous propose aujourd’hui vient de la Foundation for Economic Education (FEE). Il s’agit du témoignage de Gijs Corstens, un informaticien néerlandais qui s’est toujours particulièrement intéressé à la façon dont les nouvelles technologies pourraient être utilisées pour résoudre des problèmes sociaux.  Lire la suite