Bruno Le Maire et la croissance : CaRRRamba, encore RRRaté !

Ce petit article du dimanche peut être lu comme la suite de CROISSANCE : ce qu’en dit Bruno Le Maire n’est que LITTÉRATURE du 13 janvier 2021.

Comme la vie de ministre de l’Économie serait belle si l’on pouvait décréter la croissance ! Quelques dizaines de milliards d’euros de dépenses publiques en plus, des aides, de la solidarité, des prêts garantis et hop, tout le monde rebondit, tout le monde retrouve du travail et du pouvoir d’achat, tout le monde fait des roulades dans les jardins de l’Élysée, tout le monde adore le gouvernement et tout le monde vote pour Emmanuel Macron en 2022 ! Lire la suite

Les Français craignent la dette… mais veulent du quoi qu’il en coûte

Plus de doute possible. Dans leur vaste majorité, les Français sont manifestement affligés d’une schizophrénie politique, économique et sociale qui ne se résorbe pas, bien au contraire. Déjà en 2018, une enquête(*) révélait qu’ils aimaient bien la liberté… mais qu’ils préféraient incontestablement que l’État s’occupe de tout. Aujourd’hui, on apprend que le niveau atteint par notre dette publique les inquiète beaucoup… mais qu’ils jugent le « quoi qu’il en coûte » prioritaire. Lire la suite

2. Bruno Le Maire : tellement, mais tellement plus qu’un énarque !

Avec Bruno Le Maire, c’est vraiment le 1er avril tous les jours ! Outre qu’il n’a pas l’air toujours très au fait des concepts économiques et financiers qu’il manipule doctement devant la presse ou la représentation nationale, il possède un art consommé de dire tout, son contraire et le contraire du contraire sur un ton d’enfant de chœur absolument prodigieux. Nouveaux exemples hier et avant-hier : Lire la suite

1. Comptes publics 2020 : et la dette bondit… à 115,7 % du PIB

L’INSEE a publié le 26 mars dernier sa première évaluation des comptes publics de la France pour l’année 2020. Des chiffres qui confirment en tout point ce à quoi on pouvait s’attendre dans le cadre des restrictions d’activité imposées face à la pandémie de Covid-19 conjuguées à la politique du « quoi qu’il en coûte » déversée par le gouvernement sur un tissu économique et social à la merci de ses décisions de confinement : le PIB s’est effondré de 8,3 %, le déficit public s’est creusé à 9,2 % du PIB et la dette s’est envolée de 98,1 % à… 115,7 % du PIB. Lire la suite

France : PETIT ATLAS d’un pays vraiment pas comme les autres…

Article écrit en commun par h16 et Nathalie MP.

Frappé d’un trop rare éclair de lucidité, Emmanuel Macron écrivait « La France n’est pas un pays comme les autres » au début de sa Lettre aux Français de janvier 2019. Ô combien il avait raison ! Au point qu’on en vienne souvent à le regretter… Lire la suite

Stage Remise en selle payé par nos impôts : dites-moi que je rêve !

« Il ne faut jamais gaspiller une bonne crise », tel est l’un des grands adages d’une vie politique réussie. Pour les esprits étatistes, rien ne vaut ces moments de choc et d’angoisse où les repères habituels des citoyens sont chamboulés pour renforcer l’idée qu’il est naturel voire essentiel que l’État s’occupe de tout et étende son domaine à des secteurs, petits ou grands, qui échappaient encore à son emprise. Lire la suite

Le monde d’après et les fatigants YAKAS des gentils PEOPLE

Spectaculaire déferlante de tribunes people mignonnettes et engagées, dans nos médias hier matin ! Juliette Binoche dans Le Monde, Nicolas Hulot également dans Le Monde, Vincent Lindon dans Mediapart – tous à leur façon nous adjurent et adjurent les pouvoirs publics de faire advenir un « monde d’après qui sera radicalement différent de celui d’aujourd’hui ». Problème : comment accepter leurs sempiternelles conclusions sur l’hyper-urgence climatique, la relocalisation et la taxation des riches quand leur analyse du monde d’avant est si totalement déconnectée de la réalité ? Lire la suite

La France devrait être un paradis. Et pourtant…

La France combine redistribution massive et malaise social élevé. À rebours de la solution habituelle qui consiste à demander toujours plus de « moyens » à l’État, je suggère qu’on s’intéresse plutôt à l’emploi et à la sécurité, deux aspects du bien-être humain qui ont disparu de notre débat public.

La France devrait être un paradis sur terre.

À force de se répéter avec complaisance, comme le faisait Emmanuel Macron il y a un an dans sa Lettre aux Français, qu’elle « n’est pas un pays comme les autres », que « le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs » et que « l’exigence d’entraide et de solidarité y est plus forte », elle a fini par se pétrifier dans la croyance d’être une exception mondiale, une sorte de star délicate qui ne saurait s’asseoir à la table du tout-venant et manger dans les couverts de tout le monde. Lire la suite

PLF 2020 : la France mauvaise élève et donneuse de leçons

Cet article fait suite à « 2020 ou l’année budgétaire qui hollandise Macron définitivement » publié le 10 septembre dernier.

Difficile d’échapper à la merveilleuse nouvelle : le grand choc fiscal tant attendu par des Français plus écrasés de prélèvements obligatoires que partout ailleurs toucherait enfin les côtes françaises ! Si l’on en croit les ministres de Bercy qui viennent de présenter le Projet de loi de finances pour l’année prochaine (PLF 2020), ce sont des milliards que les particuliers et les entreprises ne paieront plus grâce à la politique aussi techniquement rigoureuse que socialement généreuse de l’exécutif depuis 2017. Résultat, le déficit public tomberait l’an prochain à 2,2 % du PIB, du jamais vu depuis 20 ans, vive la République et vive la France ! Lire la suite

2020 ou l’année budgétaire qui hollandise Macron définitivement

RETOUR vers l’ANCIEN MONDE pour Emmanuel Macron. Rien ne peut le dire plus clairement qu’un budget et celui qui se profile pour 2020 nous enferre inéluctablement dans la spirale « dépenses impôts dette » si caractéristique de l’exception française !

Le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2020 sera présenté en Conseil des Ministres le 27 septembre prochain. J’aurai l’occasion d’en reparler lorsqu’il sera officiellement dévoilé (ici), mais ce ne sera jamais que pour préciser des chiffres dont on sait déjà qu’ils consistent à enterrer définitivement tous les engagements de campagne du candidat Macron qui auraient pu avoir un effet structurel appréciable alors que la conjoncture économique mondiale s’annonce morose. Lire la suite