Rentrée 2018 : sous le signe de « La Liberté dans nos Vies »

Vous l’avez peut-être remarqué, j’ai profité de la pause estivale pour changer l’illustration de couverture de ce blog. C’est un changement de fond car si la nouvelle image n’est guère originale au premier abord – il s’agit de la Statue de la Liberté, quoi de plus rebattu ? – je passe d’un événement délétère et particulier, l’attentat islamiste contre les dessinateurs de Charlie Hebdo, à une valeur précieuse et universelle, la liberté. J’avais ce changement en tête depuis plusieurs mois, la rentrée 2018 me donne l’occasion de passer à l’acte. J’espère que vous apprécierez ! Lire la suite

La révolution d’OCTOBRE ou la NÉGATION de l’individu

Il y a exactement 100 ans hier, le 7 novembre 1917 selon notre calendrier grégorien, se déroulait la révolution d’Octobre qui porta Lénine et les Bolcheviks au pouvoir en Russie, fondant ainsi le premier régime communiste d’obédience marxiste de l’histoire. John Reed, journaliste américain communiste glorieusement inhumé sur la place Rouge et témoin des événements d’octobre, parle(1) avec enthousiasme des « Dix jours qui ébranlèrent le monde » (titre de son livre). Pas de doute, il y a bien eu un « ébranlement », mais contrairement à ce que Reed croyait vivre, la destruction de l’ordre ancien n’a apporté au monde que pauvreté et répression. Lire la suite

Le 4 juillet 1776 : la Déclaration d’Indépendance des États-Unis

Comment un conflit fiscal déboucha sur un grand texte politique qui déclara pour l’éternité que les hommes naissent égaux et que la vie, la liberté et la recherche du bonheur font partie de leurs droits inaliénables.

Chaque année le 4 juillet, les Américains célèbrent leur fête nationale aussi appelée Independence Day. Elle commémore la signature de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis le 4 juillet 1776 par les représentants des treize(*) colonies britanniques d’Amérique du Nord, qui faisaient ainsi sécession avec la Grande-Bretagne de façon unilatérale. Le différend initial entre la métropole et ses colonies portait sur des impôts supplémentaires que l’Angleterre entendait lever en Amérique.  Lire la suite