École dès 3 ans : encore un couac majeur du gouvernement

Inutile parce que déjà réalisé dans les faits, l’abaissement de l’âge de la scolarité obligatoire à 3 ans affecte les finances publiques et risque de limiter encore plus la minuscule liberté d’enseignement qui existe dans ce pays.

On savait déjà que l’abaissement de l’âge de la scolarité obligatoire de 6 à 3 ans annoncé comme fondateur par Emmanuel Macron en mars 2018 relevait plus de l’affichage et de la communication que de la nécessité éducative de faire affluer les jeunes enfants vers l’école maternelle puisque 97,5 % et 100 % d’entre eux étaient déjà scolarisés à 3 ans et 4 ans respectivement (voir ci-dessous les chiffres INSEE 2016). Lire la suite

L’ascenseur social est en panne : oui, mais à qui la faute ?

L’ascenseur social français ne fonctionne plus, il faut le réparer ! Ainsi en a décidé Emmanuel Macron. Dans le collimateur, ces « élites » formées à l’ENA, Sciences Po ou dans les grandes écoles. Trop semblables, trop formatées, trop technocratiques, elles sont aussi devenues dans l’opinion publique – et chez les Gilets jaunes – le symbole de la reproduction sociale et de l’entre-soi qui profitent aux classes les plus aisées ou les mieux en cour dans les cercles du pouvoir. Lire la suite

Éducation : découvrez le bulletin des élèves qui entrent en 6ème …

Question corollaire : le mammouth peut-il encore être sauvé ?

En matière d’aptitudes scolaires de nos enfants en lecture, en sciences ou en maths, nous autres Français sommes devenus très familiers des tests internationaux PISA, PIRLS ou autres TIMSS qui nous placent invariablement depuis quelques années à des rangs très médiocres par rapport aux autres pays. Lire la suite

Cet été, adoptez le régime « Factfulness » d’Hans Rosling !

Selon vous, dans les pays à bas revenus, quelle est actuellement la part des filles qui finissent l’école primaire ? 20 %, 40 % ou 60 % ? La bonne réponse est 60 %, mais elle ne fut choisie que par 7 % des personnes interrogées, tandis que la majorité a donné la réponse la plus pessimiste, c’est-à-dire 20 %.

C’est en posant cette question et de nombreuses autres du même ordre à des publics variés qu’Hans Rosling s’est rendu compte de l’écrasante ignorance de l’écrasante majorité des gens à propos du monde dans lequel nous vivons. Lire la suite

Le bac à 88 % de réussite, c’est trop dur ! Vite, une pétition !

Lundi 17 juin 2019 : Bac 2019, c’est parti ! Mais qu’est-ce que le bac sinon l’expression achevée de notre passion nationale pour l’égalitarisme ?
Mercredi 19 juin 2019 : Ça y est, la pétition 2019 est arrivée ! Le français, c’était trop dur ![REPLAY d’un article de juin 2018]

Le bac ne serait plus le bac si la semaine consacrée à l’examen ne s’achevait sur une pétition de candidats atterrés devant l’implacable difficulté de telle ou telle épreuve. Cette année (juin 2018), ce sont des élèves de Terminale S, hagards et bouleversés par tant d’injustice, qui pétitionnent depuis vendredi 22 juin dernier sur Change.org et apostrophent avec brusquerie le ministère de l’Education nationale : « C’était quoi, ce sujet de maths 2018 ? » Lire la suite

L’édifiante leçon de Parcoursup : la sélection a la cote !

Tout comme les cheminots actuels persistent et signent – et « vot’actionnent » – contre la réforme de la SNCF alors qu’ils ne sont nullement concernés par la fin du recrutement à leur statut, la mobilisation houleuse des étudiants d’extrême-gauche contre la sélection prévue dans la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE) à travers la procédure Parcoursup pour l’accès à l’université ne faiblit pas non plus, tout en ne les concernant pas plus. Lire la suite

« La Commune de Tolbiac » ou la nouvelle sitcom du printemps 18

Mise à jour du vendredi 20 avril 2018 : le blocage de l’université de Tolbiac a été levé tôt ce matin suite à une opération de police qui s’est déroulée « dans le calme » et « sans incidents » selon les déclarations de la préfecture de police.
Mise à jour du Mardi 24 avril 2018 : Suite à l’évacuation, des « rumeurs », relayées par des « témoins », faisaient état d’un mort, puis d’un blessé grave, puis d’un étudiant dans le coma. Aussi bien la Préfecture de Police que les Hôpitaux de Paris ont démenti tout ceci, ce qui a alors donné lieu à la thèse du « mensonge d’Etat ». Mais Libération a fait sa petite enquête. Il en résulte que ce sont les communiqués officiels qui étaient dans le vrai et les « témoins » mélenchonistes qui mentaient.

Et c’est reparti pour la « convergence des luttes » ! L’élection présidentielle de l’an dernier, quoique assez riche elle-même en rebondissements spectaculaires, nous avait fait perdre le fil de nos célèbres festivals syndicaux de printemps, mais Dieu merci, tout est enfin redevenu normal ! Dans la foulée des cheminots guidés par la bannière rouge de la CGT contre la fin de leur recrutement au fameux statut, pilotes de lignes, étudiants, éboueurs, fonctionnaires … tous protestent, tous manifestent, tous font grève. « France is back », pourrait-on dire, et ça tombe drôlement bien car on a justement le cinquantenaire de mai 68 à célébrer ! Lire la suite

Pass culture : aveu d’échec et échec probable

Avis aux lecteurs : 5 jours de vacances, 5 articles, 500 mots chacun environ. Voici le n° 3.

« Est-ce qu’on pourra acheter une place pour Star Wars avec le Pass culture ? » demandait récemment un journaliste à la ministre de la Culture Françoise Nyssen. « Mais j’espère bien qu’on pourra voir Star Wars avec ça ! » a-t-elle aussitôt répondu sur le ton de l’évidence la plus enthousiaste.  Lire la suite

Les recettes d’Aurore Bergé pour l’école : cuculinaires !

Mes amis, je ne voudrais pas vous donner de faux espoirs, mais il semblerait bien que cette fois, ça y est ! On a enfin trouvé le régime parfait pour que notre mammouth national, dans un formidable élan de félicité et de convivialité retrouvées entre parents, profs et élèves, se remette à gambader avec grâce et légèreté vers l’excellence éducative dont les classements internationaux de ces derniers temps ne témoignaient plus guère. Lire la suite

Et la dette « scolaire » ?

Dans ce blog, on parle beaucoup des dépenses et des déficits publics français qui s’accumulent depuis 1974 dans une dette publique dangereusement élevée au point de menacer à la fois notre prospérité, notre cohésion sociale et notre liberté. Mais que dire de la « dette » que nous créons avec autant de zèle que d’aveuglement depuis à peu près la même époque dans le champ de l’instruction de nos enfants ? Lire la suite