« Droit à la poursuite d’études » : Encore une FAUSSE bonne idée !

Bac+5 et toujours au chômage : avec les fermetures d’activité imposées pour faire barrage à la pandémie de Covid-19, l’inquiétude des étudiants qui arrivent actuellement sur le marché du travail rebondit de plus belle. Mais le Covid n’explique pas tout. Cela fait des années que la « complainte du beau diplôme sans débouché » associé à un chômage des jeunes extrêmement élevé par rapport à la plupart des pays de l’Union européenne semble être devenue la marque de notre enseignement universitaire. Lire la suite

École PUBLIQUE : même dans les CITÉS, on veut la QUITTER

Info du 4 mars 2021 : Le Point a publié hier une interview d’un ancien principal de collège (élevé pour sa part dans une cité de Seine-Saint-Denis) auteur d’un livre intitulé « Requiem pour l’Éducation nationale ». Il y décrit lui aussi toutes les « lâchetés » de l’Éducation nationale face à la pression islamiste, la dégringolade éducative au nom d’une pédagogie dite de la « bienveillance », les notes gonflées pour faire du résultat et la fuite vers le privé. À lire.

Je vous recommande la lecture d’une enquête des plus intéressantes publiée la semaine dernière par Mediapart sous le titre « Des élèves se réfugient chez les cathos pour échapper au ghetto ». Quel ghetto ? Celui des cités, celui des quartiers dits sensibles qui font plus souvent la une de la presse régionale pour trafics en tout genre, violence de moins en moins sporadique et délinquance au quotidien que pour les prix de grammaire de leurs élèves. Lire la suite

Éducation : chronique ordinaire d’un DÉSASTRE annoncé

Les résultats 2019 du classement scolaire international TIMSS viennent de tomber et c’est une véritable gifle, une de plus, pour nos experts en pédagogisme, pour le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer et pour le Président de la République Emmanuel Macron. Qu’on parle des élèves de CM1 ou des élèves de 4ème, qu’on parle de mathématiques ou de science, la France poursuit inlassablement sa dégringolade éducative. Lire la suite

Macron charge le SÉPARATISME … et piétine la LIBERTÉ scolaire

Mise à jour du 7 décembre 2020 : Alors que le projet de loi « confortant les principes républicains » connu sous le nom de loi « contre les séparatismes » doit être présenté en Conseil des ministres mercredi 9 décembre prochain, le Conseil d’État a averti le gouvernement que la mesure d’interdiction de l’enseignement à domicile prévue dans le texte pourrait très bien être retoquée par le Conseil constitutionnel pour inconstitutionnalité. [Replay]

Il avait bien commencé, ce discours d’Emmanuel Macron sur « les séparatismes » qui menacent notre cohésion républicaine. Attentif à se garder de tout angélisme naïf vis-à-vis des poussées politiques de l’islam sans tomber pour autant dans l’amalgame facile qui transforme chaque musulman en terroriste, il n’en désigne pas moins très clairement le seul véritable ennemi qui provoque nos valeurs occidentales de liberté jusqu’à tuer les « infidèles », à savoir le « séparatisme islamiste » : Lire la suite

Points bonus pour les boursiers ou l’égalitarisme en mode délire

Ne croyez surtout pas que le défi de l’enseignement supérieur consiste à fournir les meilleures formations aux meilleurs étudiants dans une multitude de domaines en évolution constante, très variés et adaptés à toutes sortes de profils pouvant aller de l’Intelligence artificielle aux métiers du tourisme – pour citer deux exemples d’aptitudes très différentes – afin de leur ouvrir une vie d’adulte autonome sur le plan économique comme sur le plan personnel, car ce n’est absolument pas le cas. Lire la suite

École dès 3 ans : encore un couac majeur du gouvernement

Inutile parce que déjà réalisé dans les faits, l’abaissement de l’âge de la scolarité obligatoire à 3 ans affecte les finances publiques et risque de limiter encore plus la minuscule liberté d’enseignement qui existe dans ce pays.

On savait déjà que l’abaissement de l’âge de la scolarité obligatoire de 6 à 3 ans annoncé comme fondateur par Emmanuel Macron en mars 2018 relevait plus de l’affichage et de la communication que de la nécessité éducative de faire affluer les jeunes enfants vers l’école maternelle puisque 97,5 % et 100 % d’entre eux étaient déjà scolarisés à 3 ans et 4 ans respectivement (voir ci-dessous les chiffres INSEE 2016). Lire la suite

L’ascenseur social est en panne : oui, mais à qui la faute ?

L’ascenseur social français ne fonctionne plus, il faut le réparer ! Ainsi en a décidé Emmanuel Macron. Dans le collimateur, ces « élites » formées à l’ENA, Sciences Po ou dans les grandes écoles. Trop semblables, trop formatées, trop technocratiques, elles sont aussi devenues dans l’opinion publique – et chez les Gilets jaunes – le symbole de la reproduction sociale et de l’entre-soi qui profitent aux classes les plus aisées ou les mieux en cour dans les cercles du pouvoir. Lire la suite

Éducation : découvrez le bulletin des élèves qui entrent en 6ème …

Question corollaire : le mammouth peut-il encore être sauvé ?

En matière d’aptitudes scolaires de nos enfants en lecture, en sciences ou en maths, nous autres Français sommes devenus très familiers des tests internationaux PISA, PIRLS ou autres TIMSS qui nous placent invariablement depuis quelques années à des rangs très médiocres par rapport aux autres pays. Lire la suite

Cet été, adoptez le régime « Factfulness » d’Hans Rosling !

Selon vous, dans les pays à bas revenus, quelle est actuellement la part des filles qui finissent l’école primaire ? 20 %, 40 % ou 60 % ? La bonne réponse est 60 %, mais elle ne fut choisie que par 7 % des personnes interrogées, tandis que la majorité a donné la réponse la plus pessimiste, c’est-à-dire 20 %.

C’est en posant cette question et de nombreuses autres du même ordre à des publics variés qu’Hans Rosling s’est rendu compte de l’écrasante ignorance de l’écrasante majorité des gens à propos du monde dans lequel nous vivons. Lire la suite

Le bac à 88 % de réussite, c’est trop dur ! Vite, une pétition !

Lundi 17 juin 2019 : Bac 2019, c’est parti ! Mais qu’est-ce que le bac sinon l’expression achevée de notre passion nationale pour l’égalitarisme ?
Mercredi 19 juin 2019 : Ça y est, la pétition 2019 est arrivée ! Le français, c’était trop dur ![REPLAY d’un article de juin 2018]

Le bac ne serait plus le bac si la semaine consacrée à l’examen ne s’achevait sur une pétition de candidats atterrés devant l’implacable difficulté de telle ou telle épreuve. Cette année (juin 2018), ce sont des élèves de Terminale S, hagards et bouleversés par tant d’injustice, qui pétitionnent depuis vendredi 22 juin dernier sur Change.org et apostrophent avec brusquerie le ministère de l’Education nationale : « C’était quoi, ce sujet de maths 2018 ? » Lire la suite