Chômage (III) : Quand le taux britannique tombe à … 3,8 % !

L’Office for National Statistics, c’est-à-dire l’équivalent britannique de notre INSEE, vient lui aussi de publier ses chiffres sur l’emploi au premier trimestre 2019. On apprend ainsi que le taux de chômage du Royaume-Uni est tombé à 3,8 % (graphe ci-dessous), alors que la France continue à planer à 8,8 %. Cet exemple particulièrement révélateur, mais pas unique en Europe, constitue un excellent prolongement de mes deux articles précédents sur le chômage français qui persiste à être structurellement élevé (Chômage I) et sur les fausses solutions keynésiennes (Chômage II). Lire la suite

Macron ou le projet d’une Europe rétrécie aux scléroses françaises

Dans sa lettre adressée la semaine dernière aux Européens en vue des élections européennes du 26 mai prochain, Emmanuel Macron donne une définition du projet européen d’origine à laquelle j’adhère volontiers :

« La réconciliation d’un continent dévasté, dans un projet inédit de paix, de prospérité et de liberté. »

Paix, prospérité, liberté : je partage cette ambition ; mais après lecture complète de l’épître présidentielle, mon partage s’arrête là. Lire la suite

M. le Président, se proclamer européen ne suffit pas !

S’il est un sujet sur lequel Emmanuel Macron n’a jamais cultivé le flou, c’est bien celui de son attachement à l’idée d’Europe. A l’époque de la campagne présidentielle, il avait même reçu la meilleure note parmi les cinq premiers candidats quant à son engagement européen. Il affirmait aussi avec une belle lucidité que la France devait d’abord s’occuper de faire ses propres réformes structurelles indispensables avant de demander à l’Union européenne (UE) de se réformer. Un minimum quand on est le mauvais élève de la classe.  Lire la suite

Le Pape se prendrait-il pour un simple politicien ?

A la fin de l’article précédent, qui consistait en une présentation vidéo de ce blog à partir de l’angle offert par Vauban, je notais que je n’avais pas parlé du catholicisme qui figure pourtant explicitement dans le sous-titre, mais que ce serait pour une prochaine fois. A l’époque – nous étions le 11 août – je n’imaginais pas que ce thème viendrait aussi vite sur le devant de la scène, et sur un sujet aussi complexe et polarisant que celui des migrants.  Lire la suite

Le message de l’U. E. à la France : de la réforme avant toute chose

Pour réaliser pleinement combien le quinquennat de François Hollande a fait perdre cinq ans à la France, alors que de nombreux facteurs externes étaient favorables pour permettre un redressement structurel de notre économie (taux, pétrole et dollar bas), il suffit de s’intéresser à l’affaire des 3 % de déficit public. Il se trouve qu’elle est revenue récemment sur le tapis à travers les « Recommandations pays par pays » que la Commission européenne a livrées à tous ses membres lundi 22 mai dernier. Lire la suite

Brexit et conséquences : Theresa May sera-t-elle Prime Minister ?

La réponse est oui. Les mises à jour sont en fin d’article.

contrepoints-2Le verdict est tombé hier soir (jeudi 7 juillet 2016) : après deux tours de vote, les députés conservateurs britanniques ont sélectionné Theresa May, actuelle ministre de l’Intérieur (199 voix), et Andrea Leadsom, actuelle ministre de l’Energie (84 voix), dans la course pour la tête du Parti conservateur et le poste de Premier ministre. Le ministre de la Justice Michael Gove (46 voix) est éliminé. Il reste maintenant aux 150 000 adhérents du Parti à départager les deux candidates par correspondance pendant l’été. Le successeur effectif de David Cameron, une dame en l’occurrence, sera officialisé le 9 septembre 2016. Une dame de fer ? Lire la suite

Sic Brexit Gloria Mundi ? *

contrepoints-2Nous, les Européens, venons probablement de vivre l’événement pacifique le plus incroyable et le plus bouleversant que nous ayons connu depuis bien longtemps dans notre histoire, depuis la signature du traité de Rome qui donnait forme à la CEE en 1957, en fait. En se prononçant à 51,9 % en faveur du Brexit, c’est-à-dire pour une sortie de l’Union européenne, les citoyens britanniques tournent le dos à un projet inédit, exaltant, prodigieux, mais pas sans défaut, de presque 60 ans, déclenchant chez les autres pays membres un sentiment d’échec mêlé du besoin de resserrer les rangs pour se conforter dans l’idée européenne et de la nécessaire introspection pour analyser ce qui cloche et qui pousse ainsi un grand pays, parmi les moins liés au sein de l’Union, à la quitter aussi radicalement.  Lire la suite

Brexit : « Boris is after my job » Cameron says

Les mises à jour sont en fin d’article.

contrepoints-2Le vote britannique sur le Brexit, c’est-à-dire sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), aura lieu dans moins de deux semaines, le jeudi 23 juin 2016 prochain. Depuis le fameux « I want my money back » de Margaret Thatcher en 1979, depuis la possibilité obtenue dans le Traité de Maastricht de 1992 de rester en dehors de la zone euro, depuis le statut particulier relativement à l’espace Schengen sur la libre circulation (1997), l’adhésion britannique à l’Europe ne s’est pas faite sans de nombreuses réticences intérieures et de tout aussi nombreuses concessions de la part des partenaires européens. A l’affiche de cette nouvelle confrontation inédite, les deux meilleurs ennemis du monde : David Cameron pour le maintien et Boris Johnson pour la sortie. Lire la suite

Le prodige de l’Europe

Je suis une européenne convaincue, je préfère vous le dire d’entrée de jeu. Je vois le rapprochement des pays d’Europe, six d’abord, vingt-huit maintenant, non seulement comme une nécessité économique, mais comme un bienfait pour la paix et la prospérité, pour l’avenir et pour le monde, à tel point que j’en fait presque une question de principe. Lire la suite

Royaume-Uni : Elections générales, UKIP et murmure persistant des cornemuses

—–>     Cet article a également été publié le mardi 5 mai 2015 sur        icone_redacteur3

Mise à jour du 8 mai 2015 :  CHIFFRES DEFINITIFS  Les élections ont eu lieu et les résultats sont très clairs. Y aurait-il eu un « shy tory vote » comme en 1992 pour John Major ? Faisant mentir les sondages, les électeurs ont validé les bons résultats économiques du gouvernement sortant : les conservateurs de David Cameron remportent la majorité absolue avec 331 sièges sur 650 tandis que les travaillistes sont les grands perdants avec seulement 232 sièges. Le SNP réalise sa grande percée en Ecosse avec 56 sièges, les Lib Dem deviennent anecdotiques (8 sièges) et l’UKIP est dans l’épaisseur du trait (1 siège). A noter : Miliband, Clegg et Farage, leaders battus, ont tous démissionné de la présidence de leur parti. 

Mise à jour du 4 mai 2015 : Les élections générales britanniques ont lieu ce jeudi 7 mai. Même si les chiffres des derniers sondages ont légèrement évolué (les conservateurs devanceraient de peu les travaillistes), cet article du 16 février reste d’actualité : l’issue du scrutin est incertaine. Qui formera le gouvernement britannique, Ed Miliband (labour) ou David Cameron (tories) ? 


Comme en France, le jeu électoral du Royaume-Uni est bousculé depuis quelque temps par un parti populiste d’extrême-droite arrivé en tête aux dernières élections européennes de mai 2014. Mais contrairement à la situation française, de plus en plus bloquée dans un tripartisme ravageur, s’y ajoute la nouvelle donne obtenue à l’issue du referendum (raté) sur l’indépendance de l’Ecosse, avec la consolidation du parti indépendantiste écossais qui pourrait détenir les clefs du scrutin britannique.  Lire la suite