Essai sur le mode de vie européen

Il existe bien un « mode de vie européen » qu’il faut impérativement « protéger ». Pas une suite finie de comportements culturels ponctuels répertoriés mais plutôt le primat de la personne sur le groupe et le respect non négociable des droits naturels des hommes.

« Protéger notre mode de vie européen » – tel est le titre inhabituel du poste dévolu à l’un des 26 commissaires européens désignés cette semaine par la future(1) Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. D’après la lettre de mission correspondante, il s’agit plus concrètement de prendre en charge les questions de formation, d’emploi, de migration et de sécurité. Lire la suite

Christine Lagarde : femme, élégante, docile… et keynésienne

Rarement nominations auront donné lieu à plus de ravissement ! Comme le proclame le journal Le Monde, « pour la première fois de son histoire, l’Union européenne devrait nommer deux femmes » aux deux postes(1) les plus prestigieux de ses institutions ! Et quand on en vient à considérer le palmarès de notre Christine Lagarde nationale qui a donc été choisie pour prendre la tête de la Banque centrale européenne (BCE) en remplacement de Mario Draghi, c’est carrément l’extase ! Lire la suite

Élections européennes 2019 : Macron dans l’impasse et la liberté dans les choux

Européennes 2019 : La France bien partie pour se figer dans le dirigisme écologique et la dépense publique.

Qui de la République en Marche (LREM) ou du Rassemblement national (RN) arriverait en tête ? C’était le suspense attendu des élections européennes françaises qui se sont déroulées hier dimanche 26 mai 2019. L’unique suspense, pensait-on. Qui s’est d’ailleurs résolu conformément aux derniers sondages, donnant la victoire au parti de Marine Le Pen avec 23,3 % contre 22,4 % pour le parti du Président. Lire la suite

Trois choses à savoir sur Nigel Farage : Brexit, Brexit et Brexit

Mise à jour du 27 mai 2019 : Les résultats des élections européennes au Royaume-Uni sont conformes aux attentes. Le Brexit Party de Nigel Farage recueille 32 % des voix, les Lib-Dem 20 %, les Travaillistes 14 %, les Verts 12 %, les Conservateurs 9 %, Change UK 3,4 % et l’UKIP 3,3 % (voir ci-dessous). En revanche, faible participation : 37 %.

Européennes 2019 : Au Royaume-Uni, le « brexiter » Nigel Farage emporte tout sur son passage. Portrait.

Incroyable mais vrai ! Trois ans après le référendum de juin 2016 qui a donné la victoire au camp du Brexit avec 51,9 % des voix, les Britanniques sont toujours dans l’Union européenne (UE) et ils en sont réduits à participer dans l’urgence aux élections européennes qui se déroulent en ce moment dans les 28 pays membres. Si chez nous le suspense est de mise entre le parti du Président et celui de sa principale opposante Marine Le Pen, rien de tel outre-Manche : en quelques semaines, le tout nouveau « Brexit Party » de Nigel Farage, brexiter(1) de toujours, a pris la tête de la course, creusant une spectaculaire distance avec tous les autres partis. Lire la suite

Européennes : un duel RN/LREM pour deux projets anti-libéraux

Les élections européennes du dimanche 26 mai prochain sont à double détente. En tant que citoyens français, nous avons tendance à nous focaliser sur leur incidence politique nationale symbolisée par le duel serré entre la République en Marche (LREM) et le Rassemblement national (RN). Mais si l’on adopte une vision européenne, les manœuvres en cours pour la formation de groupes significatifs au sein du futur Parlement européen montrent que ces deux partis férocement opposés au plan national se démènent chacun de son côté et chacun à sa façon pour faire émerger des courants ayant la caractéristique commune de s’opposer à l’Europe libérale des origines. Lire la suite

Chômage (III) : Quand le taux britannique tombe à … 3,8 % !

L’Office for National Statistics, c’est-à-dire l’équivalent britannique de notre INSEE, vient lui aussi de publier ses chiffres sur l’emploi au premier trimestre 2019. On apprend ainsi que le taux de chômage du Royaume-Uni est tombé à 3,8 % (graphe ci-dessous), alors que la France continue à planer à 8,8 %. Cet exemple particulièrement révélateur, mais pas unique en Europe, constitue un excellent prolongement de mes deux articles précédents sur le chômage français qui persiste à être structurellement élevé (Chômage I) et sur les fausses solutions keynésiennes (Chômage II). Lire la suite

Macron ou le projet d’une Europe rétrécie aux scléroses françaises

Dans sa lettre adressée la semaine dernière aux Européens en vue des élections européennes du 26 mai prochain, Emmanuel Macron donne une définition du projet européen d’origine à laquelle j’adhère volontiers :

« La réconciliation d’un continent dévasté, dans un projet inédit de paix, de prospérité et de liberté. »

Paix, prospérité, liberté : je partage cette ambition ; mais après lecture complète de l’épître présidentielle, mon partage s’arrête là. Lire la suite

M. le Président, se proclamer européen ne suffit pas !

S’il est un sujet sur lequel Emmanuel Macron n’a jamais cultivé le flou, c’est bien celui de son attachement à l’idée d’Europe. A l’époque de la campagne présidentielle, il avait même reçu la meilleure note parmi les cinq premiers candidats quant à son engagement européen. Il affirmait aussi avec une belle lucidité que la France devait d’abord s’occuper de faire ses propres réformes structurelles indispensables avant de demander à l’Union européenne (UE) de se réformer. Un minimum quand on est le mauvais élève de la classe.  Lire la suite

Le Pape se prendrait-il pour un simple politicien ?

A la fin de l’article précédent, qui consistait en une présentation vidéo de ce blog à partir de l’angle offert par Vauban, je notais que je n’avais pas parlé du catholicisme qui figure pourtant explicitement dans le sous-titre, mais que ce serait pour une prochaine fois. A l’époque – nous étions le 11 août – je n’imaginais pas que ce thème viendrait aussi vite sur le devant de la scène, et sur un sujet aussi complexe et polarisant que celui des migrants.  Lire la suite

Le message de l’U. E. à la France : de la réforme avant toute chose

Pour réaliser pleinement combien le quinquennat de François Hollande a fait perdre cinq ans à la France, alors que de nombreux facteurs externes étaient favorables pour permettre un redressement structurel de notre économie (taux, pétrole et dollar bas), il suffit de s’intéresser à l’affaire des 3 % de déficit public. Il se trouve qu’elle est revenue récemment sur le tapis à travers les « Recommandations pays par pays » que la Commission européenne a livrées à tous ses membres lundi 22 mai dernier. Lire la suite