2022 : Zemmour rebat les cartes mais rétrécit le débat

Pendant des mois d’affilée, les Français ont placé le Président sortant Emmanuel Macron (LREM) et son adversaire malheureuse de 2017 Marine Le Pen (RN) très nettement en tête de leurs intentions de vote au premier tour de la future élection présidentielle de 2022. Une perspective qui ne les ravissait guère puisque dans le même temps, ils étaient aussi 70 % à souhaiter un autre duel de second tour. Et puis Zemmour est arrivé… Lire la suite

PLF 2022 : dépenses, non-sens et foutage de gueule

Mise à jour du 5 novembre 2021 : Le gouvernement a révisé son PLF 2022 pour tenir compte des dépenses (plan d’investissement France 2030 et revenu d’engagement pour les jeunes) non incluses dans son premier jet.
Croissance :  6,25 % en 2021 (contre 6 % dans le document initial) et 4 % en 2022.
Inflation : inchangée à 1,5 % en 2021 et 2022, ce que le HCFP juge faible pour 2022.
Déficit public : 8,1 % en 2021 (contre 8,4 %) et 5 % en 2022 (contre 4,8 %) dont 4 % pour le déficit structurel.
Dette publique : 115,3 % et 113,5 % du PIB en 2021 et 2022, soit en léger retrait par rapport au PLF initial.
Dans son second avis, le Haut Conseil des finances publiques (HCFP) regrette que le surcroît de recettes attendues grâce à une meilleure croissance de l’activité ne soit pas consacré au désendettement mais à des dépenses supplémentaires et souligne que le retrait du ratio de dette publique n’est pas le résultat « d’une réduction du déficit public mais d’opérations de gestion de trésorerie de l’État. »

Alors que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire vient de présenter officiellement le cinquième et dernier Projet de loi de finances du quinquennat Macron (PLF 2022), nos différents médias nous rappelaient à juste titre qu’il faut remonter à l’année 2016 pour trouver un rapport du Haut Conseil des finances publiques (HCFP) aussi ouvertement sévère pour les projections chiffrées du gouvernement en place.

Voilà qui n’est pas peu dire ! Lire la suite

2022 : Entretien avec Denis Payre « L’État détruit le pays »

Mise à jour du mercredi 3 novembre 2021 : Faute des parrainages nécessaires, Denis Payre ne sera pas candidat à la candidature présidentielle lors du Congrès LR. La preuve s’il en est de la catastrophique volonté de la droite de ne surtout pas donner la parole (car personne n’imagine que Denis Payre aurait pu sortir vainqueur du congrès) à une vision puissamment réformatrice de la France dans un sens libéral.

Mise à jour du mercredi 13 octobre 2021 : Xavier Bertrand ayant finalement décidé de participer au Congrès LR du 4 décembre 2021, ce sont six candidats qui chercheront à obtenir les suffrages des adhérents en vue de la présidentielle de 2022 : Michel Barnier, Xavier Bertrand, Éric Ciotti, Philippe Juvin, Denis Payre et Valérie Pécresse.

Mise à jour du samedi 25 septembre 2021 – 18 h 30 : Christian Jacob annonce que suite au vote des militants LR, le candidat de la droite sera désigné par un vote des adhérents lors d’un congrès qui pourrait avoir lieu le 4 décembre 2021.

« Vous êtes un libéral pur, vous ! » Cette remarque très « nature » d’un journaliste de France Info, c’est à Denis Payre, entrepreneur à succès et candidat à la primaire des Républicains (LR), qu’elle fut adressée récemment. Mais qu’avait-il donc pu dire de si horrible ? Qu’en France, en contrepartie des indemnités chômage, les chômeurs de longue durée n’avaient pas l’obligation, par exemple, de suivre des formations sur les métiers qui n’arrivent pas à recruter. Lire la suite

Sandrine ROUSSEAU, l’horrible DROITE et les gentils WOKE

Mise à jour du 28 septembre 2021 : avec 51 % des voix, Yannick Jadot remporte la primaire écologiste contre Sandrine Rousseau et représentera EELV lors de la présidentielle de 2022.


Cet article est la suite de Sandrine Rousseau, authentique ‘sorcière’ de l’écologie régressive publié ici le 9 septembre 2021.

Comme vous le savez, le premier tour de la primaire des écologistes a propulsé l’écoféministe radicale Sandrine Rousseau au second tour avec 25,14 % des voix, juste derrière Yannick Jadot qui, avec un score de 27,7 %, souhaite incarner l’écologie dite « de gouvernement ». Les candidats malheureux Batho et Piolle n’ont pas donné de consigne de vote, mais le clan Rousseau, au comble de la joie intersectionnelle grâce à des additions prometteuses, ne s’est pas privé de souligner leur proximité idéologique avec sa championne : Lire la suite

COVID : Alléger les contraintes ? Mais FAITES-LE, M. le Président !

Cet article est la suite de Pass sanitaire : perseverare diabolicum publié ici le 31 août 2021.

Décidément, en matière de Covid, Emmanuel Macron et son gouvernement s’y entendent pour souffler perpétuellement le chaud et le froid.

Dans un récent échange avec des passants qui s’est tenu au moment où l’on apprenait que le taux d’incidence de l’épidémie était repassé sous la barre des 100 cas par semaine pour 100 000 habitants au niveau national (79,2 au 16 septembre), le Président de la République avait à peine évoqué la possibilité « d’alléger un peu les contraintes » dans certains départements (on pense immédiatement au pass sanitaire) que ses services nous invitaient promptement à ne surtout pas « surinterpréter » ses propos. Lire la suite

Salaire des profs : HIDALGO pique sa crise de Quoi qu’il en Coûte

L’affaire mijotait depuis un bon moment et le terrible suspense est enfin levé : Anne Hidalgo sera bien la candidate du PS dans la course à l’Élysée de 2022 en dépit des déclarations rigoureusement inverses qu’elle répandait dans la presse en 2020 quand elle briguait sa propre succession à la mairie de Paris. Que ne serait-elle pas capable de raconter pour obtenir l’attention des électeurs ! Lire la suite

Quoi qu’il en COÛTE : la note du Trésor qui n’explique RIEN

Nos éminences de Bercy commenceraient-elles à s’inquiéter de l’inquiétude qui pourrait se développer dans l’opinion publique en raison de l’inquiétante explosion de la dette publique française induite par la désormais fameuse politique du « quoi qu’il en coûte » covidien ?

On le dirait bien, car après la grande tournée de rentrée de Bruno Le Maire dans les médias pour nous convaincre que l’économie française se portait à merveille, en omettant notablement le fait que ce pseudo-résultat fut obtenu par une furieuse distribution d’argent gratuit Lire la suite

Sandrine Rousseau, authentique ‘sorcière’ de l’écologie régressive

Mise à jour du 28 septembre 2021 : avec 51 % des voix, Yannick Jadot remporte la primaire écologiste contre Sandrine Rousseau et représentera EELV lors de la présidentielle de 2022.

Mise à jour du 19 septembre 2021 : Yannick Jadot et Sandrine Rousseau sont les vainqueurs du premier tour de la primaire écologiste qui s’est déroulée en ligne ces derniers jours. Avec 25,14 % des voix contre 27,70 % à son concurrent (portrait de Jadot ici), Rousseau représente une écologie radicale et suprêmement autoritaire qui, si elle l’emportait au second tour, pourrait agir sur EELV comme la candidature Hamon pour le PS en 2017 (Replay) :

« Pure invention » a riposté en substance le maire écologiste de Grenoble Éric Piolle quand Sandrine Rousseau, économiste, vice-présidente de l’Université de Lille, ancienne porte-parole des Verts, ancienne vice-présidente écologiste du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais et surtout candidate comme lui à l’imminente primaire des écologistes en vue de 2022, l’a accusé de l’avoir bousculée lors de l’université d’été d’Europe Écologie Les verts (EELV). « C’était très violent » a confié la protagoniste de l’incident au Figaro. Lire la suite

Marseille II : surprise, les profs réclament… PLUS DE MOYENS !

Déçus par les annonces d’Emmanuel Macron à Marseille les syndicats d’enseignants en dénoncent le caractère… ultralibéral et réclament, ô surprise… plus de moyens !

Quand le chef d’un État supérieurement endetté à force de dépenses publiques débridées se précipite à la rescousse d’une municipalité au bord du dépôt de bilan sous l’effet d’une incurie multi-décennale mêlant incompétence, irresponsabilité, idéologie, petites magouilles et clientélisme, on ne s’attend guère à le voir accusé de libéralisme. D’autant moins quand il est question d’un milliard et demi d’euros de dépenses nouvelles pour les transports, la culture et la sécurité ainsi que d’une participation exceptionnelle de l’État à la rénovation de 174 écoles. Lire la suite

Marseille I : situation à la grecque, résolution à la française…

Et voilà qu’Emmanuel Macron, chéquier des Français grand ouvert en poche, vole au chevet de Marseille pour répondre à l’appel au secours lancé par le nouveau maire de la cité phocéenne Benoît Payan (PS). Nom de code : Marseille en Grand. En très très grand. On parle d’un milliard et demi d’euros d’argent frais pour les transports, la culture et la sécurité, plus une participation spécifique de l’État pour la rénovation urbaine de 174 écoles (le tiers du parc) qui pourrait représenter un autre milliard. Lire la suite