Mobilier national : privilèges et médiocrité en décor Louis XVI

Dans son rapport 2019, la Cour des comptes n’est pas tendre pour le Mobilier national. Direction et syndicats s’offusquent bruyamment… On comprend pourquoi : sous le lustre des tapis et des fauteuils Grand Siècle se cachent abus et privilèges des agents et accomplissement médiocre des missions.

C’est officiel, les magistrats de la Cour des comptes n’ont pas plus de coeur que de sensibilité artistique ! Avec leur immonde politique de la calculette et leur mesquinerie maladive pour des broutilles, ils vont finir par assassiner la création et les métiers d’art dans lesquels la France impose son excellence au monde entier depuis des siècles. Qu’on se le dise, faire des tapisseries « n’est pas rentable mais nécessaire » et s’attaquer à des professionnels aussi passionnés que ceux du Mobilier national et ses manufactures est une atteinte scandaleuse à l’esprit du beau ! Lire la suite