Et si notre modèle social adoré était en fait l’artisan de nos difficultés ?

Les rapports de notre propre Cour des Comptes comme ceux des grands organismes économiques internationaux se suivent et se ressemblent : la France doit impérativement mettre un terme à sa fuite en avant dans la dépense publique, les déficits et la dette.

Qu’on s’illusionne tous collectivement au point de voir dans cette folle cavalcade de notre modèle économique et social l’aboutissement sublime de la solidarité, de l’égalité et du « quoi qu’il en coûte » Lire la suite

La Cour des Comptes a raison… jusqu’à un certain point

L’examen du projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d’achat, soit un paquet de nouvelles dépenses publiques à 20 milliards d’euros, débute ce lundi 18 juillet à l’Assemblée nationale. D’après les échos qu’on a des discussions préalables en commission des finances, on devine que les débats seront animés, mais pas vraiment dans le sens d’un retour à une certaine sobriété budgétaire Lire la suite

Bruno Le Maire, le ministre qui S’OPPOSE à sa propre politique !

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre Lire la suite

Inflation : Bruno Le Maire trouve encore matière à fanfaronnade !

Extraordinaire Bruno Le Maire ! Tout lui est bon pour plastronner – et cirer au passage les pompes de son chef adoré. N’importe quelle calamité devient un grand succès de la politique gouvernementale pour peu qu’on se limite à ne regarder les choses que sous l’angle le plus flatteur. Question de cadrage, évidemment. Comme disait Bastiat, il y a ce qu’on voit, et puis il y a tout ce qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir. Bonne nouvelle du moment, la France serait le pays de l’Union européenne « où l’inflation est la plus faible » : Lire la suite

Plan de relance : vague et cher comme du « quoi qu’il en coûte »

Une croissance économique de 7 % en 2021, un taux de chômage ramené à 7,4 % de la population active – on sait combien le ministre de l’Économie Bruno Le Maire aime attribuer ces chiffres merveilleux à l’excellence des politiques mises en œuvre par le gouvernement depuis 2017 et plus précisément depuis 2020 pour faire face à la crise économique résultant des lourdes restrictions anti-Covid. Lire la suite

SOCIAL : Macron, la théorie, la pratique et les élections de 2022

Le Contrat d’engagement jeune (CEJ) annoncé par Emmanuel Macron cet été vient de rejoindre les rives dispendieuses de notre modèle social. Dès le 1er mars 2022, toute personne de moins de 25 ans sans emploi ni formation depuis plusieurs mois, soit environ 400 000 jeunes, percevra une allocation mensuelle de 500 € ainsi qu’un accompagnement personnalisé de mise en emploi de 15 à 20 heures par semaine pendant une période de 6 à 12 mois. Lire la suite

PLF 2022 : dépenses, non-sens et foutage de gueule

Mise à jour du 5 novembre 2021 : Le gouvernement a révisé son PLF 2022 pour tenir compte des dépenses (plan d’investissement France 2030 et revenu d’engagement pour les jeunes) non incluses dans son premier jet.
Croissance :  6,25 % en 2021 (contre 6 % dans le document initial) et 4 % en 2022.
Inflation : inchangée à 1,5 % en 2021 et 2022, ce que le HCFP juge faible pour 2022.
Déficit public : 8,1 % en 2021 (contre 8,4 %) et 5 % en 2022 (contre 4,8 %) dont 4 % pour le déficit structurel.
Dette publique : 115,3 % et 113,5 % du PIB en 2021 et 2022, soit en léger retrait par rapport au PLF initial.
Dans son second avis, le Haut Conseil des finances publiques (HCFP) regrette que le surcroît de recettes attendues grâce à une meilleure croissance de l’activité ne soit pas consacré au désendettement mais à des dépenses supplémentaires et souligne que le retrait du ratio de dette publique n’est pas le résultat « d’une réduction du déficit public mais d’opérations de gestion de trésorerie de l’État. »

Alors que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire vient de présenter officiellement le cinquième et dernier Projet de loi de finances du quinquennat Macron (PLF 2022), nos différents médias nous rappelaient à juste titre qu’il faut remonter à l’année 2016 pour trouver un rapport du Haut Conseil des finances publiques (HCFP) aussi ouvertement sévère pour les projections chiffrées du gouvernement en place.

Voilà qui n’est pas peu dire ! Lire la suite

Quoi qu’il en COÛTE : la note du Trésor qui n’explique RIEN

Nos éminences de Bercy commenceraient-elles à s’inquiéter de l’inquiétude qui pourrait se développer dans l’opinion publique en raison de l’inquiétante explosion de la dette publique française induite par la désormais fameuse politique du « quoi qu’il en coûte » covidien ?

On le dirait bien, car après la grande tournée de rentrée de Bruno Le Maire dans les médias pour nous convaincre que l’économie française se portait à merveille, en omettant notablement le fait que ce pseudo-résultat fut obtenu par une furieuse distribution d’argent gratuit Lire la suite

Rentrée 2021 : autosatisfaction bercynoise à gogo… et À CRÉDIT

À peine rentrée de vacances et l’esprit encore bien loin du terrain politico-économique qui m’occupe ici ordinairement, je jette néanmoins un œil nonchalant sur les dernières nouvelles de l’actualité française et qu’apprends-je ? Que « l’économie française se porte bien ! », qu’elle a réalisé un véritable « exploit » sur le plan du chômage, que le retour au niveau d’avant-crise est prévu pour la fin de cette année et que la France peut s’enorgueillir des meilleurs chiffres de croissance de la zone euro !

C’est tout simplement merveilleux ! Lire la suite

Les Français craignent la dette… mais veulent du quoi qu’il en coûte

Plus de doute possible. Dans leur vaste majorité, les Français sont manifestement affligés d’une schizophrénie politique, économique et sociale qui ne se résorbe pas, bien au contraire. Déjà en 2018, une enquête(*) révélait qu’ils aimaient bien la liberté… mais qu’ils préféraient incontestablement que l’État s’occupe de tout. Aujourd’hui, on apprend que le niveau atteint par notre dette publique les inquiète beaucoup… mais qu’ils jugent le « quoi qu’il en coûte » prioritaire. Lire la suite