Elections : des résultats, mais quel message des Français ?

Les élections départementales des 22 et 29 mars 2015, annoncées depuis des semaines comme une défaite pour le gouvernement et pour la gauche, sont enfin passées. S’il semble y avoir un débat plausible sur la question de savoir qui a gagné ces élections, il n’y a en revanche aucun débat possible sur les perdants. Comme prévu, le gouvernement, les socialistes, et plus généralement toute la gauche ont lourdement perdu, comme en témoigne le nombre de départements passés à droite : sur 97 départements où l’on a voté, la gauche gouvernementale en a gagné 29, le Parti communiste 1 (Val-de-Marne) et la droite 67. La gauche dispose en plus de 4 départements où l’on ne votait pas : Paris, Lyon, Martinique et Guadeloupe, ce qui porte son total à 34 départements. Le FN n’obtient aucun département malgré le nombre élevé de voix récoltées au premier tour. Au cas où l’on ne serait pas suffisamment convaincu de l’échec de la gauche, la petite prestation télévisée de Jérôme Guedj, ainsi que ses déclarations catastrophées à la presse, sont particulièrement éloquentes : à titre personnel, il n’est plus président départemental de l’Essonne et redevient simple conseiller, quant aux socialistes, ils vont « dans le mur » pour 2017 si le gouvernement « ne change pas de braquet »Lire la suite