Viande : des contre-indications plus politiques que médicales ?

On nous le répète en boucle : la consommation de viande peut nuire gravement à notre santé. Mais si l’on en croit les critiques soulevées par une nouvelle étude qui remet en cause cette assertion, ce n’est pas tant l’analyse médicale qui le dit que le principe de précaution et l’urgence climatique.

Vous en avez certainement entendu parler : notre stupide propension bourgeoise à consommer de la viande rouge et de la charcuterie est très mauvaise pour le bien-être animal, très mauvaise pour le climat et très mauvaise pour l’environnement. Elle témoigne d’un détestable esprit « spéciste » et d’une insouciance pour les choses de la nature qui mettent illico les végans en rogne et Greta en transe. Lire la suite

Malbouffe : encore un petit tour de manège de l’anticapitalisme

Depuis le temps que le célèbre José Bové nous régale de happenings musclés contre les restaurants McDonald’s (1999) et les OGM de Monsanto (2008), on aurait pu croire que la « malbouffe » était enfin de l’histoire ancienne. Mais pour le député de la France Insoumise Loïc Prud’homme, le contenu de nos assiettes est encore aujourd’hui une attaque caractérisée contre notre santé et les règles les plus élémentaires du savoir-vivrensemble social et solidaire. Bien décidé à sauver l’humanité des griffes d’industriels ivres de profits, il préconise contraintes et rétorsions dans un rapport parlementaire publié mercredi 26 septembre dernier. Lire la suite

La bataille du glyphosate

29 mai 2018 : Les députés ont rejeté (pour l’instant) les amendements visant à interdire complètement le glyphosate d’ici 2021. Et ils ont eu raison ! (Les autres mises à jour sont en fin d’article.)

On a encore trouvé des quantités abominables de glyphosate dans le pipi de 30 célébrités de l’écologie et de l’audiovisuel ! « On », c’est l’association Générations futures qui milite contre les pesticides et pour l’agriculture bio. « Encore », parce qu’une opération médiatique similaire avait déjà été réalisée auprès de 48 députés européens il y a un an.  Lire la suite

Une autre écologie est possible (VII) Et le diesel ?

Actualité de la semaine du 12 au 17 novembre 2018 : Alors que la grogne monte contre la hausse des taxes sur les carburants, alors que le diesel figure au premier rang des accusés dans la « détérioration » de la planète, il n’est pas inutile de se rappeler que ce sont les pouvoirs publics qui ont massivement poussé les Français vers ce carburant, que les particules émises par les automobiles proviennent aussi des revêtements routiers, des pneus et des freins et que la qualité de l’air s’améliore en permanence…

Article écrit en commun par   h16 et Nathalie MP.

Fini de rire pour le diesel : en 2012, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement classé les gaz d’échappement des moteurs diesel dans la catégorie des cancérigènes certains en raison du risque accru de cancer du poumon associé à l’exposition aux particules fines qu’ils émettent. Pour l’essence, n’en parlons surtout pas. Depuis, les projets d’interdiction du diesel se multiplient.  Lire la suite

Une autre écologie est possible ! (II) Et les ondes ?

Article écrit en commun par   h16 et Nathalie MP,  et publié par    

Mise à jour du jeudi 15 décembre 2016 : L’ANSES, notre Agence nationale de la sécurité sanitaire, a rendu ce jour un avis sur les risques liés à l’exposition aux champs électromagnétiques (CEM) du fait des compteurs intelligents type « Linky » et conclut « à une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants, dans la configuration de déploiement actuelle, engendre des effets sanitaires à court ou long terme. » Comme expliqué dans l’article ci-dessous, une réelle souffrance existe, mais son lien avec les CEM n’a jamais été établi.

Mise à jour du jeudi 11 août 2016 : Le premier ministre Manuel Valls a signé au début du mois un décret « relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux champs électromagnétiques. » Il s’agit d’une transposition en droit français d’une directive européenne de 2013. Une telle sollicitude de la part de l’UE est touchante. Mais il y a un petit problème : les symptômes mis en avant par les « malades présumés » n’ont jamais été reliés de manière formelle à l’exposition aux champs électro-magnétiques, ainsi que l’explique l’article ci-dessous. 


Si le terroriste, l’inspecteur du fisc ou l’homme politique qui « vient aider » déclenchent très logiquement la terreur chez l’homme de la rue normalement constitué, le progrès technique peut parfois, lui aussi, instiller la peur lorsqu’il s’appuie sur des connaissances et des pratiques scientifiques inédites, sophistiquées et mal connues.

On l’a vu jadis, au milieu du XIXème siècle, lorsque le chemin de fer était taxé de « bête humaine » crachante et mugissante. Soupçonné de provoquer des fluxions de poitrine, la tuberculose, le décollement de la rétine ou l’épilepsie, le train fut longtemps accusé des pires maux (l’astronome François Arago s’était même ridiculisé à son sujet). En 2015, le chemin de fer est toujours là, et sa vitesse, sans cesse croissante à l’exception des jours de grève, n’a pas provoqué les délires sanitaires qu’on lui prédisait.  Lire la suite