Oui, l’histoire est complexe. Licence to kill ? #CheGuevara

Mise à jour du 28 décembre 2017 : Pour Anne Hidalgo, qui vient d’inaugurer une expo sur le Che à l’Hôtel de Ville de Paris, Che Guevara est « une figure de la révolution devenue une icône militante et romantique. » Peut-on tomber plus bas dans l’ignoble ? Lisez plutôt l’article qui suit !

Il y a 50 ans, le 9 octobre 1967, mourait le délicieux Che Guevara.

J’ai parfois eu tendance à penser que certaines mises au point, certains combats, n’avaient plus vraiment lieu d’être menés car avec le temps, les avancées de la recherche historique et la diffusion de l’information dans le public ont fait leur oeuvre d’éclaircissement et ont permis de remettre définitivement et indiscutablement à leur place criminelle certains tyrans sanguinaires, trop longtemps adulés auparavant comme des sauveurs de l’humanité. Lire la suite

Cuba : Promenons-nous dans l’Histoire avec François Hollande

Mise à jour du samedi 26 novembre 2016 : Fidel Castro est décédé hier 25 novembre 2016 à l’âge de 90 ans. Son histoire de dictateur communiste est racontée dans l’article ci-dessous, écrit en mai 2015 à l’occasion d’une visite que François Hollande lui a rendu, mu par la « fascination » ambiguë de la gauche pour la révolution cubaine (Voir surtout le thème 4).


Ou les envolées financières, lyriques et désolantes de notre pirate aux Caraïbes

Que n’a-t-on reproché à Nicolas Sarkozy lorsqu’en 2007, en visite dans une université de Dakar au Sénégal, il déclarait dans un discours que « l’homme africain n’est pas assez rentré dans l’Histoire » ! Colonialisme, paternalisme, racisme, tout y est passé. François Hollande, qui a toujours cherché à construire sa stature présidentielle contre les faits et gestes de son prédécesseur, n’allait certainement pas commettre la même bévue. Lors de son déplacement à Cuba ce lundi 11 mai, il a rencontré Fidel Castro et la raison de cette rencontre est simple : « Quoi qu’on ait pensé de ce qu’il a fait, il est dans l’Histoire. »   

Lire la suite

Cambodge : Marx 0 – Jésus 1

En ce dimanche des Rameaux, nous les chrétiens commémorons l’arrivée, triomphale mais sur un âne, de Jésus à Jérusalem. Comme beaucoup de ses compatriotes, Jésus venait y fêter la Pâque en souvenir de la libération du peuple juif de l’esclavage qui fut le sien en Egypte. En hébreu, la Pâque se dit Pessah et signifie passage. Il s’agissait bien en effet d’un passage de l’esclavage à la liberté. Après une Semaine Sainte riche en rebondissements qui verra Jésus laver les pieds de ses apôtres, être trahi par Judas, puis arrêté, jugé, torturé, condamné à mort, mis en croix, mort et introuvable dans son tombeau, nous fêterons Pâques, un autre passage, celui de la résurrection, celui de la mort à la vie.

Le passage de l’esclavage à la liberté, de la mort à la vie, c’est celui que Christian et Marie-France des Pallières, fondateurs en 1995 de l’association Pour un sourire d’enfant ou PSE ont proposé aux enfants du Cambodge qui subissaient encore à cette date les effets épouvantables du régime communiste totalitaire des Khmers rouges, régime dont on peut dire sans crainte d’exagérer qu’il constitua pour sa part un passage de la liberté à l’esclavage et de la vie à la mort.  Lire la suite