SAINTE-SOPHIE : Erdogan se prend encore pour le grand sultan

L’ancienne basilique orthodoxe Sainte-Sophie d’Istanbul, devenue mosquée en 1453 à la chute de l’empire byzantin puis transformée en musée religieusement neutre en 1934 par le premier Président de la Turquie moderne Mustapha Kemal Atatürk, est de nouveau consacrée au culte musulman. Ainsi en a décidé le Président turc Recep Tayyip Erdogan le 10 juillet dernier, pour la plus grande satisfaction des nationalistes et des fondamentalistes religieux qui forment le noyau dur de son électorat. Lire la suite

Migrants : « Nous y sommes », oui. Et maintenant, que fait-on ?

 ——>    Cet article a également été publié le samedi 25 avril 2015 sur          icone_redacteur3

Les mises à  jour sont en fin d’article.

Ce jeudi 23 avril 2015, un sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement des 28 pays membres de l’Union européenne se tient en urgence à Bruxelles. Son objectif : prendre des décisions communes sur la réponse à donner à l’afflux exponentiel, et souvent mortel, de migrants en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient. Lire la suite

L’arabe du Futur, il va à l’école !

Mise à jour du 5 octobre 2018 : Les tomes 2 et 3 de « L’Arabe du futur, une jeunesse au Moyen-Orient », qui couvrent la période 1984-1987, sont sortis en 2015 et 2016. Le Tome 4 qui va jusqu’en 1992 est disponible depuis  le 27 septembre 2018.


L’Arabe du futur, une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) est un roman graphique de Riad Sattouf qui a obtenu le Fauve d’Or du meilleur album au festival de la BD d’Angoulême le 1er février dernier. Le roman graphique est un genre très apprécié actuellement qui consiste à faire un récit souvent autobiographique à l’aide de dessins très simples de forme comme de couleur et dont les textes explicatifs sont abondants. La photo de couverture de cet article donne une idée du style en question. L’arabe du futur appartient à la même famille d’expression que les oeuvres de Guy Delisle (Pyongyang, Jérusalem) ou Marjane Satrapi (Persépolis).  Lire la suite

« Daesh » et « Boko Haram » : Barbarie superlative à domicile et à l’export

→  Cet article a également été publié le mercredi 29 avril 2015 sur   icone_redacteur3

Mise à jour du 17 octobre 2017 : Raqqa, le fief de Daesh en Syrie est tombé ce jour. L’avenir de la ville, éclatée entre de multiples forces combattantes, reste pourtant incertain.

Mise à jour du mercredi 11 octobre 2017 : Bonne nouvelle ! Alors que Mossoul (Iraq) a été définitivement reprise au djihadistes islamistes en juillet 2017 après une longue offensive et alors que Raqqa, fief de Daesh, est en pleine reprise du côté syrien, Daesh a perdu 80 % de son territoire en Syrie et en Iraq depuis 2014. Voir carte détaillée ici (décodeurs du Monde). Selon une évaluation américaine de mars 2017, les effectifs de combattants seraient tombés en dessous de 20 000, contre un pic à 100 000 en 2015.

Note du 27 juillet 2016 : Les (trop nombreux) attentats et exactions concernant cet article sont à lire dans Terrorisme islamiste : journal de la barbarie. Tous les articles en lien avec Daesh, le terrorisme islamiste, la lutte anti-terroriste et les sujets apparentés sont à découvrir dans la page Daesh et conséquences.


Après le 11 septembre 2001 et les attentats de Madrid en 2004 et Londres en 2006, les attaques de ce début d’année à Paris et à Copenhague ainsi que les décapitations d’otages nous ont rappelé brutalement que l’islam radical ne partage aucune de nos valeurs. En fait l’islam radical ne partage les valeurs de personne et poursuit un projet de retour à l’islam des origines qui se traduit par des dizaines de milliers de morts y compris et surtout dans les pays musulmans. Dans le sillage de notre porte-avions le Charles-de-Gaulle, officiellement envoyé hier (23 février 2015) pour combattre le fondamentalisme islamiste, je me propose dans cet article de faire un point modeste sur les deux organisations terroristes les plus violentes et les plus menaçantes aujourd’hui : Daesh et Boko Haram.  Lire la suite