Ma petite bougie pour l’Ethiopie et les contrées oubliées

icone_redacteur3 En plus d’être marquée par la léthargie parisienne des congés scolaires de printemps, l’actualité française a beaucoup de mal à sortir de ses grands classiques : plan de sauvetage pour la gauche, plan de sauvetage pour EDF, grève à la SNCF en attendant le prochain plan de sauvetage, voilà en gros ce qui nous occupe, et ne manquera pas d’occuper nos feuilles d’impôt à relativement brève échéance. Rien de bien nouveau, hélas. La nouveauté n’est certes pas un critère en ce domaine, mais quand l’absence de nouveauté rime assez régulièrement avec mauvaises décisions politiques, mauvaises décisions économiques, mauvais résultats et morosité généralisée, on finit par se lasser.  Lire la suite

Israël, un État créé pour échapper à l’oppression

Replay du 17 mai  2021 : Chers lecteurs, si vous avez lu mon « À propos », vous savez que je soutiens l’existence de l’État d’Israël. Non pas que ses gouvernants soient systématiquement irréprochables, loin de là. Mais alors que la violence fait rage entre Israël et la bande de Gaza tenue par le Hamas et alors qu’il semble de bon ton de comparer Israël aux Nazis (sic), j’aimerais redire dans quelles conditions (dates, traité, frontières puis, hélas, belligérants) l’État d’Israël a vu le jour, et combien les Palestiniens, mal conseillés par leurs dirigeants, ont refusé depuis le début toutes les occasions d’avoir un État bien à eux [Replay] :

J’ai beaucoup parlé de l’État dans mes précédents articles, sur sa place, ses missions et ses limites. La triste actualité des attentats perpétrés par des Palestiniens, au couteau, mais aussi à la bombe ou à la voiture bélier, qui sévit en Israël depuis plusieurs semaines, et encore hier mardi 13 octobre 2015, m’amène à repenser à la naissance de cet État, très particulier par la façon dont il s’est constitué, très petit en superficie (22 000 km2), et supérieurement haï, à tel point qu’il est « le seul pays sujet à un ordre du jour permanent » du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, ainsi que le déplorait Hilary Clinton en 2011. Lire la suite

ISRAËL : blocus de Gaza, flottilles de la liberté et quelques non-dits

Mise à jour du 8 juillet 2015 : L’armée israélienne a annoncé dans la nuit du dimanche 28 au lundi 29 juin 2015 avoir intercepté sans incidents les navires composant la « Flottille de la Liberté III » dans les eaux internationales afin de les empêcher de violer le blocus de Gaza. Cette opération intervient après épuisement des solutions diplomatiques et les sommations d’usage. Les navires ont été escortés jusqu’au port d’Ashdod. Le Premier Ministre israélien Benyamin Netanyahou a écrit une lettre ouverte aux activistes présents à bord qui seront expulsés.


Grâce à l’AFP relayée par différents médias, on apprenait hier qu’une flottille de cinq bateaux était en route pour la bande de Gaza dans le but de briser le blocus qu’Israël impose à ce territoire depuis 2006. Cette nouvelle flottille se revendique « civile et pacifique ». C’est heureux, car on se rappellera que la précédente opération de 2010, rassemblée autour du navire turc Mavi Marmara, s’était révélée fort peu pacifique et avait donné lieu à de violents affrontements avec les soldats israéliens, faisant dix morts côté turc et de nombreux blessés côté israéliens.  Lire la suite